Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

jeudi 3 septembre 2020

Aretha Franklin (1942-2018)



Aretha Franklin (1942-2018) était une chanteuse, pianiste et auteure-compositrice américaine de soul, jazz, gospel et rhythm and blues. Surnommée « The Queen of Soul »  (« La Reine de la Soul »), elle a milité pour les droits civiques des Afro-américains aux côtés de Martin Luther King, et pour les droits des femmes. Arte diffusera les 4, 6, 26 et 27 septembre 2020 "Aretha Franklin - Soul Sister" de France Swimberge. 


« Lady Soul », « Queen of Soul »… C’est ainsi qu’a été surnommée la chanteuse et pianiste américaine Aretha Franklin (1942-2018) qui a excellé dans le rhythm and blues, le gospel, la soul music et le jazz. Une vie résumant des pans de l'Histoire américaine : combat pour les droits civils des Afro-américains, refus des violences conjugales...

Aretha Franklin naît à Memphis (Tennessee) et grandit à Detroit (Michigan).

Son père, le révérend C. L. Franklin, pasteur baptiste, milite pour les droits civiques. Sa mère est une chanteuse de gospel. Le couple se sépare en 1948.

Aretha Franklin chante avec ses deux sœurs dans la chorale de leur père, au temple protestant de Detroit. Son père la fait chanter dans ses tournées « gospel caravan ».

En 1955, Aretha Franklin est mère de son premier fils, Clarence, et deux ans plus tard, accouche d’Edouard « Eddie ». Elle interrompt sa scolarité.

Découverte par John H. Hammond, elle signe en 1956 un contrat avec la firme Columbia Records qui espère la faire évoluer dans le registre du jazz.

En 1961, Aretha Franklin épouse Ted White, son imprésario. Ted White Jr. naît de cette union qui s’achève par une séparation en 1969.

En 1953, Aretha Franklin rejoint comme partenaire la société Atlantic. Grâce aux directeurs artistiques Jerry Wexler (1917–2008), né dans une famille juive aux origines allemande et polonaise, et Arif Mardin, sa carrière décolle avec des chansons R&B, comme I Never Loved a Man (The Way I Love You), Chain of Fools, Think, I Say a Little Prayer. « Quand je suis allée chez Atlantic Records, ils m'ont juste assise près du piano et les tubes ont commencé à naître », résumait l’artiste. 

Chanson créée par Otis Redding en 1965, Respect devient, par l’interprétation d’Aretha Franklin en 1967, une revendication féministe, une réclamation politique.

« All I’m asking is for a little respect when I come home » (« tout ce que je demande c’est un peu de respect quand je rentre à la maison ») devient  alors « all I’m asking is for a little respect when you get home » (« tout ce que je demande c’est un peu de respect quand tu rentres à la maison »).

« Pour Otis, le respect avait une connotation traditionnelle, dans le sens de l’estime. La ferveur dans la voix d’Aretha exigeait ce respect, et cela impliquait aussi une attention du point de vue sexuel… », a affirmé Jerry Wexler, dans son autobiographie citée par le magazine Rolling Stone

Rédacteur en chef pour Billboard Magazine, Jerry Wexler a forgé l'expression "rhythm and blues". En 1953, il a débuté chez Atlantic Records. Il a collaboré avec Ray Charles, Otis Redding, Bob Dylan ( Slow Train Coming), Willie Nelson...  Il était surnommé "The funky Jewish King of Black music".

Dans “In Search of American Jewish Culture”, Stephen Whitfield souligne l'empathie de Jerry Wexler pour le combat des Afro-américains pour les droits civils, en le citant : “As a Jew, I didn’t think I identified with the underclass, I was the underclass.”  (Comme Juif, je ne pensais que je m'identifiais à la sous-classe. J'étais la sous-classe".
    
Comme l’indique Michael Billig dans « Rock and Roll Jew », Jerry Wexler  associe Aretha Franklin avec des paroliers et compositeurs juifs américains : Burt Bacharach (I Say a Little Prayer), Carole King (née Carol Klein) et Gerry Goffin ([You Make Me Feel Like] A Natural Woman). Aretha Franklin enregistre aussi « Spanish Harlem » de Jerry Leiber, Mike Stoller et Phil Spector. En 1967, Jerry Wexler invente le titre de la chanson “(You Make Me Feel Like) A Natural Woman.” 

En 1968, Aretha Franklin reçoit la SCLC Drum Beat Award for Musicians des mains du pasteur Martin Luther King Jr. Le magazine Time la choisit pour une couverture d’un numéro en juin 1968.

En 1970, naît le quatrième fils d’Aretha Franklin, Kecalf Franklin Cunningham, dont le père est Ken Cunningham, organisateur de ses tournées (1968-1976).

Après le départ de Jerry Wexler d'Atlantic en 1976, et bien qu'Aretha Franklin soit demeurée liée à cette firme, ses succès artistiques deviennent moins fréquents. "Aretha Franklin quitte Atlantic et, en 1980, signe avec Artista Records, le label fondé par Clive Davis. Comme Wexler, Clive Davis est un Juif né à Brooklyn et il contribue à relancer sa carrière, en commençant par une performance de commande au Royal Albert Hall de Londres et un cameo (apparition brève) bien reçu dans le film à succès "The Blues Brothers".

En 1978, Aretha Franklin épouse le comédien Glynn Thurman. Le couple se sépare en 1984.

En 1980, Aretha Franklin quitte Atlantic pour Artista Records. Là, Clive Davis insuffle un deuxième souffle à sa carrière.

Aretha Franklin apparaît dans le film Les Blues Brothers (1980). Rencontre des auteurs comme Jeffrey Cohen (« Freeway of Love »). Multiplie les duos à succès en évoluant artistiquement : Sisters Are Doin' It for Themselves  avec Eurythmics, Jumpin' Jack Flash avec Keith Richards des Rolling Stones et I Knew You Were Waiting (For Me) avec George Michael en 1986. 
  
En 1987, elle est la première artiste femme à entrer dans le Rock and Roll Hall of Fame.

En 1989, Through the Storm réunit des duos d’Aretha Franklin avec Elton John et Whitney Houston.

Dans les années 1990, des films américains - Malcolm X, Sister Act 2 - choisissent des titres de son répertoire pour leurs bandes originales.

Lors du concert caritatif Divas Live 1998, Aretha Franklin chante aux côtés de Céline Dion, Mariah Carey, Gloria Estefan et Shania Twain.

En 1999, Bill Clinton, alors Président des Etats-Unis, lui remet la National Medal of Arts.

En 2005, George Bush, alors locataire de la Maison Blanche, lui décerne la Presidential Medal of Freedom.

Le 5 février 2006, entourée d’un chœur de 150 choristes, elle chante avec Aaron Neville et Dr John l’hymne national américain avant le Super Bowl XL.

Le 20 janvier 2009, lors de la cérémonie d’investiture du Président Barack Hussein Obama, elle interprète My Country ‘Tis of Thee.

Elle a vendu 75 millions de disques dans le monde. Un record féminin.

Elle a reçu 18 Grammy Awards dans la catégorie R&B, notamment en 1968 pour Respect, et en 1969 pour Chain of Fools.

Elle est décédée le 16 août 2018, d’un cancer du pancréas, à l'âge de 76 ans.

Arte lui a rendu hommage en diffusant le 19 août 2018 « Queens of Pop - Aretha Franklin » par Simone Owszarek, et le 24 août 2018 « Aretha Franklin - Live in Amsterdam (1968) » (« Aretha Franklin - The Legendary Concertgebouw Concert - Amsterdam 1968 ») par Bob Rooyens.


« Queens of Pop - Aretha Franklin  »
Arte diffusa le 19 août 2018 « Queens of Pop - Aretha Franklin  » par Simone Owszarek. 

« Du chœur gospel de sa paroisse à son sacre mondial, le fabuleux destin d’Aretha Franklin. La reine de la soul à la voix puissante et au cœur militant reste un modèle pour de nombreuses interprètes R’n’B et soul ».
    
« Aretha Franklin - Live in Amsterdam (1968)  »
Arte diffusa le 24 août 2018 « Aretha Franklin - Live in Amsterdam (1968) » (« Aretha Franklin - The Legendary Concertgebouw Concert - Amsterdam 1968 » ) par Bob Rooyens. Un « concert légendaire ».

« À Amsterdam, voix puissante et irrésistiblement profonde, Aretha Franklin décolle avec une reprise déchaînée de 'Satisfaction' des Stones, avant d'enchaîner les hits, dont le 'Come back Baby' de Ray Charles. »

"Aretha Franklin - Soul Sister"
Arte diffusera le 4 septembre 2020 "Aretha Franklin - Soul Sister" de France Swimberge. "Un portrait vibrant de la reine de la soul – indissociable de Detroit, son fief, et du combat pour les droits civiques – devenue un symbole de liberté et de puissance pour les femmes afro-américaines."

"Voix puissante "à faire exploser une maison entière" et artiste authentique, Aretha Franklin a grandi à Detroit dans une maison gorgée de musique. Prêcheur charismatique et engagé, son père, le célèbre pasteur C. L. Franklin, fréquente des figures du jazz, du gospel et du combat pour les droits civiques tels que Martin Luther King. Aretha forge son talent à leur contact, en s'inspirant également du sens de la dramaturgie de son paternel, dont les sermons font un tabac, et à l'école, elle aussi théâtrale, du gospel. Mère très précoce (à 14 ans), elle enregistre son premier album la même année. À 18 ans, elle signe avec le label Columbia Records, qui entend lui faire chanter des standards de jazz aseptisés, formatage qui ne va guère à cette artiste volcanique, éprise de feeling et de spiritualité. En 1967, elle rencontre Jerry Wexler, légendaire producteur d'Atlantic Records, qui la laisse s'accompagner au piano, trouver son style et réinventer la soul. Sa carrière explose alors, notamment lorsqu’elle reprend "Respect", le titre un brin machiste d'Otis Redding, et en fait un étendard féministe."  

"Filmé en grande partie à Detroit, auquel elle restera toujours attachée, ce documentaire retrace, à travers des archives, de nombreux éclairages et des témoignages, la biographie de la reine de la soul. Une histoire qui se confond avec celle, tumultueuse, de sa ville et le combat pour les droits civiques qu'elle a toujours soutenu. Symbole de réussite pour la communauté noire, Aretha Franklin a montré aussi, en suivant son instinct, la voie de l'affirmation de soi aux femmes afro-américaines."


"Reine incontestée de la soul music, célébrée dans le documentaire de France Swimberge, Aretha Franklin a fait corps avec sa ville, Detroit, tout au long du combat pour l’égalité des Afro-Américains. Née en 1942 dans la cité du blues, à Memphis, Tennessee, Aretha Franklin n’a que 5 ans lorsqu’elle s’installe avec sa famille à Detroit, alors florissante capitale du Michigan, à l’instar de milliers de familles noires fuyant le Sud ségrégationniste pour gagner les villes industrielles du Nord. Le fief des usines automobiles rivales Ford et General Motors, berceau du label musical Motown, deviendra bientôt le royaume du versant nord de la soul, incarnée par Aretha, la fille du charismatique pasteur baptiste C. L. Franklin. Formée à l’école du gospel, sur les bancs de l’église de son père qu’elle accompagne au piano, la jeune Aretha passe par le jazz avant de réaliser, sous la houlette de Jerry Wexler, le producteur d’Atlantic Records, la synthèse de la culture musicale noire du Sud et des cadences urbaines des cités du Nord, une fusion du sacré et du profane. À partir de 1967, et d'une série de succès phénoménaux, elle personnifie le "son" de la musique soul : une voix vertigineuse, des interprétations puissantes, mêlant le charnel au spirituel comme dans le superbe "(You Make Me Feel Like) a Natural Woman". Elle intègre le call and response du gospel et l’argot de Detroit dans sa géniale reprise de "Respect" (créée deux ans plus tôt par Otis Redding), le tout sur un tempo frénétique et impérieux", a analysé Marie Gérard.

Et de conclure : "Chantée par Aretha Franklin, “Respect” devient un hymne pour l’égalité, repris par les féministes comme par le mouvement afro-américain des droits civiques. Une lutte dont la chanteuse, proche du révérend Martin Luther King, ami de longue date de son père, est solidaire depuis toujours. Elle donne à plusieurs reprises des concerts gratuits pour aider le leader pacifiste qui lui remet le Christian Leadership Award et parraine la "journée Aretha Franklin", décrétée par le maire de Detroit début 1968 afin d’apaiser les tensions raciales. “Respect” est sorti l’année précédente, celle du long hot summer qui a vu des émeutes embraser l’Amérique. Elles ravagent aussi Detroit, où les morts se comptent par dizaines et où des quartiers entiers sont dévastés. C’est le début pour la ville d’un long déclin, que la crise des subprimes de 2008 achèvera en 2013 quand l’ancienne "Motor City" sera déclarée en faillite. Fidèle à sa ville, où elle est revenue vivre après que son père a été grièvement blessé par un cambrioleur en 1979, et à ses engagements, Aretha s’impliquera jusqu’à la fin de sa vie dans les œuvres de son église, la New Bethel Baptist Church, au cœur du ghetto noir. C’est là, en juillet 2018, que furent organisées les grandioses funérailles de celle dont le chant, trois ans auparavant, avait ému le président Obama".


"Aretha Franklin - Soul Sister" de France Swimberge
France, Program 33, ARTE France, 2019, 52 min
Sur Arte les 4 septembre 2020 à 22 h 25, 6 septembre 2020 à 6 h 30, 26 septembre 2020 à 6 h 45,  27 septembre 2020 à 16 h 10
Disponible du 28/08/2020 au 03/10/2020
Visuels :
Graffiti représentant Aretha Franklin, la reine de la Soul
Portrait d' Aretha Franklin
Pochette de vinyl
© Program33

Aretha Franklin sur scène au New Victoria Theatre
© David Redfern / Redferns / Get

« Queens of Pop - Aretha Franklin » par Simone Owszarek
Allemagne, 2011
Sur Arte les 19 août 2018 à 19 h 15, 24 août 2018 à 22 h 30

« Aretha Franklin - Live in Amsterdam (1968) » par Bob Rooyens
Pays-Bas, 1968, 43 min
Sur Arte le 24 août 2018 à 22 h 55

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations proviennent d'Arte. Cet article a été publié le 18 août 2018.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire