mercredi 2 novembre 2016

« L’Exil des Juifs. Entre mythe et histoire » par Ilan Ziv modus operandi


Arte diffusera les 4 et 10 novembre 2016 « L’Exil des Juifs. Entre mythe et histoire » (Das Exil der Juden. Mythos und Geschichte), documentaire par Ilan Ziv (2012). « Une passionnante enquête historique et archéologique autour d'un mythe central des religions juive et chrétienne : l'exil des Juifs après la destruction de Jérusalem par les Romains ». Une preuve involontaire par Arte du lien plurimillénaire, nié par l'Unesco, entre Jérusalem et les Juifs. Un documentaire sans respect de la chronologie.

Le peuple Juif a connu plusieurs exils de sa Terre.

Premiers exils
Après le siège de Jérusalem en 597 avant l’ère commune, le roi Nabuchodonosor II victorieux dérobe les biens du Temple de Jérusalem et déporte une partie des Judéens à Babylone. Un exil relaté dans la Bible hébraïque. Les deux exodes suivants surviennent en 587 et 581 avant l’ère commune.

Après avoir conquis Babylone en 539 avant l’ère commune, l’empereur perse Cyrus II libère les Juifs et les autorise à retourner dans la province perse de Judée  (Yehoud Medinata) et d’y édifier le Temple de Jérusalem. Plus de 40 000 Juifs montent en Eretz Israël.

Le Second Temple de Jérusalem est consacré en 516 avant l’ère commune.

Exil à Rome
En 63 avant l’ère commune, Pompée s’empare de Jérusalem, et envoie des Juifs prisonniers à Rome. La présence de Juifs à Rome au 1er siècle avant l'ère commune est antérieure à l'antagonisme entre Juifs et Romains qui procédaient à la crémation des corps. Dans les catacombes, des inscriptions funéraires sont en grec ou en latin de Rome, ce qui révèle l'intégration des Juifs dans la société romaine. Les Juifs vivant en Galilée et en Judée représentent une minorité des Juifs dans le monde romain. Environ un million à Alexandrie et dans le reste de l'Egypte. Ce qui atteste de l'importance numérique de la diaspora juive et de leur sentiment d'appartenance à la région où ils vivaient.

A Jérusalem, l'influence des Grands prêtres de Jérusalem par des mouvements messianiques.

En l’an 6 de l’ère commune, l’empereur Auguste place un procurateur à la tête de la province romaine de Judée.

La révolte des Juifs contre les Romains a pour source le vol de biens précieux dans le Temple. Une rébellion qui débute par des victoires. Fils de Matthatias le Prêtre et d'une mère descendante des Hasmonéens, historiographe juif romain d'origine judéenne, Flavius Josèphe (37 ou 38-vers 100) retrace l'histoire de cette révolte de la Judée en 66 et la prise de Jérusalem en 70 dans La Guerre des Juifs contre les Romains. Un récit en sept livres. Certains Juifs ont été vendus comme esclave, notamment en Libye.

En 70 de l’ère commune, après la prise de Jérusalem par Titus, fils de l’empereur Vespasien et commandant de légions de Judée, la cité est détruite, et son Temple incendié. Seuls demeurent une part du mont du Temple et un vestige du mur d’enceinte, mur de soutènement, ou mur Ouest ou Kotel. Cette destruction du Temple est commémorée chaque année lors du jeûne du 9 av. De nombreux Juifs sont réduits en esclavage et sont contraints de défiler soumis lors d'une parade célébrant à Rome la victoire de Titus et montrant le chandelier (ménora) volé au Temple de Jérusalem. De retour à Rome, Titus construit un arc rappelant son triomphe et recouvert de bas-reliefs évoquant les trésors du Trésor, dont un chandelier sacré à sept branches, la Ménorah. Celle-ci est le symbole de l'Etat d'Israël.

« L’an prochain à Jérusalem », c’est le vœu exprimé dans leurs prières par les juifs pratiquants du monde entier depuis la destruction du Temple par les Romains ». 

« Depuis près de deux mille ans, il évoque la perte de la Terre promise et la condamnation à l’exil de tout un peuple ». 

Exil de toute éternité
"Les Romains ne  forçaient pas les populations défaites à l'exil. C'est une référence biblique aux précédents de Babylone et des Assyriens", avance un historien. Pourquoi ? La "deuxième insurrection [contre les Romains] aurait suscité l'exil". Au IIe siècle, le nouveau mouvement se localise en Judée, et pratique une guérilla en se cachant dans les grottes. De 132 à 135, son chef est appelé Bar Kokhba. Cette révolte s'opposait à la décision de l'empereur Hadrien de reconstruire Jérusalem en ville romaine.

Pour Israël Yuval, l'exil existe de toute éternité, dès Abraham qui "est le premier à s'exiler [vers la Terre promise]. Le peuple d’Israël est devenu nation en quittant l'Egypte. L'exil a toujours fait partie de l'existence juive". Les "rébellions ont été un moment de rupture démographique. L'interdiction pour les Juifs d'aller à Jérusalem les a contraints à s'installer en Judée et en Galilée".

Rituel juif adapté
Les habitants ont adapté leur rituel à l'impossibilité de se rendre au Temple d'Israël. Ainsi, le pèlerinage au Temple pendant Pessah s'est métamorphosé en un Séder conçu par les rabbins. Cette nuit, on raconte l'histoire rédigée dans la Hagada. Les Juifs de diaspora pratiquent deux Séders de Pessah.

Exil/Punition
Mais certains Juifs contestent cette transformation et veulent repenser la fondation en donnant un sens différent à la destruction du Temple de Jérusalem. Pour John Gager, c'est le signe que "Dieu a condamné Israël". Les chrétiens disent "C'est à cause des péchés des Juifs". Lesquels ? "Tuer le Christ" allèguent les chrétiens. "Etre divisé" rétorquent les Juifs. L'accord entre Juifs et chrétiens se porte sur la" décision divine de l'exode".

Les « premiers chrétiens y ont lu un châtiment divin contre ceux qui n’avaient pas su voir en Jésus le Messie, interprétation qui a nourri l’antisémitisme européen à travers les siècles ». 

Et « le mythe de l’exil massif, également présenté par les Juifs eux-mêmes comme une sanction de leurs fautes ».

Au IVe siècle, l'empereur Constantin adopte le christianisme.

L'opposition entre l'Eglise victorieuse face à la synagogue découronnée est illustrée dans certaines cathédrales. Pour Claudio Procaccia, désormais, "les juifs devaient être identifiés, et ne seront pas les égaux des chrétiens".

Le mythe du Juif errant est popularisé par le cinéma, notamment par Méliès dans un court métrage de trois minutes en 1904.

« C’est ce récit déterminant pour les théologies juive et chrétienne, fondamental dans l’histoire de l’Europe et du Moyen-Orient, que ce film interroge de façon passionnante, montrant combien il mêle historiographie et légende, mythe et réalité ».

« Dans cette enquête, menée en Galilée, à Massada, à Jérusalem et à Rome, on apprend ainsi que, loin d’être une période de désintégration du judaïsme, les siècles qui suivirent la destruction du Temple furent marqués par un certain renouveau, à l’extérieur de Jérusalem ». 

« S’accordant à mettre en cause la version catastrophique de l’exil, les historiens et les archéologues interrogés rappellent en outre que la diaspora juive existait déjà depuis longtemps tout autour de la Méditerranée ».

Séphoris
« Depuis 1985, les archéologues fouillant le site de Séphoris, une ville antique de Galilée, ont par exemple découvert que la cité, ayant refusé de soutenir la rébellion de Jérusalem, avait continué à prospérer au sein de l’Empire romain ». 

Situé près de Nazareth, Séphoris « deviendra un village arabe, Safuri, après la conquête arabe de la Palestine au VIIe siècle, dont les habitants seront chassés par l’État hébreu en 1948. Ils étaient pourtant, pour certains d’entre eux, les descendants de Juifs de l’Antiquité ». Cette seule phrase contient trois fautes historiques. Premièrement, la « Palestine » n’a jamais existé en Etat indépendant. Au VIIe siècle, Séphoris se trouvait sous la domination de l’Empire byzantin. Deuxièmement, quid des habitants de Séphoris sous les Croisés ? Troisièmement, le plan de partition onusien avait accordé la Haute Galilée à un Etat arabe, et non à un Etat palestinien. Lors de la guerre d’indépendance d’Israël, les forces arabes ont attaqué les forces de défense israéliennes, notamment à Sheikh Abd le 28 octobre 1948. Elles ont perdu au terme de durs combats. La fuite des populations non-juives locales a été essentiellement encouragé par les leaders arabes, la peur des Arabes de Palestine mandataire et leur espoir de retrouver leurs foyers après le génocide des Yaoud.

Le documentaire partial ne donne pas la voix à des historiens spécialistes de cette période, et exprime le narratif des Arabes palestiniens. L'un d'eux, qui se vante de pouvoir remonter jusqu'à dix générations, déclare : "Nous descendons des Arabes qui ont conquis cette région". Ce ne sont pas des autochtones depuis l'Antiquité. Dans "la période arabe musulmane, Séphoris a été le centre administratif de la région". La présence d'un chandelier dans une maison atteste-t-elle d'ascendants juifs parmi ces Arabes palestiniens, ou le vol d'un chandelier à des Juifs massacrés ? Une question qu'élude le documentaire.

Quatrièmement, il est peu vraisemblable que les habitants de Safuri soient les « descendants des Juifs de l’Antiquité ». S’il s’agit des Arabes de la Palestine mandataire, comme leur nom l’indique, ils venaient de la péninsule arabique, et ne pouvaient pas prétendre à une généalogie en Eretz Israël antérieure à la conquête arabe, soit avant le Moyen-âge. En 2010, la célèbre revue Nature a publié trois études sur la génétique des Juifs. Les communautés juives étudiées ont été, côté ashkénaze, celles du Caucase (Azerbaïdjan, Géorgie), du Moyen-Orient (Iran, Irak), du Maroc, et côté séfarade, celles de Bulgarie et de Turquie, plus des communautés en Éthiopie et en Inde. La « première conclusion  de ce travail confirme ce que d'autres études avaient montré: les communautés juives sont génétiquement plus proches entre elles que des autres populations non juives… L'étude démontre également que toutes ces communautés juives ont des ancêtres communs qui vivaient au Moyen-Orient avant qu'ils ne migrent vers l'Europe et l'Asie… Si cette étude montre qu'il y a bien une origine de ces populations au Moyen-Orient, elle permet aussi de voir qu'il y a eu différents degrés de mixité avec le reste de la population. D'après les résultats, la diaspora juive, c'est-à-dire la dispersion à partir du Moyen-Orient, aurait eu lieu il y a 2 500 ans ».

Le projet politique sioniste
Le projet politique sioniste vise à mettre un terme à cet exil diasporique.

« Entretiens avec des spécialistes, séquences documentaires et archives dévoilent ainsi une riche histoire commune et méconnue, qui résonne comme une esquisse de paix possible pour les hommes d’aujourd’hui ».
      
ALEGRIA  – Arte – Radio Canada – Amythos Films-Tamouz Media 2012, 87 min
Sur Arte les 4 novembre à 01 h 50 et 10 novembre 2016 à 9 h 25

Visuels : © ALEGRIA  Prod et Israel museum

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire