vendredi 9 septembre 2016

Destination Normandie, deux siècles de tourisme en Normandie (XIXe-XXe siècles)


La 42e édition du festival du cinéma américain de Deauville se déroule du 4 au 11 septembre 2016. Présentée en 2009 dans les nouvelles salles du Rempart du musée de Normandie, cette exposition intéressante s’articulait autour de plusieurs pôles : « l'épopée des bains de mer, le temps du divertissement et du sport dans les stations balnéaires et thermales, l'urbanisation du littoral » – édification de digues pour les promenades, « station intégrée » conçue sous le Second Empire -, « la découverte du territoire grâce aux moyens de transport et à l'excursion, et l'industrie du souvenir ».

Air iodé, longueur des côtes, proximité de grandes villes européennes (Paris, Londres, Bruxelles, Amsterdam), amélioration des moyens de transport collectifs (chemins de fer) et individuels (vélo, voiture), richesse du patrimoine naturel et « historique : les châteaux de Guillaume Le Conquérant, les abbayes de la Vallée de la Seine, le Mont-Saint-Michel ou la Tapisserie de Bayeux »… Dès le début du XIXe siècle, les touristes affectionnent la Normandie : ils transforment de modestes villages de pêcheurs en stations balnéaires huppées à l’instar de villes d’eaux britanniques (Scarborough, Brighton). Les médecins préconisent alors le bain de mer pour ses multiples vertus – fortifiant – et contre nombre de maladies, dont l’asthme.

Des œuvres de Dufy aux collections anciennes de costumes de bain, jeux et accessoires de plage (cabine du Havre, paillote de Coutainville), des souvenirs liés aux plages du Débarquement des Alliés (6 juin 1944) aux affiches touristiques de toute la Normandie réunies pour la première fois… L’exposition a offert une histoire quasi-exhaustive d’une région réputée aussi pour sa gastronomie.

Une région où ont été érigées de superbes demeures dans des styles éclectiques, mêlant influences mauresques, suisses, italiennes ou classiques, et un style néo-normand. Offrant une large gamme de loisirs - casino, sports, etc. – et un art de vivre aux vacanciers lors de leur villégiature balnéaire. Qui accueillit le jeune Proust à la santé fragile à Cabourg vers 1880.

Et qui a inspiré écrivains (Maupassant) et réalisateurs : Claude Lelouch rend mythique les planches de Deauville avant que les « Tunes » (Nda : Juifs originaires de Tunisie) en raffolent, Nina Companeez croise les destinées des Dames de la côte pendant la Grande guerre et les années folles…

La 41e édition du festival du cinéma américain de Deauville débuta ce 4 septembre et finira le 13 septembre 2015.

Au musée de Normandie 
Château, 14000 Caen
Tél : 02 31 30 47 60
Tous les jours de 9 h 30 à 18 h. Jusqu’au 31 octobre 2009.

Alice Gandin, Destination Normandie, deux siècles de tourisme XIXe-XXe siècles. 5 Continents Editions, 2009. 175 pages. ISBN : 978-88-7439-521-7

Légendes des visuels, de haut en bas :
Plage normande. Donville-les-Bains
gouache,
projet d'affiche peint par Ch. Lemmel, vers 1930,
collection Musée du Vieux Granville, cliché Illustria.

Maison de poupée
Villa balnéaire miniature,
bois et papier imprimé, vers 1900-1910,
Musée Eugène Boudin, Honfleur.

Plages du débarquement en Normandie
A. Brennet,
affiche touristique éditée par la SNCF, 1947,
Musée de Normandie, Caen.

Souvenir du Havre
Raoul Dufy,
huile sur toile, 1921,
Musée Malraux, Le Havre. © Florian Kleinefenn

Articles sur ce blog concernant :

Cet article a été publié en une version plus concise dans le n° 614-615, juillet-août 2009, de L’Arche, et sur ce blog les 11 octobre 2009 et 6 juin 2014 ;
- 5 septembre 2014. La 40e édition du festival du cinéma américain de Deauville a débuté ce 5 septembre et fini le 14 septembre 2014 ;
- 7 septembre 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire