Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mercredi 4 août 2021

Le Concorde

Le Concorde est un avion de ligne supersonique (vol à
 Mach 2) élaboré par Sud-Aviation, future Aérospatiale, et British Aircraft Corporation, devenue British Aerospace. Le 25 juillet 2000, une minute et vingt-huit secondes après son décollage de l'aéroport de Paris Charles-De-Gaulle, un Concorde s'écrase accidentellement à Gonesse en tuant 113 personnes. Ce qui signe sa fin prématurée. Il a servi de 1976 à 2003 chez British Airways et Air France. Arte diffusera le 29 juillet 2021 « Le Concorde - La fin tragique du supersonique » (Die ConcordeAbsturz einer Legende) de Angela Volkner et Peter Bardehle.

Jean Boulet (1920-2011), émérite pilote d'essai sur hélicoptère
L’ALAT propose une carrière militaire... sous les cocardes et sous les rotors

« Pendant trente ans, il a filé à la vitesse d’une balle de fusil au-dessus de l’Atlantique. Unique succès du transport civil supersonique de l’histoire, le Concorde représentait un véritable miracle technique. Voici l'histoire fascinante de cet élégant avion de ligne supersonique qui connut un destin tragique. »

« Atterrissant à New York avant l’heure à laquelle ils étaient partis de Londres ou de Paris (du fait du décalage horaire), les passagers avaient l’illusion de remonter le temps » dans un environnement luxueux. 

Une "aventure humaine". Une "histoire d'ambition et de génie" née de la coopération franco-britannique. Les pilotes d'essai ? Le Français André Turcat et le Britannique Brian Trubshaw.

"Deux mots définissent, pour moi, le Concorde : la vitesse et la beauté. Tous les pilotes admiraient cet avion qui incarnait au-delà de cela, la technologie, et le monde futur... L'avion était optimisé pour voler aux extrémités du domaine de vol. Donc, dès qu'on pouvait, après décollage, on accélérait vers la vitesse maximale de l'avion. Et on montait vers  la vitesse maximale au cours de la croisière. Donc, on était toujours à la vitesse maximale... Sur un vol normal, pour aller de Paris à New-York, ou de New-York à Paris, on arrivait avec très peu de réserve de carburant. Avec vingt minutes de réserve de carburant, ce qui est très peu dans les opérations de transport aérien", se souvient Jean-Louis Chatelain, ancien commandant de bord jusqu'en 2003 du Concorde au cockpit étroit et inconfortable.

« Seuls quelques élus pouvaient se permettre le voyage : des hommes d’affaires ou des célébrités prêts à débourser 10 000 dollars pour un billet ». Bruce Willis, Barbra Streisand, Hugh Grant, Paul McCartney, Jean-Jacques Annaud, entre autres, ont signé le Livre d'or du Concorde.

La tournée mondiale de promotion s'annonce triomphante. "Malgré leur enthousiasme initial, des acheteurs potentiels vont finalement se rétracter". 

Lobby puissant, l'industrie aéronautique américaine, qui a renoncé à son projet de supersonique, entrave le succès commercial du Concorde à l'international. Henry Kissinger, alors ancien Secrétaire d'Etat, se souvient des plaintes d'associations de protection de l'environnement présentant le "bel oiseau blanc" comme un appareil "polluant et bruyant". "C'était très étrange, car jamais personne n'avait rien reproché aux nombreux jets militaires supersoniques", ironise Henry Kissinger. Autre coup dur : le premier choc pétrolier de 1973. Finalement, seules les compagnies nationales française et britannique achètent le Concorde.

"D'un point de vue économique, le Concorde a été un fiasco total. Mais il a eu une valeur symbolique importante : il a posé les bases de coopérations européennes", explique Andreas Spaeth, qui a voyagé à huit reprises en Concorde.

Une trentaine de pilotes ont les qualifications requises pour voler sur Concorde.

« Quand l’un des appareils s’est écrasé le 25 juillet 2000 à Gonesse, une minute et demie après son décollage, un autre Concorde avait déjà pris son envol de Paris, plus tôt dans la journée. À son bord, un passager, qui avait échangé sa place avec l’une des malheureuses victimes du crash, y a tourné une vidéo amateur... »

A l'origine du seul crash du Concorde : une lame métallique d'un avion précédent, un DC-10 de la Continental Airlines, tombée sur la piste. Cette lame provoque l'éclatement d'un pneu. Un morceau de la roue atteint l'aile et provoque une fuite de carburant importante. Le carburant prend feu, des moteurs perdent de leur puissance... C'est l'explication officielle du rapport d'expertise. 

Un enchaînement tragique de plusieurs faits ayant causé la mort de 113 personnes :  100 passagers, dont 96 Allemands, neuf membres d'équipage, quatre personnes tuées dans l'hôtel Hotelissimo de Gonesse, heureusement alors quasi-vide. 

Les avionneurs renforcent les pneus, mais cela ne suffit plus. Le superbe Concorde est devenu "politiquement incorrect" : billet trop cher, avion trop bruyant et trop consommateur de carburant... Tel est le constat de Jean-Louis Chatelain.

Celui-ci souligne : c'est "la première fois dans l'Histoire de l'aviation où l'on allait revenir un peu en arrière" : on "a abandonné le vol supersonique" pour le subsonique (inférieur à la vitesse du son). "Le Concorde a été vu par les Français comme un projet tellement ambitieux qu'il défiait toute la concurrence. Les Français avaient le Concorde comme symbole d'un pays qui entreprend, qui ose entreprendre". 

Le Concorde "fait partie de la légende de l'aviation et continue de fasciner".

Le Technik Museum Sinsheim présente le Concorde F-BVFB d'Air France et le Tupolev TU-144, les "deux seuls avions de ligne supersoniques" en position de décollage. Mais, les commentaires des comptes Facebook et Instagram du musée allemand révèlent que le Concorde bénéficie d'une côte d'amour supérieure à celle du jet supersonique soviétique.

« Ce documentaire retrace l’histoire fascinante du supersonique franco-britannique et de ses grands rivaux, tel l’éphémère Tupolev Tu-144, surnommé "Concordski". Près de vingt ans après l’arrêt de l’exploitation commerciale du Concorde, en 2003, plusieurs projets d’avions de ligne supersoniques sont en cours de développement et des prototypes pourraient être prochainement dévoilés. » 

Ce film souligne l'effet psychologique durable pour les passagers ayant, à la dernière minute, échangé leurs billets sur ce vol tragique du Concorde, et leur conscience aigüe de leur survie.


« Le Concorde - La fin tragique du supersonique » de Angela Volkner et Peter Bardehle
Allemagne, France, Etats-Unis, 2020
Sur Arte le 29 juillet 2021 à 09 h 25, 1er  août 2021 à 15 h 50,  5 août 2021 à 16 h
Visuels :
© Vidicom/Bernard Charles
© Vidicom/André Turcat
© Vidicom/André Turcat
© Vidicom/U. Stein
© Vidicom/Bernard Charles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire