Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

jeudi 18 mars 2021

« Identités offensées » de Philippe Truffaut

Arte diffusera le 21 mars 2021, dans le cadre de « Philosophie », « Identités offensées ? » (Die beleidigte Identität) de Philippe Truffaut. « Alors que la lutte contre le racisme et pour la visibilité des minorités se fait de plus en plus pressante, Raphaël Enthoven explore la notion d’identité avec Tania de Montaigne, autrice de "L’assignation – Les Noirs n'existent pas", et Lilian Thuram, ancien footballeur et auteur de "La pensée blanche". » 

Raphaël Enthoven « explore la notion d’identité avec Tania de Montaigne, autrice de "L’assignation – Les Noirs n'existent pas", et Lilian Thuram, ancien footballeur, auteur de "La pensée blanche".», ardent promoteur de la fierté de l’identité noire, et président de la Fondation « Education contre le racisme ».  
« L’identité constitue-t-elle un outil pertinent d’émancipation (d’une tutelle universaliste ou “coloniale”) ? » 

« Ou représente-t-elle le piège d’un retour aux assignations et aux appartenances forcées ? » 

« En outre, le décryptage de la société en termes d’identités (et de leurs conflits), est-il complémentaire ou bien contraire à sa lecture du point de vue social et économique ? »

N'est-il pas contradictoire pour des gouvernants français d'encourager la permanence des identités d'immigrés - accord franco-tunisien sur "l'enseignement de la langue arabe à l'école élémentaire en France" (décret signé le 30 avril 2020 par Emmanuel Macron, Président de la République, le Premier ministre, alors Edouard Philippe, le ministre de l'Europe et des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian - et de stigmatiser, voire nier l'identité française ? Est-ce compatible avec le "vivre ensemble" ? 


Tania de Montaigne
Née en 1971 à Paris, ancienne élève des Écoles des hautes études internationales et politiques, Tania de Montaigne est une journaliste, romancière - Patch (Florent Massot Présente, 2001), Tokyo c'est loin (Flammarion, 2006), Les Caractères sexuels secondaires (Flammarion, 2009) et Toutes les familles ont un secret (Flammarion, 2014). Chez Grasset, elle est l’auteur de Noire (2015) - et chanteuse. Elle anime un atelier d'écriture à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po). Elle a été distinguée par le Prix Simone Veil 2015.

En 2018, Grasset a publié "L'assignation: Les noirs n'existent pas" de Tania de Montaigne.  «  Trois jeunes femmes étaient assises, non loin de moi, dans un restaurant. L'une a dit: "Je n'ai jamais couché avec un...enfin tu vois...un Jaune". "Moi, c'est avec un Noir que je n'ai jamais couché" a dit la seconde. "Faut dire qu'ils sont équipés!" a renchéri la troisième, "Les Noires, elles, elles peuvent, elles ont des grands vagins." "Ah bon?" a dit la seconde. "Bah, oui, c'est comme pour les femmes... enfin... les Asiatiques, elles ont des sexes plus courts, c'est prévu pour." Ce jour-là, j'ai donc appris que, comme toutes les Noires, j'avais un grand sexe. Oui, mais qu'est-ce qu'une Noire ? J'essaie de me souvenir du temps où je n'étais pas Noire, mais seulement noire, sans majuscule. Un adjectif, pas un nom. Une simple couleur. Je passe en revue les souvenirs, la cité, l'école, les premiers boulots...Mais dans toutes ces images, je suis déjà Noire. Alors, qu'est-ce qu'une Noire ? D'ailleurs, est-ce que ça existe ? Et si les Noirs (et tous ceux dont on peut parler en ayant l'illusion qu'en mettant une majuscule on a tout dit d'eux) n'existaient pas?  »

Lilian Thuram
En décembre 2010, dans la bande de Gaza, le Hamas 
a exhibé un faux « Guilad Shalit » défilant menotté et encadré de terroristes encagoulés dans un défilé à Gaza pour célébrer le 23e anniversaire de sa création. En violation avec les plus élémentaires règles humaines et l’article 13 de la IIIe Convention de Genève (1949) qui protège les « civils captifs de la partie opposée » des « insultes et de la curiosité publique ». Le dossier de presse ne le mentionne pas. Pourquoi ? Pourtant Lilian Thuram s’est rendu en avril 2011 dans un camp de réfugiés entre Jérusalem et Ramallah. Il a visité l’école du camp de réfugiés de Qalandia soutenue par l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine). « J'ai tellement entendu parler des enfants de Palestine et de l'environnement dans lequel ils grandissent. Aujourd'hui, j'ai pu constater leur enthousiasme et leur détermination à réussir. J'espère qu'ils ont apprécié autant que moi la session d'entraînement d'aujourd'hui », a-t-il déclaré. Il n’a pas vu dans l’école les cartes de la « Palestine » englobant l’Etat Juif ? Que fait sa Fondation à cet égard ? 

En 2011, Christophe Dugarry a révélé une scène qui s'est déroulée dans le "vestiaire de France 98, le soir de la finale contre le Brésil" : «On était en train de prendre des photos avec la Coupe du monde, entre nous. Et Lilian dit : "Allez les Blacks, on fait une photo tous ensemble". Moi, je n'ai pas relevé, je n'ai pas fait l'amalgame, je n'ai pas mal interprété ses propos. Franck Leboeuf, lui, a remarqué et a lancé : "Lilian, qu'est-ce que tu dis ? Et si, moi, je disais : allez les Blancs, on fait une photo tous ensemble ?". Mais à aucun moment on s'est dit que Lilian était raciste. Lilian ne doit pas oublier qu'il arrive à tout le monde de dire des choses qui dépassent sa pensée ou qui peuvent être mal interprétées.»

En 2016, le musée du quai Branly a présenté l'exposition partiale Exhibitions. L’invention du sauvage dont commissaire général est Lilian Thuram.

En septembre 2019, "dans une longue interview donnée au Corriere dello Sport, Lilian Thuram est revenu sur les cris racistes adressés au joueur de l'Inter Milan Romelu Lukaku, dimanche dernier à Cagliari, et propose de s'inspirer de la France : « Il y a une hypocrisie incroyable et il manque la volonté de résoudre le problème. Ne rien faire équivaut à être d'accord avec ceux qui poussent des cris racistes. Si quelque chose vous dérange, vous faites tout pour la changer. En France, on interrompt les matches en cas de comportement contre l'homosexualité dans les tribunes : suspendre la rencontre et renvoyer les joueurs aux vestiaires, cela veut dire éduquer les gens... Il faut prendre conscience que le monde du foot n'est pas raciste mais qu'il y a du racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche, poursuit l'ancien défenseur de Parme et de la Juventus Turin. Il est nécessaire d'avoir le courage de dire que les blancs pensent être supérieurs et qu'ils croient l'être. De toutes les manières, ce sont eux qui doivent trouver une solution à leur problème. Les noirs ne traiteront jamais les blancs de cette façon, et pour n'importe quelle raison. L'histoire le dit. »

Des déclarations qui ont suscité l'indignation, notamment de la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) qui, dans un communiqué, a déclaré :
"Ces propos témoignent des risques d’une dérive du combat antiraciste dans lequel Lilian Thuram s’est toujours investi.
L’universalisme républicain, c’est-à-dire cette idée selon laquelle la République est indivisible, demande un travail constant et exigeant : il n’est pas possible d’essentialiser un groupe – en l’occurrence « les Blancs » en le définissant globalement par des caractéristiques uniques qui vaudraient pour  l’ensemble de ses membres. Surtout, ce serait un poison que de vouloir en permanence définir des individus en fonction de la couleur de leur peau car c’est précisément le piège tendu par les racistes.
Cette assignation, qui crée un monde avec les « Blancs » d’un côté et les « Noirs » de l’autre, n’est pas acceptable si on prétend, comme souhaite le faire Lilian Thuram, combattre le racisme. La division de la société en groupes de couleur est une lourde erreur qui produira l’effet inverse au but recherché : celui d’une société fragmentée là où il y a urgence à réunir, à rassembler, à faire renaître un idéal commun".
Lilian Thuram a répondu que ses propos avaient été sortis de leur contexte.
 
Le musée du quai Branly a présenté l’exposition Exhibitions. L’invention du sauvage dont le commissaire général est Lilian Thuram, né en Guadeloupe.

 Environ 35 000 êtres humains ont été amenés d’Afrique, d’Asie, d’Océanie ou d’Amérique vers l’Occident où ils ont été exhibés dans des cirques, zoos, expositions ou défilés. Des oublis et des partis pris étranges.

 Le 7 juin 2016, Lilian Thuram a participé à une rencontre avec des lycéens au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme (mahJ).


« Identités offensées ? » de Philippe Truffaut
 
Invités : Tania de Montaigne et Lilian Thuram
Présentation : Raphaël Enthoven
France, 2021, 26 min
Sur Arte le 21 mars 2021 à 00 h 20
Disponible du 13/03/2021 au 03/03/2024
Visuels :
Tania de Montaigne, journaliste et autrice de L’assignation : Les noirs n' existent pas (Grasset)
© A Prime Group G. Figuérola

Myriam Multigner
© Olivier Mesnage pour Public Sénat

Lilian Thuram, ancien footballeur et champion du monde en 1998, mais aussi Président de la Fondation Lilian Thuram- Education contre le racisme, et auteur de La pensée blanche
© A Prime Group G. Figuérola

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire