Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

lundi 14 septembre 2020

Let´s Dance! The Viennese cafetier Otto Pollak


Le musée juif de Vienne présente l’exposition « Let´s Dance! The Viennese cafetier Otto Pollak » (Wir bitten zum Tanz. Der Wiener Cafetier Otto Pollak ; Dansons ! Le cafetier viennois Otto Pollak). Juifs patriotes, Otto Pollak (1894-1978) et son frère Karl (1889-1943) ont dirigé le célèbre Café Palmhof à Vienne (Autriche). Un lieu de sociabilité et d’intense vie culturelle. Spoliée après l’Anschluss, la famille Pollak est déportée à Terezín  (Theresienstadt), et décimée par la Shoah. Deux rescapés récupèrent le Café Palmhof au début des années 1950, mais renoncent à le diriger. L’exposition souligne la contribution des Juifs viennois à l’Histoire de la capitale autrichienne dans l’entre-deux guerres.
« Marie-Thérèse d'Autriche » par Robert Dornhelm
« Goût et saveurs d’Israël » par Mica Stobwasser et Louis Saul
« Une femme d'exception. Le royaume d’Anna » par Beate Thalberg
« Café Nagler » par Mor Kaplansky et Yariv Barel
Ruth Beckermann, documentariste    
Les Juifs dans la Grande Guerre, 1914-1918 (5675-5679)

La famille Pollak était originaire de l’actuelle république tchèque, alors l’Empire austro-hongrois. 

Otto Pollak (1894-1978) et son frère Karl (1889-1943) étaient nés à Kyjov (Gaya, en allemand), petite ville située en Moravie, alors au sud de la Tchécoslovaquie. 

A Kyjov, vivait une communauté juive importante.

Les frères Pollak y dirigeaient un magasin. 

Otto Pollak est diplômé de l'Académie de commerce de Protĕjov (Proßnitz) et s'est porté volontaire en août 1914 pour rejoindre le régiment d'artillerie de campagne n° 5 à Brno. Durant la Première Guerre mondiale, il s’est distingué par son grand courage, a guéri de la fièvre typhoïde et a reçu la Médaille d'argent pour bravoure 1ère et 2e classes. 

En janvier 1916, Otto Pollak a été gravement blessé lors d'un incendie, et sa jambe gauche a du alors être amputée. 

Cependant, Otto Pollak ne s’est pas laissé décourager par cette épreuve et a accompli des exploits sportifs extraordinaires. Ainsi, en 1926, âgé de 32 ans, il a traversé le lac Millstatt à la nage.

Café Palmhof
Le Café Palmhof était situé au 135 Mariahilferstrasse, dans le 15e arrondissement de Vienne. Une rue commerçante célèbre.

A partir de 1919, il a été dirigé par Otto et frère Karl Pollak (1889-1943). 

Ces deux propriétaires ont fait du Café Palmhof un lieu de rencontres viennois très apprécié.

Au fil des ans, des architectes ont meublé le café de plus en plus élégamment.

Pouvant accueillir 350 clients, doté de salons et d’espaces de travail, ce café célèbre proposait une programmation attrayante et innovante.

 En journée, il était géré comme un café, lieu de sociabilité.

La nuit, il accueillait des concerts diffusés chaque semaine en direct à la RAVAG (Radio Verkehrs AG), média récemment apparu, des danseurs et des événements sociaux, tel en 1933 le "Fräulein-Wien-Wahl", concours de Miss Vienne. De nombreux musiciens qui se produisaient au Café Palmhof sont aujourd'hui oubliés, mais étaient à l'époque des stars. Et Otto Pollak ne dédaignait pas parfois de chanter.

L’antisémitisme ? Le 12 août 1925, les nazis ont défilé dans la Mariahilferstrasse et ont tenté d’envahir le Café Palmhof.

En mai 1934, des Nazis commettent un attentat terroriste contre ce Café.

En 1938, après l’Anschluss (annexion de l’Autriche par l’Allemagne nazie), le Café Palmhof a été « aryanisé » et sa propriété transférée à un ancien serveur. 

Spoliée, la famille Pollak s'est d'abord réfugiée à Kyjov (Gaya, en allemand). De là, elle a été déportée en 1943 à Terezín  (Theresienstadt), en Tchécoslovaquie occupée par le IIIe Reich. 

Vétéran de guerre handicapé - il avait perdu une jambe durant la Première Guerre mondiale - Otto Pollak n’a pas été déporté. Mais trois jours après son arrivée, son frère Karl fut déporté au camp nazi d’Auschwitz (Pologne) où il fut assassiné. 

Otto Pollak et sa fille Helga ont survécu. 

Au début des années 1950, le Café Palmhof leur a été restitué, mais Otto Pollak a refusé de continuer à le diriger. 

A l’emplacement du café se trouve aujourd'hui un supermarché discount.

L'exposition raconte l'histoire du Café Palmhof et celle d'Otto Pollak. Son parcours illustre la contribution des Juifs à la vie culturelle et sociale de Vienne. 

Provenant de la succession d'Otto Pollak, les documents et objets exposés font revivre sa personnalité et son environnement social. Ils rappellent la Vienne que Ludwig Hirschfeld décrit dans son légendaire guide de voyage "Was nicht im Baedecker steht" ("Ce qui n'est pas dans le guide Baedecker") publié en 1927.

Les commissaires de l’exposition « Let´s Dance! The Viennese cafetier Otto Pollak » sont Theresa Eckstein et Janine Zettl.

La scénographie est signée par Itai Margula.

Du 4 décembre 2019 au 18 septembre 2020
Au Jewish Museum Vienna 
Dorotheergasse 11, 1010 Vienne. Autriche
Du dimanche au vendredi de 10 h à 18 h
Visuels :
Otto Pollak © Privatsammlung Kinsky
Café Palmhof Gebäude © Privastsammlung Kinsky
Bühne © Privatsammlung Kinsky
Innenraum © Privatsammlung Kinsky
Mottoparty Pirateninsel Aquarell © Privatsammlung Kinsky
Mottoparty Pirateninsel Foto © Privatsammlung Kinsky
Palmhof © Ilwerba GmbH, Privatsammlung Kinsky private collection Kinsky
Café Palmhof © Privatsammlung Kinsky

A lire sur ce blog :
L'article est inspiré du communiqué de presse.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire