Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

dimanche 18 mars 2018

« L'homme qui murmure à l'oreille de Trump » par Michael Kirk


« L'homme qui murmure à l'oreille de Trump » (Steve Bannon: Der Trump-Flüsterer ; Bannon's War) est un documentaire réalisé par Michael Kirk. « Qui est Steve Bannon, l'un des proches conseillers de Donald Trump ? Enquête sur le premier cercle du pouvoir à la Maison-Blanche, aussi restreint qu'opaque ». Les fonctions de Steve Bannon à la Maison Blanche ont cessé en août 2017. Steve Bannon a annoncé qu'il demeurera loyal au président Donald Trump et poursuivra son combat pour ses valeurs. Le 10 mars 2018, il était l'invité d'honneur du Congrès du Front national (FN).

« Après Président Trump, le réalisateur Michael Kirk et l’équipe politique de l’émission d'investigation phare Frontline enquêtent sur le fonctionnement – et les dysfonctionnements – du nouveau pouvoir qui s'est installé à Washington, au sein du premier cercle des conseillers de Donald Trump. Déclarations fracassantes, luttes d'influence, confrontations idéologiques… : en s’appuyant sur de multiples sources à l’intérieur de l'administration, le film tente de déchiffrer l’avenir du pays, qui se joue derrière des portes closes. Au centre de cette enquête se trouve Steve Bannon, magnat de la presse "alt-right" (d'extrême droite), devenu le principal conseiller politique à la Maison-Blanche ». Bannon n'est pas d'extrême-droite.

De Goldman Sachs à Breitbart
« Début avril, Donald Trump a voulu montrer qu'il prenait ses distances avec celui qu'on présente comme son éminence grise, notamment en le démettant de ses fonctions au Conseil national de sécurité ».

« Mais comment interpréter ce petit coup de théâtre ? On doit en tout cas à Steve Bannon le caractère offensif du discours présidentiel d'investiture, ainsi que le « décret antimusulmans » du 27 janvier, retoqué depuis. Il ne s’agit pas d’un « décrit antimusulmans », mais d’un acte interdisant, temporairement, l’entrée aux Etats-Unis de personnes provenant de sept pays : Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen. Certains soutiennent financièrement le terrorisme islamiste, d’autres sont déchirés par des guerres et dépourvus d’un Etat pouvant établir sa souveraineté sur tout son territoire.

« Afin de mieux comprendre ses positions idéologiques, le film explore son passé de conseiller militaire dans la Marine américaine, puis de banquier chez Goldman Sachs, et surtout son rôle à la tête du site Breitbart News Network, devenu l'un des principaux relais médiatiques de la droite extrême et des ultraconservateurs ». Non, Breitbart News est un média conservateur, pro-israélien.

Le choix de Breibart News en faveur du candidat Donald Trump incite certains journalistes à le quitter.

« Passant au crible son parcours ainsi que ceux de deux autres hommes clés de l'administration Trump, le jeune conseiller politique Stephen Miller et le ministre de la Justice Jeff Sessions, le documentariste Michael Kirk explicite la vision qui préside aujourd'hui aux destinées de l'Amérique – et du monde ».

La présentation par des médias télévisés de Bannon en marionnettiste tirant les ficelles a déplu au Président Donald Trump. Des divergences entre conseillers à la Maison Blanche ont surgi. Ce qui semble avoir induit le relatif éloignement de Steve Bannon, qui demeure chef de la stratégie, précieux dans la formulation des thématiques lors des meetings du Président.

Les médias, des magistrats, Hollywood et le parti démocrate ont déclaré la guerre à Donald Trump dès la campagne électorale. Ils ne se sont pas remis de la défaite de leur candidate : Hillary Clinton.

Dans la campagne visant à diaboliser le Président Donald Trump, Steve Bannon a été une cible. Il a été accusé à tort d'être antisémite. Malheureusement, l'ADL (Anti Defamation League) a abondé en ce sens, sans dénoncer l'antisémitisme du démocrate Keith Ellison, pro-BDS.

Selon des médias américains, dans le livre Fire and Fury: Inside the Trump White House, Steve Bannon accuserait de trahison le fils de Donald Trump à qui il aurait reproché d'avoir rencontré une avocate russe afin d'avoir des informations compromettantes sur Hillary Clinton dans le cadre de la campagne électorale. Le Président Donald Trump déclare alors que « Steve n'a eu qu'un rôle très limité dans notre victoire historique » et pense que Steve Bannon a « perdu la raison ». Les déclarations de Bannon l'ostracisent.

Le 7 janvier 2018, Steve Bannon présente des excuses pour ses critiques de la famille du Président américain et avance que ses critiques visaient Paul Manafort.

Le surlendemain, la PDG du groupe Breitbart fait part publiquement du départ de Steve Bannon de la direction de Breitbart News, poste qu'il occupait après son départ de la Maison-Blanche.

Le 10 mars 2018, Steve Bannon était l'invité d'honneur du XVIe Congrès du Front national (FN) à Lille. Il a déclaré : « L’Histoire est de notre côté et nous propulsera de victoire en victoire. plus grand que l’Italie, plus grand que la Pologne, plus grand que la Hongrie... Laissez-les vous appeler racistes, xénophobes, islamophobes… Portez-le comme un badge d’honneur parce que chaque jour qui passe nous devenons plus forts, et eux s’affaiblissent ».


52 min
Sur Arte le 30 mai 2017 à 21 h 50 et le 2 juin 2017 à 10 h 15

A lire sur ce blog :
Articles in English
Les citations sir le documentaire sont d'Arte. Cet article a été publié le 29 mai 2017, puis le 24 août 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire