jeudi 15 septembre 2016

« Les drones, un usage controversé » par Peter Yost


Arte diffusa « Les drones, un usage controversé » (Drohnen - Von Der Waffe Zur ÜberwachungRise of the drones), documentaire de Peter Yost. Un survol des drones américains et israéliens, et des problématiques surgies par l'emploi de ces véhicules aériens sans pilote dans les guerres contemporaines (UAV) et par leur usage civil. Le 15 septembre 2016, dans le cadre de Xenius, Arte rediffusera Les drones civils : outils précieux ou armes de Big Brother ?, par Carolin Matzko et Gunnar Mergner.


L’OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord) définit ainsi le drone : « un véhicule aérien motorisé, qui ne transporte pas d’opérateur humain, utilise la force aérodynamique pour assurer sa portance, peut voler de façon autonome ou être piloté à distance, être non réutilisable ou récupérable et emporter une charge utile létale ou non létale. Les engins balistiques ou semi balistiques, les missiles de croisière et les projectiles d’artillerie ne sont pas considérés comme des drones ».

Révolution technologique
Les drones ou Unmanned Aerial Vehicles (UAV, véhicules aériens sans pilote) ont révolutionné l’aéronautique et les tâches des pilotes de chasse. Équipés d’appareils photographiques ou de caméras vidéos, parfois quasi-invisibles, ils offrent en temps réel des informations, avec un volume sonore réduit. Des merveilles de miniaturisation – système de navigation, capteurs - et d’innovations technologiques.

Les drones s’intègrent dans un système comprenant des vecteurs aériens dotés de capteurs de détection, des stations au sol de commande et recueil d’informations, des liaisons radioélectriques de données entre les vecteurs aériens et les stations au sol.

Parmi les drones militaires, on distingue les micro-drones, les drones tactiques, à vitesse variable, à endurance haute ou moyenne, à voilure fixe ou tournante, TUAV (« Tactical Unmanned Air Vehicle ») ou VTOL (« Vertical Take-off and Landing »), les MALE (« Medium Altitude Long Endurance ») à moyenne altitude et grande autonomie tel le Heron, les HALE (« High Altitude Long Endurance ») qui volent à haute altitude et grande autonomie tel le Global Hawk, les drones de combat ou UCAV (« Unmanned Combat Air Vehicle ») et les drones de transport.

Domaines militaire – observation, bombardements, etc. – ou civils - surveillance des frontières pour repérer trafiquants ou contrebandiers, missions lors de catastrophes naturelles, jouets pour petits et grands, prises de vues pour des films cinématographiques et télévisuels, livraisons de colis... Les champs d’application des drones, de toutes dimensions, ne cessent de se multiplier.

Moins coûteux qu’un avion ou un hélicoptère – absence de pilotes -, moins bruyant, plus discret, les drones ont connu leur essor dans des périodes de Guerre froide : guerres en Corée et au Vietnam. 

Cet aéronef affirme sa supériorité sur les avions de chasse notamment par la longueur de vol : des dizaines d’hures contre deux heures.

Il constitue un élément majeur dans une guerre non virtuelle. Les attentats terroristes islamistes ont accéléré les programmes de production de drones.

Israël
« Nous avons commencé à travailler sur le sujet après la guerre du Kippour en 1973, où 40% de l'aviation israélienne avait été détruite faute de renseignements fiables. Cette expérience nous a donné une avance technologique décisive : nous sommes en duopole avec les Etats-Unis sur les drones de surveillance », a expliqué Shmuel Falik, directeur régional de Malat, la division drones d'IAI (Israel Aerospace Industries), en mars 2014.

Israël a développé sa gamme d’engins aériens commandés à distance - d’un poids allant de quelques grammes à des tonnes -, et innové par un engin mixte. Urban Aeronautics a conçu VTOL (AirMule d’UrbanAero), doté de rotors et pouvant aller jusqu’à 160 km/h. Capacité d’emport : jusqu’à 635 kg. Décollage et atterrissage ? Vertical. Missions : transporter des soldats blessés et des matériels  dans des zones de guerre inaccessibles pour des hélicoptères. 

Avec en particulier les AirMule, Israël occupe la première place des exportateurs mondiaux de drones : il assure plus de 60% des exportations.

Israël « doit affronter  de nombreux groupes terroristes à ses frontières, tels que le Hezbollah au Nord ou le Hamas à Gaza. Sécuriser nos frontières est d’importance vitale ». Parmi les atouts « pour protéger le pays contre n’importe quelle menace : les drones de Tsahal ».

Début avril 2016, les Arméniens ont protesté auprès d’Israël en raison de l’approvisionnement de l’armée de l’Azerbaïdjan et de l’utilisation d’armes israéliennes par les Azéris contre eux. Un Harop, drone d’IAI acheté par l’Azerbaidjan, a été guidé vers un convoi d’Arméniens dans le Haut-Karabakh, enclave arménienne.

Problématiques
 « Il s'en est fallu de peu. Le 19 février 2016, alors qu'il se posait sur l'aéroport de Roissy, un Airbus évitait un drone  de justesse. Cet épisode, qui aurait pu se révéler dramatique, ravive la polémique sur ces robots volants, de plus en plus perfectionnés et intrusifs. Mais comment fonctionnent-ils ? En quoi leur utilisation, leur discrétion et leur rapidité peuvent-elles menacer les libertés et la sécurité des citoyens ? Avec leurs capteurs visuels, leur système de navigation et de contrôle satellite, leurs caméras infrarouges et leurs missiles (pour ceux qui sont armés), ces robots volants ont révolutionné la surveillance et la manière de faire la guerre. 

Ces « robots volants ont révolutionné la surveillance et la manière de faire la guerre. Comment les drones fonctionnent-ils ? En quoi leur utilisation, leur discrétion et leur rapidité peuvent-elles menacer des civils et les libertés des citoyens ? » 

Le « Pentagone dispose d’une « flotte de 10 000 drones, généralement pour espionner, mais parfois pour tuer ». Le « drone Raven est le drone le plus utilisé au monde, et a fourni des renseignements précieux pour le raid ayant tué ben Laden. Le drone Predator a rempli des milliers de missions depuis 2001, et le géant Global Hawk, peut rester en l’air jusqu’à 35 heures ». Missions d’appui des troupes au sol ou d’éliminations ciblées, les drones se sont avérés efficaces. L’US Air Force prévoit qu’un tiers de ses futurs chasseurs-bombardiers sera constitué de drones dans une décennie ».

Le documentaire s'attache aux aspects technologiques du drone en compagnie de son inventeur, l'Israélien Abe Karem, mais aussi d'ingénieurs et de scientifiques du MIT et de l'US Air Force ». 

Le « réalisateur Peter Yost suit notamment les travaux de recherche de BAE System sur le design de nouveaux capteurs qui auront une définition de huit milliards de pixels et emprunteront beaucoup à la technologie des smartphones. Il s'intéresse plus particulièrement au fonctionnement des drones MQ18 - Predator et MQ-9 Reaper, des modèles de longue endurance transportant des missiles de 500 kilos ».

Le documentaire « décrit également les problèmes éthiques posés par l'utilisation des drones dans la lutte contre le terrorisme. Ces machines permettent de frapper n'importe qui, n'importe où, sans se soucier des frontières - ce qui pose problème au regard du droit international ». 

« L'an dernier, les États-Unis ont réalisé des centaines de frappes dans quatre pays. Seules celles qui se sont déroulées en Afghanistan s'inscrivaient dans le cadre d'une guerre officielle : les frappes  au Pakistan, en Somalie et au Yémen constituant pour leur part des opérations secrètes. Le gouvernement américain affirme que les drones ont permis de décimer la direction d'Al-Qaïda tout en limitant les pertes civiles ; mais les spécialistes contestent ces dires et estiment que 30 % des pertes humaines provoquées par les drones concernent justement des civils. Nous suivons également les entraînements des soldats - dont la plupart n'ont jamais été pilotes et s'initient sur des jeux de simulation vidéo - qui apprennent à contrôler ces engins ».

Le 15 septembre 2016, dans le cadre de Xenius, Arte rediffusera Les drones civils : outils précieux ou armes de Big Brother ? (Zivile Drohnen: Helfer aus der Luft oder "Big Brother"?), par Carolin Matzko et Gunnar Mergner (2016, 26 minutes). "Silencieux, sans pilote, et parfois mortels : de plus en plus de pays, à l'instar des États-Unis, utilisent des drones à des fins militaires. Pourtant, leur champ d'action s'étend jusqu'au domaine civil. "Xenius" part à Munich pour observer comment un bureau d'ingénieur se sert de son "multicoptère" pour le bien de la ville".

      
« Les drones, un usage controversé » documentaire de Peter Yost
2013, 52 min
Sur Arte les 8 avril à 22 h 50, 11 avril à 15 h 40, 14 avril 2016 à 10 h 25

Visuels : © WGBH

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont d'Arte. Cet article a été publié le 11 avril 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire