jeudi 22 juin 2017

« Un virtuose sans égal. Le violoniste Jascha Heifetz » par Peter Rosen


« Un virtuose sans égal. Le violoniste Jascha Heifetz » (Jascha Heifetz: God'sFiddler) est un documentaire (2011) de Peter Rosen. Le portrait d’un violoniste Juif perfectionniste, à la sonorité limpide, et dont les interprétations ont influé sur des générations de musiciens. Un des violonistes les plus influents depuis Paganini.

Karel Ančerl (1908-1973), chef d’orchestre tchèque
Daniel Barenboim  
« Leonard Bernstein. The Making of "West Side Story », par Christopher Swann
« Un virtuose sans égal. Le violoniste Jascha Heifetz » par Peter Rosen
Yehudi Menuhin (1916-1999), violoniste et chef d’orchestre
« Menahem Pressler, la note consolatrice » d’Emmanuelle Franc
« Alma Rosé : Ne m’oubliez pas, s’il vous plaît » d’Edward Arckless
« Arthur Rubinstein » de Marie-Claire Margossian et « Arthur Rubinstein interprète Chopin, Concerto pour piano n° 2 »
« Alice Sommer Herz, un destin d'exception » de Christopher Nupen
« La force de la musique, la famille Wallfisch » de Mark Kidel
L’orchestre philharmonique d’Israël
« Requiem pour la vie », de Doug Schulz

« On ne peut être plus exigeant avec les autres qu'on ne l'est avec soi-même », a déclaré Jascha Heifetz. Une maxime qui a guidé la vie de ce talentueux violoniste.

Enfant prodige
Jascha (Iossif Rouvimovitch) Heifetz est né dans une famille Juive, Litvak, de Vilnius (Lituanie) en 1901.

Son père Ruvin lui enseigne le violon dès l’âge de trois ans. Une formation poursuivie dès l’âge de cinq ans à l’Académie royale de musique de Vilna.

Cet enfant interprète avec brio en 1907 le Concerto de Mendelssohn.

Ce jeune violoniste parcourt la Lituanie et devient un enfant prodige célèbre.

Il est admis dans la classe de Leopold Auer, et enregistre des disques en Russie pour ses dix ans. Le 30 avril 1911, son premier concert en plein air à Saint-Pétersbourg attire environ 25 000 personnes. Jascha Heifetz débute avec le Berlin Philharmonique à l’âge de 11 ans.

Lorsqu’éclate la révolution russe, la famille Heifetz fuit vers les États-Unis.

Jascha Heifetz débute au Carnegie Hall le 27 octobre 1917 en présence de célèbres violonistes.

Il enregistre de nombreux disques chez RCA Victor.

Devenu citoyen américain en 1925, il poursuit parallèlement sa carrière internationale avec des partenaires brillants : Arturo Toscanini, George Szell, Charles Munch...

Une seule collaboration avec le pianiste Vladimir Horowitz : lors d’un concert privé dans les années 1930.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Jascha Heifetz donne des concerts en soutien aux combattants Alliés.

En 1953, à Jérusalem, il est blessé au bras par un spectateur Juif hostile à son choix d’interpréter Richard Strauss. Il ne retourne en Israël qu’en 1970.

En 1972, ce concertiste met un terme définitif à sa carrière ralentie depuis 1962 pour des raisons médicales. Il défend des causes variées, telle la défense de l’environnement.

Admiré de ses pairs – Yehudi Menuhin, David Oistrakh, Isaac Stern, Itzhak Perlman, Ivry Gitlis -, il inspire des sentiments divers.

Il enseigne lors de master classes à des élèves dont certains deviennent célèbres – Pierre Amoyal, Erick Friedman, Eugene Fodor, Yukiko Kamei, Paul Rosenthal - et interprète de la musique de chambre avec des amis.

Il meurt en 1987.

Grâce à des extraits de films privés, des photos de famille, des témoignages des violonistes de sa génération ou d'anciens élèves, ce film brosse le portrait d’un artiste à la carrière exceptionnelle et à la personnalité mystérieuse. Le mystère du génie, d'une sensibilité.


Documentaire de Peter Rosen
Allemagne, 2011, 1 h 26 minutes
Diffusion le 14 mai 2012 à 11 h

  Visuels :
© Rosenprod-Library of Congress
Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Cet article a été publié le 13 mai 2012.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire