mardi 23 septembre 2014

« Gaza 2010 » de Kai Wiedenhöfer


Le Musée d’art moderne (MAM) de la Ville de Paris a accueilli l’exposition scandaleuse éponyme du « photojournaliste » allemande Kai Wiedenhöfer, premier Prix Carmignac Gestion du photojournalisme 2009. Plus de 80 clichés partiaux, pris en 2009 et 2010, sur des bâtiments détruits à Gaza et des Gazaouis amputés, tous faits dramatiques attribués à l’armée israélienne lors de l’Opération Plomb durci (27 décembre 2008-18 janvier 2009) contre le mouvement terroriste Hamas. Le 9 novembre 2010, la Ville de Paris m'a indiqué n'avoir « pas visé cette exposition ». Le 10 novembre 2010, Fabrice Hergott, directeur du MAM de la Ville de Paris, a précisé que ce « musée n'était pas intervenu dans le contenu de l'exposition » promue par Carmignac Gestion qui ne communique plus.  Le 21 novembre 2010, une trentaine de personnes ont distribué un flyer sur les « vraies photos de Gaza ». La direction du musée a annoncé la fermeture de l'exposition pendant une semaine et la communication au public d'un texte rétablissant les faits. Or, cette exposition était ouverte au public dès le 23 novembre 2010, sans ce texte. Une polémique a surgi lorsque, la photographe iranienne Newsha Tavakolian a renoncé au Prix Carmignac le 15 septembre 2014.

Dans le vase espace blanc, immaculé, au sous-sol du prestigieux Musée d’art moderne de la Ville de Paris, cette exposition choquante présente 85 photographies en couleurs « autour de deux thèmes majeurs, les décombres et les portraits : 35 photographies de bâtiments détruits dont 10 panoramiques montrant les stigmates des bombardements et 50 portraits de Gazaouis blessés au cours de l’opération Plomb durci ».

Le résultat du travail de Kai Wiedenhöfer, 1er Prix Carmignac Gestion du photojournalisme 2009, dont une partie a été montrée au festival Visa pour l’image à Perpignan .

La Fondation Carmignac
Créée en 2000 « pour promouvoir l’art contemporain », la Fondation Carmignac souhaite « faire partager le goût [du] président-fondateur [de Carmignac Gestion, société de gestion d’actifs], Edouard Carmignac, et de ses équipes, pour l’art contemporain ».

Elle organise ce Prix Carmignac Gestion du Photojournalisme 2009 « constitué d’une bourse de 50 000 euros permettant au lauréat la réalisation d’un sujet autour d’un thème imposé ». Cette Fondation veut « contribuer à défendre, non seulement l’indépendance financière de cette profession gravement fragilisée, mais également son indispensable indépendance d’esprit ». Un prix richement doté car la Fondation veut « donner les moyens à ces témoins essentiels du monde contemporain de continuer à se rendre dans des zones délaissées par les medias de masse, afin de faire leur travail avec le temps nécessaire à l’approfondissement des questions ».

Pourquoi Edouard Carmignac a-t-il choisi Gaza comme thème 2009 ? L’explication a été donnée aux journalistes lors du vernissage presse le 4 novembre 2010 :
« Il est inacceptable de voir les victimes de l’une des plus terribles tragédies du siècle rester pratiquement oubliées et abandonnées de tous. Vu d’Europe, ce n’est pas parce que la réalité effroyable des camps de concentration nazis a vu le jour sur le sol de notre continent que l’on peut accepter aujourd’hui la réalité de ce qui est devenu en 60 ans, avec la radicalisation du conflit israélo-palestinien, un véritable camp d’internement des Palestiniens aux portes d’Israël. Il ne s’agit pas ici de prendre parti pour un camp ou un autre, pour un camp contre un autre, mais de montrer la réalité nue, dans toute son atrocité. Et de contribuer ainsi, non seulement au devoir de témoignage du photojournaliste qu’est Kai Waidenhöfer, mais aussi à la prise de conscience des citoyens que nous sommes tous. Ces photos choqueront sans doute, et c’est aussi leur rôle pour contribuer à faire émerger la vérité. Le prix Carmignac Gestion n’a en effet d’autre vocation que de contribuer à faire la lumière sur un sujet qui nous tient à cœur ».
Aux journalistes indignés par ce parallèle infamant camp nazi/bande de Gaza et ce parti pris non assumé, Carmignac Gestion se récriait sans argumenter ni convaincre.

En plus de cette bourse généreuse, Carmignac Gestion « accompagne le lauréat après son reportage en lui offrant une exposition et une monographie, publiée par Steidl Publishers ». Un luxueux catalogue The Book of Destruction Gaza – One Year After the 2009 War offert aux journalistes avec… le résumé en français, de 20 pages, du rapport Goldstone.

Quant au dossier de presse bilingue français/anglais, il s’apparente à un opuscule de propagande anti-israélienne.

Kai Wiedenhöfer primé à Téhéran
Né en 1966 en Allemagne de l’Ouest, Kai Wiedenhöfer a lu à 14 ans son premier livre sur ce conflit au Proche-Orient. Une région où il s’est rendu pour la première fois à l’âge de 23 ans. Depuis 1989, cet Arabophone « réalise un travail documentaire sur le conflit israélo-palestinien qui affecte le Moyen-Orient ».

C’est d’ailleurs le thème de ses trois livres : Perfect Peace (Paix parfaite) en 2002 et Wall (Mur) en 2007, tous deux publiés par Steidl Publishers, un éditeur réputé pour avoir publié les oeuvres de photographes célèbres, et Checkpoint Huwara avec Karin Wenger.

En 2008, l’exposition de Kai Wiedenhöfer Moving Walls s’est tenue à l’Open Society Inst. de la fondation Soros à New York.

Ce photographe a aussi été récompensé lors de la Biennale internationale de photographie du monde islamique à Téhéran (Iran). A-t-il photographié les centaines de milliers de victimes de la guerre entre l'Iran et l'Iraq ou du régime des ayatollahs iraniens ou encore les pauvres civils massacrés au Darfour (300 000 morts) ou au Congo ?

Un fauxtographe anti-israélien épinglé
HonestReporting a épinglé à deux reprises Kai Wiedenhöfer essentiellement en raison de son parti pris anti-israélien.

En 2004, ce photojournaliste avait été récompensé par le 2e prix pour des "News Stories" du prestigieux  World Press Photo (WPPH) awards (Prix mondial de la photo de presse) pour sa série anti-israélienne de 12 photographies intitulées The Wall, Israel Occupied Territories (Le Mur, Israël a occupé des territoires). HonestReporting avait relevé que trois de ces 12 clichés, présentés comme ayant été pris en Judée et Samarie ('West Bank barrier', barrière de la rive occidentale), avaient en fait été pris près de la frontière gazaouie avec l'Egypte...

En 2005, c'est sa série partiale Sharon's Wall: Holy Land, Divided Land (Le Mur de Sharon : Terre Sainte, terre divisée) qui est récompensée par le célèbre Getty Images qui lui remet la coquettes omme de 20 000 dollars. « Habib al-Schaab, friend of the people » (ami du peuple), c'est ainsi que les Palestiniens ont surnommé Kai Wiedenhöfer.

Le Prix Carmignac Gestion du photojournalisme 2009
Présidé par le photographe et réalisateur William Klein, le jury de ce Prix était composé de Christian Caujolle, journaliste, écrivain, commissaire d'expositions, fondateur de l'agence et de la galerie VU, Guillaume Herbaut, photographe, membre fondateur de l'agence Œil Public, Fabrice Hergott, directeur du Musée d'art moderne de la Ville de Paris, Jean-Luc Marty, directeur éditorial et rédacteur en chef du magazine Géo, Alain Mingam, photojournaliste, commissaire d'exposition et agent, et Vivienne Walt, correspondant de Time Magazine.

Ce jury a retenu le projet de Kai Wiedenhöfer, tout en attribuant son Prix Spécial à Eman Mohammed pour son travail sur la « condition des femmes palestiniennes ».

Ses critères de sélection : « l'engagement du photojournaliste, la pertinence du sujet dans le cadre des valeurs du prix et du thème proposé, l'originalité du sujet, la cohérence du reportage et le traitement de l'image ».

Au jury du Prix, Kai Wiedenhöfer avait présenté ainsi son projet. Il imputait à « l’occupation qui s’intensifiait » la « détérioration accrue de la vie quotidienne des Palestiniens ».

Sa stratégie était en « deux temps » : d’abord, « couvrir les séquelles de l’attaque israélienne de janvier 2009 – les décombres -, ensuite je mettrai en scène la vie des Palestiniens après le blocus – le siège. Dans un troisième temps, je photographierai les colonies israéliennes abandonnées ».

Et de poursuivre :
« Aucune reconstruction n’a eu lieu à cause du blocus israélien… En janvier 2006, j’ai photographié les supporters du Hamas à Gaza après leur incroyable victoire aux élections d’un parlement libre et honnête… Les Palestiniens de la bande de Gaza sont coupés du monde par les Israéliens… L’objectif de ce projet est de mettre l’accent sur la violation patente de l’article 33 (châtiment collectif) et de l’article 55 (sécurisation de l’alimentation/fournitures médicales) de la quatrième Convention de Genève par les Israéliens, avec la complicité presque totale de l’Union Européenne et des Etats-Unis ».
Suit la description misérabiliste de la vie quotidienne alléguée des Gazaouis.

Est-ce là un projet artistique ? Quid de l'Egypte ? Pourquoi ne pas qualifier le Hamas de mouvement terroriste ? Le Hamas, dont le but inscrit dans sa Charte est la destruction de l'Etat d'Israël, est qualifié de mouvement terroriste par l'Union européenne, les Etats-Unis, le Canada, etc. Son logo est aussi explicite.

De plus, le Hamas reconnaît utiliser hommes, femmes et enfants comme boucliers humains pour lancer ses attaques contre les civils israéliens. Une pratique condamnée notamment par Human Rights Watch.

Ce Prix « m’a donné l’occasion unique de poursuivre un travail de longue haleine dans les territoires occupés et de retourner notamment à Gaza pour une enquête plus approfondie. Je regrettais de ne pas avoir pu photographier une partie du projet en janvier 2009 quand je me trouvais à Gaza. A l’époque, personne n’était prêt à payer même 1000 euros pour témoigner des dégâts causés par la guerre. Pour eux, la guerre était terminée », allègue ce photographe. Or, ce conflit est l'un des plus médiatisés.

Kai Wiedenhöfer « a passé trois mois à Gaza pour réaliser ce nouveau reportage. Ses photographies, récompensées par de nombreux prix internationaux, sont reconnues pour leur écriture originale, audacieuse et leur force de témoignage, portée par une grande connaissance de la région ». Dixit le dossier de presse.

Quand j'ai interrogé, à deux reprises, ce photojournaliste sur sa conception du photojournalisme, Kai Wiedenhöfer a éludé...

Une propagande anti-israélienne
Le concept du photographe : demander aux Gazaouis de fixer droit l’objectif de son appareil photographique. Par ce regard direct, ces Palestiniens interpellent les visiteurs de l’exposition.

Que des estropiés, des amputés exhibant leurs moignons. Des corps cicatrisés, couturés, exhibés sans pudeur ni décence. Une violence sourde et brutale saisie sur un fond parfois cosy.

Des clichés assortis de légendes détaillant les horreurs et les coûts financiers (factures d’hospitalisation) alléguées, et qui constituent « un compte-rendu factuel des évènements, tels qui lui sont relatés par les personnes qu’il photographie ». Dans « photojournaliste », il y a « journaliste », donc un professionnel qui doit vérifier et recouper ses informations…

En plus de la gêne qui saisit en voyant tous ces clichés, c’est le dégoût, l’écœurement et la colère que l’on a ressentis devant ces photos partiales qui risquent de susciter la haine à l’égard d’Israël.

Interrogé sur l’absence de photos sur les victimes israéliennes du terrorisme palestinien, Kai Wiedenhöfer a nié les milliers d’attaques des mouvements terroristes à partir de la bande de Gaza contre le Sud d’Israël et pendant des années.

Il a complaisamment souligné le déséquilibre entre le nombre élevé de morts palestiniens et celui moins élevé des morts israéliens. Et quand je lui ai signalé la différence entre le terrorisme palestinien qui cible des civils israéliens alors qu’Israël vise les terroristes du Hamas, il a éludé en souriant…

Le 1er novembre 2010, Fathi Hammad, ministre de l'Intérieur du Hamas, a déclaré au journal al-Hayat qu'entre 600 à 700 membres de son mouvement avaient été tués lors de l'Opération Plomb durci. Ce qui  représente environ la moitié des morts lors de ce conflit.

En fait, un reportage sur des pauvres Palestiniens, et non sur des Israéliens victimes du terrorisme palestinien islamiste ou des chrétiens persécutés à Gaza, est vendable, conforme au narratif palestinien et au « politiquement correct ».

Comment un photojournaliste si primé n'a-t-il pas vu ce centre commercial en  construction pendant son séjour à Gaza ou entendu parler de son érection ?


Quant à la chronologie, placée au fond d’une pièce, que de carences informatives !

Tout comme les photos exposées au musée dont pas une ne montre la reconstruction d'une cité moderne et la croissance économique de 16% à Gaza au premier semestre 2010 selon le FMI, l’opulence et les riches fashionistas gazaouies, les centres commerciaux, le club/restaurant Cactus à la gastronomie raffinée et le Grand Palace Hôtel de Gaza, le club d'équitation al-Faisal et les Gazaouis envahissant, heureux et sans la moindre blessure, des plages bien équipées...

Un mécénat politisé
Lors de son dîner 2010, le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) a distribué à tous ses invités le tiré à part du n° 13/mars 2010 de Controverses, revue dirigée par Shmuel Trigano, et intitulé Gaza, une critique du rapport Goldstone, notamment au Maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë. Ce numéro indique que « les graves conclusions » de ce rapport « ne sont pas fondées sur une enquête conforme à une déontologie juridique rigoureuse, ni sur une neutralité idéologique sans défaillance ».

Et voilà un musée réputé qui confère un label artistique et de qualité à une exposition de photos stéréotypées,  moins que médiocres, politisées, anti-israéliennes, partiales - occultation des sites militaires du Hamas en plein zone civile, de l'aide israélienne humanitaire et autre aux Gazaouis lors de l'Opération Plomb durci, etc.  - et assorties de légendes sur des faits allégués non vérifiés, d’un catalogue ainsi que d'un résumé du rapport Goldstone biaisé et largement infondé !

Ce musée est un service public culturel institutionnalisé, donc soumis au principe de neutralité. Un principe violé par cette exposition.

Pourquoi ce musée a-t-il accepté d’enfreindre cette règle élémentaire ? Est-ce une contrepartie à un de ses fidèles mécènes, au « mécène exclusif » de l’exposition actuelle sur le graffiteur et peintre Basquiat ? Qui fixe la programmation de ce musée : le directeur de cet établissement et ses commissaires d’expositions ou un mécène ? Et sur quels critères ? Cette exposition illustre-t-elle un mécénat détourné de ses objectifs pour servir les objectifs politiques ou l’idéologie d’Edouard Carmignac et de Kai Wiedenhöfer ? Le désengagement des autorités publiques, nationales ou locales, ou la baisse de leurs subventions, engendrent-t-ils une plus grande dépendance des institutions culturelles à l’égard des mécènes ?

Signe d’une gêne du musée d’art moderne de la Ville de Paris à l’égard de cette exposition ? Cette institution culturelle publique ne mentionne pas cette exposition sur son site Internet.

Cependant, elle lui assure la gratuité, des visiteurs « comme hébétés » et des gardiens !

Est-ce là une utilisation légale et souhaitable de l’argent public ?

Le 9 novembre 2010, la Ville de Paris m'a indiqué qu'elle « n'avait pas visé cette exposition » qui « devait être hors du cadre de la démarche scientifique du musée ».


Le 10 novembre 2010, Fabrice Hergott, directeur du MAM de la Ville de Paris, m'a indiqué que ce « musée n'était pas intervenu dans le contenu de l'exposition » non intégrée dans la programmation du musée. Une manifestation promue par Carmignac Gestion dans le cadre de son mécénat avec le MAM. Celui-ci a ainsi pu présenter plusieurs expositions, dont celle sur Basquiat, dans un contexte difficile.

Fabrice Hergott a ajouté que le logo du musée n'apparaît nulle part dans l'exposition. Il a annoncé que « cette première expérience avec ce mécène était perfectible » et qu'il ferait preuve « d'une plus grande clarté, précision et rigueur dans ses relations avec les mécènes ». Il a promis la communication au public d'un texte rétablissant les faits. Ce qui n'a pas été fait.

Fabrice Hergott a conclu sur son attachement à la réputation, facteur important, du MAM.

Le 15 novembre 2010, le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), a dénoncé cette exposition :
« Ce photographe fait œuvre de propagande. Il veut ignorer que de nombreux Israéliens aussi  ont été victimes et marqués à vie par des attentats dont la plus grande partie a été organisée par le Hamas qui fait peser une loi de fer et de haine sur Gaza. Cette focalisation contre Israël est un acte de militantisme politique que ne devrait pas accepter  le Musée d’art moderne de Paris, qui est  sous la responsabilité de la ville de Paris ».
J'ai interrogé Carmignac Gestion qui refuse de répondre à nos questions et renvoie à son dossier de presse. Un document que nous avons largement cité.

Indigné en apprenant la teneur de cette exposition, Jean-Patrick Grumberg, membre du conseil d'administration de la Chambre de commerce et d'industrie Israël-France, « a eu l’idée de faire imprimer un flyer en quadrichromie montrant les vraies photos de Gaza : Grands Hôtels, belles voitures, centres commerciaux, plages bondées, stade de foot, etc. ce qui fût aussitôt fait et financé par Drzz.fr », indique l'article sur Europe-Israël.org.

Le dimanche 21 novembre 2010, un groupe d'une trentaine de personnes issues de l'association Europe-Israël, de la Ligue de défense juive (LDJ) et des réseaux sociaux (Facebook) ont distribué, devant l'entrée du musée d'Art moderne, dans le calme, un flyer, imprimé à 3 000 exemplaires, et représentant les « vraies photos de Gaza ». Les visiteurs du musée semblent avoir bien accueilli cette action pacifique.

L'entrée du musée a été interdite à ces militants. Selon Europe-Israël, un des employés du Musée a insulté ces militants et « a tenu des propos antisémites, bien à l’abri derrière le cordon de sécurité des agents du Musée ». Ces militants ont appelé la police qui a interpellé cet employé. Ils ont porté plainte pour « propos antisémites en public ». Le 24 novembre 2010, Jean Patrick Grumberg nous a précisé une phrase proférée : « T'as qu'à retourner dans ton pays, en Israël ! »

La direction du musée a alors décidé de fermer cette exposition pendant une semaine et a condamné les propos antisémites de l'un de ses agents.

Cependant, dès la réouverture du musée, le mardi 23 novembre 2010, les visiteurs pouvaient voir cette exposition de Kai Wiedenhöfer, qui est soutenue par des mouvements comme EuroPalestine.

Des hackers ont attaqué le site Drzz.fr qui avait alerté sur cette exposition.

Radio J diffusera mon interview, notamment sur cette exposition, par Michel Zerbib, directeur de l'information de cette radio juive francilienne, le mercredi 23 novembre 2010 et le samedi 27 novembre.

Je serai aussi interviewée le jeudi 25 novembre, vers 13 h, par Radio Chalom Nitsan.

Le relatif mea culpa du juge Goldstone - Reconsidering the Goldstone Report on Israel and war crimes (Washington Post, 2 avril 2011) -  n'a pas incité la Fondation Carmignac à publier un rectificatif.

Une polémique a surgi lorsque la photographe Newsha Tavakolian a renoncé au Prix Carmignac le 15 septembre 2014. Cette artiste s'est plainte de l'ingérence du mécène-commanditaire dans son reportage. Kai Wiedenhöfer a déclaré à propos ' Edouard Carmignac : « Il m'a carrément demandé de retourner sur place pour faire des images plus “positives” de la Palestine ! Il avait du mal à comprendre que je n'étais pas son employé. Ça ne s'est réglé qu'avec l'intervention d'un membre du jury ».


Jusqu’au 5 décembre 2010
Au musée d’Art moderne de la Ville de Paris
11, avenue du Président Wilson – 75116 Paris
Tél. : 01 53 67 40 00
Du mardi au dimanche de 10 h à 18 h
Entrée libre

Légendes des deux photos de Kai Wiedenhöfer et de haut en bas :
« Jamila Al-Habash, 16 ans, étudiante en seconde, originaire du quartier de Tufah, ville de Gaza. Le 4 janvier à 15 heures, Jamila a été touchée par un missile alors qu'elle jouait sur le toit de sa maison. L'une de ses sœurs a été tuée lors de l'attaque ; son cousin Mohammed (16 ans) a perdu une jambe ; un autre cousin a été tué et un troisième légèrement blessé. Elle a été opérée et s'est fait poser une prothèse en Arabie Saoudite. L'opération n'ayant pas été concluante, elle a été emmenée en Slovénie où e[[e a reçu une seconde prothèse, qui s'est révélée tout aussi inadaptée. Jamila était une jeune fille mince avant l'accident ; depuis, ne pouvant plus se mouvoir facilement, elle a pris beaucoup de poids. L'obus au phosphore de 155m m figurant sur la photo a été trouvé dans le jardin de leur maison située à l'extérieur de Gaza. ll a été récupéré par son père. Février 2010 »

« Ruines de l’aéroport international de Gaz, à Rafah, qui fut finalement détruit pendant l’attaque israélienne de la bande de Gaza au tournant de 2008 et 2009. Construit par les Nations Unies avec un financement de l’Union Européenne (EU), l’aéroport est situé près de la frontière israélo-égyptienne, zone fréquemment bombardée par Israël. Décembre 2009 ».


Articles sur ce blog concernant :
Article publié le 8 novembre 2010, puis le :
- 8 novembre 2012 à l'approche de l'inauguration de l'exposition du 3e Prix, de la Fondation Carmignac Gestion (9 novembre-9 décembre 2012), Robin Hammond, à la Chapelle de l'Ecole des Beaux-arts de Paris.

6 commentaires:

  1. votre entreprise est vaine,inexorablement.

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi ne pas citer le reste des informations contenues dans l'article du FMI ? Ah pardon, cela ne dessert pas votre point de vue...

    RépondreSupprimer
  3. merci pour ce dossier très bien documenté

    RépondreSupprimer
  4. Je ne supporte pas que l'on jette l'anathème sur un artiste.
    A travers ce dossier qui relève pour moi plus du "fourre tout" que du documenté, je trouve exaspérant cette façon de considérer les citoyens que nous sommes comme des imbéciles, incapable de comprendre et à qui il faut dire ce qu'ils doivent penser.
    Du coup, je vais voir cette exposition.

    RépondreSupprimer
  5. Moi le dégout, je le ressens en lisant les lignes de madame Chemla, qui veut censurer la presse en France et qui ne montre pas le moindre sentiment pour les civils palestiniens tués lors des manoeuvres de Tsahal à Gaza pour Plomb Durci, Pilier de Défense et Bordure protectrice.

    Reste que le travail de ce photographe a été publié dans le monde entier. Madame Chemla, elle, n’est pas publiée.

    RépondreSupprimer
  6. Monsieur ou Madame Anonyme,

    Pourquoi cet anonymat ?

    Vous n'étayez aucune de vos allégations.

    Cette exposition était si problématique que la Ville de Paris et la direction de ce Musée célèbre ont réagi publiquement.

    Et les civils palestiniens utilisés comme boucliers humains ou assassinés par le Hamas ne vous inspirent "pas le moindre sentiment" !? Vous oubliez l'hôpital militaire installé par Tsahal pour soigner les blessés gazaouis, et empêchés souvent d'y aller par le Hamas, etc.

    Ce "faux-tographe" n'est pas publié dans le monde entier. Moi non plus. Et vous ?

    RépondreSupprimer