Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

jeudi 5 décembre 2019

« Antisionisme ou antisémitisme ? »


Le 24 novembre 2019, la mairie du XVIe arrondissement de Paris a accueilli la table-ronde « Antisionisme ou antisémitisme ? » organisée par la loge Ben Gourion du B’nai B’rith France avec les essayistes Bat Ye’or, Philippe Val, invité d’honneur et récipiendaire d’une Ménorah colorée, et Raphaël Jerusalmy.
        
Interview de Bat Ye’or sur Eurabia (1/2)

A l’approche du vote le 3 décembre 2019, à l’Assemblée nationale, d’une résolution sans force contraignante introduisant, en l’édulcorant, la définition de travail de l’antisémitisme élaborée par l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA), la loge Ben Gourion du B’nai B’rith France avait invité un panel d’orateurs à s’exprimer sur les liens entre antisionisme et antisémitisme. Une conférence qui suivait traditionnellement son célèbre et annuel Salon des écrivains.

Las, trois invités étaient absents : l'écrivain Pascal Bruckner, Jean-Paul Chagnollaud, professeur émérite des Universités, président de l'iReMMO (Institut de Recherche et d'Études Méditerranée Moyen-Orient), et Sylvain Maillard, député LaREM (La République en Marche), auteur de la résolution  visant à lutter contre l’antisémitisme. 

La table-ronde réunissait trois intervenants : l’essayiste Bat Ye’or célèbre pour ses études de la dhimmitude et Eurabia, le journaliste Philippe Val qui, alors directeur de Charlie Hebdo, avait publié dans l’hebdomadaire les dessins danois sur Mahomet et défendu la liberté d’expression au tribunal, et Raphaël Jerusalmy, lieutenant-colonel des renseignements israéliens et auteur du Manuel bleu contre l'antisémitisme et la désinformation.

Recevant une Ménorah offerte par la loge Ben Gourion, Philippe Val, menacé pour ses prises de positions concernant l'islam, « n’avait pas la sensation de faire des choix courageux. Si on épargne une religion, c’est qu’elle devient « l’arbitre des élégances ». J’ai un sentiment de grande liberté ». Refusant toute position victimaire, il prônait une joie de vivre et l’usage de l’humour ».

A la question « Antisionisme ou antisémitisme ? », Bat Ye’or répondait en décrivant les antisémitismes chrétiens et islamique. Pour Saint-Augustin, « le peuple juif, déicide, était condamné à expier la crucifixion de Jésus par l’errance et la vilification ». Dans la deuxième partie du XXe siècle, des papes ont œuvré en faveur du peuple juif, pour reconnaître la légitimité du judaïsme. 

Quant à l’antisémitisme islamique, Bat Ye’or en perçoit les racines dans l’idéologie islamiste, dans le cadre du djihad niant les identités juive et chrétienne.

S’il « n’existe plus de antisémitisme comme force politique organisée », ces deux antisémitismes ont infusé dans une Europe déchristianisée et ont fait alliance en 1973 pour « créer une Palestine avec Jérusalem comme capitale ». Est apparu « un eurodjihadisme mondialisé qui exploite les vieilles haines ».

Gouailleur, Raphaël Jerusalmy a loué son Guide face à la désinformation médiatique en encourageant à « trouver des relais pour passer les messages ».

« Ne pas ressembler à nos ennemis. Et parier sur le désir de raison du public » a conclu Philippe Val, auteur de Tu finiras clochard comme ton Zola.


Articles sur ce blog concernant :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire