Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 2 juillet 2019

The New York Times


Fondé en 1851, The New York Times demeure le quotidien américain de référence à audience internationale, malgré les critiques soulignant sa partialité négative envers Israël. « Mission vérité – Le « New York Times » et Donald Trump » (The Fourth Estate ; Mission Wahrheit - Die New York Times und Donald Trump) est une série documentaire en quatre parties réalisée par Liz Garbus. « Le "New York Times" a ouvert ses portes à la réalisatrice Liz Garbus pendant la première année de la présidence de Donald Trump, marquée, entre autres, par le feuilleton russe. Une immersion vertigineuse au cœur d'une rédaction en plein chamboulement ». Ce quotidien a décidé, après avoir publié un dessin antisémite, de cesser d'inclure tout dessin politique dans son édition internationale.


Fondé en 1851, The New York Times demeure le quotidien nord-américain prestigieux à audience mondiale et de référence, surtout parmi les démocrates, malgré les critiques le visant. Des caractères typographiques portent son nom.

Surnommé « The Gray Lady » en raison de "sa mise en page immuable" et du "caractère circonspect de sa ligne éditoriale",  The New York Times a été distingué par 122 Prix Pulitzer et disposait en 2010 d'un effectif de 1 150 journalistes.

Placée en haut et à gauche de sa première page, sa devise est « All the News That's Fit to Print » (« Toutes les nouvelles qui méritent d'être imprimées »). Elle est apparue pour la première fois après l'acquisition du journal par Adolph Ochs (1858-1935) en 1896 et fait référence à sa volonté de se différencier des quotidiens qui pratiquaient le "yellow journalism" (journalisme jaune), tels le New York World et le New York Journal, peu exigeants sur la qualité de l'information, la déontologie journalistique et privilégiant le sensationnalisme.

Magnat de la presse, né dans une famille juive d'origine allemande, Adolph Ochs relance le journal endetté, en perte de lectorat, et en renforce le sérieux en créant d'autres publications, tel The New York Times Book Review. Il lutte contre l'antisémitisme, notamment dans la presse américaine.

Via le Trust familial Ochs-Sulzberger, la famille du fondateur détient toujours ce journal dont, depuis 1992, le directeur de publication est Arthur Ochs Sulzberger, Jr., arrière-petit-fils d'Adolph Ochs.

« Mission vérité – Le « New York Times » et Donald Trump »
En 2010, Liz Garbus avait réalisé le documentaire « 64 cases pour un génie Bobby Fischer » sur le champion américain juif d'échecs, à l'identité complexe, Bobby Fischer devenu célèbre par son génie lors de la Guerre Froide.

Elle a réalisé « Mission vérité – Le « New York Times » et Donald Trump », série documentaire en quatre parties.

« Des bureaux de New York à la cellule investigation de Washington, l'équipe de tournage de la documentariste Liz Garbus a suivi pendant un an les journalistes du New York Times ».

« Une plongée au cœur de cette armée de reporters acharnés, la réalisatrice américaine dépeint le quotidien mouvementé de la rédaction à l'ère de la présidence Trump ». 

« Au moment où la presse américaine est attaquée de toutes parts, sa caméra montre l'envers du décor : les bouclages fiévreux, les conférences de rédaction tendues, les "off the record" (soigneusement bipés par la production), et surtout l'exigeant travail de recoupage des sources ». 

« Accusés par la présidence de propager des fake news, les journalistes semblent ici animés vingt-quatre heures sur vingt-quatre par la seule quête de la vérité, quitte à sacrifier leur vie privée ». 

« L'intrigue, resserrée autour du scandale russe – le New York Times a été le premier journal à révéler l'affaire –, apporte une dimension dramatique au film qui rappelle celle des séries politiques américaines ». 

« Quelques figures charismatiques comme Maggie Haberman, correspondante à la Maison-Blanche, qui, depuis des années, a tissé des liens privilégiés avec Trump, ou Dean Baquet, rédacteur en chef soucieux d'incarner un journalisme "honnête et indépendant", tiennent le haut de l'affiche de cette incroyable galerie de personnages ».

Après l'élection de Donald Trump, ce journal a présenté des excuses à ses lecteurs pour n'avoir pas "capté la colère bouillonnante d'une large partie de l'électorat américain... qui s'est senti non respecté par l'establishment de Washington, de Wall Street et des principaux médias" (MSM).

Comme une grande partie des médias américains, ce vénérable journal new-yorkais, partial à l'égard d'Israël, n'a pas accepté l'élection démocratique du candidat du Parti républicain. Il a mobilisé une partie de ses journalistes pour harceler le Président Donald Trump, tout en occultant les scandales visant Hillary Clinton, Barack Hussein Obama, le Parti démocrate, des dirigeants d'agences de renseignements... Pire, le 5 septembre 2018, il a publié une tribune anonyme présentée comme écrite par un "haut responsable de la Maison Blanche qui explique par le menu comment et pourquoi il s'efforce, avec d'autres, de lutter de l'intérieur contre « les pires penchants » du président américain." Choquant.

Les cent premiers jours
« 20 janvier 2017, jour de l'investiture de Donald Trump ». 

« Dans la newsroom du New York Times, les journalistes affichent une mine déconfite devant les écrans qui retransmettent en direct la cérémonie. Face à ce président qui bouscule tous les codes, le rédacteur en chef Dean Baquet mesure le défi qui attend ses équipes : "Nous allons avoir du mal à le comprendre et à le couvrir de manière offensive, mais c'est un sujet en or." 

« Quelques jours plus tard, le journal fait la une avec une révélation fracassante : le FBI et la CIA ont intercepté des conversations qui ont eu lieu pendant la campagne présidentielle entre Michael Flynn, l'ex-conseiller à la Sécurité de Donald Trump, et l'ambassadeur russe ».

L'effet Trump
« Le New York Times vient de décrocher un scoop : Trump a limogé le directeur du FBI James Comey, qui menait une enquête sur les liens entre ses équipes et la Russie. La rédaction est en effervescence ». 

« Pendant ce temps, le PDG Mark Thompson annonce lors de la téléconférence sur les résultats 2017 du journal que "pour la première fois les abonnements numériques ont dépassé les revenus publicitaires de l'édition papier", avant d'affirmer : "Il y a bel et bien un effet Trump." 

« Malgré ces bons chiffres, le quotidien est en cours de restructuration et ses collaborateurs s'interrogent sur leur avenir face à de nouveaux concurrents comme Facebook et Google. »

Carnage à l'américaine
« Ce troisième volet débute le 12 août 2017, avec la tragédie de Charlottesville, en Virginie ».

« 12 août 2017. À Charlottesville, en Virginie, un rassemblement de groupuscules d'extrême droite dégénère quand une voiture fonce sur la foule des contre-manifestants antiracistes ».

« Donald Trump condamne ces violences sans se prononcer sur la responsabilité de l'un ou l'autre des camps ». 

« Après la démission de son ancien conseiller, Steve Bannon, proche de l'extrême droite, le président divise à nouveau le pays en attaquant de front les immigrés américains. Au même moment, l'affaire Harvey Weinstein éclate ».

À l'épreuve des faits
« Dernier volet : Michael Flynn plaide coupable et déclare avoir menti au FBI dans le cadre de l'affaire russe... »

« Alors que les reporters obtiennent de nouveaux détails sur les enquêtes du procureur spécial Robert Mueller, Michael Flynn plaide coupable et déclare avoir menti au FBI dans le cadre de l'affaire russe ». 

« En parallèle, la rédaction poursuit son investigation sur les agressions sexuelles qui secouent l'industrie cinématographique, mais aussi la Maison-Blanche, et bientôt le New York Times… Le journaliste vedette Glenn Thrush est suspendu par la direction après les plaintes de plusieurs femmes pour harcèlement sexuel ».

Dessin antisémite
Dans son édition internationale du 25 avril 2019, The New York Times a publié un dessin politique placé entre deux articles - The Data All Guilt-Ridden Parents Need et A Sad Waste Of A Crisis On Immigration -, donc non en illustration d'un article.

Ce dessin politique biaisé représente le Président Donald Trump aveugle, portant une kippa noire et tenant en laisse ou mené par un teckel dont la gueule caricature le visage du Premier ministre Benjamin Netanyahu affublé d'un collier dont le pendentif représente l'étoile juive.

Ce dessin a suscité l'indignation par les clichés antisémites véhiculés : "animalisation" du Juif israélien, stéréotype complotiste du Juif menant le monde via la super-puissance américaine, etc. L'ambassadeur d'Israël à l'ONU a dressé un parallèle entre ce dessin et la propagande de l'hebdomadaire nazi Der Sturmer.

Le 27 avril 2019, The New York Times a publié ses excuses :
"The New York Times has apologized for an anti-Semitic cartoon that appeared in the newspaper's international edition.
It showed Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu as a dachshund wearing a Star of David collar and leading a blind and skullcap-wearing U.S. President Donald Trump.
The Times says the image "included anti-Semitic tropes." The cartoon appeared Thursday in print.
A tweet from the New York Times Opinion account Saturday said the image "was offensive, and it was an error in judgment to publish it."
The Times says the cartoon was provided by The New York Times News Service and Syndicate, which has since deleted it."
Le 28 avril 2019, The New York Times a twitté ses excuses pour "avoir publié un dessin antisémite". Il a expliqué qu'une enquête interne avait montré qu'un "rédacteur en chef, travaillant sans surveillance adéquate avait téléchargé le dessin politique syndiqué et pris la décision de l'inclure dans la page Opinion" et qu'une procédure disciplinaire était envisagée :
"We are deeply sorry for the publication of an anti-Semitic political cartoon last Thursday in the print edition of The New York Times that circulates outside of the United States and we are committed to making sure nothing like this happens again
Such imagery is always dangerous, and at a time when anti-Semitism is on the rise worldwide, it’s all the more unacceptable
We have investigated how this happened and learned that, because of a faulty process, a single editor working without adequate oversight downloaded the syndicated cartoon and made the decision to include it on the Opinion page. The matter remains under review, and we are evaluating our internal processes and training. We anticipate significant changes".
Le 30 avril 2019, le Comité de rédaction - "The editorial board represents the opinions of the board, its editor and the publisher. It is separate from the newsroom and the Op-Ed section" - du New York Times a publié l'article intitulé "A Rising Tide of Anti-Semitism" :
"A vigil for the victims of a shooting during Passover services last weekend at a synagogue in San Diego County.CreditCreditDavid Maung/EPA, via Shutterstock
The Times published an appalling political cartoon in the opinion pages of its international print edition late last week. It portrayed Prime Minister Benjamin Netanyahu of Israel as a dog wearing a Star of David on a collar. He was leading President Trump, drawn as a blind man wearing a skullcap.
The cartoon was chosen from a syndication service by a production editor who did not recognize its anti-Semitism. Yet however it came to be published, the appearance of such an obviously bigoted cartoon in a mainstream publication is evidence of a profound danger — not only of anti-Semitism but of numbness to its creep, to the insidious way this ancient, enduring prejudice is once again working itself into public view and common conversation.
Anti-Semitic imagery is particularly dangerous now. The number of assaults against American Jews more than doubled from 2017 to 2018, rising to 39, according to a report released Tuesday by theAnti-Defamation League. On Saturday, a gunman opened fire during Passover services at a synagogue in San Diego County, killing one person and injuring three, allegedly after he posted in an online manifesto that he wanted to murder Jews. For decades, most American Jews felt safe to practice their religion, but now they pass through metal detectors to enter synagogues and schools.
Jews face even greater hostility and danger in Europe, where the cartoon was created. In Britain, one of several members of Parliament who resigned from the Labour Party in February said that the party had become “institutionally anti-Semitic.” In France and Belgium, Jews have been the targets of terrorist attacks by Muslim extremists. Across Europe, right-wing parties with long histories of anti-Semitic rhetoric are gaining political strength.
This is also a period of rising criticism of Israel, much of it directed at the rightward drift of its own government and some of it even questioning Israel’s very foundation as a Jewish state. We have been and remain stalwart supporters of Israel, and believe that good-faith criticism should work to strengthen it over the long term by helping it stay true to its democratic values. But anti-Zionism can clearly serve as a cover for anti-Semitism — and some criticism of Israel, as the cartoon demonstrated, is couched openly in anti-Semitic terms.
The responsibility for acts of hatred rests on the shoulders of the proponents and perpetrators. But history teaches that the rise of extremism requires the acquiescence of broader society.
As anti-Semitism has surged from the internet into the streets, President Trump has done too little to rouse the national conscience against it. Though he condemned the cartoon in The Times, he has failed to speak out against anti-Semitic groups like the white nationalists who marched in Charlottesville, Va., in 2017 chanting, “Jews will not replace us.” He has practiced a politics of intolerance for diversity, and attacks on some minority groups threaten the safety of every minority group. The gunman who attacked the synagogue in San Diego claimed responsibility for setting a fire at a nearby mosque, and wrote that he was inspired by the deadly attack on mosques in New Zealand last month.
A particularly frightening, and also historically resonant, aspect of the rise of anti-Semitism in recent years is that it has come from both the right and left sides of the political spectrum. Both right-wing and left-wing politicians have traded in incendiary tropes, like the ideas that Jews secretly control the financial system or politicians.
The recent attacks on Jews in the United States have been carried out by men who identify as white supremacists, including the killing of 11 people in a Pittsburgh synagogue last year. But the A.D.L. reports that most anti-Semitic assaults, and incidents of harassment and the vandalism of Jewish community buildings and cemeteries, are not carried out by the members of extremist groups. Instead, the perpetrators are hate-filled individuals.
In the 1930s and the 1940s, The Times was largely silent as anti-Semitism rose up and bathed the world in blood. That failure still haunts this newspaper. Now, rightly, The Times has declared itself “deeply sorry” for the cartoon and called it “unacceptable.” Apologies are important, but the deeper obligation of The Times is to focus on leading through unblinking journalism and the clear editorial expression of its values. Society in recent years has shown healthy signs of increased sensitivity to other forms of bigotry, yet somehow anti-Semitism can often still be dismissed as a disease gnawing only at the fringes of society. That is a dangerous mistake. As recent events have shown, it is a very mainstream problem.
As the world once again contends with this age-old enemy".
Le 10 juin 2019, « The Gray Lady » annonçait ne plus publier de dessins politiques dans son édition internationale.

Le 11 juin 2019, James Bennet, rédacteur en chef de la Page Opinion, twittait en explicitant cette décision valable pendant un an à compter du 1er jiullet 2019, tout en remerciant pour leur collaboration Patrick Chappatte et Heng Kim Song :
"We're very grateful for and proud of the work Patrick Chappatte and Heng Kim Song have done for the international edition of The New York Times, which circulates overseas; however, for well over a year we have been considering bringing that edition into line with the domestic paper by ending daily political cartoons and will do so beginning on July 1st.
We plan to continue investing in forms of Opinion journalism, including visual journalism, that express nuance, complexity and strong voice from a diversity of viewpoints across all of our platforms.
We intend to do more such work and hope to collaborate with Patrick and Heng and others on such projects in the future.
Just last year, The New York Times for the first time in its history won a Pulitzer in the category of political cartooning, for a nonfiction series by Jake Halpern and Michael Sloan telling the story of a Syrian refugee family".
Steve Lohr écrivait dans The New York Times l'article "New York Times’s Global Edition Is Ending Daily Political Cartoons" :
"The New York Times announced on Monday that it would no longer publish daily political cartoons in its international edition and ended its relationship with two contract cartoonists.
Two months earlier, The Times had stopped running syndicated political cartoons, after one with anti-Semitic imagery was printed in the Opinion section of the international edition...
Mr. Chappatte wrote on his website on Monday that after more than two decades of contributing a twice-weekly cartoon, “I’m putting down my pen, with a sigh: that’s a lot of years of work undone by a single cartoon — not even mine — that should never have run in the best newspaper in the world.”
The syndicated cartoon that prompted the most outrage was a caricature of Benjamin Netanyahu and Donald J. Trump.
The Times issued an apology, saying the cartoon was “clearly anti-Semitic and indefensible.” One of The Times’s Op-Ed columnists, Bret Stephens, denounced the cartoon and wrote that The Times should “reflect deeply on how it came to publish anti-Semitic propaganda."
Une décision regrettée par des lecteurs, et fustigée par des dessinateurs de presse, dont Jean Plantu et Patrick Chappatte. Des critiques venant souvent de dessinateurs "politiquement corrects" ayant tiré les leçons de prudence sur certains sujets dits sensibles après l'attentat terroriste islamiste contre la rédaction de Charlie hebdo.


« Mission vérité – Le « New York Times » et Donald Trump » par Liz Garbus
Moxie Firecracker Films, 2018
Sur Arte
1ère partie - Les cent premiers jours (Die ersten hundert Tage ; The First 100 Days) : le 6 novembre 2018 à 20 h 50
2e partie - L'effet Trump (Aufschlag Trump ; The Trump Bump: le 6 novembre 2018 à 21 h 45
3e partie - Carnage à l'américaine (Zur Lage der Nation ; American Carnage: le 6 novembre 2018 à 22 h 35
4e partie - À l'épreuve des faits (Die Welt der Fakten ; Matters of Fact: le 6 novembre 2018 à 23 h 30
Visuels : © Aletheia Films LLC

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Les citations sont d'Arte. Cet article a été publié le 5 novembre 2018.

3 commentaires:

  1. Travail d'enquete remarquable. Grand merci a
    Veronique Chemla.

    RépondreSupprimer
  2. Encore une fois ,un média important créé par un homme née Juif ,devient antisioniste ,et permet la diffusion de l antisémitisme primaire.

    RépondreSupprimer
  3. très courageux!
    l'essentiel est de ne pas traverser la frontière

    RépondreSupprimer