dimanche 4 septembre 2016

Yourope. La vie juive en Europe


Arte a rediffusé le numéro de Yourope sur la vie juive en Europe. Des reportages soulignant le paradoxe : l'inquiétude de Juifs européens victimes d'antisémitisme, et la vitalité de la vie Juive européenne dans des lieux historiques : Odessa, Berlin, Varsovie. Le 4 septembre 2016 sera la Journée Européenne de la Culture Juive.


Présenté par Andreas Korn, ce numéro s’article autour de reportages sur l’antisémitisme d’immigrés musulmans, notamment marocains, à Malmö (Suède), celui de néonazis en Pologne, les 13e Maccabiades européennes à Vienne (Autriche) en 2011 - « du 5 au 13 juillet 2011, environ 2 100 athlètes Juifs européens issus de plus de 40 nations concourent dans 19 disciplines » sportives dans ces Jeux olympiques Juifs sionistes -, et la vitalité des communautés juives à Berlin (Allemagne) et à Odessa (Ukraine).

Yourope rappelle les dix millions de Juifs vivant sur le continent européen en 1939, dont six millions sont tués lors de la Shoah. On évalue à 1,5 million le nombre de Juifs vivant en Europe en ce début de XXIe siècle : 500 000 en France, 300 000 en Grande-Bretagne, 120 000 en Allemagne dont 15 000 à Berlin, 30 000 Juifs à Odessa, « perle de la mer Noire », 20 000 à Anvers où le commerce des diamants est maintenant l’apanage de familles indiennes, 10 000 en Pologne…

Insécurité des Juifs européens
Déclenchée par l’Autorité palestinienne en septembre 2000, l’Intifada II a induit une flambée d’antisémitisme qui n’a pas épargné l’Europe. Agressions verbales et physiques contre les Juifs, attaques de synagogues et d’écoles juives, profanations de tombes juives…

Après une tardive prise de conscience et une réaction insuffisante, les gouvernements ont adopté des mesures qui n’ont pas mis un terme à la haine antisémite.

Cet antisémitisme s’abreuve à diverses sources : les antisémitismes chrétien et musulman, l’antisémitisme des extrêmes – extrême-droite et extrême-gauche -, alliances tactiques de mouvances islamistes et gauchistes, haine venant d’une partie de la population immigrée souvent présentée comme victime de racisme, délégitimation et diabolisation de l'Etat d'Israël, banalisation de la Shoah, etc.

Un « antisémitisme qui est surtout le fait de musulmans et se répand de plus en plus dans les pays scandinaves », notamment à Malmö (Suède) où vivent 700 Juifs suédois,  qui ont financé le système de sécurité (vidéosurveillance) de leurs biens - synagogue, etc. - et 50 000 musulmans originaires d’Irak, de Bosnie, de « Palestine » (1/6e de la population). « Sale Juif qu’on a oublié de gazer ! » a été proférée contre un Juif orthodoxe. De nombreux Juifs européens n’osent plus afficher leurs signes Juifs : kippa, étoile de David, etc. Nina Trojzner, jeune institutrice Juive suédoise, se souvient d’un événement traumatisant : lors d’une manifestation en Suède contre l’Opération Plomb durci contre le Hamas dans la bande de Gaza, un policier a dit aux Juifs de se disperser car il ne pouvait pas les protéger. Nina Trojzner a décidé de faire son aliyah. Quant au maire de Malmö, il a reproché à ses compatriotes Juifs de ne pas se distancer de la politique israélienne. Cette ville pâtit de son image de ville où il ne fait pas bon être Juif.

De plus, pour préserver la « paix sociale », cet antisémitisme est toléré par des politiciens européens qui sacrifient cyniquement les Juifs, éternels boucs-émissaires fragilisés dans une Europe en déclin et qui n’affiche plus ses valeurs et son histoire.

Ainsi, face à l’antisémitisme aux Pays-Bas, Frits Bolkestein, politicien néerlandais et ancien commissaire européen, a déclaré en décembre 2010 : « Les Juifs conscients [Nda : orthodoxes] doivent réaliser qu’il n’y a plus d’avenir ici ». Et de les inviter à immigrer aux Etats-Unis ou en Israël !

« Bolkestein se trompe complètement : ce ne sont pas les Juifs mais les Marocains coupables d'antisémitisme qui doivent quitter le pays », a estimé Geert Wilders, parlementaire néerlandais membre du PVV (Partij voor de Vrijheid, Parti pour la Liberté).

Yourope évoque l’antisémitisme d’extrême-droite en Pologne et en Hongrie, où cependant, « les rabbins constatent un essoufflement de l’antisémitisme. Mais de là à parler d’un recul durable... »

Yourope présente aussi des « évolutions positives pour les Juifs européens » : essor d’une communauté juive allemande dont les rangs sont étoffés par des Juifs de l’ex-Union soviétique, essor d’un judaïsme libéral qui a ordonné une femme rabbin, camp familial Juif près d’Odessa depuis 20 ans, ouverture en 2002 d’une « université juive » à Odessa (Ukraine), etc.

Yourope interviewe Olivier Polak, comique Juif allemand, Aviv Russ, animateur israélien de la radio Kol Berlin, un média qui « s’adresse aussi aux Allemands ». Comme si les auditeurs Juifs n’étaient pas eux aussi allemands !

Un numéro trop court qui permet un survol des thèmes abordés. Manque l'interview d'un historien, tel Pierre-André Taguieff qui a analysé le caractère structurel des facteurs constitutifs de cet antisémitisme contemporain virulent.

Les 14e Maccabiades européennes se déroulèrent pour la première fois à Berlin (Allemagne), dans le Parc olympique, du 27 juillet au 5 août 2015. Et ce, 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah, ainsi que 50 ans après l'établissement des relations diplomatiques entre l'Etat d'Israël et la République fédérale d'Allemagne (RFA). Plus de 2 000 sportifs Juifs venant de 36 pays participeront à 19 disciplines dans ce qui est l’événement sportif Juif le plus important en Europe. Les 13e Maccabiades européennes s'étaient déroulées en 2011 à Vienne (Autriche).

26 minutes
Diffusion le 11 octobre 2011 à 7 h 30 

Articles sur ce blog concernant :
France
Shoah (Holocaust)
Cet article a été publié le 10 octobre 2011, puis le 27 juillet 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire