Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

lundi 1 mars 2021

Mae West (1893-1980)

Mae West (1893-1980) était une dramaturge, scénariste, actrice - Nuit après nuit (Night After Night) de Archie Mayo (1932), Lady Lou (She Done Him Wrong) de Lowell Sherman (1933), Je ne suis pas un ange (I'm No Angel) de Wesley Ruggles (1933), Ce n'est pas un péché (Belle of the Nineties) de Leo McCarey (1934) -, chanteuse, humoriste et femme de lettres - "Goodness Had Nothing to Do with It" (1959) - américaine. Dans les années 1920-1930, elle a créé un personnage féminin indépendant, une blonde platine plantureuse, aux répliques pleines de sous-entendus sexuels. Arte diffusera le 6 mars 2021 « Mae West - Une star sulfureuse » (Mae West: Die verruchte Blonde ; Mae West: Dirty Blonde) de Sally Rosenthal et Julia Marchesi.


Nuit après nuit (Night After Night
) de Archie Mayo (1932), Lady Lou (She Done Him Wrong) de Lowell Sherman (1933), Je ne suis pas un ange (I'm No Angel) de Wesley Ruggles (1933), Ce n'est pas un péché (Belle of the Nineties) de Leo McCarey (1934), Je veux être une lady (Goin' To Town) de Alexander Hall (1935), Annie du Klondike (Klondike Annie) de Raoul Walsh (1936)... Les années 1930 marquent l'apogée de la carrière hollywoodienne de l'actrice et star Mae West (1893-1980) qui a débuté dans le vaudeville à... cinq ans.

Née dans une famille chrétienne, Mae West a toujours allégué avoir des origines juives. Ses biographes divergent sur ce point.

« Dramaturge à Broadway, star hollywoodienne, femme d’affaires et icône, Mae West (1893-1980) a revendiqué un statut de "bad girl" en parodiant les codes du sex-symbol. « Mae West - Une star sulfureuse » (Mae West: Die verruchte Blonde ; Mae West: Dirty Blonde) est un documentaire de Sally Rosenthal et Julia Marchesi. Le portrait d’une féministe pionnière à l’audace radicale. »

"Tu as un revolver dans la poche ou tu es juste content de me voir ?" C’est avec cette gouaille crue que Mae West (1893-1980) s’adressait aux hommes dans les dialogues de ses films qu’elle écrivait elle-même ». 

« Puis elle les jaugeait, paupières mi-closes et ombre de sourire aux lèvres, se forgeant ainsi une solide réputation inégalée de bad girl." 

« Parodiant les codes du machisme pour se les réapproprier au second degré, la star blond platine, au déhanché aussi célèbre que celui de John Wayne, secoue la puritaine Amérique dès les années 1920 à Broadway avec sa première pièce, traitant du désir et sobrement titrée Sex, avant d’affoler la censure avec une autre, Drag, dédiée aux travestis qu’elle a croisés dans des bars clandestins de Greenwich Village ». 

« Jetée en prison pour obscénité et corruption de la morale de la jeunesse, cette fille d’un boxeur professionnel et d’une immigrée bavaroise, qui a grandi à Brooklyn et débuté sur les planches du burlesque à 14 ans, se réjouit de la publicité suscitée par le scandale, dont elle usera toujours avec un redoutable sens des affaires ». 

« À l’aube de la quarantaine, l’indocile croqueuse d’hommes et de diamants, appelée à Hollywood pour relancer des studios fragilisés par la Grande Dépression, exige, outre un salaire supérieur d’un dollar à celui du directeur de la Paramount, d’être l’auteure et la costumière de ses rôles ». 

« De Lady Lou à Je ne suis pas un ange, l’icône sans rivale incarne alors une femme indépendante hypersexualisée dont les aphorismes − "entre deux mauvaises actions, je préfère toujours celle que je n’ai pas essayée" – tiennent lieu de manifeste ». 

« Mais derrière le parfum sulfureux et la satire, la rebelle sait aussi porter un regard intéressé sur la communauté afro-américaine, accordant une place inédite aux femmes et à la musique noires dans ses films ». 

« Exilée volontaire dans des boîtes de nuit de Las Vegas à la soixantaine, Mae West renoue avec les studios qui lui rendent hommage au crépuscule de sa vie, sans qu’elle ne renonce jamais à sa partition résolument sexy. »

« Tissé d’archives de ses films, d’interviews et d’éclairages – critiques, amis et émules, dont Dita Von Teese qui la définit comme une "gangster sexuelle" −, ce documentaire retrace l’audacieux parcours de cette pionnière au féminisme radical, à côté de laquelle Madonna apparaît aujourd’hui Like a Virgin ». 

« Pulvérisant les conventions avec une autorité doublée d’un humour ravageur, Mae West, femme fatale moins glamour que son amie Marlene Dietrich, s’est emparée du pouvoir dans un monde d’hommes, en utilisant son corps avec esprit comme un instrument imparable pour conquérir sa liberté. »

« Mae West - Une star sulfureuse » de Sally Rosenthal et Julia Marchesi 
Etats-Unis, PBS, 2020, 50 minutes
Sur Arte le 6 mars 2021 à 05 h 00, 7 mars 2021 à 23 h 05, 14 mars 2021 à 8 h 45, 20 mars 2021 à 5 h 30
Disponible du 06/03/2021 au 05/04/2021
Visuels : 
© AF archive/Alamy Stock Photo
© Courtesy of Everett Collection
© Courtesy of General Photograph

Aucun commentaire:

Publier un commentaire