Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mercredi 24 juillet 2019

« L’aventure Bolex » par Alyssa Bolsey

« L’aventure Bolex » (Er nannte sie « Bolex ; Beyond the Bolex) est un documentaire réalisé par Alyssa Bolsey. « Voyage dans le temps à la rencontre de » Jacques Bolsey (1895-1962), l’inventeur juif né à Kiev, de la célèbre et populaire caméra Bolex. « Avec le témoignage de nombreux réalisateurs (Wim Wenders, Spike Lee, Barbara Hammer, Jonas Mekas...) qui racontent l’influence que cette caméra a eue sur leur travail et leur imaginaire ». Les 26 et 27 juillet 2019, ce film sera projeté lors du San Francisco Jewish Film Festival.


Jacques Bogopolsky (1895-1962) était un « homme de la Renaissance » dont l’invention la plus populaire a éclipsé le nom.

Un « homme de la Renaissance »
Jacques Bogopolsky est né Yakov Bogopolsky en 1895, dans une famille juive de Kiev, alors dans l’empire russe et actuellement en Ukraine.

Etudiant en médecine, artiste, dessinateur industriel, inventeur de caméras, d’accessoires, de téléphones fonctionnant avec des pièces de monnaies et d’une voiture électrique, fondateur de clubs de cinéma…

Alors qu’apparaît le film 16 mm, « au début des années 1920, l’ingénieur Jacques Bolsey, Suisse d’adoption, met au point la première caméra 35 mm destinée à un marché d’amateurs. Elle prendra le nom de sa société : la Bolex ».

C’est la première caméra visant, à un prix abordable, des cinéastes non professionnels, et un marché de masse. Une révolution technique. Une démocratisation cinématographique. Une innovation précieuse qui va favoriser l’essor d’un cinéma indépendant.

En 1939, craignant la domination de l’Europe par les Nazis, Jacques Bolsey quitte la Suisse pour les Etats-Unis où ce visionnaire developpe des caméras de combat pour l’Armée américaine pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Il contribue aussi au design de l’Alpa-Reflex Camera 35 mm.

« Près d’un siècle plus tard, son arrière-petite-fille, la réalisatrice Alyssa Bolsey » découvre fortuitement, en 2004, des boites pleines d’archives inédites.

Elle « revient sur l’aventure de cet objet devenu mythique, à travers le destin hors du commun de son mystérieux créateur, un touche-à-tout longtemps resté dans l’ombre ».

« Elle se lance dans un voyage en Suisse francophone, où naquit la fameuse caméra, et part à la rencontre de réalisateurs – Wim Wenders, Joel Schlemowitz, Spike Lee, Barbara Hammer, Jonas Mekas, Dave Alex Riddett ou Bruce Brown – qui racontent l’influence qu’elle a eue sur leur travail et leur imaginaire ».

Pour mener à terme son projet documentaire, Alyssa Bolsey recourt notamment au fundraising.

« Cette évocation fouillée est complétée d’émouvantes images d’archives, d’extraits du journal de Bolsey et de séquences filmées à l’aide de la Bolex » dont la fascination perdure.

Une aventure qui se poursuit avec la version numérique, la Bolex Digitale.

Pourquoi un horaire si tardif, si nocturne pour la diffusion de ce documentaire ?
   
Les 26 et 27 juillet 2019, ce film sera projeté lors du San Francisco Jewish Film Festival (18 juilet-4 août 2019) et en présence d'Alyssa Bolsey. "What you could do with a Bolex camera seemed nothing short of miraculous. It was hand-powered, could be loaded in daylight, was compact and made with the finest craftmanship and materials. It could be used for frame-by-frame animation and accepted a wide variety of lenses. And this marvel of accessible filmmaking was first registered in 1924. The visionary inventor behind the camera that did everything was Jacques Bolsey, born Yakov Bogopolsky in 1895 into a Jewish family in Kiev. His great-granddaughter Alyssa Bolsey has devoted herself to recounting the adventure of Bolsey's life, a microcosm of the Jewish experience in the mid-20th century. As Nazi armies marched across Europe in 1939, Bolsey, a citizen of no country, fled to the United States, where his inventions for the American war effort eventually earned him citizenship. In Jacques's diaries Alyssa Bolsey unearthed a family story of tragedy during the war, but Bolsey's story is also one of hope for others empowered by his invention. Barbara Hammer, David Lynch, Jonas Mekas, Terry Gilliam, Will Vinton, Maya Deren, and Spike Lee all began their careers shooting on Bolex cameras. As Wim Wenders puts it, the Bolex was "the ideal tool to learn the craft of filmmaking." A tool to fulfill the dreams of future cineastes". -Miguel Pendás


« L’aventure Bolex » par Alyssa Bolsey
Suisse, Etats-Unis, 2017
Sur Arte le 21 décembre 2017 à 1 h 30
Lors du San Francisco Jewish Film Festival les 26 juillet 2019 à 13 h 40 et 27 juillet 2019 à 12 h 55

Visuels :
Au début des années 1920, Jacques Bolsey invente la première caméra pour les masses, la Bolex.
Au début des années 1920, Jacques Bolsey invente la Bolex. Des décennies plus tard, son arrière-petit-fille, la réalisatrice Alyssa Bolsey (photo), part à la recherche d'indices et découvre les détails de la vie de cet homme mystérieux et de son invention.
© Dschoint Ventschr 2017

Lors des funérailles d'un membre de sa famille, la cinéaste Alyssa Bolsey a découvert que son arrière-grand-père, Jacques Bolsey était l'inventeur d'une des caméras de cinéma les plus influentes de tous les temps: le Bolex.
© Carole Bolsey

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont extraites d'Arte. Cet article a été publié le 19 décembre 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire