samedi 23 septembre 2017

Sonia Delaunay (1885-1979)


Le Museo Thyssen présente Sonia Delaunay. Arte, diseño y modaCette rétrospective consacrée à Sonia Delaunay (1885-1979) "depuis 1967 rassemble, aux côtés de trois reconstitutions exceptionnelles d’environnements, plus de 400 œuvres : peintures, décorations murales, gouaches, estampes, mode et textiles. Cette monographie qui suit l’évolution de l’artiste", pionnière de l’abstraction, "de l’aube du XXème siècle à la fin des années 1970, met en lumière l’importance de son activité dans les arts appliqués, sa place spécifique au sein des avant-gardes européennes, ainsi que son rôle majeur dans l’abstraction dont elle figure parmi les pionniers". Une symphonie harmonieuse de courbes, lignes obliques et losanges, bariolés ou en noir et blanc. Des effets d'optiques par ruptures géométriques et chromatiques. 

Fashion Forward, 3 siècles de Mode (1715-2016) Sonia Delaunay (1885-1979)
Anatomie d’une collection
Madame Grès, la couture à l’œuvre
Madame Carven (1909-2015)
Jeanne Lanvin
« Assassinat d'une modiste » de Catherine Bernstein
« Stitching History from the Holocaust »
La Mode retrouvée. Les robes trésors de la comtesse Greffulhe
Sonia Rykiel (1930-2016)

Sonia Delaunay est née Sarah Sophie Stern Terk dans une famille juive de Gradizhsk (Ukraine) en 1885. Elle grandit à Saint-Petersbourg au sein d’une famille bourgeoise et cultivée.

Après avoir étudié l’art à Karlsruhe, elle approfondit sa formation artistique à Paris.

Là, en 1908, elle épouse le galeriste allemand Wilhelm Uhde. Le mariage s’achève rapidement par un divorce.

Sonia se remarie en 1909 avec Robert Delaunay. De leur union, naît en 1910 leur fils, Charles.

L’art des époux Delaunay est très proche. Ils créent en 1911 l’orphisme, un mouvement associant couleurs vives et formes géométriques. Si Gauguin et le fauvisme influencent leurs premières œuvres, le primitivisme russe est prégnant chez Sonia Delaunay. Les Delaunay arrivent « en 1912 à une peinture pure, abstraite, où la couleur est forme et sujet » (« Contrastes simultanés »). Ils la diffusent dans leurs décors et costumes pour des spectacles. Sonia Delaunay la promeut dans les arts « appliqués » : tissus, vitraux, reliures de livres (« De nos oiseaux » de Tzara), illustrations de revues (« Vogue »), affiches publicitaires, etc.

En témoignaient des œuvres exposées en 2003 au musée national d’art moderne du Centre Pompidou et en 2008 au musée Galliera dans l’exposition Les années folles 1919-1929. Dans la salle Art déco du MAM, trois vêtements de Sonia Delaunay soulignent son rôle essentiel de styliste de mode. « Appliquant au textile ses recherches picturales, Sonia Delaunay crée dès 1913 des robes « simultanées », aux rythmes et formes déterminés par la couleur ».

Dans les années 1930, le couple Delaunay rejoint le groupe Abstraction-Création et décline à l’infini « le disque simultané ». Il participe à l’art dans la rue et décore le Palais des chemins de fer et de l’air. Il juxtapose et désarticule « les courbes, demi-disques, arcs-de-cercles concentriques et les sinusoïdes dans un rythme de couleurs ».

Dans le cadre de l’Année France Russie 2010, le musée d’Art moderne (MAM) de la Ville de Paris a invité en 2010-2011 le musée Galliera, une institution culturelle parisienne voisine fermée pour travaux jusqu'au printemps 2012, à présenter, lors de l'exposition intéressante Les Russes à Paris - Le musée d’art moderne invite le musée Galliera,  des vêtements de Sonia Delaunay (1885-1979) et Natalia Gontcharova (1881-1962), deux artistes originaires de l’empire russe et ayant choisi Paris. Un dialogue entre ces robes, les œuvres picturales de Natalia Gontcharova et de Robert Delaunay (1885-1941), une veste de Paul Poiret (1879-1944) et le mobilier de la salle Art Déco du MAM.

Les peintures de Natalia Gontcharova sont mises en regard avec deux de ses robes. « Très influencées par la luxuriance des ballets russes, ces créations textiles se caractérisent par des applications et broderies aux couleurs vibrantes, comme en témoigne la robe en crêpe de Chine noir (vers 1925) rehaussée d’une éclatante polychromie. Plus figuratif, le décor lamé or de la seconde robe (vers 1922-1924) relève de l’esthétique Art déco ».

Autre grand couturier invité : Paul Poiret qui séjourne en Russie dès 1911. Sa fascination pour la culture russe lui inspire une veste en toile de coton blanche et rouge (vers 1920). Le MAM présentait un film réalisé en 1925, et conservé dans les Archives françaises du film du CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée). On y voyait ce célèbre couturier, qui avait osé supprimer le corset, dans ses salons du Rond-point des Champs-Elysées.

Etaient également exposés trois clichés de Mabel (dite Thérèse) Bonney (1894-1978), une photographe américaine qui vit à Paris dès 1919 et se passionne pour l’architecture contemporaine : Robert Mallet-Stevens, André Lurçat, Gabriel Guévrékian…

Cette effervescence artistique, remarquable dans la peinture et la haute couture, influe aussi sur le mobilier. Dans la salle Art déco, les œuvres de Jacques-Emile Ruhlmann, Michel Dufet, Eugène Printz, Jean Dunand…

Un « travail instinctif »

Le Musée d'art moderne de la Ville de Paris (MAM) a présenté l'exposition Decorum avec des œuvres notamment de Sonia Delaunay. 

Le département des Arts graphiques des décoratifs a présenté l’exposition Tissus simultanés de Sonia Delaunay : dessins en couleur (1924-1949). Une dizaine d’œuvres autour de la création de Sonia Delaunay, pionnière de l’abstraction. Une symphonie harmonieuse de courbes, lignes obliques et losanges, bariolés ou en noir et blanc. Des effets d'optiques par ruptures géométriques et chromatiques.

Sonia Delaunay « multiplie les recherches picturales autour d’une exploration de la lumière, du mouvement des couleurs » et de leur « contraste simultané ».

Aux Arts décoratifs, cette sélection de « dessins pour des tissus simultanés - pensée pour le Drawing now in Paris 2012 – expose, au format d’un corpus raisonné, motifs géométriques, formes éclatantes, compositions rythmiques et rythmées, à la manière d’un hommage pour celle qui entendit la demande sociale de son temps, à la recherche, pour l’ornement des corps autant que celui de la maison », du « chant sensuel de la couleur ».

Sonia Delaunay a offert ces œuvres au musée des Arts décoratifs dès 1966.

Quant aux œuvres, « chevrons à la verticale, décors alternés, larges bandeaux, subtiles diagonales, rectangles convexes, rayures chatoyantes, losanges superposés, lignes brisées ou chavirées, brillent en sombre et en couleurs sur le violet de la nouvelle cimaise du musée des Arts décoratifs ; lascives en même temps que jazzy, elles ondulent aussi au gré du tempo marqué par Django Reinhardt, camarade du critique musical Charles Delaunay, fils de Robert et Sonia ».

Le Musée d'art moderne de la Ville de Paris (MAM) a présenté l'exposition Sonia Delaunay, les couleurs de l'abstractionCette "première grande rétrospective parisienne consacrée" à Sonia Delaunay (1885-1979) "depuis 1967 rassemble, aux côtés de trois reconstitutions exceptionnelles d’environnements, plus de 400 œuvres : peintures, décorations murales, gouaches, estampes, mode et textiles. Le "parcours chronologique, largement documenté, illustre la richesse et la singularité de l’œuvre de Sonia Delaunay marquée par un dialogue soutenu entre les arts. L’ensemble des œuvres choisies révèle une approche personnelle de la couleur, réminiscence de son enfance russe et de son apprentissage de la peinture en Allemagne".

"Tandis que Robert Delaunay conceptualise l’abstraction comme un langage universel, Sonia Delaunay l’expérimente sur les supports les plus variés (tableaux, projets d’affiches, vêtements, reliures, objets domestiques) et crée à quatre mains avec le poète Blaise Cendrars La Prose du Transsibérien et de la Petite Jehanne de France".

Lors de la Première Guerre mondiale, son "passage en Espagne et au Portugal coïncide avec un premier développement de ses activités dans les domaines du théâtre et de la mode qu’elle commercialise à Madrid dès 1918, puis à son retour à Paris dans les années 1920. La décennie suivante marque l’épanouissement d’une abstraction épurée, caractéristique du style international, et en harmonie avec l’architecture comme en témoignent les grandes décorations murales du Pavillon de l’Air de l’Exposition internationale des arts et techniques, présentées à Paris pour la première fois depuis 1937. Le rôle de « passeur » de l’artiste entre la génération des pionniers de l’abstraction et celle de l’après-guerre se manifeste à travers sa participation aux Salons des Réalités Nouvelles, son implication dans les projets d’architecture et sa présence au sein de la galerie Denise René".

"Dès l’après-guerre, la peinture de Sonia Delaunay connaît un profond renouvellement qui culmine, à la fin des années 1960, dans un art abstrait intensément poétique. Sa créativité formelle et technique s’exprime alors dans des œuvres monumentales (peinture, mosaïque, tapis, tapisserie) et son œuvre tardive connaît un ultime essor dans les albums d’eaux-fortes et les éditions Artcurial".

"Servie par la reconstitution d’ensembles et de dispositifs inédits, et la présence de photographies et de films d’époque, l’exposition souligne le paradoxe d’une œuvre profondément inscrite dans son temps – de la belle époque aux années 1970 – et la constance des recherches formelles et la quête de synthèse des arts rendent également atemporelle".


La galerie Saphir au Marais a présenté l'exposition Sonia Delaunay et son temps (18 décembre 2014-8 mars 2015). Des œuvres de cette artiste dialoguent avec celles de Chagall, Braque, Calder, Maryan, Szekely...

En 2015, la Tate Modern gallery a présenté l'EY exposition Sonia DelaunayCette rétrospective consacrée à Sonia Delaunay (1885-1979) "depuis 1967 rassemble, aux côtés de trois reconstitutions exceptionnelles d’environnements, plus de 400 œuvres : peintures, décorations murales, gouaches, estampes, mode et textiles. Cette monographie qui suit l’évolution de l’artiste", pionnière de l’abstraction, "de l’aube du XXème siècle à la fin des années 1970, met en lumière l’importance de son activité dans les arts appliqués, sa place spécifique au sein des avant-gardes européennes, ainsi que son rôle majeur dans l’abstraction dont elle figure parmi les pionniers". Une symphonie harmonieuse de courbes, lignes obliques et losanges, bariolés ou en noir et blanc. Des effets d'optiques par ruptures géométriques et chromatiques. 


La galerie Le Minotaure et la galerie Alain Le Gaillard ont présenté l'exposition Ecole de Paris. Les Russes (20 mars-16 mai 2015) avec notamment l'oeuvre Ronds rouge noir sur fond bleu, gouache sur papier (1945) de Sonia Delaunay.

La galerie Saphir à Dinard, en Bretagne, présenta une exposition collective, avec des œuvres d'Alain Kleinmann.

 La galerie Saphir au Marais proposa l'exposition "Collection hongroise d'avant-garde". Cet "ensemble exceptionnel de la collection personnelle hongroise de l'éditeur Imre Pan, réunit des œuvres de Sonia Delaunay, André Marfaing, Victor Vasarely, Corneille, Jacques Doucet, Jean Rustin, Christine Boumeester, Roger Derieux, Camille Bryen..." Vernissage le 8 mars 2016 de 18 h à 21 h. 

Dans le cadre du 12e Festival des cultures juives, la galerie Saphir Maris présenta l'exposition Les pionniers de l'avant-garde (14-28 juin 2016). Parmi les artistes dont les œuvres étaient exposées : Chagall, Sonia DelaunayMichel Kikoïne... Le 21 juin 2016, de 16 h 30 à 18 h, une table-ronde réunissant notamment les historiennes d'art Julia Cserba et Annie Cohen-Solal, évoqua cette thématique à la Mairie du IIIe arrondissement de Paris en présentant artistes, mécènes, collectionneurs et éditeurs d'art.

Le Museo Thyssen présente l'exposition Sonia Delaunay. Arte, diseño y moda. "La artista de origen ruso Sonia Delaunay (1885– 1979) fue una figura clave de la primera vanguardia parisiense. Junto a su marido, el pintor Robert Delaunay, emprendió una aventura artística que, basada en los contrastes de color y la disolución de la forma a través de la luz, les encaminó hacia la abstracción".

Sonia Delaunay. Arte, diseño y moda "es la primera exposición monográfica de la artista en nuestro país y se propone mostrar su multidisciplinar práctica artística. Pinturas, diseños de moda y textiles conviven con sus innovadoras colaboraciones con poetas o escenógrafos. La muestra pone además especial atención en el periodo en que la artista y su familia residieron en Madrid, ciudad a la que llegaron hace precisamente 100 años".



Du 14 au 28 juin 2016. Vernissage le 21 juin 2016 de 18 h à 21 h. 

Eté 2015. Vernissage le 16 juillet 2015 de 17 h à 21 h.
38, rue du Maréchal Leclerc. Dinard
Tél. : 02 99 46 86 85

A la Tate Modern gallery 
Du 15 avril au 9 août 2015
Bankside
London SE1 9TG
Tous les jours de 10 h à 18 h, et les vendredis et samedis jusqu'à 22 h
Tél.: +44 (0)20 7887 8888

Du 18 décembre 2014 au 8 mars 2015
A la galerie Saphir au Marais
69, rue du Temple - 75003 Paris - 01 42 72 61 19 
Tous les jours de 13 h à 19 h
Vernissage le 18 décembre 2014 de 18 h à 21 h

Sonia Delaunay, les couleurs de l'abstraction
17 octobre 2014-22 février 2015 
Au Musée d'art moderne de la Ville de Paris

Decorum
Du 11 octobre 2013 au 9 février 2014
Au Musée d'art moderne de la Ville de Paris
Tél. : 01 53 67 40 00
Du mardi au dimanche de 10 h à 18 h. Le jeudi jusqu'à 22 h

Jusqu’au 3 juillet 2012
107, rue de Rivoli. 75001 Paris
Tél. : 01 44 55 57 50
Du mardi au dimanche de 11 h à 18 h

Jusqu’au 9 janvier 2011
11, avenue du Président Wilson. 75116 Paris
Tél. : 01 53 67 40 00
Entrée gratuite
Du mardi au dimanche de 10 h à 18 h
Nocturne le jeudi jusqu'à 22 h

Visuels de haut en bas :
Affiche
Sonia Delaunay, Prismes électriques, 1913-1914, © Pracusa 2013057
Photo Davis Museum at Wellesley College, Wellesley, MA, Gift of Mr. Theodore Racoosin

Sonia Delaunay
Nu Jaune, 1908 Musée des Beaux-arts de Nantes
© Pracusa 2013057

Sonia Delaunay
Couverture de Berceau, 1911, MNAM

© Pracusa 2013057

Sonia Delaunay
Couverture du catalogue de l'exposition de Stockholm, Autoportrait, 1916
© Pracusa 2013057

© BNF

Projet de tissu simultané n° 6
Sonia Delaunay (1885-1979)
France, 1924
Gouache lavée
Don manuel Sonia Delaunay, 1966
Inv. 40393
© Les Arts Décoratifs

Natalia Gontcharova (1881-1962) pour le salon Myrbor
Robe du soir en satin de soie noire, broderies et applications lamé or et argent (vue de face)
vers 1922-1924
© L Degrâces et Ph Ladet / Galliera / Roger-Viollet © ADAGP 2010

Paul Poiret (1879-1944)
Veste en toile de coton blanche brodée de fils de coton polychromes
vers 1920
© L. Degrâces et Ph. Ladet / Galliera / Roger-Viollet

Studio REP
Modèles devant voiture simultanée, 1925
© Pracusa 2013057
© BNF
Robert mallet-Stevens © Adagp, Paris 2014
Jacques Heim © DR

Projet de tissu n° F 1426
Sonia Delaunay (1885-1979)
France, 1948
Gouache lavée
Don Sonia Delaunay, 5 juin 1966
Inv. 40426
© Les Arts Décoratifs

Sonia Delaunay
Manteau pour Gloria Swanson, c. 1924,
Broderie de laine
Collection particulière
© Pracusa 2013057

Projet de tissu simultané n° 25
Sonia Delaunay (1885-1979)
France, 1924
Ferret
Gouache lavée
Don Sonia Delaunay, 5 juin 1966
Inv. 40394
© Les Arts Décoratifs

Sonia Delaunay
Hélice, décoration pour le « Palais de l’Air », Exposition Internationale des Arts et Techniques, Paris 1937
© Pracusa 2013057
© Skissernas Museum, Lund, Sweden/Emma Krantz

Portrait, cliché André Villers 1971
© Pracusa 2013057
© BNF
André Villers © Adagp, Paris 2014

Sonia Delaunay
Composition pour jazz, 2e série, No F 344", Paris 1952
© Pracusa 2013057
© Courtesy Natalie Seroussi et Galerie Zlotowski, Paris

Sonia Delaunay
Ronds rouge noir sur fond bleu 
C. 1945
Gouache sur papier
24 x 29,5 cm
Dédicacé en 1945 à Albert Gleizes

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont extraites des communiqués de presse.
Cet article a été publié le 30 décembre 2010, les 29 juin 2012, 5 février et 18 décembre 2014, 20 février, 12 mai et 13 juillet 2015, 8 mars et 20 juin 2016. Il a été modifié le 19 septembre 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire