lundi 12 janvier 2015

« Lettre d’une inconnue », de Max Ophüls


Arte diffusera le 12 janvier à 20 h 50 et le 29 janvier 2015 à 0 h 50 « Lettre d’une inconnue  » (Letter from an Unknown Woman), film romantique de Max Ophüls (1948). Deuxième adaptation cinématographique  d’une nouvelle Stefan Zweig de 1922, ce mélodrame évoque avec délicatesse et dans une mise en scène élégante, Lisa Brendle et Stefan Brand, deux êtres humains emprisonnés dans des passions distinctes, fuyant le bonheur, ou ne sachant pas le reconnaître et le saisir.


« Vienne, vers 1900. À la veille d’un mystérieux duel qui semble s’annoncer fatal pour lui, Stefan Brand, un célèbre pianiste, reçoit une lettre d’une femme inconnue. Lisa Berndle, son auteure, y retrace l’amour fou qu’elle lui a secrètement voué toute sa vie...” 

Adapté de la nouvelle éponyme de Stefan Zweig, c’est l’un des plus beaux films de Max Ophüls (1902-1957), avec Joan Fontaine et Louis Jordan. 

Films de femme
Né à Sarrebruck en 1902 dans une famille Juive d’industriel textile, Maximillian Oppenheimer choisit comme nom d’artiste Max Ophüls  quand il débute en 1919 comme acteur, en particulier à l’Aachen Theatre.

Il évolue vers la production théâtrale en 1924, et dirige en 1926 le Burgtheater à Vienne (Autriche). Il épouse la comédienne Hilde Wall (1894-1980), et le couple a en 1927 un fils prénommé Marcel, et qui deviendra réalisateur notamment du documentaire controversé Le Chagrin et la pitié sorti en 1971.

Fort de la mise en scène de deux cents pièces de théâtre, il entre dans la profession cinématographique en 1929 comme chef-dialoguiste à la UFA (Universum Film AG), notamment pour Anatole Litvak.

Deux ans plus tard, il réalise la comédie Dann schon lieber Lebertran (On préfère l'huile de foie de morue), court métrage.

En 1932, il réalise Liebelei (Amourette ou Une histoire d’amour), d’après la pièce de théâtre éonyme d'Arthur Schnitzler, avec Paul Hörbiger, Magda Schneider et Gustaf Gründgens. En 1958, Pierre Gaspard-Huit réalisera un remake, Christine, avec Romy Schneider et Alain Delon.

A l’avènement du nazisme, il fuit l’Allemagne en 1933 pour la France dont il acquière la nationalité en 1938. Il y réalise Goethe, avec Pierre Richard-Willm, ainsi que Sans lendemain et De Mayerling à Sarajevo avec Edwige Feuillère.

Après la défaite de la France en 1940, il se réfugie aux Etats-Unis via la Suisse et l’Italie.

Grâce à son admirateur, le scénariste et réalisateur américain Prestion Sturges, Max Ophüls  réalise à Hollywood The Exile (1947) avec Douglas Fairbanks, Jr, puis Lettre d’une inconnue  (1948), une “longue et bouleversante confession dans laquelle elle évoque aussi les rares étreintes et brefs éclats de vie que l’indifférent lui a concédés. De ces furtives unions est né un enfant, qui n’a pas survécu au typhus. Elle lui écrit à la veille de sa propre mort...”

Max Ophüls “réussit la prouesse d’adapter librement le chef-d’œuvre de Stefan Zweig, tout en préservant son extraordinaire délicatesse, et recrée la Vienne à l’aube du XXe siècle. Dans l’atmosphère en noir et blanc de la Vienne du début du siècle dernier, superbement reconstituée sous la lumière des studios, se déploie ainsi toute la dimension romanesque de Lettre d’une inconnue. À travers le récit tragique – et fantomatique – de cette histoire d’amour, obsession muette d’une part, oubli aveugle de l’autre, le cinéaste retrace avec une infinie douceur le parcours de ces deux héros sacrifiés, qui s'obstinent l’un et l’autre à fuir le bonheur. Le bellâtre séducteur (Louis Jourdan) est abusé par son orgueil égocentrique, l’amoureuse”, la blonde diaphane Joan Fontaine, co-productrice du film, par le fantasme de sa passion absolue. Des âmes fragiles, dont Max Ophüls s’emploie à éclairer toute la profondeur des sentiments”.

Longs travellings, atmosphère romantique, flash-backs, mélancolie du noir et blanc, “film de femme” où celle-ci apparaît dans sa pureté, candeur, dans une société raffinée, mais à la violence sourde.

Sur ces travellings, l'acteur James Mason, qui a tourné sous sa direction, a composé ce poème :
"A shot that does not call for tracks
Is agony for poor old Max,
Who, separated from his dolly,
Is wrapped in deepest melancholy.
Once, when they took away his crane,
I thought he'd never smile again".
Bien que le film ne rencontre pas un succès commercial lors de sa sortie, il est reconnu comme un classique du cinéma. La lecture de la lettre de Lisa transforme Stefan, désormais décidé à assumer les responsabilités d’un gentleman et d’affronter son destin avec gravité.

A Hollywood, Max Ophüls réalise ensuite ), Pris au piège (Caught) et Les Désemparés (The Reckless Moment) (1949), ainsi que des scènes dans Vendetta de Mel Ferrer (1946).

Max Ophüls retourne en Europe en 1950.

En France, il y tourne La Ronde (1950) d’après Schnitzler et distingué par le BAFTA du meilleur film en 1951, Le Plaisir  (1952) – célèbre par la conclusion du narrateur « Le bonheur n’est pas gai » -, Madame de... (1953), d'après un roman de Louis de Vilmorin et doté de dialogues de Marcel Achard, avec Danielle Darrieux, Charles Boyer et Vittorio de Sica, puis Lola Montès (1955) avec Martine Carol.

Il meurt lors du tournage des Amants de Montparnasse (Montparnasse 19) avec Gérard Philipe, Anouk Aimée, Lili Palmer et Lino Ventura. Un film sur les dernières années de la vie de Modigliani qu’achèvera son ami, le réalisateur Jacques Becker.

Auteur d’une vingtaine de films dont il est souvent (co)scénariste, dont l’émouvant Lettre d’une inconnue, il a influencé par les mouvements élégants et sophistiqués de sa caméra, Stanley Kubrick et Jacques Demy.
  
  
« Lettre d’une inconnue  » de Max Ophüls
John Houseman, William Dozier pour Rampart Productions (Etats-Unis), 1948, 84 min
Scénario de Howard Koch et Max Ophüls d’après Stefan Zweig
Image : Franz Planer
Montage : Ted J. Kent
Musique : Daniele Amfitheatrof
Avec Joan Fontaine, Louis Jourdan, Mady Christians, Marcel Journet, Art Smith et Carol Yorke
Sur Arte le 12 janvier à 20 h 50 et le 29 janvier 2015 à 0 h 50

Visuels : © Kineos Films

A lire sur ce blog :

Les citations viennent d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire