Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

jeudi 25 mars 2021

Diana Ross

Diana Ross est une chanteuse, actrice, compositrice, scénariste, productrice baptiste américaine. Après avoir débuté dans les années 1960 dans des groupes, dont les Supremes, elle débute en 1970 
une carrière solo internationale de chanteuse et joue dans des films :  Lady Sings the Blues (1972), Mahogany (1975) et The Wiz (1978). Arte diffusera le 26 mars 2021 « Diana Ross, suprême diva »  (Diana RossEine Diva erobert die Welt) de Julie Veille. 

Le siècle du jazz 
« La révolution du 78 tours » par Dagmar Brendecke 
Martial Solal, pîaniste de jazz 
  
« Sensuelle brindille, elle n'a que 16 ans lorsque, en 1961, elle signe à la Motown, jeune label en passe de révolutionner la musique afro-américaine. D’une ambition à la démesure de son talent, Diana Ross, avec ses deux complices des bientôt mythiques Supremes, collectionne les tubes ("Where Did Our Love Go", "Baby Love"...) et se hisse au sommet des charts américains. Mélange de soul et de pop, le trio glamour de Detroit conquiert aussi la scène internationale et s'installe dans la mémoire collective. Travailleuse acharnée, la charismatique Diana enchaîne sur une carrière solo dès 1970, avec un album à son nom, suivi d'un premier rôle au cinéma (Lady Sings the Blues de Sidney J. Furie). Après un parcours alternant hauts et bas, la diva de 76 ans, qui n’a cessé de se réinventer, comme pour nourrir sa légende, devait se produire "avec amour" au célèbre festival pop de Glastonbury (Grande-Bretagne), depuis annulé pour cause de pandémie. Rendez-vous en 2022 ? », a écrit Guillemette Hervé pour Arte.

De son union avec Berry Gordy, président de la Motown, Diana Ross a eu une fille, Rhonda Suzanne Silberstein, née en août 1971.

En janvier 1971, elle a épousé Robert Ellis Silberstein, directeur musical juif américain, qui a élevé Rhonda comme sa propre fille.  Le couple a eu deux filles : Tracee Joy et Chudney Lane Silberstein, nées respectivement en 1972 et 1975. Il a divorcé en 1977.

En 1986, Diana Ross s'est remariée avec un homme d'affaire norvégien, Arne Næss Jr.. Ils ont eu deux fils : Ross Arne, né en 1987, et Evan Olav, né en 1988. Ils ont divorcé en 2000.

En 1976, Diana Ross chante devant Yitzhak Rabin, alors Premier ministre d'Israël.

En 1995, Diana Ross s'est produite à Tel Aviv. Elle a interprété notamment Do You Know Where You´re Going To? et Ain´t No Mountain High Enough.

« Diana Ross, suprême diva »
Arte diffusera le 26 mars 2021 « Diana Ross, suprême diva »  (Diana RossEine Diva erobert die Welt) de Julie Veille.

« Des Supremes à "Upside Down", le parcours mouvementé d'une conquérante, qui a dû batailler pour devenir la diva soul qu'elle rêvait d'être, la frêle, sensuelle et tenace Diana Ross. »

« Née en 1944, deuxième d'une fratrie de six, Diana Ross veut très tôt occuper le devant de la scène, à l’origine pour attirer l'attention de ses parents ».

« Dans le quartier pauvre de Detroit où elle grandit, surgit en 1959 la Motown, label qui va révolutionner la musique noire ». 

« Recalée à une audition avec ses copines, les futures Supremes, Diana revient à la charge, et impose sa bande parmi les choristes ». 

« Quand les Supremes arrachent leur premier contrat en 1961, elle n'a que 16 ans ». 

« Berry Gordy, devenu son amant et mentor, mise tout sur ce trio acidulé qui susurre avec élégance des mélodies gospel sur une rythmique rock ». 

« Mais le groupe aligne les flops jusqu'à ce que le génial trio d'auteurs Holland-Dozier-Holland trouve le hit qui sied à la voix cristalline et sensuelle de Diana : "Where Did Our Love Go". 

« Les Supremes enchaînent alors les succès, avant que la domination sans partage de la chanteuse n’ait raison du groupe ». 

« Diana Ross poursuit sa carrière en solo, avec des hauts et des bas, et une grande capacité à se réinventer à chaque échec, partant à la conquête d'Hollywood, rebondissant avec élégance sur la vague disco ou se libérant de son étouffant pygmalion, Berry Gordy. »

« Silhouette fluette et chic, minois carnassier et tendre, Diana Ross, en dépit de son ambition démesurée, touche par sa force de caractère, son émotivité et son inépuisable énergie ». 

« Avec des archives savoureuses, où en vraie diva, elle se montre prodigue en strass, fourreau et fourrures, des interviews de ceux qui l'ont côtoyée – Mary Wilson, ancienne des Supremes, disparue le 8 février dernier, le producteur Nile Rodgers, la stricte Maxine Powell, garante des bonnes manières à la Motown… –, ce film raconte la trajectoire mouvementée d'une chanteuse, qui, malgré son talent et son charisme, a dû batailler pour réussir et s'émanciper sur le plan artistique. »

Elle a exercé une influence sur d'autres chanteurs, dont Michael Jackson, Beyoncé, et Madonna.


« Diana Ross, suprême diva »  de Julie Veille
France, 2019, 52 min
Coproduction : ARTE France, Terminal 9 Studios, Universal Music France/Off Productions
Sur Arte les 26 mars 2021 à 22 h 35, 15 avril 2021 à 5 h 00, 24 avril 2021 à 5 h 25
Disponible du 19/03/2021 au 24/05/2021
Visuels :
Portrait de Diana Ross
© Terminal 9 Studios

Le groupe de la Motown, les Suprêmes, avec de gauche à droite Florence Ballard, Mary Wilson et Diana Ross, 1965
© Hulton Archive / Getty Images

Le groupe des Suprêmes (de gauche à droite Florence Ballard, Mary Wilson et Diana Ross) sur le show musical " Hullabaloo" de la NBC en 1965 à New York
© Michael Ochs Archives / Getty

Portrait de Diana Ross, 1974
© Harry Langdon / Getty Images

Aucun commentaire:

Publier un commentaire