Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

dimanche 9 octobre 2011

Brigitte Bardot a déclaré : « Je réagis avec émotion, rien de plus »


Le 3 octobre 2011, sur France 2, l’émission Un œil sur la planète avait pour titre Un Etat palestinien est-il encore possible ? Les reportages diffusés véhiculaient souvent la propagande palestinienne, et ternissaient injustement l’image d’Israël. Pour évaluer les effets de tels reportages sur le téléspectateur lambda, je republie mon interview indirecte de Brigitte Bardot pendant la guerre d’Israël contre le Hezbollah au sud-Liban publiée à l’été 2006 par Guysen. Les propos de l'ancienne actrice, chanteuse et muse avaient suscité les réactions indignées d'Internautes informant Brigitte Bardot de réalités israéliennes qu’elle ignorait car nombre de médias les avaient occultées. Prenant conscience de ces faits, Brigitte Bardot nuançait ses propos initiaux.
 
Dans une lettre ouverte au ministre israélien de la Défense Amir Peretz, Brigitte Bardot a imploré le 31 juillet 2006 un cessez-le-feu et présenté l’Etat d’Israël seulement comme l’auteur de bombardements, sans mentionner le Hezbollah. Etonné par la partialité de cette missive, j’ai interrogé Brigitte Bardot via Christophe Marie, directeur de la Fondation Brigitte Bardot.

« Spécial Bardot » par François Reichenbach et Eddy Matalon
  
Cette lettre ouverte à Amir Peretz ne pouvait passer inaperçue.

La signataire est célèbre : Brigitte Bardot, une ancienne actrice et chanteuse talentueuse, une vedette internationale consacrée « la plus belle femme au monde », la présidente de la Fondation Brigitte Bardot pour la protection de l’animal sauvage et domestique, une femme sensible qui a montré son courage en ne cédant pas aux menaces de l’OAS lors de la guerre d’Algérie.

On n’avait guère entendu Brigitte Bardot lors des deux Intifadah ni sur d’autres conflits mondiaux. Sa lettre méritait donc une lecture attentive. Elle révèle une connaissance partielle de la situation ainsi que l’importance des images comme sources essentielles d’informations et de réactions émotionnelles. Elle souligne la mission cruciale incombant aux médias : présenter une information vérifiée, vraie, précise et aussi exhaustive que possible, et non une propagande habillée des atours de la réalité, afin que le lecteur, l’auditeur, le téléspectateur ou l’internaute puisse se former une opinion éclairée et fondée. Elle témoigne de l’impact des images de Cana.

J’ai contacté la Fondation Brigitte Bardot pour vérifier l’authenticité de la lettre et lui faire part de son étonnement devant sa partialité.

Christophe Marie, coordinateur Bureau protection animale à la Fondation Brigitte Bardot, a bien voulu transmettre à Brigitte Bardot quatre questions longues, car étayées d’informations nécessaires pour compléter les informations dont disposait l’auteur de cette lettre.

Il m’a indiqué : « Brigitte Bardot a accepté de répondre à vos commentaires. Voici ces paroles retranscrites, que vous pouvez utiliser sous forme d'interview (exclusive car elle ne souhaite pas provoquer de "surenchère" dans ses déclarations) ».

J’ai donc réuni la lettre ouverte de Brigitte Bardot et les quatre questions posées par GIN accompagnées des réponses de Brigitte Bardot.

Guysen invite Brigitte Bardot en Israël, au moment de son choix, afin de lui montrer des réalités méconnues de ce conflit et de ce pays.

Lettre ouverte à Amir Peretz
Ministre israélien de la Défense

Monsieur le ministre,

Je tiens, en mon nom propre et au nom de ma Fondation, à vous supplier de faire cesser immédiatement les attaques, les bombardements qui touchent et tuent le peuple libanais.

Le monde retient son souffle, et nous sommes en pleurs à la vue des dizaines de civils, hommes, femmes et enfants, victimes des combats menés, sous vos ordres, par vos soldats.

Vous le savez, la France condamne fermement les frappes meurtrières de Cana et je rejoins notre Premier ministre lorsqu’il affirme « la violence appelle la violence ».

Vous vous présentez comme un « homme de Paix », mais votre inflexibilité nous renvoie plutôt l’image d’un homme de guerre !

Il n’est pas possible de tolérer l’intolérable, de tenter de justifier l’injustifiable, non, l’homme se doit de faire preuve d’un minimum d’humanité.

Bien sûr, votre peuple a terriblement souffert, mais cela ne lui donne pas le droit de semer la mort sans discernement.

L’holocauste est la démonstration absolue de la folie de l’homme, sa capacité à massacrer d’autres hommes, sans aucun scrupule, aucune recherche de pardon… tout cela au nom d’un Dieu ou d’une religion !

Lorsqu’on a survécu au génocide peut-on, à son tour, se conduire en tyran ? Je ne le crois pas, ou alors, c’est que l’histoire n’a servi à rien, que l’horreur est sans fin.

En quelques jours, vos bombardements ont tué des dizaines d’innocents et ont provoqué la plus grande catastrophe écologique qu’ait connue la Méditerranée… Savez-vous où vous mènera cette surenchère meurtrière ?

On me reprochera sûrement cette lettre, peu importe, se taire c’est être complice paraît-il et je ne veux, en aucun cas, être complice de cette folie dévastatrice.

Monsieur le ministre, le monde est tourné vers vous aujourd’hui, ne soyez ni aveugle ni sourd, entendez nos appels au cessez-le-feu.

Etre un « homme de paix » c’est bien plus que de le déclarer… Il faut aujourd’hui le prouver !

Je place mon espoir en vous et adresse mes prières aux victimes libanaises. 

Paris, le 31 juillet 2006 
Brigitte Bardot 


Interview via la Fondation Brigitte Bardot
Véronique Chemla : Le nord et le sud de l’Etat d’Israël sont visés par les tirs de roquettes Katioucha et Qassam de deux mouvements terroristes, le Hezbollah et le Hamas. Plus de un million d’Israéliens – juifs, chrétiens, musulmans – vivent dans des abris exigus, plusieurs centaines de milliers ont quitté leurs foyers pour se rendre dans leurs familles à Tel-Aviv ou dans des villes du centre du pays.
Trois soldats israéliens ont été kidnappés voici plusieurs semaines par ces deux organisations islamistes qui refusent de donner toute information sur leur état de santé, en violation des conventions de Genève. L’un de ces jeunes travaille dans la protection de l’environnement.
« Selon Raphaël Barak, Chargé d’affaires à l’ambassade d’Israël en France, trois mille à trois mille cinq cents missiles ont atteint l’Etat d’Israël, sur les douze mille dont dispose le Hezbollah. Les trois quarts des missiles demeurent donc, avec leurs charges de centaines, de milliers de boules métalliques mortelles et terriblement destructrices… »
Brigitte Bardot serait-elle disposée à écrire une lettre aux dirigeants de ces deux mouvements pour leur demander de cesser de viser les Israéliens, en tuant notamment des enfants, de libérer ces trois jeunes soldats et de signer un accord de paix avec l’Etat d’Israël dont ils reconnaîtraient le droit à l’existence (Charte du Hamas)

Brigitte Bardot : Croyez-vous vraiment qu’une lettre aux dirigeants du Hezbollah et du Hamas changerait quoi que ce soit ? Si j’avais le pouvoir de faire arrêter les guerres, les conflits, bien sûr, je m’y emploierais corps et âme, mais je n’ai pas ce pouvoir et je ne peux que témoigner ma révolte, ma détresse infinie de voir les hommes se déchirer, s’armer pour mieux se détruire… Si j’ai lancé cet appel à votre ministre de la Défense c’est que j’ai vu, hier encore, des images terribles de jeunes victimes retirées des décombres. Il ne s’agissait pas d’intégristes du Hezbollah ou du Hamas, mais de civils libanais. Je devrais peut-être me taire, passer à autre chose, mais je suis encore et toujours une femme libre et il ne me semble pas anormal d’exprimer la peine profonde et l’écœurement que ces images provoquent en moi.

VC : Concernant l’utilisation des boucliers humains par le Hezbollah et le Hamas : sept à huit heures se sont écoulées entre les tirs israéliens et l’effondrement du bâtiment à Cana. A plusieurs reprises, par voie radiophonique et par lancers de tracts en arabe, l’Etat d’Israël a demandé aux Libanais de quitter la région de Cana. L’Armée israélienne a lancé une enquête en signalant qu’à Cana se trouvait un QG du Hezbollah et que les soldats du Hezbollah se postaient pour lancer leurs missiles et stockaient des munitions dans des zones peuplées de civils libanais, voire cachaient des armes près d’une mosquée.
Le 28 juillet, Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, a déclaré : « La pluie de roquettes sur Israël doit cesser, les infiltrations de populations civiles par les militants armés doit s'arrêter, et la réponse disproportionnée contre les infrastructures civiles et les cibles mixtes civils/militants doivent prendre fin »
Les Nations unies ont constaté le 28 juillet : « La FINUL indique que la base de Marun Al Ras était inoccupée depuis un incident du 23 juillet au cours duquel un observateur militaire avait été grièvement blessé par le Hezbollah, tandis que la base de Khiyam a été complètement détruite par le bombardement israélien du 25 juillet... La Mission des Nations Unies a indiqué que le Hezbollah avait tiré encore davantage de roquettes sur Israël aujourd'hui. La FINUL a aussi réduit une partie de ses bataillons ghanéens à cause du risque accru que posent les tirs du Hezbollah à proximité de ses positions, et le bombardement de ces positions par l'armée israélienne »
Que pense Brigitte Bardot, qui a manifesté son courage notamment face à l’OAS lors de la guerre d’Algérie, de ces terroristes qui utilisent les civils ou les observateurs des Nations unies comme boucliers humains ? Qualifie-t-elle le comportement du Hezbollah de lâche et non respectueux de la vie humaine ?

BB : Lancer un appel au cessez-le-feu au ministre de la Défense fait de moi une complice des terroristes du Hezbollah et du Hamas ? Ce n’est pas réducteur, c’est absolument ridicule. Evidemment je condamne, totalement et avec force, les terroristes qui utilisent les civils ou les observateurs des Nations unies comme boucliers humains. Mais, encore une fois, ma réaction est celle d’une femme dévastée par la folie meurtrière qui anime le monde, je réagis avec émotion, rien de plus.

VC : Brigitte Bardot a évoqué l’Holocauste dans sa lettre ouverte à Amir Peretz, ministre israélien de la Défense. Six millions de Juifs ont été assassinés sous la Shoah, par le nazisme, une idéologie totalitaire.
Que doit faire l’Etat d’Israël quand ses citoyens sont terrés dans des abris pour éviter les missiles du Hezbollah au nord et du Hamas au sud ? Doit-il attendre que tous les missiles aient atteints leurs cibles, que d’autres arrivent de Syrie et d’Iran pour continuer à menacer, blesser et tuer six millions de Juifs israéliens ? Que doit faire l’Etat juif face à des organisations terroristes qui visent sa destruction en se cachant parmi des civils libanais ?

BB : Si j’ai évoqué l’Holocauste, sans toutefois faire de parallèle avec les bombardements de Cana, c’est parce que la logique voudrait que les peuples victimes de génocide (ils sont nombreux hélas et pas forcément juifs) combattent, plus que quiconque, la violence exercée contre les populations. Bombarder des civils n’apportera pas la paix, j’en suis intimement persuadée, et je trouve dramatique que l’on soit incapable de tirer des enseignements de sa propre histoire.

VC : Le 9 juillet, trente-sept nouveaux sites, dont l'un situé en Israël, ont été proposés à l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial lors de la 30e session du Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO (8-16 juillet) dans la capitale lituanienne, Vilnius.
Ce Comité a examiné les dossiers de 27 sites culturels, huit sites naturels, deux sites mixtes et trois transfrontaliers, présentés par 30 pays, dont l'Etat d'Israël. Celui-ci a proposé la ''voie de migration de la Great Riff Valley, vallée de Hula, une voie-clé pour un million d'oiseaux''. Présenté depuis quelques années, ce projet scientifique, qui a un volet éducatif, rassemblerait des pays européens, africains et asiatiques.
Brigitte Bardot serait-elle intéressée, à titre individuel ou via cette Fondation, par ce projet ? Le soutiendrait-elle ? Serait-elle intéressée par rencontrer ses animateurs israéliens et africains ?

BB : Ma Fondation est toujours sensible aux initiatives qui permettent la préservation des espèces et des milieux, c’est pourquoi j’ai dénoncé les bombardements de la centrale électrique de Jiyé qui ont touché les réservoirs de la centrale et ont occasionné une marée noire qui menace la faune et l’écosystème de la mer méditerranée.

« Ma démarche n’a été guidée que par la profonde tristesse, le dégout même, provoqués par les images des victimes libanaises que nous avons vues et revues sur nos écrans. Cette détresse m’a réellement touchée. Mon appel au ministre de la Défense ne vise qu’à poser cette question : Pensez-vous que les bombardements actuels vous conduiront à la paix ? », a précisé Brigitte Bardot le 4 août 2006, en réagissant aux missives des lecteurs de Guysen.
Et d’ajouter :
« Je reste persuadée que la violence appelle la violence. Je souhaite, de tout cœur, voir enfin cette région du monde vivre en paix et je ne me désole pas plus sur les victimes libanaises qu’israéliennes. Je suis profondément meurtrie par la souffrance et la cruauté qui touchent toutes les populations. Quant à ceux qui me traitent d’antisémite parce que j’en appelle à un cessez-le-feu… je ne vois même pas quoi leur répondre tellement cette attaque est stupide ! Je n’ai voulu blesser personne avec cette lettre et je suis sincèrement triste de constater que certains se soient sentis agressés. Enfin, ce n’est pas parce que je consacre ma vie à défendre les animaux que la détresse des hommes me laisse indifférente. En témoignent mes interventions contre les mises à mort par lapidation en Iran et au Nigéria, ou les condamnations à mort arbitraires au Texas. Certains de vos commentaires m’ont particulièrement touchée parce qu’ils sont l’expression d’une souffrance dont je n’avais peut-être pas suffisamment conscience ».
Articles sur ce blog concernant :
France

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire