Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 29 avril 2022

« Esther Kahn » d’Arnaud Desplechin

Arte.tv diffusera du 
1er mai 2022 au 31 août 2022 « Esther Kahn », film franco-britannique d’Arnaud Desplechin (2000), adaptant une nouvelle d'Arthur Symons (1905), et avec Summer Phoenix, Ian Holm, Fabrice Desplechin, Frances Barber, Laszlo Szabo, Emmanuelle Devos. « Dans l’Angleterre victorienne, une jeune émigrante juive rêve de devenir une grande comédienne. Portée par Summer Phoenix, l’éclosion d’un talent féminin selon Arnaud Desplechin. Un conte initiatique ». 

« Londres, fin du XIXe siècle. Dans le quartier industrieux de l’East End, la famille Kahn, des émigrants juifs, travaille d’arrache-pied dans l’atelier de couture que dirige le père. La jeune Esther se distingue des nombreux membres de la fratrie par son caractère farouche. Adolescente, elle a une révélation après avoir assisté à une représentation théâtrale : elle sera une grande actrice. D’abord figurante, puis doublure, elle s’émancipe peu à peu de son milieu originel avec la bénédiction paternelle. Se prenant d’affection pour elle, Nathan Quellen, un vieux comédien raté, lui prodigue des leçons, avant de lui suggérer de prendre un amant pour l’aider à apprivoiser ses émotions étouffées. »

« Esther n’a d'avis sur rien, ni élan affectueux, ni réelle aversion non plus ». 

« Pourtant, plongée dans la bienveillante famille du théâtre, la sauvageonne mutique et solitaire va s’éveiller à elle-même au travers de son jeu, jusqu’au rôle-titre dans Hedda Gabler, la pièce d’Ibsen qui marque la reconnaissance de son éclatant talent ». 

« À petits pas, la jeune comédienne découvre les mots, les autres, l’amour, et sa perte surtout, quand l’éblouissante Sylvia (Emmanuelle Devos) s’immisce entre elle et son amant (Fabrice Desplechin) ». 

« La douleur et la peur du jugement d’autrui alors la bouleversent. Porté par la sublime Summer Phoenix, le troisième long métrage de Desplechin se décline comme un conte initiatique, raconté en voix off ». 

« Seul film tourné en anglais et en costumes d’époque par le cinéaste, il s'impose aussi comme l’un des plus généreux pour son personnage féminin, qu’il accompagne jusqu’au seuil de sa liberté. »

Compétition officielle, Cannes 2000


« Esther Kahn » d’Arnaud Desplechin
France/Royaume-Uni, 2000, 2h36mn, VF/VOSTF
Production : Why Not Productions, Les Films Alain Sarde, France 3 Cinéma, France 2 Cinéma, Zephyr Films  Scénario : Arnaud Desplechin, Emmanuel Bourdieu, d’après une nouvelle d’Arthur Symons
Avec Summer Phoenix, Ian Holm, Fabrice Desplechin, Frances Barber, Laszlo Szabo, Emmanuelle Devos
Disponible sur arte.tv du 01/05/2022 au 31/08/2022
En compétition officielle à Cannes, Frère et sœur, le nouveau film d’Arnaud Desplechin, est coproduit par ARTE France Cinéma.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire