Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

jeudi 4 avril 2019

« La bibliothèque d'Exeter de Louis I. Kahn » par Richard Copans


Arte rediffusera le 7 avril 2019 « La bibliothèque d'Exeter de Louis I. Kahn » par Richard Copans. « Chef-d’œuvre de géométrie et de rigueur constructive, la Phillips Exeter Academy Library à Exeter, aux Etats-Unis, est l’une des dernières œuvres de l’architecte Louis Kahn (1901-1974). En disposant les lecteurs sur la périphérie du bâtiment, près de la lumière du jour, et en créant un immense hall central, Louis Kahn réinvente le plan de la bibliothèque ». Une alliance de béton, de briques et de bois (teck), éclairés par une lumière naturelle changeant au fil de la journée.
    

Arte a lancé une « collection sur l’architecture décrivant des « réalisations architecturales exemplaires ». Un bâtiment, un grand architecte, des maquettes : une passionnante plongée dans l’architecture ».

Né Itze-Leib Schmuilowsky (Schmalowski) dans une famille juive de Pärnu, alors dans l’empire russe et actuellement en Estonie, Louis Kahn (1901-1974) émigre avec ses parents aux Etats-Unis en 1906. 

"Louis Kahn gagne sa vie en donnant des cours de dessin et en jouant du piano dans les salles de cinéma muet. Diplômé en 1924, ce juif inconnu et pauvre connaît mille difficultés à s'imposer dans une profession réservée à des gentlemen protestants".  (Le Monde, 12 octobre 2004)

En 1935, il ouvre son cabinet d’architecte, et enseigne l’architecture à la School of Design de l’University of Pennsylvania. 

"Après un voyage en Grèce, à Rome et en Egypte, il trouve dans les sites antiques ce qui manque à l'esthétique d'acier et de verre du modernisme : la monumentalité et le mystère". (Le Monde, 12 octobre 2004)

"Commence alors, tardivement, l'irrésistible ascension d'un architecte voué à l'élévation spirituelle. Il construit la Yale Art Gallery, puis les Richards Medical Towers, la First Unitarian Church. Le Salk Institute for Biological Studies, en Californie, est considéré comme son premier chef-d'œuvre. Louis Kahn réalise la fusion d'une sagesse, d'un humanisme à l'ancienne et des techniques modernes de construction. Il utilise des matériaux simples (la brique, le béton), cherche la symétrie et révolutionne l'art de construire des immeubles en privilégiant la lumière naturelle." (Le Monde, 12 octobre 2004)

"On lui doit aussi la Exeter Library, le Yale Center for British Art et le magnifique Kimbell Art Museum, au Texas, que beaucoup considèrent comme le plus beau musée construit au XXe siècle. Ses dernières années sont marquées par une attention grandissante au paysage et au site."(Le Monde, 12 octobre 2004)

"Louis Kahn désirait réaménager sa ville natale, Philadelphie. Il en fut empêché, sans doute à cause de sa judéité et de son caractère incontrôlable, mais aussi parce que ses ennemis jugeaient ses idées "utopiques, impraticables" : il voulait changer la vie. Il se consacre alors à deux gigantesques projets : l'Indian Institute of Management d'Ahmedabad, en Inde, et le monumental Capital Complex de Dacca, au Bangladesh. Les dirigeants musulmans du Bangladesh le considèrent comme l'architecte de la capitale du pays, mais aussi comme celui de leur démocratie naissante. Nomade dans l'âme, Louis Kahn avait également commencé à concevoir une synagogue pour Jérusalem".(Le Monde, 12 octobre 2004)

Ce "mystique qui ne parlait pas le jargon du business" développe un style monumental et monolithique.

« Chef-d’œuvre de géométrie, la bibliothèque du campus universitaire d'Exeter, dans le New Hampshire (États-Unis), est l'un des derniers projets réalisés par Louis Kahn ». Une commande datant de 1965 et visant à construire, au centre du campus, une nouvelle bibliothèque agrandie, à côté de l'ancienne qui avait développé la table Harkness. Le transfert des livres a lieu en novembre 1971.

Environ 160 000 volumes sur neuf niveaux et une capacité de stockage de 250 000 volumes… La Phillips Exeter Academy Library  à Exeter, dans le New Hampshire est la plus grande bibliothèque de lycées au monde. Elle fait partie de la Phillips Exeter Academy, internat indépendant. Elle s'ouvre de partout, notamment au rez-de-chaussée par des arcades. L'ancienne bibliothèque était monumentale, surmontée d'un fronton et abritant un bel escalier.

Louis Kahn a structuré la bibliothèque du petit collège d’Exeter en Nouvelle-Angleterre en trois cercles concentriques. La galerie fait le tour du bâtiment. Un passage obligé en briques donnant sur un escalier de marbre en courbes, majestueux. Au premier étage : le hall surmonté de six niveaux. "Par sa hauteur, son décor de bois et de béton et ses jeux de lumière, le hall est un monument dans le monument, une apothéose de la géométrie, le point d’aboutissement du travail de Louis Kahn. Au milieu du bâtiment, un hall colossal. Sur une hauteur de 6 étages, un volume vide marque toutes les attentes du lecteur. Au plafond, une croix domine la cour intérieure. "En haut, les piliers dansent comme des anges, en bas ils ploient sous le poids", a résumé l'architecte.

Cette bibliothèque « est un cube de brique de 8 étages. Un monolithe mystérieux. Sur les quatre façades identiques, des "voiles de béton percé d’ouvertures circulaires permettent de voir les balcons de bois et le spectacle des livres".

Pour concevoir le plan de la bibliothèque, Louis Kahn s’est imposé une contrainte : chaque lecteur dispose d’un carrel, un bureau en chêne individuel, un lieu intime qui bénéficie de la lumière naturelle, près des fenêtres. Comme le dit l’architecte « une chambre dans une chambre ». Disposés en vis-à-vis, les carrels sont perpendiculaires à la façade.

Les livres « sont disposés sur la périphérie des 4 côtés, à tous les étages. Étrange salle de lecture ». Ils sont « stockés dans la pénombre, sur des rayonnages métalliques occupant toute la hauteur. Aucune porte. L’espace est fluide, favorisant l’accès direct aux livres.   ».

Les « salles de lecture, le hall central, les zones de stockage des livres sont voisines mais indépendantes l’une de l’autre. Les matériaux ne se mélangent pas. Les fonctions se côtoient sans se contaminer. La lisibilité du plan est directe. Mais les 3 parties s’assemblent comme une poupée russe en s’emboîtant l’une dans l’autre. Le tout constitue une seule structure où les éléments se renforcent l’un l’autre ».

« Dans sa bibliothèque, chef d’œuvre de géométrie et de rigueur constructive, Louis Kahn reste fidèle à l’idéal de l’Esprit des Lumières et réinvente un temple de la lecture, de la connaissance et de la Raison ». "Singulier architecte qui choisit un cube pour faire entrer la lumière".

Il avait aussi préparé les plans d'une synagogue pour Mikveh Israel, aux Etats-Unis. Un projet inabouti faute d'argent.

« En disposant les lecteurs sur la périphérie du bâtiment, près de la lumière du jour, l'architecte a réinventé le plan d'une bibliothèque ».

En 1997, la bibliothèque a été distinguée par le Twenty-five Year Award de l’American Institute of Architects : « An outstanding collaboration of design and technology, this icon of cleanlyarticulated structure is a cultural center and modern architectural masterpiece for the original quadrangle of the renowned Academy. The massive block of dark-red brick reveals a surprising delicacy. It is artistically ahead of its time and will continue to enlighten as a spiritual touchstone of great design for generations of architects ».

Surnommé "Scarface" en raison des cicatrices de brûlures sur son visage, Louis Kahn a eu une vie privée complexe. De son mariage en 1930 avec Esther Israeli, il a eu une fille, Sue Ann. De sa liaison avec la décoratrice talentueuse Anne Tyng dans les années 1950 est née Alexandra. De sa relation avec l'architecte de jardins Harriet Pattison, Louis Kahn a eu un fils, Nathaniel Kahn, réalisateur du documentaire "My Architect". Un film sur un père souvent absent... 


Arte France, Les Films d’Ici, CNC, Centre Pompidou & Ministère de la Culture et de la Communication DGP, 2015, 27 minutes
Sur Arte les 29 octobre 2017 à 11 h 20,  7 avril 2019 à 5 h 10 et 27 avril 2019 à 3 h 10

Visuels
Louis I. Khan, architecte de la biblothèque d'Exeter aux USA en Nouvelle-Angleterre.
Terminée en 1971 à Exeter, en Nouvelle-Angleterre aux USA, la bibliothèque du petit collège d’Exeter est un cube de brique de 8 étages dont les 4 façades sont identiques. Pour concevoir le plan de la bibliothèque, Louis Kahn s’est imposé une contrainte : chaque lecteur dispose d’un carrel, un bureau en chêne individuel, un lieu intime qui bénéficie de la lumière naturelle, près des fenêtres. Dans sa bibliothèque, chef d’œuvre de géométrie et de rigueur constructive, Louis Kahn reste fidèle à l'idéal de l’Esprit des Lumières et réinvente un temple de la lecture, de la connaissance et de la Raison.
© Richard Copans

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations sont d'Arte. Cet article a été publié le 26 octobre 2017.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire