mercredi 30 mars 2016

« Tsahal, au cœur de l’action » de Gilles Rivet


Pilote, spécialisé dans le photoreportage, Gilles Rivet a "couvert de nombreux évènements et conflits internationaux". Il signe les textes et magnifiques photos en couleurs de ce livre dédié à l’armée israélienne : Israéliens effectuant leur service militaire, infirmières, avions F-15, fusils M16, missiles Arrow, chars Merkava IV aux technologies sophistiquées protégeant son équipage, etc. Des clichés pris par des soldats complètent ce panorama des unités des Forces de défense israéliennes (IDF).  Le 24 mars 2016, à Hébron, un soldat israélien, âgé de 19 ans et infirmier de la brigade Kfir, a tué d'une balle dans la tête un terroriste palestinien qui venait d'essayer de poignarder un soldat israélien. Il a expliqué qu'il craignait que ce dernier ne déclenche son éventuelle ceinture explosive. Il ignorait que des vérifications avaient été effectuées avant son arrivée. Ce qui a suscité une polémique nourrie par une vidéo de B'Tselem.


Auteur de Colombie, unités spéciales dans la série Au cœur de l’action chez le même éditeur ETAI, Gilles Rivet évoque la place des femmes, de la religion, et des unités d’élite – brigades Kfir et Golani, parachutistes - et de lutte NBC (nucléaire biologique et chimique). Son objectif capte la camaraderie de ces jeunes soldats, leur détermination, leur entraînement exigeant pour les aguerrir, leur technique de protection « réciproque », ainsi que leur moment de détente et l’évacuation des blessés et morts.

Il souligne le rôle de Tsahal (abréviation de Tsva Haganah Le’Israel, IDF) dans l’intégration des juifs originaires d’Ethiopie au sein de la société israélienne.

Admirateur de l’intégration des Juifs de diaspora et des bâtisseurs sionistes, l’auteur montre une empathie, une sensibilité et une compréhension rares pour ces 250 000 soldats, dont les réservistes, défendant leur pays, une démocratie isolée dans une région souvent hostile et confrontée à une menace existentielle protéiforme. L’auteur n’omet pas les difficultés d’intégrations des juifs originaires d’Ethiopie et le rôle de Tsahal dans l’intégration de leurs jeunes au sein de la société israélienne

On aurait aimé que soient mentionnés l’éthique de Tsahal et le terrorisme islamiste.

On regrette quelques approximations - l’aide fournie par la Tchécoslovaquie au jeune Etat d’Israël naissant était en fait constituée de matériel soviétique - et oublis, tels la déclaration Balfour et le rôle du grand mufti de Jérusalem Amin al-Husseini dans les massacres antijuifs dans la Palestine mandataire.

Du même auteur, on peut lire aussi son reportage sur la brigade d’infanterie israélienne Kfir (Raids, n° 263, avril 2008) et ses articles, dont celui sur les Magav cosigné avec Maxime Perez, dans le dossier spécial Israël de la revue Assaut (n° 38, mars 2009).


Gilles Rivet, Au cœur de l’action Tsahal. ETAI, 2008. 144 pages. 29,95 euros. ISBN : 978 2 7268 8828 5

Articles sur ce blog concernant :










Articles in English

Cet article a été publié en une version plus concise dans le n° 614-615, juillet-août 2009, de L’Arche, et sur ce  blog les 18 octobre 2009 et :
- 15 avril 2013, lors de Yom HaZikaron, journée à la mémoire des soldats morts lors des guerres de l'Etat d'Israël - au nombre de 22 993 en avril 2012, 23 085 en avril 2013 - et des victimes du terrorisme (2 493 civils en avril 2013) ;
- 4 mai 2014. Débute Yom HaZikaronjournée à la mémoire des soldats morts lors des guerres de l'Etat d'Israël - au nombre de 23 169 en mai 2014 - et des victimes du terrorisme depuis 1860. Le nombre de membres de familles endeuillées s'élève à 17 038, dont 9 931 parents, 4 966 veuves et veufs, et 2 141 orphelins. Le ministre israélien de la Défense estime qu'un million et demi de personnes vont assister aux cérémonies commémoratives dans un des 57 cimetières militaires israéliens ;
- 22 avril 2016. Yom HaZikaron est la journée à la mémoire des soldats morts lors des guerres de l'Etat d'Israël et des victimes du terrorisme depuis 1860, soit 23 320 en avril 2015, dont 67 lors de l'opération Bordure protectrice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire