Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 28 août 2018

« Les nettoyeurs du Web - The Cleaners » par Hans Block et Moritz Riesewieck


Arte diffusera le 28 août 2018 « Les nettoyeurs du Web - The Cleaners » (Im Schatten der Netzwelt - The Cleaners) par Hans Block et Moritz Riesewieck. « Qui modère nos contenus en ligne ? Les réseaux sociaux contribuent-ils à l'accroissement de la haine ? Des Philippines à la Silicon Valley, une enquête exhaustive et brutale sur la violence à l'ère du Web. »

    
Qui n’a jamais subi la censure anonyme, mystérieuse, occulte et injustifiée hormis une phrase-type à l’égard d’un de ses commentaires sur le site Internet d’un journal voire d’une de ses publications ou photographies sur les réseaux sociaux ? 

Nombre d’entre nous ont alors, souvent vainement cherché à dialoguer pour comprendre la raison de cette censure et en obtenir l’annulation. Souvent en vain.

Restent des questions demeurées sans réponse : pourquoi ces censures occultent-elles la défense d’Israël et acceptent-elles sa diffamation haineuse ? Pourquoi des nus artistiques sont-ils censurés, alors que des images djihadistes violentes sont tolérées ? Pourquoi la critique de l’islam est-elle souvent refusée ?

Des reportages télévisés ont permis de découvrir les coulisses de sociétés privées recourant à des « modérateurs » de commentaires à ces articles de journaux français. Parfois installés dans des bureaux en France métropolitaine, ces « modérateurs » sont souvent recrutés, pour des raisons d’économies budgétaires, dans des pays d’Afrique du nord. Malgré les assurances du responsable de ces modérateurs affirmant son attachement à la légalité, on demeurait dubitatif en entendant les « modérateurs » exprimer leur extrême susceptibilité à l'égard de « sujets sensibles ». Ce qui soulignait l’écart entre les libertés occidentales et les conceptions de l’acceptable par ces « modérateurs ».

"Nous sommes tenus au secret". "Nous protégeons les utilisateurs", "Notre travail, c'est de faire le ménage"... Voici quelques déclarations de "modérateurs de contenus". L'un "examine 25 000 images par jour".

« Ignorer ou supprimer ? Cette question, les modérateurs des réseaux sociaux se la posent chacun vingt-cinq mille fois par jour ». 

« Aux Philippines, ils sont des centaines à effectuer ce travail que Facebook sous-traite à une multinationale : purger le Net de ses images les plus violentes. De la pédopornographie aux décapitations terroristes, en passant par l'automutilation ou la simple nudité, proscrite par les chartes des grands groupes, l'impact psychologique des images les plus rudes – seul quotidien de ces abeilles ouvrières du Web – est aussi violent qu'ignoré par la Silicon Valley, pour laquelle le rendement passe avant tout ». 

« Mais les règles de modération imposées trouvent bien vite leur limite, dès lors que la question de l'art ou de la politique fait irruption ». Quelle est la frontière entre modération et censure ? Doit-on « nettoyer » les réseaux des images de guerre, alors qu'elles documentent les conflits ? » 

Lorsque l'administration du président Erdogan demande aux géants des réseaux sociaux de supprimer des contenus d'opposition politique qu'elle juge terroristes, sous peine de bloquer les sites sur le territoire turc, pourquoi les entreprises s'exécutent-elles ? Comment ne pas y voir une logique froidement mercantile ? »

« Quel est le meilleur moyen d'engranger de l'audience ? « L'indignation », répond Tristan Harris, ancien cadre de Google ». 

« En privilégiant les contenus choquants, les réseaux sociaux – seule source d'information pour un nombre grandissant d'internautes – voient leur vision segmentée s'imposer à leurs utilisateurs, polarisant une haine et déchaînant une violence bien réelles. C'est tout le paradoxe de ces nouveaux maîtres du Web, qui épuisent leurs sous-traitants à purger les réseaux tout en bâtissant des algorithmes au service de la colère ». 

« Un mal du XXIe siècle intelligemment expliqué par Hans Block et Moritz Riesewieck qui, des Philippines à la Silicon Valley, examinent les deux côtés de la chaîne dans un documentaire à charge, exhaustif et passionnant ».


« Les nettoyeurs du Web - The Cleaners  » par Hans Block et Moritz Riesewieck
Allemagne, 2018, 85 min
Sur Arte le 28 août 2018 à 22 h 25
Visuels :
Il existe une gigantesque industrie parallèle de censure numérique à Manille, le plus grand site mondial de modération de contenu.
Le bureau des "nettoyeurs" : l'équipe de nettoyage de la décharge numérique n'est pas autorisée à parler à qui que ce soit de leur travail incriminant.
Manille cache l'industrie parallèle de la censure numérique : elle est censée empêcher les contenus indésirables d'entrer dans les réseaux sociaux.
© Gebrueder Beetz

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations proviennent d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire