Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

jeudi 9 juillet 2020

Ennio Morricone (1928-2020)


Ennio Morricone (1928-2020) était un compositeur prolifique, musicien, producteur, arrangeur musical et chef d'orchestre italien. Dans les années 1960, il est devenu célèbre pour ses musiques de films, notamment celles pour les westerns de son ami d'enfance  Sergio Leone (Le Bon, la Brute et le Truand et Il était une fois dans l'Ouest...) En 2007, il est distingué par un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Six fois nommé pour l'Oscar de la meilleure musique de film, il le reçoit en 2016 pour Les Huit Salopards de Quentin Tarantino. Pour lui rendre hommage, Arte diffusera le 12 juillet 2020 « Morricone dirige Morricone » (Morricone dirigiert Morricone) réalisé par Giovanni Morricone et le 13 juillet 2020 « Il était une fois... la révolution » (Todesmelodie) de Sergio Leone.


Saleem Ashkar
Karel Ančerl (1908-1973), chef d’orchestre tchèque
L'ethnomusicologue Simha Arom
Daniel Barenboim  
« Requiem pour la vie », de Doug Schulz
« Le Maestro. Pour que vive la musique des camps » de Alexandre Valenti 

« J'ai découvert que mes souvenirs ne se résumaient pas à un sentiment de mélancolie devant les choses qui, comme le temps, se sont enfuies. Ils me font au contraire regarder devant moi, comprendre que je suis toujours là, encore surpris de ce qu'il peut m'arriver », a expliqué Ennio Morricone (1928-2020) dans "Ma musique, ma vie : A la recherche de ce son" (2018).

Ennio Morricone, dont le père était trompettiste de jazz, était un compositeur prolifique, musicien, producteur, arrangeur musical et chef d'orchestre italien au registre large : musique classique à la variété. Une partie infime de son oeuvre a accédé à la notoriété. 


Sergio Leone, Pier Paolo Pasolini (Théorème, 1968), Giuliano Montaldo (Sacco et Vanzetti, 1971), Georges Lautner (Le Professionnel, 1981) - thème Chi Mai -, Henri Verneuil (I… comme Icare, 1979), Terrence Malick, Barry Levinson (Bugsy, 1991), Brian De Palma (Les Incorruptibles, The Untouchables, 1987), Quentin Tarantino (The Hateful Eight, 2015) -… Ennio Morricone a écrit la musique de leurs films parmi environ cinq cents musiques de film. Des musiques souvent lyriques, insufflant suspense ou ampleur, non redondantes par rapport aux images. 

En 2007, Sergio Leone est distingué par un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Six fois nommé pour l'Oscar de la meilleure musique de film, il le reçoit en 2016 pour Les Huit Salopards de Quentin Tarantino.

Juifs
Dans "How Jewish themes inspired Ennio Morricone" (Comment des thèmes Juifs ont inspiré Ennio Morricone) publié par Forward (7 juillet 2020), Benjamin Ivry souligne l'inspiration juive de ce compositeur qui l'avait reconnu. 

Ainsi, Ennio Morricone a publié en 1992 un coffret de douze compositions inspirées par la peintre Eva Fischer, rescapée de la Shoah. Catholique pieux, il participait à des événements comme la Journée européenne de la culture Juive, organisée par l'European Association for the Preservation and Promotion of Jewish Culture (AEPJ), l'European Council of Jewish Communities, le B’nai B’rith Europe et le Network of Jewish Quarters en Espagne. 


En 2002, Ennio Morricone a écrit la musique de “Perlasca: The Courage of a Just Man” (Perlasca: Un eroe italiano) évoquant Giorgio Perlasca, un homme d'affaires italien travaillant en Hongrie. Au cours de l'hiver 1944, Perlasca s'est réfugié dans l'ambassade d'Espagne et, se faisant passer pour le consul général d'Espagne en Hongrie, il a sauvé plus de 5 000 Juifs de la déportation vers les camps nazis d'extermination.

En 2014, Ennio Morricone a avait confié au journal "la Repubblica” que sa famille et lui ignoraient tout des arrestations et déportations de Juifs, "près de leur domicile", durant la Deuxième Guerre mondiale. Ce qui lui causait une "douleur atroce" quand il pensait à tous "ces drames invisibles dont nous n'avions pas conscience". 

Benjamin Ivry a donné d'autres exemples dans son article :
"Yet as Morricone sometimes pointed out to journalists, his artistry was considerably more wide-ranging than a few genres, and was often inspired by Jewish themes.
A long-time friendship with the Jewish artist Eva Fischer (1920–2015), a survivor of the Vallegrande concentration camp in Korčula, Croatia, resulted in the 1992 publication of a deluxe format CD. Entitled “To Eva Fischer, Painter,” it contained recordings of twelve short compositions by Morricone inspired by Fischer’s paintings, as well as reproductions of her art reflecting Morricone’s music.
Both Fischer and Morricone preferred restrained and muted tones when expressing tragic themes, especially the Holocaust. Moviegoers and critics admired Morricone’s vivacious scores to films about Jewish gangsters, from Barry Levinson’s “Bugsy” (1991) about the mobster Bugsy Siegel, to Leone’s “Once Upon a Time in America” (1984) with fictional nogoodniks such as David ‘Noodles’ Aaronson and Philip ‘Cockeye’ Stein.
Yet “Cockeye’s song,” named after the last-mentioned thug, is unexpectedly haunting as played on the pan flute by Gheorghe Zamfir. Morricone’s sheer variety of musical vocabulary made him a quasi-encyclopedic creator. He exploited the pan pipe’s raw and resonant character, akin to a shofar. Wordless sung passages on the soundtrack of “Once Upon a Time in America” evoke a modernist 1960s aural idiom that Morricone knew well, having studied trumpet performance and choral conducting at conservatory.His solid musicianship was widely admired. The historian Richard Pells observes that in soundtracks for Leone’s films, Morricone avoided imitating American-style Western music in the manner of Aaron Copland. Instead, Morricone opted for budget-conscious minimalism, reflecting then-trendy “concrete music” featuring anvils, bells, whistles, whips, gunshots, and animal noises.Conversely, as the musicologist Nina Perlove suggests, Copland himself may have been influenced by Morricone’s innovations. In 1971 Copland, the dean of American Jewish composers, composed a “Duo for Flute and Piano”, that possibly echoes some of Morricone’s Native American whooping sounds heard in the Leone film “The Good, the Bad and the Ugly.”The more nuanced were the stories onscreen, the more Morricone’s characteristic musical restraint and solemnity were illuminating. Yiddishkeit [judéité, mode de vie juif ashkénaze yiddishophone, Ndt] was a recurrent inspiration. A devout Catholic, Morricone would routinely participate in events such as the European Day of Jewish Culture, coordinated by the European Association for the Preservation and Promotion of Jewish Culture (AEPJ); the European Council of Jewish Communities; B’nai B’rith Europe; and the Network of Jewish Quarters in Spain.In 2002, Morricone wrote the music for “Perlasca: The Courage of a Just Man,” about Giorgio Perlasca, an Italian businessman working in Hungary. During the winter of 1944, Perlasca took refuge in the Spanish Embassy and posed as Spanish consul-general to Hungary, saving over 5000 Jews from deportation to Nazi extermination camps.Morricone’s graceful folk-like tunes complement the Perlasca narrative, as they did in “Memories of Anne Frank (2009)” a TV film that contains one of Morricone’s purest, most yearningly exalted melodies.Based on the life of Hannah Goslar, a friend of Anne Frank’s, it was another example of how the effect of the Holocaust upon children became an ongoing subject of moral reflection for Morricone. In 2014, he told an interviewer from “la Repubblica” that over 70 years earlier, he and his family had known “nothing of the Jews who were arrested, arrested, deported. And this happened just a few steps from [our] home. Even today, I feel excruciating pain for those unknown stories, the invisible dramas of which we had been largely unaware…Today, I think that not knowing is also a form of responsibility.”So in 1993 he wrote the music for “Jonah Who Lived in the Whale” (1993) [de Roberto Faenza], based upon an autobiographical novel by the Dutch Jewish physicist and concentration camp survivor Jona Oberski. Morricone’s music includes a children’s’ song in Hebrew, “Gam Gam,” set to words from the 23rd Psalm, “Yea, though I walk through the valley of the shadow of death, I will fear no evil: for thou art with me.” In 2011, when the first kindergarten of the Florence, Italy Jewish Community opened, Hebrew words from Morricone’s endearing theme were incorporated in the wall decoration.
Still another onscreen examination of the effect of the war years upon young Jews was “Fateless” (2005). For this adaptation of the Hungarian Jewish writer Imre Kertész’s semi-fictionalized account of deportation to Auschwitz, Morricone created gleaming meditative resonances.
He was also fascinated by the fate of adults during Italy’s Fascist years, and wrote poignant melodies for “The Golden Glasses,” (1987)], based upon a novel by the Italian Jewish author Giorgio Bassani. His music of tender reticence expresses empathy felt by Davide Lattes, a Jewish university student, for a gay doctor who is persecuted by Italian Fascists in 1930s Ferrara.Morricone’s imagination was nurtured early on by avant-garde sound experiments. In 1964, he was invited to write music for the John Huston film, “The Bible.” He sent his wife, Maria Travia, to record a rabbi at the Great Synagogue of Rome, speaking and translating biblical Hebrew. Morricone set the words to a piece on the Tower of Babel in a modernist idiom, but a publishing conflict led the producers to replace him as soundtrack composer. Morricone’s “Tower of Babel” was finally heard in the background of a screen drama about marital discord, “Garden of Delights” (1967),Comparably biblical in origin was Morricone’s music for “Moses the Lawgiver” (1973-74), a TV miniseries starring Burt Lancaster as the eponymous hero. Yet in this instance, despite using what he termed “Hebrew modalities, which I know well,” Morricone was ultimately displeased with the way his compositions were presented in the drama, making an atypically lush, schmaltzy impression.
Another disappointment in a lengthy career of triumphs was when the American Jewish director Stanley Kubrick invited him to write the score for “A Clockwork Orange” (1971). Morricone accepted, but Sergio Leone, jealous, falsely informed Kubrick that the composer was still engaged on a film project with him.
This was a matter of no small regret to Morricone in later years. Kubrick was ever-alert to new sounds and had even lifted those by the [Hungarian Jewish composer György Ligeti] without authorization for “2001: a Space Odyssey.” Morricone’s always-diverse research in sound would have ideally complemented Kubrick’s questing screen imagery.
Morricone eventually coped with such setbacks with the pensive aplomb to be expected from an ardent amateur chess player, who traveled to remote cities to participate in exhibition matches. Once he even faced the Russian Jewish chess champion Garry Kasparov who was playing multiple amateurs simultaneously.
One of Morricone’s last public actions was to accept honorary membership in the Eva Fischer Foundation, established in his friend’s honor. Morricone told Fischer’s son: “Acting in Eva’s memory to spread cultural awareness would be essential for anyone.”
No less essential were Morricone’s own unassuming, yet munificent musical contributions to modern world cinema, profoundly informed by his awareness of Jewish history and tradition".
 « Morricone dirige Morricone »
Arte diffusera le 12 juillet 2020 « Morricone dirige Morricone » (Morricone dirigiert Morricone) réalisé par Giovanni Morricone.

ARTE « rend hommage à celui que beaucoup considèrent comme l’un des plus importants compositeurs du XXe siècle, Ennio Morricone. Lors de ce concert filmé à Munich en 2005, le compositeur et chef d’orchestre italien dirige ses propres compositions devenues des classiques du cinéma. »

« Sous sa direction, l'orchestre et le chœur de la Bayerischer Rundfunk interprètent quelques-unes des pièces et mélodies les plus célèbres du compositeur italien. Des scènes de films ainsi qu’une interview dans laquelle Ennio Morricone livre sa compréhension de la musique, complètent ce programme ».

« Ennio Morricone est l’un des compositeurs de musiques de films le plus célèbre de ces 40 dernières années : en février 2007, il reçoit un Oscar à Los Angeles pour l'ensemble de son œuvre. "Play Me the Song of Death", "Once upon a Time in America", "The Mission", "The Untouchables", "The Legend of the Ocean Pianist"... Des musiques devenues cultes. »

« Il était une fois... la révolution »
Arte diffusera le 13 juillet 2020 « Il était une fois... la révolution » (Todesmelodie ; Giù la testa) de Sergio Leone avec James Coburn, Rod Steiger, Romolo Valli et Vivienne Chandler.

« Deux durs à cuire sont plongés malgré eux dans la révolution mexicaine... Une charge explosive contre les idéaux déçus, magistralement mise en scène par Sergio Leone et en musique par Ennio Morricone. »

« Le Mexique, en 1913. Le détrousseur de diligences Juan Miranda croise la route de John Mallory, un indépendantiste irlandais dont la tête est mise à prix. Impressionné par son habileté à manier les explosifs, Juan lui propose de dévaliser avec lui la banque de Mesa Grande. John refuse d'abord, ne cédant finalement qu'après un chantage. Arrivés à Mesa Grande, les deux hommes constatent que les caisses de la banque sont vides. En revanche, la ville grouille de soldats et de prisonniers politiques. Malgré eux, Juan et John vont jouer un rôle déterminant dans la révolution mexicaine en cours… »

« Dans ce film explosif où fusent les "Planque-toi, connard !", on manie autant la dynamite que la gâchette. Les ingrédients qui ont fait la gloire de Sergio Leone sont là : Technicolor, poses étudiées, ralentis, BO planante d'Ennio Morricone, somptueux panoramiques du "désert mexicain" (tournés en Andalousie) ».

 « Disposant d'un budget confortable, l'inventeur du western-spaghetti donne libre cours à son style baroque. Mais si Il était une fois… la révolution débute par la parodie et l'humour grinçant chers au cinéaste italien, le pastiche se mue peu à peu en une fresque historique désenchantée : la révolution et l'amitié y apparaissent comme des idéaux déçus, inextricablement mêlés d'illusion, de violence et de trahison. »

Sergio Leone a reçu le prix David di Donatello 1972 du Meilleur réalisateur.

"C’est la cinquième collaboration entre le compositeur et le cinéaste, tous deux romains, qui s’étaient rencontrés pour la première fois sur les bancs de l’école. Les créations musicales de Morricone demeurent indissociables du style opératique et de la démesure du cinéma de Leone, qui a révolutionné le western dans les années 60", a écrit Olivier Père.

Un reportage de l'INA montre Sergio Leone et Ennio Morricone chercher, au piano, le thème musical du film Il était une fois la révolution... Sergio Leone confie qu'ils trouvent toujours tardivement la mélodie d'un film.



Et Olivier Père de rappeler : "Sergio Leone a inventé une nouvelle approche du western, destructrice et irrévérencieuse, à la fois réaliste et outrageusement stylisée. La filmographie de Leone débute donc sur le principe de la « tabula rasa » pour ensuite connaître un enrichissement à la fois thématique (l’intrusion des pages cachées de l’Histoire dans des récits de vengeance et de pouvoir), narratif et esthétique (le flash-back morcelé, une utilisation excessive de la durée et de l’espace, des gros plans puis du ralenti). L’amitié (c’est-à-dire la trahison), l’Histoire (c’est-à-dire la violence), la mélancolie (c’est-à-dire la perte irrémédiable de quelque chose, ici les illusions politiques) sont au cœur du cinéma de Leone et d’Il était une fois… la Révolution sixième et avant-dernier film longtemps sous-estimé où le cinéaste a mis beaucoup de lui-même, avant le testament précoce Il était une fois en Amérique."

Et Olivier Père de souligner : "Au début des années 70, Sergio Leone souhaite devenir producteur. Il le deviendra avec succès avec un autre beau film, Mon nom est Personne de Tonino Valerii en 1973. L’histoire d’un dynamiteur irlandais ex membre de l’IRA et d’un voleur de grand chemin pris dans la tourmente de la révolution mexicaine de 1913 est d’abord confiée à Peter Bogdanovich. Mais les deux hommes ne parviennent pas à s’entendre. C’est presque contre son gré que Leone met en scène le film, contraint à en assumer la paternité par ses associés. Le résultat est pourtant exceptionnel, dans la lignée du Bon, la brute et le truand, mêlant Histoire, humour et violence, mais cette fois-ci avec une tonalité beaucoup plus sombre. Il était une fois… la Révolution n’est pas un western pop et parodique, c’est une fresque désenchantée et spectaculaire. Le western révolutionnaire était depuis 68 un sous-genre florissant dans le cinéma populaire italien, synchrone avec les mouvements gauchistes. En 1971, Leone s’inscrit contre cette tendance. Anarchisant, il exprime les déceptions de sa jeunesse socialisme, son scepticisme devant les idéologies. Son film démontre que toute révolution est une révolution trahie et que révolution égale confusion. Leone n’est pas un théoricien, mais un conteur extraordinaire, capable de passer de la blague à la tragédie, de faire vivre le moindre figurant le temps d’un plan, de raconter la souffrance d’un peuple ou le désarroi d’un personnage, avec très peu de dialogues et un sens de l’image hallucinant. Leone bouscule la réalité mexicaine et interpelle la mémoire collective en insérant de nombreuses références visuelles aux massacres de la Seconde Guerre mondiale, des camps de concentrations aux représailles allemandes à Rome."


Et Olivier Père de conclure : "Le film est génial car il débute ironique et finit tragique. Débordant de vitalité et de sentiments contradictoires, lyrique et trivial, porté par les interprétations inoubliables de James Coburn et Rod Steiger (photo en tête de texte), héros léoniens par excellence, et les airs légendaires de Morricone, Il était une fois… la Révolution est le chef-d’œuvre populaire et foisonnant de Leone, brassant la violence du XXe siècle et la propre mythologie du cinéaste, avec truculence et émotion."
  
« Cannes, l'instant d'avant - Ennio Morricone »
Arte diffuse sur son site Internet « Cannes, l'instant d'avant : Ennio Morricone » (Cannes, kurz davor : Ennio Morricone) par Florence Dauchez et Stéphanie Giraud.

 « Cannes, son tapis rouge, ses marches, ses stars, et surtout son cinéma... Pour le réalisateur ou le comédien en sélection officielle, voire le sélectionneur, l'épreuve peut être rude : avant une première mondiale dans la grande salle, face à un public exigeant qui peut encenser ou détruire le travail de plusieurs années, comment résister au trac ? Derrière le glamour et les sourires affichés face aux photographes, des sentiments contraires se manifestent, entre euphorie joyeuse et tourment artistique. Avec, au bout du parcours, le rêve de la Palme d'or. »

« Chaque soir pendant le festival, L'instant d'avant propose une rencontre avec une figure du septième art. Séquence souvenirs : elle livre ici ses émotions, ses espoirs et ses craintes. Aujourd'hui, le compositeur italien Ennio Morricone. À 87 ans, il est l'auteur de plus de 400 bandes originales de films… Avec des thèmes légendaires comme celui d’Il était une fois dans l'Ouest, Morricone a marqué de son empreinte le genre du western-spaghetti et a sensibilisé le public à la musique de film. Il nous parle ici de celle qu'il a composée pour Mission de Roland Joffé, Palme d'or en 1986. »
  
« Blow up - Ennio Morricone en Italie »
Arte diffuse sur son site Internet « Blow up - Ennio Morricone en Italie » (Blow up - Ennio Morricone in Italien) par Thierry Jousse.

« C’est le retour de la chronique de Thierry Jousse consacrée aux BO de films. Cette semaine, un sujet de choix : le Maître Ennio Morricone. »
  
« Blow up - Ennio Morricone en France » 
Arte diffuse sur son site Internet « Blow up - Ennio Morricone en France » (Blow up - Ennio Morricone in Frankreich) par Thierry Jousse.

« La rétrospective Ennio Morricone bat son plein à la Cinémathèque Française. Alors Thierry Jousse poursuit l’exploration de son impressionnante filmographie avec cette fois, après le volet italien, le volet français de son œuvre : Le Professionnel, Peur sur la ville, Le Clan des siciliens, mais pas que… »



« Blow up - Ennio Morricone en Amérique »
Arte diffuse sur son site Internet « Blow up - Ennio Morricone en Amérique » (Blow up - Ennio Morricone in Amerika) par Thierry Jousse.

« Après avoir évoqué la filmographie italienne puis française d’Ennio Morricone, Thierry Jousse se penche aujourd’hui sur le volet américain du Maestro : Les Moissons du ciel, Les Incorruptibles, Mission, Les Huit salopards, et beaucoup d’autres ».

        
« Morricone dirige Morricone » par Giovanni Morricone
Allemagne, 2005, 43 min
Sur Arte le 12 juillet 2020 à 18 h 39
Disponible du 07/07/2020 au 04/10/2020
Avec : Chor des Bayerischen Rundfunks

Italie, 1971
Auteurs : Sergio Leone, Sergio Donati
Scénario : Luciano Vincenzoni, Sergio Leone, Sergio Donati
Production : Rafran Cinematografica
Producteurs : Ugo Tucci, Fulvio Morsella, Claudio Mancini
Image : Giuseppe Ruzzolini
Montage : Nino Baragli
Musique : Ennio Morricone
Avec James Coburn, Rod Steiger, Romolo Valli, Vivienne Chandler, David Warbeck, Maria Monti, Rick Battaglia, Franco Graziosi
Sur Arte les 19 novembre 2017 à 20 h 55 et 13 juillet 2020 à 20 h 55
Visuels : © 1972 Rafran Cinematografica
« Cannes, l'instant d'avant : Ennio Morricone » par Florence Dauchez et Stéphanie Giraud
Florence Dauchez et Stéphanie Giraud
France, 2015, 2 min
Disponible du 16/03/2017 au 04/05/2025

« Blow up - Ennio Morricone en Italie » par Thierry Jousse
Producteurs : Camera Lucida Productions, Jean-Stephane Michaux
Auteur :
Thierry Jousse
France, 2015, 14 min
Disponible du 06/07/2020 au 30/11/2021

« Blow up - Ennio Morricone en France » par Thierry Jousse
Producteurs : Camera Lucida Productions, Jean-Stephane Michaux
Auteur : Thierry Jousse
France, 2018, 11 min
Disponible du 27/11/2018 au 27/11/2021

« Blow up - Ennio Morricone en Amérique » par Thierry Jousse
Producteurs : Camera Lucida Productions, Jean-Stephane Michaux
France, 2018, 12 min
Disponible du 04/12/2018 au 04/12/2021

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire