Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

lundi 20 juillet 2020

« Guerre froide : l'homme qui sauva le monde » de Peter Anthony


Arte diffusera le 21 avril 2020 « Guerre froide : l'homme qui sauva le monde » (Der Mann, der die Welt rettete ; The Man Who Saved the World), documentaire de Peter Anthony (2015). Durant la Guerre froide, « en gardant son sang-froid face à une fausse alerte d’attaque nucléaire, un officier soviétique » de la Voyska PVO, la force de défense anti-aérienne de l'Armée soviétique, Stanislav Petrov (1939-2017), « avait évité de justesse le déclenchement d’une troisième guerre mondiale, dans la nuit du 25 au 26 septembre 1983. Vingt-deux ans plus tard, le héros oublié était invité en grande pompe aux États-Unis, l’ancien pays "ennemi"... »

« Dans la nuit du 25 au 26 septembre 1983, en pleine guerre froide, le lieutenant-colonel Petrov est de service » à la base d'alerte stratégique de Serpoukhov-15 à Kourilovo. « Sa mission : surveiller depuis son bunker un écran de contrôle destiné à donner l’alerte en cas d’attaque nucléaire ». 

« Lorsque le militaire soviétique voit apparaître cinq points représentant des missiles en provenance d’une base américaine, le doute l’envahit : pourquoi les États-Unis attaqueraient-ils à ce moment précis ? » 

« N’écoutant que son instinct, Stanislav Petrov décide de ne pas avertir son état-major. Il s’agissait bien d’une fausse alerte, due à une erreur technique… » 

« Par ce geste courageux, voire inconsidéré, Petrov a peut-être évité une riposte de l'URSS et, de fait, la fin de ce monde ». 

Il s’agissait d’une erreur de logiciels ayant interprété la réflexion des rayons du Soleil sur les nuages comme la chaleur causée par le décollage de missiles. 

Rendus publics en 1998, ces faits se déroulaient trois semaines après la destruction du vol 007 Korean Air Lines par l’aviation de chasse de l’Union soviétique dont Iouri Andropov (1914-1984) est Président du Præsidium du Soviet suprême.

Stanislav Petrov reçoit en 2004 l’hommage de l’Association of World Citizens qui prône la paix dans le monde.

« En 2006, le héros oublié était invité en grande pompe aux États-Unis, l’ancien pays "ennemi", pour y rencontrer le journaliste Walter Cronkite, le documentariste David Hoffman et les stars Robert De Niro, Matt Damon ou encore Kevin Costner ». 

 « De Moscou aux États-Unis, ce témoignage émouvant offre, au travers d’images d’archives saisissantes, d'entretiens avec l'intéressé et de reconstitutions, une relecture inédite de cette histoire méconnue. »



Danemark, Etats-Unis, Russie, 2014, 1 h 50
Avec Stanislaw Petrow, Kevin Costner, Robert De Niro, Matt Damon
Sur Arte le 21 juillet 2020 à 22 h 20
Disponible du 21/07/2020 au 02/11/2023

A lire sur ce blog :
Les citations proviennent d'Arte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire