Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 28 août 2020

Frida Kahlo (1907-1954)


Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo (1907-1954) était une artiste peintre et enseignante d'art mexicaine. Arte diffusera le 30 août 2020, dans la série « L'amour à l'oeuvre » (Liebe am Werk)« Frida Kahlo et Diego Rivera » (Frida Kahlo & Diego Rivera) de Stéphanie Colaux. Deux expositions, dont l'une virtuelle, lui sont consacrées.

Frida Kahlo (1907-1954) 

Frida Kahlo (1907-1954) était une artiste peintre mexicaine.

Âgée de poliomyélite à l'âge de six ans, elle est grièvement blessée lors d'un grave accident de bus en 1925. 


Autodidacte, elle développe, dans ses (auto)-portraits ou diverses oeuvres un style mêlant la nature à des éléments caractéristiques du Mexique, un art naïf, réaliste, souvent inspiré de sa vie douloureuse.

En 1927, elle adhère au Parti communiste, et a une liaison vers 1937-1939 avec Léon Trotsky, exilé.

L'oeuvre de Frida Kahlo qui suscite l'enthousiasme du poète surréaliste André Breton. Celui-ci convainc le galeriste américain Julien Levy d'organiser une exposition individuelle sur cette artiste en 1938.

En 1929, elle épouse l’artiste communiste Diego Rivera (1886-1957), mondialement connu pour ses peintures murales et passionné par l'art pré-colombien. Après avoir exploré le cubisme dans les années 1910, Diego Rivera revient au figuratif. 

Caractérisé par des infidélités, le couple divorce en 1938, et se remarie en 1939. 

L'exposition à Paris d'oeuvres de cette artiste se révèle un demi-succès. Le Louvre achète Le cadre, un autoportrait de Frida Kahlo.

Photographiée par Vogue en 1937, Frida Kahlo a inspiré à Elsa Shiaparelli en 1939 la robe "Mme Rivera".

En 1953, a lieu sa première exposition individuelle au Mexique.

Dans les années 1970, militants politiques, féministes ou LGBT et des historiens de l'art redécouvrent cette artiste ayant créé un art mexicain attaché à l'art pré-colombien, aux traditions indigènes, et ayant mené une vie de femme bisexuelle, habillée de vêtements masculins et féminins, voire reflétant des thèmes mexicains.

Le cinéma a popularisé la vie de Frida Kahlo. Inspiré de la  biographie de Herrera, "Frida" de Julie Taymor (2002) est interprété par Salma Hayek, co-productrice du film distingué par deux Oscar (Meilleur maquillage et Meilleure musique originale). En 2017, produit par Disney-Pixar, "Coco", film d'animation réalisé par Lee Unkrich et Adrian Molina, représente aussi Frida Kahlo à laquelle Natalia Cordova-Buckley a prêté sa voix.



Juifs
Elle a revendiqué une origine juive : son père, Guillermo Kahlo, aurait été d'origine hongroise et ses grands-parents de la ville d'Arad. Or, en 2006, deux historiens d'art allemands ont retracé la généalogie de Frida Kahlo jusqu'au XVIe siècle : sa famille était protestante luthérienne et allemande. Historienne d'art israélienne, Gannit Ankori a décelé des similarités entre la composition du tableau de Kahlo "Mes grands-parents, mes parents et moi(1936) dans lequel Frida Kahlo peint son arbre généalogique et les tableaux généalogiques utilisés par les Nazis lors de l'adoption des lois de Nuremberg qui interdisaient tout mariage interracial. Gannit Ankori a découvert que Kahlo mentionnait le plus souvent l'origine juive de son père à partir de 1936. Communiste, elle a pu inventer "une origine juive hongroise pour détourner l'attention de ses aïeuls allemands, car être allemand à cette époque aurait été une source de honte et d'embarras."

Julia Weiner a constaté que des personnalités juives ont joué un rôle important dans la vie de Frida Kahlo. (The Jewish Chronicle, 7 juin 2018)

Juif hongrois né Miklos Mandl, Nickolas Muray est arrivé aux Etats-Unis en 1913, âgé de 21 ans, et a changé son nom à Ellis Island. Il a rencontré Frida Kahlo en 1931, et leur amour a duré une décennie ; tous deux restèrent amis jusqu'à la mort de Frida Kahlo qu'il a photographiée en couleurs, portant des robes mexicaines.


En 1930, Rivera et Kahlo vivaient à San Francisco où ils ont rencontré le Dr Leo Eloesser qui en 1940 les a persuadés de se remarier après leur divorce. Kahlo a peint ce médecin et un autoportrait qui lui est dédié et où elle se peint portant un collier d'épines perçant sa chair afin de représenter sa douleur.


Frida Kahlo "a exposé à New York à la galerie de Julien Levy, en 1938. Parmi les oeuvres exposées : des photographies de la peintre par le galeriste juif dont il était amoureux. Notamment la photo montrant Frida Kahlo, seins nus, relevant ses cheveux. Autre exposition : à la galerie de Peggy Guggenheim. Parmi ses amis proches, Jacques Gelman, producteur de films juif d'origine russe installé au Mexique, qui, avec sa femme Natasha, a constitué une importante collection d'art comprenant des œuvres de Kahlo".

"Deux femmes photographes juives sont devenues des amies proches. Lucienne Bloch, née en Suisse et arrivée aux États-Unis en 1917, a travaillé avec Diego Rivera comme muraliste à New York. Bloch a accompagné Kahlo au Mexique lorsque sa mère était malade et a également été avec Kahlo à Detroit lorsque l'artiste a fait une fausse couche, que Kahlo a commémorée plus tard dans l'un de ses tableaux les plus émouvants, The Flying Bed. Née en Allemagne, Gisèle Freund était une célèbre photographe qui avait fui l'Europe déchirée par la guerre pour Buenos Aires en 1942. En 1950, elle s'est rendue au Mexique pour donner une conférence et, après avoir rencontré Kahlo et Rivera, a fini par y rester deux ans. Ses photos de Kahlo révèlent les difficultés que l'artiste a rencontrées dans ses dernières années, lorsqu'elle a dû utiliser un fauteuil roulant".

"Helena Rubinstein était manifestement une fan puisqu'elle a acheté un tableau de Kahlo lors d'une visite au Mexique en 1941 et lui a ensuite envoyé des poudres compactes. Mais Kahlo préférait les produits d'un autre géant des cosmétiques, Revlon, fondé par le juif Charles Revson. Les crayons à sourcils "Ebony" de Revlon ont probablement aidé Kahlo à obtenir son mono-sourcil noir caractéristique. Son rouge à lèvres préféré, "Everything's Rosy", qui lui a donné les lèvres rouge vif que l'on peut voir sur les photos de Muray, provenait également de Revlon, tout comme son fard à joues et son vernis à ongles".

« Frida Kahlo et Diego Rivera »  
Arte diffusera le 30 août 2020, dans la série « L'amour à l'oeuvre » (Liebe am Werk), « Frida Kahlo et Diego Rivera » (Frida Kahlo & Diego Rivera) de Stéphanie Colaux.

« D’un côté, Frida Kahlo et ses autoportraits éclatants aux couleurs de la douleur – celle d’un corps meurtri par la poliomyélite et un grave accident de bus survenu en 1925. De l’autre, l’ogre avide de femmes, Diego Rivera, célèbre pour ses fresques révolutionnaires. 

« De déchirements en retrouvailles, "l’éléphant et la colombe", dont les oeuvres se nourrissent mutuellement, brûlent du même désir d’immortaliser l’âme mexicaine ». 

« Quand la passion amoureuse irrigue la création. L’élégante collection documentaire qui retrace le destin romanesque de couples mythiques d’artistes revient avec quatre inédits ». 

« Chez Frida Kahlo »
Arte vend le DVD « Chez Frida Kahlo » de Xavier Villetard. « Dans les années 1930 au Mexique, la Maison Bleue" (La Casa Azul) "de Frida Kahlo devient le quartier général d'artistes et de révolutionnaires ».

« Située dans le quartier Coyoacan dans la banlieue de Mexico, la Maison Bleue fut un lieu de naissance et de mort, de plaisirs et de douleurs, de création et de séparation pour la peintre mexicaine Frida Kahlo ». 

« Dans les années 1930, pendant que l’Europe se déchire, son époux Diego Rivera et elle y accueillent André Breton, Léon Trotski et son futur assassin Ramon Mercader, ainsi que nombre d’artistes et de révolutionnaires ».

Barbie
Lancée en mars 2018 pour la journée internationale de la femme, celle collection rend hommage à des femmes qui ont marqué l'histoire dans leurs domaines respectifs. 

S'y trouvent déjà l'artiste mexicaine Frida Kahlo, l'aviatrice américaine Amelia Earhart et Katherine Johnson, une mathématicienne afro-américaine qui a participé au succès de la mission Apollo 11. 


Mattel souhaite ainsi changer l'image de Barbie, qui vient de souffler ses 60 bougies. Souvent accusée de véhiculer des stéréotypes de genre et une fausse image du corps de la femme, la poupée est en perte de vitesse. Le fabricant veut faire de la poupée une source d'inspiration pour les petites filles et… les petits garçons. 


"Faces of Frida"

Sur internet, l’application Google Art & Culture et 33 musées dans le monde ont lancé vers mars 2020 “Faces of Frida“, exposition interactive qui réunit plus de 800 oeuvres de ou sur Frida Kahlo : peintures, croquis, photographies...

Cette exposition virtuelle présente Frida Kahlo et son oeuvre par thèmes : son art populaire, son engagement politique, son rapport à son corps, des analyses de tableaux, son style vestimentaire, ses lettres, les regards de divers artistes, dont le photographe Bernard Silberstein, sur Frida Kahlo, etc.


"Frida Kahlo, Diego Rivera et le Modernisme Mexicain. la Collection Jacques Et Natasha Gelman"
Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) présente l'exposition "Frida Kahlo, Diego Rivera et le Modernisme Mexicain. la Collection Jacques Et Natasha Gelman".

"Parmi les couples mythiques de l’histoire de l’art, Frida Kahlo et Diego Rivera trônent au sommet et continuent de marquer l’imaginaire avec leur destin hors du commun, et ce, plus de 50 ans après leur décès. Ces deux artistes mexicains sont reconnus mondialement tant pour leur histoire passionnée que pour leur contribution exceptionnelle à l’art moderne."

"L’exposition présentée au MNBAQ – conçue et organisée par MondoMostre, en collaboration avec la Vergel Foundation et avec la contribution de Throckmorton Fine Art – regroupe non seulement des œuvres du duo de créateurs, mais aussi des toiles d’autres artistes modernes mexicains ainsi que de nombreuses photographies contribuant à situer ces derniers dans l’époque où ils ont vécu."

 "Parmi les chefs-d’œuvre rassemblés, nous pouvons compter 20 œuvres de Frida Kahlo, dont 10 huiles et 10 œuvres sur papier, incluant les fameux Autoportrait au collier (1933), Autoportrait avec tresse (1941) et Diego dans mes pensées (Diego en mi pensamiento, 1943) ainsi que la célèbre Marchande d’arums (1943) de Rivera."

"Ce sont plus de 150 éléments qui sont réunis pour cette exposition fascinante, incluant une vingtaine de tableaux d’autres peintres mexicains – dont David Alfaro Siqueiros, Carlos Orozco Romero et María Izquierdo – et 85 photographies réalisées par plusieurs photographes de l’époque, dont une superbe sélection d′œuvres de Manuel et Lola Álvarez Bravo, un couple qui figure parmi les photographes latino-américains les plus importants du 20e siècle".



"Le MNBAQ est fier de s’inscrire dans le parcours prestigieux de cette exposition, qui a connu un énorme succès partout où elle a été présentée, notamment à Bologne (Italie), Istanbul (Turquie), Sydney (Australie) et Fort Lauderdale (États-Unis) au cours des dernières années."

KAHLO ET RIVERA, INCROYABLES DESTINS
"Blessée grièvement dans sa jeunesse lors d’un accident d’autobus, Frida Kahlo (1907-1954) apprend à peindre au cours de sa convalescence. Féministe, socialiste et foncièrement anticonformiste, cette artiste, qui n’a produit que 143 tableaux durant toute sa carrière – est aussi férue de culture populaire et autochtone. Kahlo prendra souvent sa propre vie pour sujet de ses tableaux, produisant notamment des autoportraits d’une grande intensité émotionnelle, qui témoignent de ses souffrances physiques et psychologiques."


"Diego Rivera (1886-1957) a vécu en Europe de 1907 à 1921, où il a développé un style inspiré des avant-gardistes. De retour au Mexique en 1921, après la révolution, l’artiste a souhaité créer une peinture qui parle aux masses populaires et il est considéré comme une des figures majeures du muralisme mexicain. Recevant de multiples commandes officielles, il crée un art à la fois original et universel, mêlant des influences modernistes à l’héritage culturel mexicain."

"Frida Kahlo épouse Diego Rivera en 1929. S’ensuit une relation tumultueuse et passionnée qui durera un quart de siècle."


Jacques Gelman (1909 ou 1911-1986) était un producteur juif de films mexicains et avec son épouse Natasha avait constitué une belle collection d'art moderne mexicain, et incluant des oeuvres de Degas, Gris, Léger, Braque et Bacon. Il était né dans une famille russe à Saint-Pétersbourg, avait fui en 1917 durant la révolution bolchevique. En Europe, il était devenu photographe et distributeur de films français. 


A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, Jacques Gelman avait rejoint le Mexique où il a mené une activité de producteur avec ses deux associés, Mario Moreno, acteur comique surnommé Cantinflas, et Santiago Reachi Fayad, dans la société Posa Films. Il passa commande à Diego Rivera du portrait de son épouse Natasha (1912-1998) que l'artiste peignit en star élégante, nonchalamment allongé sur un canapé. A la mort de Natash Gelman, leur collection a été donnée au Metropolitan Museum of Art.



Du 13 février au 7 septembre 2020
Au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ)
Pavillon Pierre Lassonde
179 Grande Allée Ouest. Québec (Québec) G1R 2H1. Canada
Tél. : 418 643-2150
Lundi, mardi, jeudi, samedi et dimanche de 10 h à 18 h
Mercredi et vendredi de 10 h à 21 h

« Frida Kahlo et Diego Rivera » de Stéphanie Colaux
France, 2019, 27 min
Sur Arte le 30 août 2020 à 11 h 55
Disponible du 23/08/2020 au 28/10/2020

« Chez Frida Kahlo » de Xavier Villetard
France, Compagnie des Phares et Balises, ARTE France, 2010, 53 minutes

Les citations sur les films proviennent d'Arte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire