vendredi 3 juin 2016

Traits d’esprit, des images pour ne pas se prosterner


Le Musée Jeanne d’Albret présente l’exposition itinérante de « cartoons et caricatures théologiques » Traits d’esprit, des images pour ne pas se prosterner réalisée par l’Atelier protestant. L’« occasion de rire ou sourire, en évoquant les questions pourtant fondamentales du sens de la vie, du lien entre les religions et le politique, du rapport au sacré... »
Les « religions savent-elles rire d’elles-mêmes ? Peut-on rire du religieux, du sacré ? Humour et religion font-ils bon ménage ? Cette exposition de caricatures, réalisée par l’Atelier protestant, entend les mettre en dialogue ». Un sujet sensible : procès contre des dessins sur le pape, manifestations dans certains pays après les dessins sur Mahomet publiés le 30 septembre 2005 par le quotidien danois Jyllands-Posten, attentat terroriste islamiste  contre le journal satirique Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 à Paris, etc.

Cette exposition réunit « une centaine de cartoons d’auteurs athées, agnostiques ou croyants » : Patrick Chappatte - dessinateur suisse né à Karashi en 1967, il travaille pour Le Temps (Genève) et The International New York Time (Herald Tribune). En 2011, il a été le premier dessinateur non-américain à recevoir le prix du meilleur cartoon sur les affaires internationales du Overseas Press Club of America’s Thomas Nast Award -, Charb, Mix & Remix, Molina, Piem – il a collaboré à de nombreux journaux dont Témoignage chrétien, le Figaro, le Point, La Croix... et participé à des émissions télévisées : Le Petit Rapporteur et La Lorgnette -, Plantu, fondateur de l’association Cartooning for peace, De Pury, Gelluck, Willem, etc. Certains sont célèbres pour leurs partis pris anti-israéliens. Leurs « caricatures donnent à penser et à se distancier pour aborder avec humour des sujets au cœur de l’existence. Car comme les idéologies ou les philosophies, les religions doivent pouvoir être soumises à la critique, à l’humour et à la caricature ».

Traits d’Esprit. Des images pour ne pas se prosterner, est une exposition de cartoons et caricatures théologiques créée en 2013-2014 par l’’Institut Protestant de Théologie de Paris et L’Atelier protestant, éthique et société

Elle est conçue par Jean-Pierre Molina, cofondateur et président du Jury oecuménique de la Bande Dessinée à Angoulême, pasteur et dessinateur, Corinne Lanoir, doyenne de la Faculté Protestante de Théologie de Paris Patrice Rolin, théologien, animateur de L’Atelier protestant, et Chantal Desanges, réalisatrice.

Le but ? Amener le public « à des questions existentielles et théologiques essentielles par le moyen de l’humour », et « affirmer que tout, y compris les religions et les théologies peuvent être soumis à la critique, à l’humour et à la caricature ».

L’exposition a été montrée pour la première fois au public en mars 2015 à la Faculté Protestante de Théologie de Paris. Elle a accueilli les visiteurs à l’automne au Temple d’Angers, au musée protestant de Lemé, aux journées philosophiques de Langres, au Temple de St Malo, à Montpellier, à Paris, à Reims et Montbéliard. Elle a débuté l’année 2016 à Champigny puis à Châtenay-Malabry jusqu’à la mi-février, puis à la bibliothèque de l’Institut Protestant de Théologie à Montpellier du 24 mars au 17 avril, puis au Chambon-sur-Lignon du 19 avril au 1er mai. Une version réduite a été montrée à Toulouse, Revel, Bordeaux et est présentée au Musée du protestantisme de Ferrière (de la Réforme à la laïcité) dans le Tarn ».

Deux événements ont accompagné l’exposition

Lors d’une conférence, Sabine Forero-Mendoza, professeur des universités en esthétique et d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), a évoqué les « stratégies iconographiques au temps des guerres de religion » : Lors des guerres de religion, pendant la Réforme et la Contre-Réforme, les images, dont les modes de production et de diffusion ont été profondément transformés par l’invention de l’imprimerie, sont soumises à de multiples enjeux, religieux et idéologiques autant que sociaux et politiques. D’un côté, elles cristallisent des divisions théologiques et des fractures doctrinaires qui trouvent leur expression paroxystique dans des crises iconoclastes. D’un autre, elles se révèlent un instrument de propagande efficace au service, selon les circonstances, d’une cause ou de l’autre. En une époque qui privilégie les formes d’expression indirecte et allusive, par le symbole et l’allégorie, se définit une rhétorique figurative singulièrement éloquente ». 

Réunissant en 2015 au Louvre « 85 œuvres (dessins et gravures, peintures, objets d’art, sculptures), La fabrique des saintes images s'était proposée d’évoquer la complexité des enjeux qui furent, pour l’art religieux, au cœur du processus créateur des plus grands peintres, sculpteurs et architectes du XVIIe siècle : Le Caravage, Annibale Carracci, Guido Reni, Gianlorenzo Bernini et Pietro da Cortona à Rome ; Simon Vouet, Eustache Le Sueur, Philippe de Champaigne ou les frères Le Nain à Paris ». La « crise religieuse du XVIe siècle vit la réédition de l’antique combat contre les images, opposant les catholiques, favorables aux images notamment lors de la vingt-cinquième et l’ultime session du concile de Trente en décembre 1563, aux protestants, qui leur étaient hostiles ». Cette iconographie chrétienne a influencé photographes et cameramen, notamment pour diffamer l’Etat d’Israël par assimilation de l’enfant palestinien au Christ (image de Mohamed al-Dura).

Quant à Mixel Esteban, il a évoqué lors de sa conférence « La caricature dans l’histoire contemporaine. Presse et religion : des relations caricaturales ». Le « contentieux entre presse et religion ne date pas d’aujourd’hui. Bien plus que les mots, le dessin de presse est au centre de relations parfois tendues, en particulier lorsque le religieux réagit face à une caricature jugée blasphématoire. Mais quand un dessin de presse porte atteinte à la liberté de croyance ? Au contraire, la condamnation d’un dessin n’est-elle pas une atteinte à la liberté de la presse ? C’est toute la problématique d’une rencontre entre deux libertés fondamentales : liberté d’expression et liberté de pensée. Ce contentieux est marqué par l’avènement de la presse écrite, de masse, à la fin du XIXe siècle. Dans un État de droit, c’est à la justice de trancher. Mais gardons-nous d’une analyse trop caricaturale. Ce début du XXIe siècle nécessite de nouveaux regards. Doit-on continuer à voir la presse et la religion comme on observerait un dessin, avec un message accessible certes, mais trop simple aussi ? Et doit-on continuer de parler de la presse comme d’un ensemble monolithique ? De même, de quelles pratiques ou visions des religions parle-t-on ? Sont-elles menacées par le dessin de presse ? Notre raisonnement suit parfois le cheminement qui séparait cléricaux et anticléricaux sous la IIIe République. Nous pouvons aussi observer ces relations plus apaisées de la deuxième moitié du XXe siècle, alors la presse écrite déclinait au profit d’autres médias de masse, radio et télévision, et que l’Église se concentrait sur l’essentiel, le religieux, dans une période marquée par la sécularisation. Mais un autre enjeu vient bouleverser ces visions : la mondialisation médiatique caractéristique du début du XXIe siècle. Les événements sanglants de janvier 2015 attirent ici notre attention. La démultiplication des caricatures par les technologies de communication a un effet grossissant pouvant donner à une presse confidentielle une résonance dépassant le poids réel de son lectorat. De même, la diffusion des idées religieuses profite des mêmes canaux, s’inscrivant dans un contexte mondial. L’ensemble pouvant conduire à un choc culturel. La recherche d’un équilibre entre liberté de la presse et liberté de croyance ne se trouve-telle pas ici bousculée ? » 

La crise des Mainstream Medias – modèle économique presse-Internet délicat, désaffection du public, etc. – affecte ce questionnement. 

Surtout, le dessin soutenu par l’Etat, par exemple l’Iran, s’avère problématique, voire choquant, ainsi qu’en témoignent les concours récurrents organisés par le régime des mollahs sur la Shoah. Des concours couronnant le négationnisme.


Jusqu’au 4 juin 2016
Salle du rez-de-chaussée de la Maison de Jeanne d’Albret
37, rue Bourg-Vieux - 64300 Orthez
Du mardi au samedi de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h

Visuels
De Pury
Oh, pardon !
Chambres séparées

Articles sur ce blog concernant :

Les citations proviennent du dossier de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire