mardi 14 novembre 2017

« L’Empereur de l’Atlantide », de Viktor Ullmann et Peter Kien


« L’Empereur de l’Atlantide ou La mort vaincue » (Der Kaiser von Atlantis) est une œuvre entre opéra et cabaret dont la musique est signée Viktor Ullmann et le livret Peter Kien, deux artistes d'origine Juive ou Juif. Elle a été écrite en allemand en 1943, dans le camp de concentration de Theresienstadt (Terezin). Elle demeure inachevée : victimes de la Shoah (Holocaust), ses auteurs sont morts au camp d’Auschwitz en 1944. Cet opéra a été joué pour la première fois en 1975 à Amsterdam (Pays-Bas), et rarement réinterprété. Le Festival 2017 "Mémoires d'exil" du Forum Voix Étouffées-CEMUT organisera le 14 novembre 2017, à 20 h, au Centre tchèque de Paris un concert de Moritz Ernst, pianiste et claveciniste allemand. Au programme : Karl Amadeus Hartmann (1905-1963) Toccata, Stefan Wolpe (1902-1972), 2 Tänze : Blues & Tango (1926), George Antheil (1900-1959) Jazz Sonata, et Viktor Ullmann (1898-1944) Sonate n° 6.

Karel Ančerl (1908-1973), chef d’orchestre tchèque
« Plus jamais les camps ! L'autre message de l'opéra Brundibar » (Wiedersehen mit Brundibar) de Douglas Wolfsperger
« Alma Rosé : Ne m’oubliez pas, s’il vous plaît » d’Edward Arckless
« Alice Sommer Herz, un destin d'exception » de Christopher Nupen
« L’Empereur de l’Atlantide », de Viktor Ullmann et Peter Kien
« La force de la musique, la famille Wallfisch » de Mark Kidel
« Le Maestro. Pour que vive la musique des camps » de Alexandre Valenti
« Requiem pour la vie », de Doug Schulz

L’action de l’Orchestre des Pays de Savoie, du Forum des Voix étouffées, de l’association des Amis de la musique juive, du Cercle d'études historiques du Marais et de leurs partenaires vise à faire (re)connaître, par colloques et spectacles, les artistes persécutés, souvent assassinés, par les Nazis, afin que leurs créations ne soient pas ensevelies par l’oubli.

Rendre leur place à ces artistes - décédés lors des persécutions de ces régimes totalitaires, tombés dans un oubli parfois volontairement en refusant que leurs œuvres soient jouées (sentiment de culpabilité des survivants ? Sentiment de n'être plus en phase avec leur époque ?) - c’est "restituer au public un patrimoine essentiel tout en affirmant les victoires de la création sur les dictatures. Redonner vie à leurs œuvres, c’est faire de ces créateurs" - Joseph Beer (1908-1987) de Der Prinz von Schiras (1934) sur un livret de Fritz Loehner-Beda, Aldo Finzi (1897-1945) auteur notamment de La serenata al vento (1937) et Shylok (1942) -  L'Infini d'Aldo Fini a été représenté le 16 juin 2012, à 21 h, à Marseille, par le VIIe Festival des musiques interdites -, Simon Laks (1901-1983) auteur du poème symphonique Farys (1924), Victor Ullmann (1898-1944) auteur avec Peter Kien de L'Empereur de l'Atlantide et de bien d'autres - "voués à l’annihilation les acteurs d’une culture et d’une citoyenneté nouvelles".

Le 16 juin 2012, à 21 h, en partenariat avec le Forum culturel autrichien de Paris et la ville de Marseille, le VIIe festival des musiques interdites investit l'église Saint-Cannat les Prêcheurs pour une interprétation notamment de L'Infini d'Aldo Finzi par l'Orchestre de la Garde Républicaine sous la direction de Sébastien Billard avec pour récitant Charles Berling, la soprano Emilie Pictet et le baryton Mathias Hausmman.

L'argument
L’argument de « L’Empereur de l’Atlantide », opéra en un acte et quatre tableaux : « Arlequin, incarnant le principe de la vie, et la Mort se plaignent de cette époque malheureuse dans laquelle ils n’ont plus de place. Les hommes ne savent plus sourire et ne respectent même plus la mort » ((H.G. Klein, Decca, 1994). L’Empereur édicte un décret imposant la guerre entre ses sujets. Vexée, « la Mort se venge en brisant son épée : les hommes ne pourront plus mourir » (ibid). Abasourdi, l’Empereur constate que les exécutions publiques deviennent inutiles : « Les prisonniers restent en vie. L’empereur s’attribue auprès de ses sujets ce bienfait : l’octroi de la vie éternelle. La guerre générale. Nul ne se bat plus puisque l’on ne peut plus se tuer. Un soldat et une jeune fille se retrouvent comme des êtres humains dans la compassion et l’amour ». L’anarchie s’étend. « Arlequin fait ressurgir les souvenirs d’enfance de l’Empereur, qui devient fou. La Mort promet de délivrer le peuple de toute souffrance si l’Empereur est prêt à mourir le premier. L’Empereur accepte » (ibid).

Le prologue de cet opéra présente les personnages et leurs motifs. Dans son épilogue, « la Mort délivre les hommes de la souffrance ».

Ses auteurs : le librettiste Viktor Ullmann (1898-1944) et l’écrivain-dessinateur Frantisek Peter Kien (1919-1944).

Ullmann est né à Taschen, alors ville autrichienne. A Vienne, en 1918-1919, il suit notamment les cours de composition de Schoenberg. Il débute à l’automne 1920 comme chef de chœur et corépétiteur au Neues Deutsches Theater de Prague. En 1929, il obtient son premier succès international avec une œuvre pour piano les « Schoenberg-Variationen ».

Il découvre l’anthroposophie fondée par Rudolf Steiner (1861-1925). « [L’anthroposophie est] la « conscience de son humanité ", [il s’agit d’] éduquer sa volonté, [de] cultiver la connaissance, vivre le destin de son temps afin de donner à son âme une orientation de conscience, une sophia [Ndlr : sagesse] », déclarait Steiner en 1923.

Ullmann se passionne tant pour ce mouvement qu’il dirige de 1931 à 1933 une librairie à Stuttgart spécialisée dans ce genre d’ouvrages. En 1933, à l’arrivée des Nazis au pouvoir, il se réfugie à Prague.

Là, il travaille comme professeur et critique musical. Son talent de compositeur lui vaut le Prix Emil Hertzka en 1934 et 1936. En 1938 est créé son deuxième quatuor à cordes au festival de Londres.

En mars 1939, les Nazis occupent la République tchèque. Malgré les restrictions et les persécutions, Ullmann poursuit sa création. « Sur la cinquantaine d’œuvres qu’il compose avant sa déportation à Theresienstadt en septembre 1942, seules 18 ont été conservées, dont deux opéras non encore montés à ce jour, le « Dyonysiaque », concerto pour piano opus 25, quatre sonates pour piano et plusieurs cycles de lieder ».

Quant à Frantisek Peter Kien, il est né à Varnsdorf. Il étudie les Beaux-Arts à Prague et devient à 19 ans professeur dans la prestigieuse Ecole des Beaux-Arts de cette ville. Le 4 décembre 1941, il est interné avec sa femme Ilse.

Entre parodie et anthroposophie
« Der Kaiser von Atlantis » ou « La mort vaincue », « légende « tragique et grotesque, est composée au camp de Terezin (nom tchèque) ou Theresienstadt (nom allemand), « camp-modèle » instauré par les Nazis et formé du ghetto et d’une terrible forteresse-prison. Théâtre d'une vie culturelle intense, c’est l'antichambre dès octobre 1941 des camps d’extermination.

En 1942, les occupants de la ville sont évacués. Y demeurent et y affluent les déportés essentiellement Juifs. « Les autorités nazies transfèrent l’administration du ghetto au Conseil des Anciens, organe dirigeant de l’administration Juive dont la marge de manœuvre est infime, pour se consacrer à l’organisation des « transports ». Les internés doivent travailler de 10 à 12 heures par jour dans des conditions de sous-alimentation chronique » et d’absence d’hygiène, ce qui cause le développement des maladies et la mort de dizaines de milliers de déportés. Fin 1943, débutent les travaux d’embellissement destinés à tromper le Comité international de la Croix-Rouge dont une visite est prévue en 1944. Sur environ 140 000 déportés – dont 70 000 vieillards, plus de 10 000 enfants - à Terezin, plus de 80 000 sont transférés vers les camps d’extermination.

Viktor Ullmann, Gideon Klein, Pavel Haas et Hans Krasa forment le quatuor des auteurs les plus prolifiques du ghetto de Terezin, l’art étant conçu comme activité créatrice et forme de résistance au nazisme.

Viktor Ullmann écrit environ 25 œuvres entre 1942 et 1944, crée « un « studio pour la musique nouvelle » destiné à faire jouer des œuvres contemporaines et notamment celles composées dans le ghetto, met en place le « Collegium musicum » axé sur la musique baroque et écrit 26 critiques de concerts ». Son œuvre majeure reste « L’Empereur de l’Atlantide ».

Membre du Bureau de dessin, Frantisek Peter Kien se consacre à la poésie et à l’écriture avec le livre de cet opéra auquel participe Viktor Ullmann. Déporté à Auschwitz le 16 octobre 1944, il y périt. De son activité au ghetto, subsistent environ 350 dessins, généralement des portraits.

Les auteurs de « L’Empereur de l’Atlantide » multiplient les identifications entre l’Empereur et Hitler, par exemple « Ullmann caricature l’hymne nazi « Deutschland über alles » quand le tambour énumère les titres de l’Empereur ». Ils stigmatisent l’oppression nazie, en élargissant leur propos à un message plus universel, humaniste, empreint d’humanisme, inspiré par les idées de Rudolf Steiner.

Le régime nazi apparaît aussi dans la dénonciation de la propagande, la bureaucratie d’un régime totalitaire soumis au pouvoir et tuant les êtres humains de manière planifiée, industrielle.

Cet opéra est emblématique de la création réalisée avant l'anéantissement concentrationnaire. Il offre « une réflexion vertigineuse sur la finitude humaine ».

Le livret « tient à la fois du conte philosophique, du pamphlet surréaliste et du théâtre de tréteaux ». Le style de « Der Kaiser von Atlantis » est composite, à la confluence de Kurt Weill (présence du banjo et du saxophone), Gustav Malher, Bach, Schoenberg, Mendelssohn et Joseph Suk, de la polyphonie et du jazz. Son rythme est soutenu. Sa conception adaptée aux instruments disponibles – Ullmann songe à treize instruments, dont le piano, l’orgue - et des instrumentistes vivant dans ce camp. La formation de l’orchestre calquée sur le modèle de celles de l’Ecole de Vienne.

Sa date ? A la fin de l’air d’adieu de l’Empereur, est mentionnée la date du 13 janvier 1944. Cette partition reste inachevée, comme si Ullmann avait souhaité compléter son travail pendant les répétitions.

Prévues à la maison Sokolovna à l’automne 1944, les répétitions sont partiellement annulées. Décision des autorités du ghetto, allemandes ou juives, prenant conscience du contenu satirique de l’ouvrage ? Déportations en masse vers Auschwitz en octobre 1944 ? Arrêt des répétitions par les artistes craignant de susciter des représailles de SS en colère ?

Un opéra sauvé des camps de concentration
Pressentant son départ imminent, Ullmann confie les manuscrits de ses œuvres à un autre prisonnier, Emil Utitz, le priant, s’il ne revenait pas, de les donner à Hans-Günther Adler, un ami pragois.

C’est donc chez le fils d'Adler que le chef d’orchestre britannique Kerry Woodward trouve en 1972 la partition de cette œuvre « empreinte d’humanisme et de tragédie, qui fait référence à la mort en tant que libération et paradoxalement à la Commedia dell’Arte en tant que désespoir ». Il en réalise la première version exécutable et la dirige pour la première fois à Amsterdam, trois ans plus tard.

Cette oeuvre inachevée d'une heure et huit minutes a été présentée les 10 et 11 janvier 2006 à Chambéry, puis lors d’une tournée de six représentations en région Rhône-Alpes en janvier et février 2006. L’Orchestre des Pays de Savoie, la Compagnie l’Opéra-Théâtre et les Chœurs et Solistes de Lyon-Bernard Tétu ont permis de redécouvrir « Der Kaiser von Atlantis » placé sous la direction musicale de Graziella Contratto et mis en scène par André Fornier. A noter que ceux-ci ont présenté l’œuvre avant des représentations.

Un extrait de « L’Empereur de l’Atlantide » a été interprété lors du concert Entartete Musik I Mélodies exilées à Genève, le 7 novembre 2010, par l’association des Amis de la musique juive dans le cadre de la programmation In memoriam la musique « dégénérée ».

 L'association (Amis de la musique juive) AMJ présente en 2010 et 2011 une série de concerts « pour rendre hommage à tous les musiciens bannis, emprisonnés, déracinés ou assassinés par le régime nazi », et stigmatisés lors de l'exposition Entartete Musik (Musique dégénérée) à Düsseldorf, en mai 1938.

Le 13 avril 2011, cet opéra a été représenté au Mémorial de la Shoah dans le cadre de La musique contre la Barbarie. Il est organisé par le Forum des Voix étouffées et le Cercle d'études historiques du Marais.

Au programme : Lim Chae Wook, baryton, accompagné au piano par Daniel Navia, interprétera des extraits de l'opéra de Viktor Ullmann, L'Empereur d'Atlantide, et des airs de Erich Korngold, Gustav Mahler et Pavel Haas. Les commentaires ont été assurés par le chef d'orchestre et compositeur, Amaury du Closel et Shmuel Lemarteleur.

Dans le cadre du festival Des orchestres pour la mémoire-Musiques interdites (27 janvier-7 février 2012) organisé à l'initiative du Forum des Voix étouffées, il a été représenté, avec l'Ode à Napoléon d'Arnold Schönberg, le 27 janvier 2012 à l’auditorium de la Cité de la musique et de la danse (Strasbourg), et le 29 janvier 2012 à l'auditorium Antonin Artaud (Ivry-sur-Seine).

L'Orchestre national du Capitole de Toulouse a rendu hommage aux musiciens Juifs victimes de la Shoah le 8 mars 2012. Lors de ce concert dirigé par Joseph Swensen à la Halle aux grains de la ville rose, cet orchestre interprètera le Concerto pour piano du compositeur Viktor Ullmann, mort à Auschwitz, une œuvre jouée pour la première fois en France, par la pianiste ukrainienne Nathalia Romanenko. Sera rappelée « l'histoire du camp de concentration de Terezin rebaptisé Theresienstadt par les Allemands, à 60 km de Prague, où les nazisavaient rassemblé les meilleurs compositeurs et musiciens juifs, ainsi que d'autres intellectuels ». Cette soirée s’ouvrira par la projection d’un film de quelques minutes réalisé par les Nazis et montrant Viktor Ullmann diriger une de ses compositions à Terezin : à la fin du concert, le public applaudit debout ; tous les spectateurs portent l’étoile jaune. Au programme aussi le Songe d'une nuit d'été, op. 21, ouverture, de Mendelssohn, et la Symphonie n° 2 en do majeur, op. 61, de Schumann.

En février 2013, l’Opéra de Lyon, la Comédie de Valence, le CDN Drôme-Ardèche, et le Théâtre de la Croix-Rousse ont présenté cette œuvre, et l’exposition Le Masque de la Barbarie qui présentait les fac-similés d’œuvres et de documentés élaborées au ghetto de Terezin. Les sites de l'Opéra et du Théâtre proposent des extraits filmés du spectacle. La représentation du 12 février 2013 a été enregistrée. Elle a été diffusée le 20 avril 2013 à 19 h 08 dans la « Soirée lyrique » présentée par Judith Chaine sur France Musique.

Des œuvres de Viktor Ullmann ont été interprétées dans le cadre du Festival Les Voix étouffées 2013 (12 octobre-19 novembre 2013).

Le Cercil a présenté l'exposition La musique internée dans les camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers, et L'Arcal et le Théâtre de l'Athénée  « L’Empereur de l’Atlantide ou La mort vaincue » (Der Kaiser von Atlantis).

France 3 a diffusé le 15 janvier 2015, à 1 h 10 un concert dirigé par le maestro Joseph Swensen,  chef d'orchestre, et avec la pianiste Nathalia Romanenko, en hommage aux compositeurs du camp de Terezin. "Terezin, ancienne forteresse militaire édifiée à 60 kilomètres de Prague, fut transformée par les nazis en un camp où furent enfermés la plupart des compositeurs et interprètes juifs. Le 8 mars 2012, la pianiste Nathalia Romanenko leur a rendu hommage lors de ce concert. Elle interprétait notamment le « Concerto pour piano », op. 25, de Viktor Ullmann, en création française. L'oeuvre, composée en 1939 ne fut retrouvée qu'en 1992".

Dans le cadre de sa programmation Résistance par les Arts (Quatuor Pavel Haas, Le Golem, Quatuor Bennewitz), les 11, 12, 13 mars 2015, l'opéra de Dijon a présenté Der Kaiser von Atlantis, oder die Todverweigerung (L’Empereur d’Atlantide, ou la Mort abdique), opéra en un acte op. 49 - livret de Petr Kien, musique de Viktor Ullmann -, en allemand surtitré. Mis en scène par Benoît Lambert assisté de Yves Lenoir, le spectacle est interprété par les Jeunes solistes de l’Académie de l’Opéra de Dijon sous la direction musicale de Mihály Menelaos Zeke. La scénographie et les lumières sont signées par Antoine Franchet, les costumes sont conçus par Violaine L. Chartier, les maquillages par Marion  Bidaud. Le chef de chant est Nicolas Chesneau, le coach de lied allemand : Helmut Deutsch. "Du palais où il s’est enfermé, Overall l’Unique, Gloire de la Patrie, Bonheur de l’Humanité, et Empereur d’Atlantide, déclare dans son royaume la Sainte Guerre de Tous contre Tous : chacun, enfant, femme ou homme doit prendre les armes et combattre ! Mais La Mort ne peut plus suivre le rythme effréné du trépas industrialisé et motorisé déversé par les tanks et les flottes aériennes. Elle brise son glaive : désormais, plus personne ne mourra ! L’Empereur a beau multiplier bombes et canons, son royaume se remplit d’êtres entre vie et mort, qui aspirent à rendre enfin le dernier souffle, et son palais est assiégé par les rebelles : tous se retournent contre lui. La Mort lui apparaît alors : elle est là pour délivrer de la souffrance, pas pour en accabler les hommes. Elle reprendra son œuvre éternelle si Overall accepte d’en être la première victime… Opéra bouleversant et radical, Der Kaiser est inséparable du contexte terrible qui l’a vu naître. Composé en 1943 par Viktor Ullmann, alors interné au camp de concentration de Terezín (Theresienstadt) — ghetto-leurre destiné à donner le change à la Croix-Rouge et où les nazis laissent se développer une vie culturelle — la représentation en sera interdite après la générale par les autorités SS. Les déportations massives d’octobre 1944 vers Auschwitz-Birkenau (où seront gazés Ullmann, son librettiste Petr Kien et l’ensemble des participants au projet) mettront un terme définitif à l’entreprise. Mais l’œuvre ne saurait être réduite à ces circonstances macabres. En répondant au besoin impérieux de pensée, d’humour, de profondeur et de poésie de leurs compagnons d’infortune, en leur redonnant, par l’art et la culture, le statut d’êtres humains qui leur était dénié, Kien et Ullmann s’adressent à chacun de nous et à ce qui nous fait hommes : notre rapport à la beauté et à la mort, cette mort qui nous apprend «à honorer en nos frères les joies et les malheurs de la vie.»

Le 12 mai 2016 à 19 h 30, le Mémorial de la Shoah présenta une projection en avant-première mondiale d'extraits de "Le Maestro, à la recherche de la musique des camps" documentaire d’Alexandre Valenticommentés par ceux qui ont vécu la réalisation du documentaire de l’intérieur aux quatre coins du monde. Seront présents à cette rencontre Francesco Lotoro, personnage principal du film qui consacre sa vie depuis 30 ans à retrouver, déchiffrer et jouer la musique composée dans les camps de concentration de la seconde guerre mondiale, Alexandre Valenti, auteur-réalisateur du film, Loïc Bouchet et Michel Welterlin, producteurs du film (production Intuitions Films & Docs / Les Bons Clients en coproduction avec DocLab/Intergea), Thomas Saintourens, co-auteur du film et auteur du livre Le Maestro (Stock, 2012), Emmanuel Julliard, chef monteur du film, et Marc Valenti, Chef opérateur prises de son

 "Depuis plus de 30 ans, Francesco Lotoro, un homme solitaire, s’est lancé un défi unique au monde : retrouver, archiver et jouer toutes les partitions de musique écrites et composées dans les camps de la Seconde Guerre mondiale. Une quête vertigineuse et un film d’histoire, comme un voyage dans le temps contre l’oubli, à la mémoire de ces femmes et de ces hommes qui ont fait de la musique un acte de résistance. Ce film documentaire (France, 90 mn, Intuition Films & Docs, Les Bons Clients, Doc Lab et Intergea, 2016, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah) est actuellement en production, il sera diffusé en avant-première au Mémorial à la fin de l'année 2016. 

Le Festival 2017 "Mémoires d'exil" du Forum Voix Étouffées-CEMUT et le Centre tchèque de Paris organiseront le 14 novembre 2017, à 20 h, au Centre tchèque de Paris un concert de Moritz Ernst, pianiste et claveciniste allemand. Au programme : Karl Amadeus Hartmann (1905-1963) Toccata, Stefan Wolpe (1902-1972), 2 Tänze : Blues & Tango (1926), George Antheil (1900-1959) Jazz Sonata, et Viktor Ullmann (1898-1944) Sonate n° 6. Lors de la Deuxième Guerre mondiale, avec la star hollywoodienne Hedy LamarrGeorge Antheil a déposé le premier brevet d'un système de codage des transmissions dénommé "étalement de spectre" (spread spectrum) ou « commutateur de fréquences » afin de radio-guider des torpilles américaines.

Du 24 au 30 janvier 2014
Au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
 Square de l'Opéra Louis-Jouvet - 7 rue Boudreau. 75009 Paris
Tél. : 01 53 05 19 19

A Niort (79) le 11 février 2014 à 20 h 30 au Moulin du Roc. Tél. :  05 49 77 32 30
A Poitiers (86) le 13 février 2014 à 20 h 30 au TAP - Scène nationale. Tél. : 05 49 39 50 90
A Massy (91) le 5 avril 2014 à 20 h à l'Opéra. Tél. : 01 60 13 14 14
A Saint Quentin (78) le 9 avril 2014 à 20 h 30 au Théâtre de Saint Quentin. Tél. : 01 30 96 99 00

Le 8 mars 2012
A la Halle aux Grains
Place Dupuy. 31000Toulouse
Tél. : (+33) 5 61 63 13 13 

Le 27 janvier 2012 à 20 h
1, place Dauphine, 67000 Strasbourg
et
le 29 janvier 2012 à 16 h
152, avenue Danielle Casanova, 94200 Ivry-sur-Seine
Renseignements et réservation au Forum des voix étouffées ou au 06 99 82 91 16
Ensemble Voix Etouffées, direction Amaury du Closel
Assaf Levitin, baryton
Silvia Vadimova, soprano
Camille Slosse, soprano
Pierre-Yves Pruvot, baryton
Mourad Amirkhanian, baryton
Sébastien Obrecht, ténor
Vincent Ordonneau, ténor

Le 13 avril 2011 à 16 h
Au Mémorial de la Shoah
17, rue Geoffroy l’Asnier, 75004 Paris
Informations et pré-ventes sur le site de Mémoires Juives
Extrait et analyse de l'oeuvre (1h08) sur le site du Mémorial de la Shoah

Le dimanche 7 novembre 2010 à 17 h
Conférence-concert  Entartete Musik I Mélodies exilées par l’association des Amis de la musique juive dans le cadre de la programmation In memoriam la musique « dégénérée »
A la Salle des Abeilles, 2 rue de l'Athénée - Genève
Richard Cole - musicologue
La Compagnie Joy of Music (Genève)
Paul Hess - piano
projet conçu par Rachel Székely
Airs et mélodies de compositeurs - juifs, communistes, « modernistes », anti-nazis - mis au pilori, interdits et contraints à l’exil par le régime nazi : Ernst Krenek, Paul Hindemith, Arnold Schönberg, Erich Wolfgang Korngold, Hanns Eisler, Kurt Weill…
Programme sur le site des AMJ

Visuels :
disque : © Decca / Bill Brandt - Hulton-Deutsch Collection
Spectacle à Lyon en 2013 : © Jean-Louis Fernandez
© Intuition Films & Docs / Les Bons Clients

A lire sur ce site concernant :
Chrétiens
Culture
France
Il ou elle a dit...
Judaïsme/Juifs
Shoah (Holocaust) 


Mon article a été publié par Guysen sous le pseudonyme de Ray Archeld, puis sur ce site le 5 novembre 2010 et modifié la dernière fois le 14 janvier 2015. Cet article a été republié le :
- 7 mars 2012 à l’occasion de l’hommage de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse aux musiciens Juifs victimes de la Shoah prévu le 8 mars 2012 à la Halle aux Grains de la ville rose ;
- le 26 janvier 2013 à l'approche du concert Hommage aux compositeurs du camp de Terezin, avec Nathalia Romanenko le 27 janvier 2013, à 1 h du matin, sur France 3. Le "8 mars 2012, la pianiste Nathalia Romanenko leur a rendu hommage lors de ce concert. Elle interprétait notamment le Concerto pour piano, op. 25, de Viktor Ullmann, en création française. L'oeuvre, composée en 1939, ne fut retrouvée qu'en 1992" ;
-17 avril 2013 et 17 novembre 2013 ;
- 24 janvier et 8 mars 2014, 14 janvier et 11 mars 2015, 12 mai 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire