Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 9 avril 2021

« Convention citoyenne - Démocratie en construction » de Naruna Kaplan de Macedo

Arte diffusera le 13 avril 2021 « Convention citoyenne - Démocratie en construction » (Klimaschutz à la française. Macron und sein Bürgerrat) de Naruna Kaplan de Macedo. « Comment, dans un contexte de forte tension politique, doublé d’une pandémie mondiale, les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat se sont efforcés de remplir leur mission : faire des propositions pour réduire d'au moins 40 % les émissions françaises de gaz à effet de serre d'ici 2030. Récit d'un exercice démocratique singulier, inédit en France ».
  
« Convention citoyenne - Démocratie en construction » de Naruna Kaplan de Macedo

Y a-t-il eu un évènement aussi peu démocratique et aussi inutile que cette convention citoyenne délibérant sur le climat ? En effet, la représentation nationale émanant d'élections libres a été écartée au profit de citoyens, sélectionnés de manière opaque, mus par une idéologie identique, instrumentalisés par le pouvoir exécutif national et dont le programme avait été largement élaboré hors de son enceinte. Et qui échappent aux organisateurs de cet événement de communication.

Car si le Président de la République Emmanuel Macron et les Premiers ministre Edouard Philippe puis Jean Castex avaient voulu donné la parole aux citoyens, ils avaient la faculté constitutionnelle d'organiser un référendum, notamment sur un thème intéressant les Français : l'immigration. 

Et s'ils avaient souhaité répondre aux questions légitimes des Gilets jaunes, ils auraient pu initier une baisse généralisée des impôts génératrice notamment d'une hausse du pouvoir d'achat et la suppression de réglementations inutiles - la bureaucratie en a produit beaucoup lors de la pandémie de coronavirus.

« Avril 2019. Confronté aux marches pour le climat emmenées par une jeunesse inquiète pour son avenir, et à la colère des “gilets jaunes” qui a débouché sur la tenue d'un débat national, Emmanuel Macron annonce la constitution d’une Convention citoyenne pour le climat ». 

« Sa mission : définir des mesures pour réduire les émissions nationales de gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030 ». La  France affiche des résultats excellents sur ce thème. Quid du "réchauffement climatique", alors que l'hiver a été rude, et ce début de printemps s'accompagne de températures nocturnes parfois inférieures à zéro.  

« Six mois plus tard, 150 Français, tirés au sort selon des critères censés refléter la diversité de la société, se retrouvent au palais d’Iéna, siège du Conseil économique, social et environnemental, pour la première de leurs sept sessions de travail ».

« Entre engouement pour cet exercice démocratique inédit et peur d’être instrumentalisés, ces hommes et ces femmes de tous horizons s’emparent de cinq grandes thématiques (se nourrir, se loger, se déplacer, produire et travailler, consommer) décortiquées avec le concours d’experts et de décideurs politiques ». 

« Faut-il "inclure" les enjeux environnementaux dans les textes ou les "imposer" ? Faut-il soumettre les mesures imaginées au sein de cette Convention au référendum ou privilégier la voie législative ? » 

« Après des mois de débats nourris, sur fond de mobilisation contre la réforme des retraites et de pandémie de Covid-19, la Convention a adopté, en juin 2020, 149 propositions, présentées quelques jours plus tard au chef de l’État ».

« Naruna Kaplan de Macedo s’est immergée dans les coulisses de la Convention, aux côtés de ses membres, dont émergent certaines personnalités (Éloïse, l’une des benjamines de l’assemblée, Yolande, la conseillère municipale au franc-parler, Guy, le retraité aux discours percutants…), mais aussi d’organisateurs avançant à tâtons face à la nouveauté du dispositif ». 

« Comment penser ensemble des solutions à la crise climatique ? » 

« Saisissant les moments charnières – à l’instar du premier consensus, sur la modification de l’article 1 de la Constitution – comme les échanges informels, la réalisatrice dévoile les rouages d’une expérience de démocratie participative historique, dont l’avenir est encore à écrire. »


« Le 28 février dernier, les 150 volontaires, tirés au sort, de la Convention citoyenne pour le climat, chargés de formuler des propositions pour réduire de 40 % les émissions françaises de gaz à effet de serre d’ici à 2030, se sont réunis pour une ultime session au cours de laquelle ils ont évalué la prise en compte de leurs travaux par le gouvernement. Verdict : une note générale de 3,3 sur 10… En attendant de connaître plus précisément le sort réservé aux 149 mesures qu’ils ont adoptées, et au dispositif qu’ils ont été les premiers à expérimenter, un documentaire de Naruna Kaplan de Macedo montre le travail accompli en amont, en nous plongeant dans les coulisses de ce fascinant exercice de démocratie participative. »


France, 2020, 59 min
Sur Arte le 13 avril 2021 à 23 h 30
Disponible du 06/04/2021 au 11/06/2021
Visuels :
Hémicycle
Emmanuel Macron s' adressant à la convention citoyenne
Réunion de la convention citoyenne
Sylvain membre de la convention citoyenne
Yolande membre de la convention citoyenne à l' hémicycle
© Alexandra Sabathe
Nicolas
© Public Sénat

Aucun commentaire:

Publier un commentaire