dimanche 9 avril 2017

Studio Blumenfeld New York, 1941-1960


Les Docks - Cité de la Mode et du Design présente l'exposition Studio Blumenfeld New York, 1941-1960. Après avoir participé au mouvement Dada sous le pseudonyme de Jan Bloomfield, le photographe allemand naturalisé américain, Erwin Blumenfeld (1897-1969) acquiert la célébrité par ses photographies de mode - Vogue et Harper's Bazaar – et de publicité, et développe une œuvre de portraitiste et multiplie les expérimentations artistiques.


« C’est par la découverte du pouvoir magique de la chimie, des jeux de l’ombre et de la lumière et de l’opposition à double tranchant entre positif et négatif qu’a vraiment commencé ma vie. J’ai débuté avec un bon oeil de photographe. Pour mettre immédiatement à l’épreuve ce petit appareil et m’assurer qu’il était véritablement capable d’enregistrer tout ce qu’on plaçait devant sa lentille, j’avais composé une nature morte des plus compliquées : le Moïse de Michel-Ange, sur les genoux une pomme de terre à moitié épluchée, une brosse à dents fichée dedans, le tout posé sur un exemplaire ouvert de la Bible illustrée par Gustave Doré. Mon frère Heinz, accoutré du pince-nez de maman et du fixe-moustache de papa, appuyait sa tête sur un pot de chambre retourné, brandissant dans son poing serré le corset de maman. Il n’y avait qu’un pas de cette expérimentation aux photos publicitaires que l’industrie américaine m’achèterait quarante ans plus tard deux mille cinq cents dollars par cliché. J’avais aussitôt développé cette toute première oeuvre dans les toilettes familiales à la lueur rougeoyante d’une bougie. [...] Tremblant, j’avais plongé la plaque de verre dans une assiette à soupe remplie de pyrogallol, le révélateur, et l’y agitai doucement. La lunette blanche toute neuve des toilettes s’en trouva à jamais maculée de brun, et la punition fut à la hauteur du forfait. Mais le négatif était parfait. La lumière du soleil me permit de tirer un positif sur du papier enduit de celluloïdine avec un fixateur doré : j’étais photographe" (Erwin Blumenfeld).


A l’instar des expositions dédiées à Lee Friedlander, Richard Avedon, Lee Miller et André Kertész, le Jeu de Paume a présenté en 2013-2014 Erwin Blumenfeld (1897-1969). Photographies, dessins et photomontagesla rétrospective de l’un des plus importants photographes de cette génération, Erwin Blumenfeld (1897-1969), dont « l’œuvre a contribué à la diffusion de la photographie moderne. La vie et l’œuvre d’Erwin Blumenfeld épousent de façon étonnante le contexte sociopolitique de l’évolution artistique de l’entre-deux-guerres, tout en mettant en lumière les conséquences individuelles de l’émigration ».

C’est presque une redécouverte. L’œuvre de Blumenfeld n’avait plus été présentée depuis l’accrochage du Centre Pompidou axé sur la photographie de mode (1981), à la Maison Européenne de la Photographie (1998), et plus récemment, l’exposition « Blumenfeld Studio, Couleur, New York, 1941-1960 » (Musée Nicéphore Niépce à  Châlon-sur-Saône, Essen, Londres).

Photographies en noir et blanc expérimentales, devenues désormais des classiques, mais aussi une série d’autoportraits et d’études de modèles, célèbres ou anonymes… Au Jeu de Paume, plus de 300 œuvres et documents, dont beaucoup inédits, de la fin des années 1910 aux années 1960, révèlent les « multiples facettes de l’œuvre d’Erwin Blumenfeld, les différents arts visuels pratiqués par l’artiste tout au long de sa vie : dessins, photographies, montages et collages ».

Ce « parcours présente les premiers dessins de l’artiste, ses collages et ses photomontages, exécutés pour l’essentiel au début des années 1920, ses premiers portraits artistiques, effectués à l’époque où il vivait aux Pays-Bas, les premières photographies de mode en noir et blanc de ses années parisiennes, les magistrales photographies en couleur créées à New York et les vues urbaines prises à la fin de sa vie ».

La rétrospective donne à voir des dessins, dont beaucoup inédits, ainsi que des collages et photomontages de jeunesse qui éclairent sur l’évolution de son travail photographique, « révélant pour la première fois toute l’ampleur de son génie créatif ».

Les « motifs, aujourd’hui devenus classiques, de ses photographies expérimentales en noir et blanc, y côtoient ses multiples autoportraits et portraits de personnalités connues ou inconnues, ainsi que la photographie de mode et publicitaire ».

« Dans les premières années de son travail photographique, Erwin Blumenfeld travaille en noir et blanc, mais dès que les conditions techniques le permettent, il utilise la couleur avec enthousiasme. Erwin Blumenfeld transpose à la couleur ses expériences avec la photographie en noir et blanc ; les appliquant au domaine de la photographie de mode, il y développe un répertoire de formes particulièrement original ».

Erwin Blumenfeld s’intéresse particulièrement au corps féminin. « Qu’il se consacre d’abord au portrait, puis au nu lorsqu’il vit à Paris ou, plus tard, dans son œuvre de photographe de mode à New York, Erwin Blumenfeld cherche à faire apparaître la nature inconnue et cachée de ses sujets ; l’objet de sa quête n’est pas le réalisme, mais le mystère de la réalité ».

L’exposition s’articule autour de sept thèmes : « Dessins, montages et collages », « Autoportraits », « Portraits », « Nus », « Le dictateur », « Architecture », « Mode ». La plupart des tirages sont des vintages, provenant de l’Estate d’Erwin Blumenfeld, de collections publiques et privées.

Une « grande partie de l’exposition porte sur la période où il fut un photographe recherché dans la mode et la publicité, à Paris puis à New York.

Ces photos, souvent en couleur, montrent l’intérêt constant de Blumenfeld pour les expérimentations photographiques après 1945 et révèlent en quoi son travail antérieur en noir et blanc lui a été utile pour son activité publicitaire. À travers des œuvres tirées des magazines, le visiteur peut également mesurer combien son travail a été façonné par les contraintes éditoriales et, grâce à plusieurs archives sonores, découvrir la radicalité de son langage imagé. Une série d’images en petit format, datant de ses dernières années, prises dans les villes de Berlin, Paris et New York, et peu connues à ce jour, est projetée sous forme de diaporamas ».

Erwin Blumenfeld a été un des artistes de l'exposition Confrontation à la galerie Le Minotaure.

Après le Jeu de Paume, le Multimedia art museum (Moscou) a présenté l’exposition Erwin Blumenfeld (1897-1969). Photographies, dessins et photomontages.

Dans le cadre du Mois de la photo à Paris 2014les Douches La galerie présenta l'exposition collective Autoportraitsavec notamment une photographie d'Erwin Blumenfeld. "En retournant son objectif sur sa personne le photographe bouleverse ses codes, il peut dès lors voir son appareil comme un pistolet et la prise de vue comme un défi. Avec une quarantaine de tirages modernes et contemporains, l'exposition explore la photogénie intense de cet instant de vérité. Berenice Abbott, Val Telberg privilégient une démarche expérimentale du medium photographique. Lucien Hervé, Arnold Newman, Vivian Maier, Sabine Weiss, Erwin Blumenfeld, s’approprient le miroir déjà si présent dans l’autoportrait pictural. À partir de son patronyme familial, Ezra Nahmad compose une autobiographie. Choi, Arno Minkkinen, Wols étudient les possibilités expressives de leurs corps et de leurs visages. Pour Rodolf Hervé, atteint d’une maladie, l’autoportrait est catalyseur de tensions extrêmes. Kourtney Roy, unique héroïne de ses mirages intimes, considère la photographie comme un jeu de rôles. Dan Leung construit un tableau photographique où, isolé au milieu des tours de Hong Kong, il évoque l'identité chinoise et interroge la place de l’homme dans la ville. Brassaï dans une fumerie d’opium en 1931, Louis Faurer à New York en 1947, Raymond Depardon sur son scooter à Paris en 1959 ou encore Jean-Christophe Béchet sur les pas de Robert Franck en 2009, utilisent les ressources de la mise en scène dans des registres divers. Virtuosité, humour, introspection, l'autoportrait est toujours le témoignage d'un état intérieur comme le montrent si bien les images d'Hervé Guibert".

Les Douches La galerie proposal'exposition Portfolios #4 Multiples et éditions, avec notamment des œuvres d'Erwin Blumenfeld (7 décembre 2016-14 janvier 2017).

Les Docks - Cité de la Mode et du Design présente l'exposition Studio Blumenfeld New York, 1941-1960.

Dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris, la Cité propose, du 3 mars au 4 juin 2017, de partir à la découverte du cheminement artistique du photographe de mode Erwin Blumenfeld, de sa constante soif d’exploration et de sa recherche d’une identité par la photographie couleur qui, dans les années 40 et 50, va influencer l’Amérique".

"Issues de plus de six cents archives, 170 images - dont une trentaine d’œuvres inédites - sont présentées. L’exposition rassemble les photographies de mode en couleurs réalisées par l‘artiste et propose une immersion dans l’univers du studio, chambre d’expérimentation de ce génie photographique".

« Studio Blumenfeld New-York 1941-1960 » donne à voir le fonctionnement du studio dans les années de guerre et d’après-guerre, en partant de plus de 640 plan-films qu’Erwin Blumenfeld avait conservés comme mémoire de ses séances new-yorkaises. Des archives personnelles qui explicitent aussi bien sa relation avec la presse de mode et de beauté, que sa relation avec la publicité".

"Hors cadre et hors échelle, la mise en scène de l’architecte et scénographe Vasken Yéghiayan rythme un parcours intérieur et extérieur et fait dialoguer, la modernité d’Erwin Blumenfeld avec l’architecture post-industrielle et ultra contemporaine de la Cité".


Du 3 mars au 4 juin 2017
A Les Docks - Cité de la Mode et du Design
34, quai d'Austerlitz. 75013 Paris
Tél. : 01 76 77 25 30
Tous les jours de 11h à 19h, fermé le mardi

Erwin Blumenfeld, Photographies, dessins et photomontages. Textes d’Ute Eskildsen, Helen Adkins, Janos Frecot, Wolfgang Brückle, Esther Ruelfs, François Cheval et Nadia Blumenfeld Charbit. Jeu de Paume / Hazan, 2013. 264 pages, 200 ill. n. & b. et coul. Broché, 21,5 x 27,5 cm. Catalogue français et anglais. 35 €. ISBN : 978-2754107174

Du 7 décembre 2016 au 14 janvier 2017
Du 7 novembre 2014 au 10 janvier 2015
5, rue Legouvé. 75010 Paris
Tél. : +33 (0)1 78 94 03 00
Du mercredi au samedi de 14 à 19 heures. Lundi et mardi sur rendez-vous
Vernissage le 6 novembre 2014, de 18 h à 21 h

Du 19 février au 11 mai 2014
Au Multimedia art museum
Ostozhenka, 16, Центральный АО, Moscow, Russie, 119034
Tél. : 7 (495) 637-11-00. +7 495 637-11-22
Du mardi au dimanche de 12 h à 21 h


Du 31 janvier au 29 mars 2014
A la galerie Le Minotaure
2, rue des Beaux-Arts. 75006 Paris
Tél. : 01 43 54 62 93
Ouvert du mardi au samedi de 11 h à 13 h et de 14 h à 19 h


Jusqu’au 26 janvier 2014
Au Jeu de Paume
1, place de la Concorde. 75008 Paris
Tél. : 01 47 03 12 50
Mardi de 11 h à 21 h. Du mercredi au dimanche de 11 h à 19 h
Les citations sont extraites du catalogue de l’exposition et du dossier de presse.

Visuels :
Erwin Blumenfeld
Autoportrait en photographe du dimanche
Zandvoort, Hollande, 1928
épreuve gélatino-argentique
tirage d’époque
New York, Collection Yvette Blumenfeld Georges Deeton /
Art+Commerce, Berlin, Gallery Kicken Berlin
© The Estate of Erwin Blumenfeld

Affiche Jeu de Paume
Do your part for the Red Cross  [Soutenez la Croix-Rouge],
Variante de la photographie de couverture de Vogue US, 15 mars 1945
Erwin Blumenfeld
Impression jet d’encre sur papier Canson baryta, tirage posthume (2012).
 Collection Henry Blumenfeld.
© The Estate of Erwin Blumenfeld

Audrey Hepburn
New York, années 1950
Erwin Blumenfeld
Épreuve gélatino-argentique, tirage d’époque.
 Collection particulière, Suisse.
© The Estate of Erwin Blumenfeld

Marguerite von Sivers sur le toit du studio 9, rue Delambre
Paris, 1937
Erwin Blumenfeld
Épreuve gélatino-argentique, tirage d’époque.
 Collection Yvette Blumenfeld Georges Deeton / Art+Commerce, New York, Gallery Kicken Berlin, Berlin
© The Estate of Erwin Blumenfeld

Mode-Montage
vers 1950
Erwin Blumenfeld
Épreuve gélatino-argentique, tirage d’époque.
 Collection Helaine et Yorick Blumenfeld.
 Courtesy of Modernism Inc., San Francisco.
© The Estate of Erwin Blumenfeld

Minotaur / Dictator [Minotaure / Dictateur]
Paris, vers 1937
Erwin Blumenfeld
Épreuve gélatino-argentique, tirage d’époque.
 Collection Yvette Blumenfeld Georges Deeton / Art+Commerce, New York, Gallery Kicken Berlin, Berlin.
© The Estate of Erwin Blumenfeld

Trois profils. Variante de la photographie parue dans l’article "Color and lighting" [Couleur et éclairage], de Photograph Annual 1952
1952
Erwin Blumenfeld
Impression jet d’encre sur papier Canson baryta, tirage posthume (2012).
Collection Henry Blumenfeld.
© The Estate of Erwin Blumenfeld

Couverture du catalogue
Homme agenouillé avec tour
1920
Erwin Blumenfeld
Encre de Chine, encre, aquarelle et collage sur papier.
 Collection Henry Blumenfeld.
© The Estate of Erwin Blumenfeld

Erwin Blumenfeld, Robe verte, 1946. Impression jet d’encre sur papier Canson baryta, tirage posthume (2012). Collection Henry Blumenfeld © The Estate of Erwin Blumenfeld

Erwin Blumenfeld
Self portrait, New York, 1952-53
Tirage gélatino-argentique réalisé par
l’artiste, vintage.
26 x 33 cm

A lire sur ce blog :
Chrétiens
Culture
France
Il ou elle a dit...
Judaïsme/Juifs



Articles in English
Cet article a été publié les 26 janvier, 29 mars, 11 mai et 7 novembre 2014, 8 janvier 2015, 9 décembre 2016, 11 janvier 2017. Les citations sont extraites de dossiers de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire