mercredi 23 mars 2016

« David et Jonathas » de Marc-Antoine Charpentier et François de Paule Bretonneau


France 2  diffusera le 25 mars 2016 à 0 h 45 David et Jonathas, opéra en un prologue et cinq actes de Marc-Antoine Charpentier (1643-1704), sur un livret du père François de Paule Bretonneau, et dans une mise en scène de Andreas Homoki et une direction d’orchestre par William Christie. Un drame lyrique qui s’inspire du récit de l’amitié de David et Jonathan dans la Bible hébraïque. Une actualisation par William Christie et Andreas Homoki par la double transposition historique et thématique déroutante, éloignée du registre religieux originel. Une double transposition historique et thématique déroutante, éloignée du registre religieux originel.

« Moïse et Aaron » par Arnold Schönberg
« L’Enlèvement au sérail », de Mozart et Stephanie
De Carmen à Mélisande. Drames à l’Opéra Comique
« David et Jonathas » de Marc-Antoine Charpentier et François de Paule Bretonneau

Tragédie lyrique, David et Jonathas est créé, avec la tragédie latine Saul du père Etienne Chamillard, le 28 février 1688, au Collège Louis-le-Grand. Cette tragédie biblique connait un grand succès dont témoignent ses reprises dans d’autres collèges jésuites dans la première moitié du XVIIIe siècle : en 1706, 1715 et 1741. Elle a été représentée à l’Opéra de Lyon en 1981, puis dans de nombreux pays – première aux Etats-Unis en 2005.

L’action se déroule dans les montagnes de Gilboé, entre le camp des Israélites et celui des Philistins. Le « berger David, vainqueur de Goliath, a été recueilli par le roi Saül, qui apprécie sa voix enchanteresse. Le fils du roi, Jonathas, se lie d'une tendre amitié avec le jeune pasteur ». Général israélite, Joabel, jaloux de David, s’efforce de monter Saül contre David… 

« Bien que servant d'intermèdes à la tragédie latine Saul, David et Jonathas H.490 présente, avec son prologue et ses cinq actes, de telles proportions que les contemporains considérèrent l'œuvre comme un véritable opéra dans lequel on peut même percevoir un défi au monopole de l'Académie royale ». 

David et Jonathas  « s'éloigne toutefois du modèle lullyste par l'originalité de sa conception et de son langage : absence presque totale de récitatifs, pas de grands effets de machines, concentration de l'intérêt dramatique autour des personnages (importance des monologues) et de leur psychologie particulièrement mise en valeur par l'expressivité et la finesse de la composition musicale. L'œuvre de Charpentier constitue un rare témoignage de l'art théâtral et musical jésuite, unique en son genre dans la production lyrique de l'époque  ».

Depuis la Fronde (1648–1653) ou guerre des Lorrains – période de troubles marquées par les oppositions parlementaires, aristocratiques et populaires à l’affermissement de l’autorité monarchique sous l’Ancien régime français, le roi David offrait « un des modèles de la monarchie, en particulier du droit divin. La soumission volontaire du prince Jonathan à ce berger choisi par Dieu invitait les grands aristocrates à servir Louis XIV sans condition. L’obéissance y passait pour une vertu suprême, l’ambition pour un aveuglement  ». 

« Dénué de personnage féminin – à part une inquiétante pythonisse chantée par un haute-contre –, quasiment sans action ni récitatif, David et Jonathas s’apparente à l’oratorio, dont Charpentier avait introduit le genre en France ». (France Inter)

Arts florissants
En 1979, William Christie, claveciniste et chef d’orchestre, crée son ensemble Les Arts florissants, groupe spécialisé dans ce répertoire musical dont les illustres auteurs sont Jean-Baptiste Lully et Jean-Philippe Rameau. Le nom est emprunté à une œuvre de Marc-Antoine Charpentier.

Cette « nouvelle version du drame lyrique de Charpentier, montée lors du Festival d'Aix-en-Provence 2012, est dirigée par William Christie , qui en a signé une version discographique de référence » et contribue depuis les années 1980 à la résurgence du répertoire baroque. La musique baroque se situe dans l'histoire de la musique après celle la Renaissance, marquée par "l'apogée du contrepoint et de la polymélodie", et avant celle du classicisme, caractérisée par des éléments rationnels.

« L’indéfectible amitié de David et de Jonathas et l’affrontement des communautés autour d’eux lui donnent l’allure d’un Roméo et Juliette à la fois archaïque et spirituel… L’ensemble du drame est transposé du plan religieux – le conflit entre les Juifs et les Philistins – au plan ethnique et inter-communautaire ».

Autre transposition : « L’amour liant David et Jonathas, qui fut longtemps tenu pour la métaphore de l’amour unissant Jésus aux chrétiens, s’exprime en des termes qui résonnent tout autrement dans notre société laïque. Il est devenu un emblème de l’amour homosexuel, preuve de l’infinie fécondité des textes bibliques. Le spectacle éclaire cette lecture contemporaine. Considéré en son temps comme un chef-d’œuvre pour sa formule dramatique originale, David et Jonathas est aujourd’hui aussi remarquable pour la fraîcheur de son langage musical que pour sa portée morale. L’exercice du pouvoir, qui deviendra un thème lyrique majeur, est envisagé ici dans son double rapport à la responsabilité et à la loyauté » (France Inter). 

Télérama (7 juillet 2012) a titré son article A Aix, William Christie dirige un « David et Jonathas » libéré de ses stéréotypes  : « En actualisant le drame de l'Ancien Testament dans un Moyen-Orient d'aujourd’hui, divisé par des guerres fratricides, le metteur en scène Andréas Homoki adopte pourtant un parti des plus légitime. Le conflit entre « faucons » et « colombes », entre va-t-en guerre assoiffés de combats et pacifistes soucieux de reconstruction est bien de toutes les époques. Dans le livret très scolaire du Père Bretonneau, […] ce sont les Philistins, poussés à la guerre par leur chef sanguinaire Joabel (l'excellent ténor croate Kresimir Spicer) qui bataillent contre les phalanges du roi Saül (la basse Neal Davies, d'une veulerie étudiée)... Chanteurs d'une musicalité infaillible, les choristes des Arts Florissants se révèlent sur scène des acteurs simplistes, d'une naïveté et d'un réalisme bêtas — défauts que les hommes de théâtre semblent renoncer à corriger, quand ils ne les encouragent pas ! Le repos du guerrier vire au jamborée de boy-scouts, aussi mièvre qu'artificiel ».

         
David et Jonathas, opéra de Marc-Antoine Charpentier et François de Paule Bretonneau
Mise en scène de Andreas Homoki
Direction d’orchestre par William Christie
2012, 2 h 10 min
Pascal Charbonneau / David
Ana Quintans / Jonathas
Neal Davies / Saül
Frédéric Caton / Achis
Kresimir Spicer / Joabel
Dominique Visse / la Pythonisse
Pierre Bessière / l'ombre de Samuel
Gabriel Di Giorgio / David enfant

Articles sur ce blog concernant :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire