Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

samedi 12 septembre 2020

Eddie Constantine (1917-1993)


Eddie Constantine (1917-1993) était un acteur, chanteur et écrivain juif américain, dont l’essentiel de la carrière s’est déroulée en France. Dans les années 1950, il devient célèbre en interprétant l'agent secret Lemmy Caution - un personnage qu'il incarnera sous la direction de Jean-Luc Godard -, et par des chansons de crooner. Arte diffusera le 17 septembre 2020 « Des frissons partout » (FBI-Agent Eddie) de Raoul André.

Zabou Breitman, comédienne, scénariste et réalisatrice
Les Enfants du Paradis, l’exposition 
Eddie Constantine (1917-1993)
Lemmy Constantine
Sami Frey 
« 1940 - Main basse sur le cinéma français » de Pierre-Henri Gibert
Serge Gainsbourg (1928-1991)  
« La graine et le mulet » d'Abdellatif Kechiche
Diane Kurys
Jean-Pierre Mocky (1929-2019)
Bernard Natan (1886-1942)
« Charles Pathé et Léon Gaumont. Premiers géants du cinéma » par Emmanuelle Nobecourt 
Des studios Pathé-Albatros à l’Espace Albatros
Les Studios Éclair de 1907 à 2007
Tournages Paris-Berlin-Hollywood 1910-1939

Né Israel Constantine, Eddie Constantine (1917-1993) a des parents d'origine russe et polonaise.

Désirant embrasser une carrière de chanteur, il étudie à Vienne. 

De retour aux Etats-Unis, il gagne sa vie comme figurant, puis incarne un personnage dans Egypt by three de Victor Stoloff (1953). 

Dans les années 1950, n'ayant pas rencontré le succès espéré, il retourne en Europe. A Paris, il chante dans des cabarets. Grâce à Édith Piaf, il tourne dans La P'tite Lili, une comédie musicale. Il traduit en anglais les paroles de chansons de son répertoire dont La Vie en rose et Hymne à l'amour.

Il prête sa démarche nonchalante, son accent américain et son charme à des films de série B mêlant action et humour, et incarne l'agent secret Lemmy Caution qui assure son succès dès La Môme vert-de-gris de Bernard Borderie (1953), adapté d'une série noire de Peter Cheyney. Eddie Constantine joue ce personnage dans une série de films de série B : Cet homme est dangereux (1953), Ça va barder (1953), Je suis un sentimental (1955), Lemmy pour les dames (1961) et À toi de faire… mignonne (1963). 

"En 1955, Eddie Constantine se racontait au micro de l'émission "La Parole est à la nuit" de Luc Bérimont. Après son enfance, sa jeunesse, la figuration à Hollywood, sa venue en France, il évoquait avec humour sa filmographie et insistait sur son horreur de la bagarre... "Je bois 240 whiskies par film, les coups qu'on donne c'est déjà fatiguant mais ceux qu'on reçoit... 50, 60 par bobine ça compte à la fin de la journée. Évidemment c'est bien payé, ça vaut mieux que de laver des voitures à Los Angeles.", confiait-il, amusé.

Eddie Constantine demeure une vedette européenne dans les années 1950 et 60, en poursuivant une carrière d'acteur et de chanteur. 


Au répertoire musical de crooner d'Eddie Constantine : « L'enfant de la balle », « Cigarettes, whisky et p'tites pépées », « Et bailler et dormir », « Noël blanc », « Old Man River », « Ça bardait », « Ah ! Les femmes », « Je vais revoir ma blonde », « C'est si bon », « Ma p'tite folie », « Le scaphandrier »...

Avec Juliette Gréco, Eddie Constantine interprète "Je prends les choses du bon côté".

Il écrit des romans, en particulier Votre dévoué Blake (1955, Presses de la Cité, collection Un Mystère n° 226) et Le Propriétaire (1975, J.C. Lattès.)

Et il s'occupe de son écurie de courses. 


Vers le milieu des années 1960, il tourne sous la direction de Jean-Luc Godard, un des auteurs de la "nouvelle vague"  le film de science fiction "Alphaville. Une étrange aventure de Lemmy Caution" (1965) avec Anna Karina, "Lucky Jo", de Michel Deville avec Pierre Brasseur et Christiane Minazzoli, "À tout casser" de John Berry (1968) avec Johnny Hallyday et "Le Couple témoin" de William Klein (1977).

C'est en Allemagne, où il s'installe, qu'il oriente sa carrière et intéresse de jeunes réalisateurs : Rainer Werner Fassbinder ("Prenez garde à la sainte putain", 1971), Lars von Trier ("Europa", 1991), et Mika Kaurismäki ("Helsinki-Napoli", 1987). 

Il ré-endosse le costume de Lemmy Caution, qui le rendit célèbre, pour Jean-Luc Godard dans Allemagne Année 90 Neuf Zéro (1991).

Avec sa première épouse, la danseuse Helene Musil (1942-1976), Eddie Constantine a trois enfants : Tanya Constantine, née en 1943, a chanté avec son père "L'homme et l'enfant" (1956), est photographe et l'auteur de "Out of My Father's Shadow: Sinatra of the Seine, My Dad Eddie Constantine", Barbara Constantine, née en 1955, a été scripte, puis une romancière primée - "Allumer le chat" (2007), "À Mélie sans mélo", "Et puis, Paulette..." traduit en 22 langues (2012) - et Lemmy Constantine, né en 1957, est chanteur et acteur.

Après avoir divorcé, il épouse Dorothea Gibson en 1977. Une union d'un an qui s'achève en divorce. Son mariage avec la productrice allemande Maya Faber-Jansen dure jusqu'au décès de l'acteur d'un infarctus du myocarde (1979-1993).  Leur fille Mia Constantine, née en 1981, est metteur en scène.

« Des frissons partout »
Arte diffusera le 17 septembre 2020 « Des frissons partout » (FBI-Agent Eddie) de Raoul André (1964). « Un agent du FBI tente d’arrêter un voleur insaisissable, au cœur d’une guerre des gangs où même les visages s’avèrent trompeurs... Avec Eddie Constantine. »

« Paris, 1963. Deux bandes de gangsters se disputent le butin du plus fabuleux hold-up du siècle : un demi-milliard de diamants, volés place Vendôme. C'est Grégori, dit "l'Insaisissable", qui a mis la main sur le magot. Jeff Gordon, agent du FBI, se lance à sa poursuite et se retrouve pris au beau milieu d’une guerre de gangs ». 

« Aidé par Lisa, une enquêtrice privée, Jeff se rend dans une maison de repos où il pense retrouver la trace du voleur. »

« L’établissement dispose d’une salle d’opération clandestine, dans laquelle un certain docteur Mercier pratique la chirurgie esthétique sur des gangsters pour modifier leur visage et leurs empreintes digitales... »

« Entre comédie et action, un réjouissant film de série B datant de la grande époque des coproductions franco-italiennes, avec la star du genre, Eddie Constantine. »


« Des frissons partout » de Raoul André
France, Italie, 1963
Scénario : Michel Lebrun
Production : Productions J. Roitfeld, Belmont Films, Fida Cinematografica, Les Films Jean Manzon, Producteur/-trice : Jacques Roitfeld
Image : Henri Persin
Montage : Gabriel Rongier
Musique : Michel Magne, Avec Perrette Pradier (Lisa Lambert), Daniel Emilfork (Yanakos), Eddie Constantine (Jeff Gordon), Jean Galland (le commissaire), Clément Harari (Lorenz), Paul Bonifas (le notaire), Daphné Dayle (Barbara), Janine Vila (Liliane), Nando Gazzolo (docteur Mercier), Victor Beaumont (Grégori)
Sur Arte le 17 septembre 2020 à 13 h 35
Disponible du 17/09/2020 au 23/09/2020

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sur le film sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire