vendredi 2 décembre 2016

Les Enfants du Paradis, l’exposition


La Cinémathèque française présenta l’exposition Les Enfants du Paradis. L’Exposition, sous-titrée Carné, Prévert, Arletty, Barrault… Les secrets d’un film de légende. La genèse, la réalisation dès 1943, sous l’Occupation, et l’accueil, public et critique, à sa sortie en mars 1945 d’un chef d’œuvre cinématographique français restauré en 2011 par Pathé et à la distribution étincelante : le réalisateur Marcel Carné, le scénariste-dialoguiste Jacques Prévert aux répliques ciselées, les comédiens Arletty, Jean-Louis Barrault, Pierre Brasseur, le compositeur Juif Joseph Kosma... Le Théâtre du Petit Saint-Martin présente Brasseur et les Enfants du Paradisécrit et mis en scène par Daniel Colas, d’après une idée de et avec Alexandre BrasseurSoirée exceptionnelle le 3 décembre 2016 à 13 h 30 avec la pièce « Brasseur et les Enfants du Paradis », projection du film « Les Enfants du Paradis » de Marcel Carné puis rencontre avec Alexandre Brasseur et Daniel Colas. 



La caméra de Marcel Carné, le scénario et la planche en couleurs dessinée par Jacques Prévert, des tapuscrits de scénario, des lettres et manuscrits, des contrats des acteurs, des maquettes de décor d’Alexandre Trauner, les dessins et gouaches des costumes par le peintre Mayo, les partitions musicales de Joseph Kosma, les portraits d'Arletty par Kisling et Van Dongen, des documents administratifs, juridiques et comptables, des affiches magnifiques, des photographies de tournage inédites, tout le matériel publicitaire accompagnant la sortie du film… Ces précieuses archives provenant des collections de la Cinémathèque française et de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé racontent l’histoire émouvante, l’aventure d’un chef d’œuvre cinématographique mythique français Les Enfants du Paradis, de Marcel Carné (1906-1996), « figure majeure du cinéma français », excellent réalisateur surnommé par Arletty le « Karajan de l’écran ».

« Produit sous l’Occupation par Pathé et sorti sur les écrans en 1945, Les Enfants du Paradis de Marcel Carné, réalisé d’après un scénario original et des dialogues de Jacques Prévert, est un spectacle total (comédiens, photographie, lumière, découpage, musique, décors, costumes) d’une éclatante réussite esthétique. Ce triomphe de la grande « qualité française » – avant que celle-ci ne s’étiole et ne soit remplacée par la Nouvelle vague – est un film sur l’amour fou, les rapports entre le théâtre et le cinéma, la scène et la rue. Bon nombre de séquences mythiques sont gravées dans la mémoire collective ».

L’exposition s’article, selon un ordre chronologique, autour des principales étapes de l’aventure cinématographique des Enfants du Paradis. La « façade du théâtre des Funambules, où trône la silhouette de Deburau, est reconstruite ».

La Cinémathèque française rend aussi hommage à Marcel Carné dans sa Galerie des donateurs, ainsi qu’à Jacques et Pierre Prévert.

Un « chef-d’œuvre romantique »
« Les seuls films contre la guerre, ce sont les films d’amour », a écrit Jacques Prévert.

« Classé par l’Unesco au Patrimoine mondial », Les Enfants du Paradis est un « chef-d’œuvre romantique », et « d’abord une création personnelle : celle d’un poète, Jacques Prévert (1900-1977), amoureux du vieux Paris, du théâtre et du boulevard du Crime ». Avec son frère Pierre, Jacques Prévert a « contribué à la naissance d’un cinéma poétique et frondeur porté par une manière unique d’inventer des dialogues, à la fois imagés et vrais. Après avoir participé au mouvement surréaliste, Jacques Prévert écrit des textes pour le groupe Octobre, troupe de théâtre qui allait jouer dans les usines. Ayant placé sa plume au service de l’espoir d’une émancipation collective, il participe au scénario et aux dialogues du Crime de Monsieur Lange de Jean Renoir en 1935, de Lumière d’été de Jean Grémillon et surtout d’une série de films signés par Marcel Carné, entre 1938 et 1950 (Le Jour se lève, Le Quai des brumes, Les Visiteurs du soir et bien sûr Les Enfants du Paradis), qui marqueront fortement le cinéma français ». Jacques Prévert collabore aussi avec son frère Pierre, qui réalisé des « fantaisies cinématographiques étonnantes » tels L’Affaire est dans le sac ou Voyage surprise.

Puis Les Enfants du Paradis est devenu une œuvre collective, réalisée par une équipe technique et artistique exceptionnelle dirigée par Marcel Carné. Né dans un milieu modeste parisien, Marcel Carné débute comme journaliste critique de cinéma, puis assistant de Jacques Feyder. En 1936, il réalise Jenny, son premier long métrage. Avec Jacques Prévert, il forme un tandem artistique auteurs de films mythiques – Drôle de drame (1937), Le Quai des brumes (1938), Hôtel du Nord (1938), Le Jour se lève (1939), Les Visiteurs du soir (1942), Les Portes de la nuit (1946) - créant le « réalisme poétique », qui mêle « critique sociale et fatalisme philosophique, réalisme et stylisation onirique ». Les Enfants du Paradis marque l’apogée de la collaboration avec Prévert. Marcel Carné regrette de n’avoir pu réaliser ce film en couleurs. Il poursuit une carrière importante de qualité (Thérèse Raquin), évoquant parfois des sujets contemporains (Les Tricheurs).

Dans l’équipe des Enfants du Paradis, citons Roger Hubert à la caméra, Alexandre Trauner et Léon Barsacq aux décors, Joseph Kosma et Maurice Thiriet à la musique (orchestrée par Charles Munch), le peintre Mayo aux costumes.

« D’inoubliables interprètes incarnent des personnages à la puissante personnalité : Arletty – « On m’appelle Garance… » – trouve là son meilleur rôle au cinéma, malgré les difficultés personnelles qu’elle rencontre alors. Jean-Louis Barrault, qui exerce la pantomime depuis les années 1930, fait revivre magnifiquement Deburau. Doté de la même truculence et appétit de vivre que l’original, Pierre Brasseur incarne l’acteur Frédérick Lemaître. Maria Casarès fait ses débuts en tremblant, terrifiée par Marcel Carné qui la tyrannise. Tous les autres comédiens brillent, de Gaston Modot à Louis Salou, en passant par Pierre Renoir, Fabien Loris et Jane Marken. Parmi les figurants : Simone Signoret, Gérard Blain, Jean Carmet…

Prévert a ciselé pour eux des répliques étincelantes qui fusent comme des feux d’artifice.

Lacenaire, interprété par Marcel Herrand avec une ressemblance saisissante, est d’ailleurs un miroir du scénariste : il confie par exemple qu’il est en train d’écrire « un petit acte plein de gaieté et de mélancolie. Deux êtres qui s’aiment, se perdent, se retrouvent et se perdent à nouveau » – c’est exactement l’histoire des Enfants du Paradis ».

Un tournage complexe
La réalisation de cette œuvre majeure, populaire et raffinée, s’est faite en pleine Occupation et dans d’âpres difficultés.

Au début, André Paulvé produit le film.

Long – environ deux ans -, ruineux et complexe, éclaté en des endroits différents - aux studios de la Victorine à Nice, aux studios Pathé de Paris et de Joinville -, le tournage s’arrête brusquement en septembre 1943, « en raison du départ des premiers financiers italiens ».

Construits à la Victorine, les immenses décors de Alexandre Trauner et Léon Barsacq représentant le boulevard du Temple, sont délaissés.

Des intervenants Juifs et anti-vichystes - Trauner, ami de Jacques Prévert, Kosma - travaillent dans la clandestinité.

En octobre 1943, la société Pathé reprend la production. Mais Carné fait perdurer le tournage, car il espère que son film sortira sur les écrans français à la Libération.

Alertes aériennes, pénurie d’électricité et de matière première… Le travail est ralenti par la guerre et les restrictions. La « pellicule, denrée rare, provient parfois du marché noir ».

Antisémite avéré, « l’acteur halluciné » Robert Le Vigan s’enfuit. Son rôle est repris par Pierre Renoir.

Prévu pour durer quatre mois, le tournage du film Les Enfants du Paradis a finalement représenté deux ans de travail et absorbé un budget important.

Il est présenté en deux époques le 9 mars 1945 dans une France libérée. Le film est un triomphe, public et critique, et son succès ne connaît aucune éclipse.

Une troisième époque est même prévue, mais ne sera pas réalisée.

Des documents remarquables sur le film
Cette exposition est réalisée grâce aux documents rares conservés par la Cinémathèque française dès les années 1940, grâce à l’amitié qui liait les frères Jacques et Pierre Prévert et Henri Langlois, enrichis en 2009 par l’acquisition de la collection personnelle de Marcel Carné et par le don en 2010, par Eugénie Bachelot-Prévert, du scénario original manuscrit de Jacques Prévert. Et grâce aux archives de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé : « affiches, dessins, photographies, matériels publicitaires, costumes, appareils, scénarios, correspondances, maquettes, rushes, ainsi que des archives de production ».

Cible de violentes critiques par des critiques des Cahiers du cinéma, dont François Truffaut dans les années 1950, Marcel Carné avait fait don de ses archives à la French Library de Boston. Dans les années 1970, François Truffaut, devenu un réalisateur talentueux et célèbre, aurait dit : « Je donnerai tous mes films pour avoir réalisé Les Enfants du Paradis ». En 2009, la Cinémathèque française a racheté le fonds Marcel Carné à la French Library de Boston, et en montre des pièces superbes - affiches, photographies, appareils, maquettes, lettres, costumes - dans sa Galerie des donateurs.

"Grâce à la collection de scénarios et découpages manuscrits, on peut suivre le travail minutieux de Carné, excellent artisan du cinéma, sur ses films. Cette collection contient des documents uniques et prestigieux, comme le découpage manuscrit des Enfants du Paradis et de nombreux scénarios dactylographiés fort intéressants, car truffés de photographies et de dédicaces : ces documents sont devenus des objets de musée, riches en symboles et références cinéphiliques, avec leurs mentions manuscrites et leur iconographie ajoutées".

La fête du cinéma se déroula du 26 au 29 juin 2016.

Le Théâtre du Petit Saint-Martin présente Brasseur et les Enfants du Paradis.Présenté par ATA en accord avec Uska Productions, le spectacle est écrit et mis en scène par Daniel Colas, d’après une idée de et avec Alexandre Brasseur. "Hiver 1943 en France. Malgré les contrôles et la dangerosité ambiante, un quatuor magique un peu bohème va se terrer, à deux doigts des réseaux clandestins. Caché en Provence, co-habitent Prévert, Carné, Trauner et Kosma, la trentaine éclatante. Quatre amis, quatre artistes, quatre génies. Auteur anti-militariste, réalisateur homosexuel, décorateur et compositeur juifs, ils se retrouvent dans la tourmente des verts de gris, des collabos et des résistants. Généreux et heureux malgré le malheur, ils veulent se battre avec leurs armes. Les mots, les images, la beauté, la musique. Leur devise est de regagner par l'esprit ce qui avait été perdu par les armes. Ensemble, dans le plus grand secret, entourés de leurs femmes et de quelques amis, ils vont écrire, rêver, dessiner et composer en six mois, Les enfants du paradis. Ensemble, ils vont collaborer dans la clandestinité, pour faire souffler le vent de la liberté sur les cendres d'une France décharnée. Une histoire humaine, pétrie de joies, de craintes et d'amitié, sur la genèse d'une œuvre majeure, au milieu des menaces quotidiennes de la guerre qui assaille le pays. Alexandre Brasseur, à travers la parole de son grand-père, Pierre, nous fait revivre l’histoire extraordinaire et pourtant vraie, de ce monument du cinéma français".

Soirée exceptionnelle le samedi 3 décembre 2016 à 13 h 30 avec la pièce « Brasseur et les Enfants du Paradis », projection du film « Les Enfants du Paradis » de Marcel Carné puis rencontre avec Alexandre Brasseur et Daniel Colas. "Sorti en 1945, Les enfants du paradis a été réalisé par Marcel Carné d’après un scénario de Jacques Prévert. Marcel Carné a 37 ans et six films à son actif, dont cinq sont considérés comme des classiques, lorsqu’il débute le tournage des Enfants du Paradis. Il vient de réaliser Les visiteurs du soir qui fut l’un des plus grand succès du cinéma français durant la Seconde guerre mondiale. Classé au Patrimoine de l’humanité par l’UNESCO, ce film est une des rares productions réalisées pendant l’occupation allemande".

Jusqu’au 27 janvier 2013
51, rue de Bercy, 75012 Paris
Tél. : 01 71 19 33 33
Du lundi au samedi de 12 h à 19 h, le dimanche de 10 h à 20 h. Nocturne le jeudi jusqu’à 22 h. Fermeture le mardi 

Visuels :
Les Enfants du paradis, scénario manuscrit illustré de Jacques Prévert, France, 1943
Crayon de couleur et encre sur papier 59,4 x 79 cm
Collection Cinémathèque française © FATRAS / Succession Jacques Prévert
Première étape scénaristique du scénario des Enfants du Paradis. Les noms des protagonistes ne sont pas encore définitifs : Lacenaire est Mécenaire, Lemaître est Leprince et Deburau est Tabureau. Prévert envisage une troisième partie. Les idées fusent au milieu d’une foule de dessins relatifs au film (le miroir de Garance, un funambule) ou de croquis facétieux qui n’ont pas de rapports apparents : les frères Lumière, « M. Raton – Napoléon Bonapitre »…

Portrait d’Arletty, par Moïse Kisling
Huile sur toile, 98 x 195 cm, 1933
Collection Association des Amis du Petit Palais, Genève © ADAGP, Paris 2012/ Photo © Studio Monique Bernaz, Genève
Arletty a débuté comme mannequin et girl de revue avant de se lancer dans le théâtre puis au cinéma. Cette magnifique « impératrice des faubourgs » était, à la ville comme à l’écran, une femme libre.

Garance (Arletty)
Photographie de tournage rehaussée de couleur, 39,1 x 29,9 cm, 1944-1945
Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé © 1945 – PATHE PRODUCTION 

Maquette de décor : Le boulevard du Crime, par Alexandre Trauner
Huile sur carton, marouflée sur toile, rehaussée à la gouache, 108,5 x 74 cm, 1943
Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé – ADAGP, Paris 2012 © 1945 – PATHE PRODUCTION
C’est sans doute le décor le plus célèbre de l ’histoire du cinéma français. « Le film a demandé trois mois de dessin et trois mois de construction, ce qui n’est pas exagéré pour une réalisation de cette importance. Il ne faut pas oublier qu’il n’y avait pas que le grand décor du boulevard du Crime mais aussi beaucoup de décors élaborés comme le grand hall du comte, l’appartement d’Arletty chez lui ou la salle des bains turcs. C’était des décors très ouvragés et très finis. » (A. Trauner).

Le théâtre des Funambules et le Paradis
Les Enfants du paradis
Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé © 1945 – PATHE PRODUCTION

Maquette de costume pour Les Enfants du Paradis : « Figuration des Funambules, Cigogne », par Mayo
Gouache, 55 x 40 cm, 1943
Collection Cinémathèque française © ADAGP, Paris 2012

Frédérick Lemaître (Pierre Brasseur)
Photographie de tournage rehaussée de couleur, 39,1 x 29,9 cm, 1944-1945
Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé © 1945 – PATHE PRODUCTION

Baptiste en Pierrot (Jean-Louis Barrault)
Photographie de tournage rehaussée de couleur, 39,1 x 29,9 cm, 1944-1945
Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé © 1945 – PATHE PRODUCTION

Scène de foule sur le boulevard du Crime
Photographie de Roger Forster.
Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé – ADAGP, Paris 2012 © 1945 – PATHE PRODUCTION 

Garance (Arletty) et Baptiste (Jean-Louis Barrault)
Photographie Les Enfants du Paradis
Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé © 1945 – PATHE PRODUCTION

Maquette d’affiche : Les Enfants du Paradis, par Jacques Bonneaud
Gouache et pastel sur papier, 25,5 x 37,5 cm, c. 1945
Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé - ADAGP, Paris 2012 © 1945 – PATHE PRODUCTION 

La pantomime de Pierrot (Jean-Louis Barrault) au théâtre des Funambules
Photographie Les Enfants du Paradis
Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé © 1945 – PATHE PRODUCTION 

Le comte Edouard de Montray (Louis Salou) et Lacenaire (Marcel Herrand)
Photographie Les Enfants du Paradis
Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé © 1945 – PATHE PRODUCTION

Maquette de costume pour Les Enfants du Paradis : « Figuration des Funambules, L’Ane Al iboron », par Mayo
Gouache, 57,3 x 39,9 cm, 1943
Collection Cinémathèque française © ADAGP, Paris 2012
Au théâtre des Funambules, les animaux interviennent dans la vie quotidienne des êtres humains : c’est ainsi que Frédérick Lemaître a commencé sa carrière, aux Variétés Amusantes, déguisé en lion.

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Les citations sont extraites du dossier de presse. L'article a été publié le 26 janvier 2013, puis le 26 juin 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire