Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 20 mars 2018

Akadem, « campus numérique Juif » dirigé par Laurent Munnich (3/11)

Akadem se définit comme le « campus numérique Juif ». Financé par le FSJU (Fonds Social Juif unifié) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah (FMS), il est dirigé par Laurent Munnich. Ligne éditoriale « politiquement, islamiquement, palestiniennement correcte », témoignage erroné de Laurent Munnich dans une procédure judiciaire coûteuse en honoraires d'avocats visant des violations du droit par le FSJU, curieuse conception du droit et de la liberté d'expression, réaction biaisée à mon article Un paysage médiatique Juif français contrasté... Akadem, Laurent Munnich et la direction du FSJU sont emblématiques d'un hiatus entre les discours et les actes de « happy few » communautaires.

9e partie : Laurent-David Samama, ancien rédacteur en chef de L’Arche
10e partie : Karen Taieb, journaliste médicale sur RCJ
11e partie : L'Arche, magazine du FSJU

Lancé en février 2006 sous la direction de Laurent Munnich, Akadem  se définit comme le « campus numérique Juif » réalisé par Akadem Multimédia, pôle multimédia du FSJU (Fonds Social Juif unifié), dont le nouveau directeur général est Richard Odier, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah (FMS).

Akadem met en ligne des vidéos de conférences axées sur six thématiques - Histoire, Politique, Limoud, Philosophie, Vie juive, Culture -, et assorties de biographies ainsi que de bibliographies des conférenciers, des chronologies, etc.

Les premières années, Akadem filmait des conférences organisées par diverses associations. Puis, il a produit ses émissions : commentaires hebdomadaires de la Paracha par des personnalités de la « société civile », « Alef-Bet Pour Commencer, toutes les bases pour (re) découvrir le judaïsme », recettes culinaires, ashkénazes et sépharades, en lien avec des fêtes juives.

Akadem envoie aussi la newsletter hebdomadaire Akademscope informant sur les évènements culturels en France et parfois en Israël. Propose également Akadem le magazine électronique hebdomadaire.

Ligne éditoriale
Interviewé le 15 janvier 2018 par Judaïques FM, radio de la fréquence juive francilienne, Laurent Munnich, fondateur-directeur d’Akadem et ancien journaliste de Libération, a récusé toute partialité politique d’Akadem.

Akadem s’avère « politiquement, islamiquement, palestiniennement correct ».

Jean-Luc Allouche ? Il a été « rédacteur en chef à Libération jusqu'en 2007, correspondant de ce journal à Jérusalem de 2002 à 2005 ». D’autres journalistes viennent du Monde.

En 2010, étaient publiés L’Europe et le spectre du califat de Bat Ye’or  et  « L’exil au Maghreb, la condition juive sous l’islam 1148-1912 » de David G. Littman et Paul B. Fenton. Un essai et une anthologie majeurs. Des succès éditoriaux traduits en anglais.

Qu’a fait Akadem qui a reçu des exemplaires de ces livres ? Il a éludé l’ouvrage de Bat Ye’or.

Quant à L’Exil au Maghreb, le journaliste Jean-Luc Allouche l’a choisi pour son Coup de cœur en le commentant ainsi : « Un monumental travail historique… Un dossier à charge sur les relations entre juifs et musulmans à travers des témoignages… qui décrivent de manière éloquente que le mythe de l’Andalousie est resté en grande partie un mythe ». N’est-ce pas le propre des mythes ?

Pourquoi Akadem n’a-t-il pas interviewé les auteurs de ces deux livres magistraux ?

Dans la rubrique Politique, la sous-rubrique « Antisémitisme » présente notamment les entrées « Extrême-droite » et « Front national », mais aucune sur « Extrême-gauche ». La sous-rubrique « Conflit israélo-palestinien » - or, c’est un conflit né du refus du monde islamique d’un Etat juif - contient l’entrée « Processus de paix ». Quel processus de paix ? La « Guerre d’Oslo » ?

Si la rubrique Histoire contient la sous-rubrique « Relations judéo-chrétiennes » avec 45 occurrences, Akadem n’a pas créé de sous-rubrique « Relations judéo-musulmanes ». Une omission éloquente.

Une recherche par « Antisémitisme islamique » présente parmi 246 occurrences : « L'extrême gauche et l'antisionisme » par Jean-Yves Camus et « « L'islam est d'essence violente », avec Daniel Sibony. Mais aucune évocation de Sébastien Selam.

Pour cette conférence du psychanalyste Daniel Sibony, pas moins de huit documents : quatre Focus – « Religion et violence - De l’islam à l’islamisme », « Modernisme et fondamentalisme - Islam et politique », « Juifs en terre d’islam - Le statut de dhimmi », « Pour comprendre l’histoire et les structures de l’islam - Petit glossaire de la religion musulmane » -, une carte sur « Les principaux courants de l’Islam - Chiisme et Sunnisme » et trois citations : « Des moqueurs voués au châtiment - Les juifs dans le Coran », « Malheur à ceux qui écrivent le Livre - La falsification de la Tora selon le Coran  » et « Le Coran - Le verset de l’épée ».

Que retenir de ces documents ?

Dans son glossaire, Akadem élude le djihad, la dhimma et la taqiyya. Occulte la règle de l’abrogation – le verset récent violent ou médinois abroge celui antérieur pacifique ou mecquois - en alléguant « S'il existe des sourates bienveillantes à l'égard des « Gens du Livre » (les juifs et les chrétiens) d'autres sont porteuses d'attaques violentes contre ceux qui n'adhèrent pas au message de Mahomet ». Privilégie à tort l’idée que « dès le départ la question de la moquerie constitue un enjeu crucial », alors que la fatiha, première sourate du Coran, désigne « les gens contre lesquels Dieu est en colère » et « les égarés », respectivement les juifs et les chrétiens. Véhicule les poncifs erronés sur la dhimmitude sans la lier au djihad : « Omar, calife de 634 à 644 est le premier à affronter des colonies importantes de chrétiens et de juifs à qui il décide d’accorder son hospitalité et sa protection » - or, les indigènes vaincus par le djihad étaient majoritaires sur leur territoire conquis par le conquérant arabe musulman qui les a transformés en minorités par la réduction en esclavage et le génocide -, « Cette décision s’exprime sous la forme d’un contrat indéfiniment reconduit, la dhimma, à condition que les bénéficiaires, les dhimmi respectent la domination de l’islam », alors que la dhimma, précaire, peut être rompue par des musulmans même si les dhimmis l’avaient respectée. Accomplit l’exploit de ne pas citer Bat Ye’or ni aucun des témoignages de L’Exil au Maghreb. Adopte la terminologie islamique : Akadem désigne les musulmans comme les vrais croyants, expression sans guillemet. Dénomme la Judée et la Samarie sous le vocable dé-judaïsant de la diplomatie française : « Cisjordanie ». Distingue « l’islam », religion, de « l’islamisme », idéologie politique, alors que Ayaan Hirsi Ali a déclaré à L’Express en 2005 « Le problème, c'est le Prophète et le Coran ». Etc. Etc. Etc.

Sur l’affaire al-Dura, Akadem diffuse la vidéo de la conférence « Une guerre médiatico-juridique » au MJLF (Mouvement juif libéral de France) avec Arlette Chabod et Philippe Karsenty. Passons sur l’oubli de la facette politique de cette guerre médiatique. Les thèmes des deux documents de cette vidéo : « L’antisémitisme médiatique. Les caricatures dans le monde arabo-musulman » et « Aperçu sur la société palestinienne - Les médias palestiniens ». Aucune chronologie de l’affaire. Rien sur Pallywood, cette industrie audiovisuelle palestinienne de la haine, de la diffamation d’Israël. Rien sur les enjeux politiques. Pourquoi Akadem n’a-t-il pas ajouté son document sur les accusations de crimes rituels en 1840 ? En 1840, Ulysse de Ratti-Menton, consul de France à Damas et soutien des marchands chrétiens, a accusé des juifs d’avoir tué le père Tommaso da Calangiano, moine français et non italien comme l’écrit à tort Akadem, afin d’utiliser son sang dans un cadre rituel. Grâce notamment à Sir Moses Haim Montefiore et Adolphe Crémieux, les juifs arrêtés sont libérés.

« L’extinction des juifs des pays de l’islam » évoque la « disparition progressive des juifs des pays musulmans », alors qu’il s’agit de l’exil contraint d'environ un million de Juifs implantés depuis des centaines, voire des milliers d’années, s’est produit en quelques décennies, et selon un modèle similaire dans ces Etats.

Akadem n’éclaire guère l’actualité, ni à la lumière du judaïsme ni à celle de l’Histoire.

Laurent Munnich commente
Publié sur mon blog le 25 mars 2012, mon article Un paysage médiatique Juif français contrasté figure dans le Top 10 de mon blog.

Il a suscité parmi des acteurs – directeurs, journaliste - du monde communautaire des commentaires irrités et dénués d’arguments, ainsi que diamétralement opposés à ceux des Internautes lambda louangeurs. Ce qui révèle une faille profonde entre la pratique de ces acteurs médiatiques communautaires et leur perception par un public exigeant. Comme si tout esprit critique devait être banni à leur égard.

Dans cet article, j’écrivais notamment :
« Dans ce paysage éclaté, face à la révolution des nouvelles technologies, les organisations Juives françaises peinent à concevoir une stratégie de communication adaptée et commune. Ainsi, organisé par le Consistoire israélite de France en partenariat avec le FSJU, le 18 mars 2012, le Congrès des communautés juives de France du 18 mars 2012 a multiplié les tables-rondes passionnantes, mais… non filmées et non diffusées sur Internet. Une tâche qu’aurait pu assurer Akadem, campus numérique du FSJU ».
A noter que, de nouveau, les vidéos des discours et tables-rondes lors de la convention du CRIF du 13 janvier 2013 et le congrès des communautés juives du 2 juin 2013 n’ont pas été diffusées en direct sur Internet. Et qu'Akadem n'a pas effectué d'enquête sur les médias français Juifs... Un sujet tabou ?

Le 3 juin 2012, Laurent Munnich, directeur d'Akadem, a ainsi commenté cet article :
« Il est inexacte de dire qu'Akadem n'a pas rendu compte de la manifestation du Consistoire.
http://www.akadem.org/sommaire/themes/politique/laicite/la-laicite-aujourd-hui/liberte-egalite-fraternite-laicite-06-04-2012-43461_188.php

Pour le reste votre article est très impressionniste et partial, il est marqué par votre expérience personnelle dans les médias que vous citez.

Dommage, une vraie enquête sur les médias juifs reste à faire ».

Ce même jour, je répondais à Laurent Munnich :
« Le Consistoire et le FSJU ont organisé ce Congrès composé de tables-rondes simultanées en salles le matin et de conférences/débats en amphithéâtre l'après-midi.

Les tables-rondes matinales n'ont pas été filmées par Akadem - un cameraman est passé parfois filmé quelques minutes. Elles n'apparaissent donc pas dans votre lien ni plus généralement sur le site d’Akadem. Ce dimanche matin, j'ai exprimé publiquement mon étonnement que d'une part, aucune caméra ne filme intégralement ces tables-rondes et que d'autre part, il n'y ait aucune diffusion en direct et sur Internet de ces tables-rondes. J'ai cité des évènements publics non communautaires que j'ai couverts et qui bénéficiaient d'une diffusion en direct sur Internet. J'ai été applaudie, ce qui prouve que mon étonnement était partagé et une carence des organisateurs, car des Français Juifs isolés auraient pu bénéficier de ces tables-rondes, et des Français non-Juifs apprendre beaucoup sur les interrogations soulevées lors de cette journée.

Akadem a filmé les conférences de l'après-midi et votre lien concerne une des conférences. Cette conférence a été publiée après l'évènement, et non en direct. Pour l'éclairer : un seul document, qui porte sur la laïcité (1792-2005) et qui reprend l'essentiel d'une chronologie, sans l'actualiser, publiée sur le site Internet de l'Assemblée nationale ! Votre chronologie sur la laïcité s'arrête en 2005. Rien sur les débats récents sur la laïcité, sur les abattages rituels, sur les carrés confessionnels, sur la loi interdisant la dissimulation du visage dans les espaces publics (2011), sur les prières de musulmans dans les rues, etc. Pourquoi ?

De plus, d'autres sujets ont été alors abordés.

Dommage qu'une couverture en direct et intégrale, ainsi qu'un travail éditorial plus actualisé et plus large n'aient pas été assurés.

Mon article est nourri de mon expérience de plus de dix ans dans des médias communautaires, d'analyses argumentées avec liens Internet, dates et photos, de confidences de collègues et confrères et de directeurs de médias Juifs, etc. Et je n'ai pas tout dit, notamment sur les conditions de travail de journalistes de médias Juifs...

Les Internautes ont abondé dans mon sens, et c'est un euphémisme. Ce qui prouve que mon tableau n'est ni « impressionniste » ni « partial ».

J'ai aussi travaillé à Akadem. Donc, je sais quel travail peut être fait sur une conférence.

Pourquoi ai-je été la seule à effectuer cette enquête sur des médias français Juifs qui, sauf exceptions, sont en déclin ou connaissent une audience faible, et essentiellement communautaire ?

Pourquoi Akadem ne ferait-il pas une « vraie enquête » sur les médias Juifs français ? Il dispose de journalistes pour sa TV culturelle sur Internet... »

Force est de constater qu'Akadem, depuis ma réponse en 2012, n'a pas mené d'enquête sur ces médias. Pourquoi ? Ce serait un sujet tabou ? Comme les Juifs noirs en France ?

En outre, Akadem, campus numérique Juif financé par le FSJU et le Fondation pour la Mémoire de la Shoah, n'a pas éditorialisé les vidéos de deux manifestations de la FJN (Fraternité judéo-noire) : une conférence de Guershon Nduwa sur la fierté d'être juif (novembre 2009) et un diner-débat (janvier 2011) .

Akadem "est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.  Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers. Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié. Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €".

Aucune de ces deux organisations importantes de la communauté Juive française n'aurait les 80 € nécessaires à numériser ces deux vidéos (4 heures) pour les présenter aux Internautes avec leur "apparat critique" !?

Akadem dispose du budget pour numériser un concert d'Ishtar (février 2013) ou la table-ronde Ouverture (novembre 2009) avec des dirigeants du FSJU et de l'OSE (Œuvre de Secours aux Enfants), et manquerait de moyens financiers pour ces deux événements concernant les Juifs noirs !? Et depuis 2009 !?

Akadem et le droit
En 2017, la Cour d’appel a statué sur un litige de droit du travail et de droit d'auteur impliquant le FSJU.


Le FSJU a constitué un groupe médiatique : la radio RCJ, une presse imprimée – L’Arche, Communauté nouvelle, Balagane -, Akadem, Judaiciné.fr, etc. Il correspond à la définition légale  de l’entreprise de presse. En plus, la Cour de cassation en 2013 a admis la possibilité d’accorder la qualification de journaliste professionnel à une personne sans que l’employeur soit une entreprise de presse.

Un journaliste-photographe avait été éditeur pour huit conférences d’Akadem. Il s’agissait d’un « travail de séquençage, de titrage », ainsi que de rédaction des documents contextuels et des annexes de cette conférence : biographie et bibliographie des conférenciers, chronologies, biographies de personnages historiques, etc.

Il avait reçu un document intitulé « Rémunération pigistes AGESSA », correspondant à des missions de « recherche éditoriale et documentaire, mise en ligne sur le site Akadem.org » de six conférences pour « 42 heures » de travail (6 x 7 heures) pour 672 € bruts (112 € x 6) -  612,53 € nets à payer - et signé par Laurent Munnich. Le journaliste a été payé par un chèque  du FSJU de 612,53 €.

Or, selon l’article L.7112-1 du Code du travail, la loi, le FSJU aurait dû remettre à ce journaliste un bulletin de paie, lui verser un salaire en appliquant les tarifs et les primes prévus dans les accords collectifs concernant tout son travail d’éditrice pour huit conférences d’Akadem, c’est-à-dire non seulement ce travail complexe de « recherche éditoriale et documentaire, mise en ligne sur le site Akadem.org » rémunéré en heures de travail - le FSJU lui avait versé 672 €, au lieu de 896 €, soit une différence de 224 € -, mais aussi la rédaction de textes - chronologies, portraits, récits historiques, biographies, bibliographies, textes de références, etc. - payés au feuillet. Soit un montant de 4 409,02 € pour 57,26 feuillets non payés par le FSJU. Ce travail requiert donc des compétences journalistiques, informatiques, de monteur de film, d’illustrateur, etc. 


Le FSJU aurait du payer aussi pour les deux autres conférences sur lesquelles ce journaliste avait travaillé : Les inventaires des synagogues de Max Polonovski et L’affaire Dreyfus par Jean-Denis Bredin.

Il aurait dû verser à ce journaliste 5 305,02 € pour son travail éditorial sur huit conférences, soit une moyenne de 663,12 € par conférence.


Akadem a publié son travail éditorial sur huit conférences historiques sans le créditer comme éditeur de ces conférences. Or, il a crédité d’autres éditeurs de conférences. 

Ce journaliste reprochait aussi au FSJU d’avoir violé le droit moral en ne mentionnant pas son nom comme éditeur/auteur de ces huit conférences pour Akadem. Un préjudice moral important car Akadem est diffusé dans le monde entier grâce à Internet et a un succès considérable : « deux millions de visiteurs annuels » selon le FSJU. De plus, les conférences éditorialisées concernent des sujets importants ou/et d’actualité : laïcité, affaire Dreyfus, Shoah, le sionisme, la réforme du judaïsme, les relations judéo-chrétiennes, le grand rabbin Zadoc Kahn, etc. le préjudice moral perdure depuis 2006, soit depuis plus de dix ans. Akadem avait indiqué dans sa rubrique « Qui sommes-nous ? » tous ses collaborateurs... sauf ce journaliste. Quel dédain pour les pigistes !


Dans ce procès, Laurent Munnich a fourni son témoignage, attestant en sa qualité de directeur d’Akadem multimédia :
« Akadem est un site internet à vocation culturelle. Nous mettons gratuitement à la disposition de tout public des cours, conférences, colloques enregistrées au format vidéo. Ces cours sont enrichis d’un apparat critique (biographies, bibliographies, sitographies, références textuelles, documents annexes, etc.).Pour produire cet apparat critique ainsi que les titres, sous-titres, titres des séquences nous avons recours à un vaste volant de pigistes, en fonction des domaines couverts. Compte tenu de la diversité des taches qui caractérise la production multimédia la notion de rémunération au feuillet n’a aucun sens dans notre activité et n’a jamais été pratiquée chez nous. On lui a préféré une rémunération forfaitaire, à la conférence éditée éventuellement réajustée de gré à gré en fonction de la difficulté des sujets traités.M. s’est présenté à nous en avril 2006 pour faire partie de notre pool des pigistes. Nous lui avons confié deux conférences à traiter. Celles auxquelles [il] fait référence. Le travail fourni n’ayant pas donné réelle satisfaction, nous n’avons plus jamais eu recours à ses services. Il a naturellement été payé pour ce travail. Malgré toutes nos recherches, nous n’avons trouvé aucune trace d’autres conférences qui lui auraient été confiées, M. ne fournissant d’ailleurs aucune indication sur ces autres conférences. »
« Volant de pigistes » ! Qu'en termes galants ces choses-là sont dites. Laurent Munnich semble ignorer que la loi considère les pigistes payés « à la pige » comme des salariés à qui l’employeur doit remettre un bulletin de paie. Il a reconnu n’avoir pas respecté la loi. Les trois à quatre documents en format PDF éclairant les conférences, ils correspondent à combien de feuillets à payer sous forme de salaire ?

Grand seigneur, Laurent Munnich allègue une rémunération « éventuellement réajustée de gré à gré » ? Pourquoi ne pas appliquer le droit ? Le journaliste s’est vu imposer une rémunération ne correspondant pas à la quantité et à la qualité du travail effectué week-end compris.

Laurent Munnich allègue deux conférences et n’avoir « trouvé aucune trace d’autres conférences confiées ». Or, le document intitulé « Rémunération pigistes AGESSA » qu'il a signé et ses courriers électroniques, ainsi que ceux de Sigalit Lavon, directrice éditoriale, évoquent plus de deux conférences. Bravo à la comptabilité du FSJU et d'Akadem ! On ose espérer un meilleur fonctionnement du service de comptabilité du FSJU à l'égard de ses salariés. A l'évidence, le FSJU n'assure pas un traitement égal de tous ses journalistes d'Akadem, de L'Arche, de RCJ, etc. 

Puis Laurent Munnich dénigre son ancien collaborateur en alléguant une « insatisfaction » quant au « travail fourni ». Or, ses courriers électroniques, ainsi que ceux de Sigalit Lavon, attestent leur satisfaction. Donc, puisque tous deux étaient satisfaits du travail de ce journaliste, pourquoi avoir mis un terme à sa collaboration, donc l'avoir licencié sans cause réelle et sérieuse ? Laurent Munnich se donne bonne conscience : son collaborateur a été « naturellement », disons « Akadèmement » ou « FSJUment » rémunéré « pour ce travail ». Non, pas pour tout le travail fourni, et pas légalement,.

Et Laurent Munnich, diplômé de Sciences Po et de Harvard, conclut par la mention écrite à la main :
"Je délivre la présente attestation sachant qu'elle va être produite aux débats et en connaissance des peintes encouru en cas de faux témoignage".
La sanction d'un faux témoignage ? Trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.


Qu’a décidé la Cour d’appel de Paris présidée par Madame Brigitte Delapierregrosse, et composée aussi de Rémy Le Donge L’Henoret et  Philippe Michel, conseillers ? 

« L’appelant ne produit aucune pièce permettant de considérer que ce site ne constitue pas un outil médiatique du FSJU pour accomplir sa mission… et qu’il dispose notamment par l’organisation de son fonctionnement et de son financement, d’une indépendance complète relative au contenu des articles et des informations diffusées, par rapport au champ thématique et à la communauté ciblée par le FSJU ». Or, la rubrique « Qui sommes-nous » présente comme directeur de la publication Laurent Munnich, et non Gérard Uzan, directeur général du FSJU. Quel rapport entre le « champ thématique » du FSJU et des thèmes de conférences d’Akadem : « Charles de Foucauld, spirituel du désert », « Le réchauffement climatique – Panorama des idéologies actuelles » ou « Hommage à Abdelwahab Meddeb - Messager de l'islam des lumières » ou « Islamistes vs salafistes - Révolutions confisquées: Syrie, Mali, Libye » ? Quant à la "communauté ciblée par le FSJU", Laurent Munnich a avancé sur Judaïques FM que 25 à 30% des Internautes d’Akadem ne sont pas juifs, mais chrétiens. 

Et la Cour reproche au journaliste de n’avoir « produit aucune pièce établissant l’étendue et le contenu effectifs de sa contribution à l’occasion de la mise en ligne de chacune de ces seules six conférences ». Le journaliste devait-il faire une copie-écran quand il mettait en ligne ces huit conférences ? Ses courriers électroniques attestent qu'il a bien effectué ce travail.

Puis, la Cour rejette toutes les demandes du journaliste relatif au droit d'auteur en violant la loi : alors qu’une œuvre de l’esprit est protégée par le droit d’auteur dès son existence, la jurisprudence exige de l’auteur qu'il prouve « l’originalité » de son œuvre (article L. 111-1 du Code de la propriété intellectuelle) !? 

Cette même Cour d'appel de Paris a considéré que L'Arche « constitue une entité distincte » du FSJU !? Et cela, sans avoir abordé cette allégation fausse et infondée lors des débats. Une aberration attentatoire au principe du contradictoire et d'autant plus manifeste que L'Arche est toujours présenté, sous le logo-type du FSJU, comme un « média Fonds Social Juif Unifié ».

Mais au fait, quel est le statut juridique de Akadem Multimédia par rapport au FSJU ? Car c'est le FSJU qui a payé ce journaliste par chèque émis sur son compte bancaire.

On peut s'étonner que le FSJU, notamment son président Me Ariel Goldman, avocat, et ses organes dirigeants - Daniel Elalouf, président du Bureau Exécutif et trésorier, Gil Taieb, Marc Zerbib, Soly Levy et Arié Flack vice-présidents, Me David Revcolevschi, administrateur au FSJU et au Consistoire israélite -, ait préféré vraisemblablement rémunérer pendant six ans - et la procédure judiciaire n'est pas terminée... - trois avocates - Me Monique Rotenberg, Me Muriel Kahn Herrmann, Me Christine Pfaudler -, dont le cabinet se trouve dans un quartier huppé de Paris, plutôt que régler un différend par un règlement amiable, dans un esprit guidé par le chalom

D'où vient l'argent versé par le FSJU pour régler les honoraires vraisemblables de ces trois avocates ? N'aurait-il pas été mieux affecté s'il avait bénéficié à des Juifs dans le besoin ? Notons que le site Internet d’Akadem diffuse des conférences sur « Responsabilité à l'égard du nécessiteux » par Emeric Deutsch, « Tsedaka: la main invisible » de David Saada, directeur général du FSJU jusqu'en 2010...

Par ailleurs, la Cour de cassation va confirmer ses jurisprudences constantes concernant les questions soulevées par ce litige. Puis, la Cour d'appel va statuer de nouveau sur ce dossier avec toutes les preuves de ce journaliste. Donc, chronique d'un procès qui sera perdu par le FSJU, mais l'argent communautaire va créditer le compte de bien des avocats entre temps.

Il est navrant que le FSJU n'ait pas depuis 2011 remis à ce journaliste les documents requis par Pôle-Emploi pour étudier les droits aux allocations chômage de ce salarié au chômage.

Quelle image ternie offrent ces dirigeants communautaires aux (non-)juifs !

Un sujet d’enquête pour Akadem ou RCJ, radio du FSJU ?


Laurent Munnich, pourriez-vous enlever du site Internet d’Akadem ma photographie de Roger Fajnzylberg publiée sans mon autorisation, sans me payer, sans me créditer comme auteur ?

Ces comportements sont-ils conformes aux valeurs du judaïsme, notamment prônées par ces dirigeants communautaires ?

« Dina demalkhouta dina » (La loi du royaume est la loi). Il serait bon que le FSJU et Akadem appliquent ce principe talmudique auquel Akadem a consacré une fiche thématique

Dans un pays anglosaxon, ces dirigeants auraient démissionné. Discrédités. 

A lire sur ce blog :
Cet article a été publié le 13 juin 2013 et modifié le 18 mars 2018.

5 commentaires:

  1. Le journaliste est-il Sepharade?!

    RépondreSupprimer
  2. Voilà, ce sont les seules conséquences à tirer: aucune pérennité les postes sont réservés : Inadmissible et intolérable.

    En l'état, je m'abstients de critiquer les autres vu les lacunes et les abus de notre système "communautaire".

    Les sépharades eux même refusent de regarder la réalité. C'est LAMENTABLE d'attendre que les autres bougent quant on est pas capable de se bouger soi même.

    RépondreSupprimer
  3. Ce sont bien TOUJOURS les mêmes histoires qui se répètent.

    Là aussi, comme pour tout le monde (juifs et non juifs) , la mauvaise foi de ceux qui crient au loup ne peut rien contre la VERITE.

    Ils signent l'infamie de notre propre communauté. Encore plus responsables que ceux qu'ils dénoncent dans leurs pseudo conférences, pseudo articles, pseudo alertes. C'est une vraie Tragédie, mais l'espoir est présent chez les SEPHARADES. Au moins quelques un d'entre eux !

    RépondreSupprimer
  4. J'imagine bien que mes propos vont déranger! C'est précisément pour ça que je les énonce avec une GRANDE FIERTE DE SEPHARADE ET DE FRANCAIS;

    RépondreSupprimer