mercredi 30 mai 2012

Réaction de Philippe Meyer au passage sur Information juive dans mon article sur les médias français Juifs (2/10)


Je publie la réaction, qui n'est pas un droit de réponse, de Philippe Meyer, gérant de la SARL et directeur de la publication Information juive, au passage sur ce mensuel dans mon article Un paysage médiatique Juif français contrasté. Ensuite, figure ma réponse. Philippe Meyer et moi ne souhaitons pas nous engager dans une polémique sans fin.



5e partie : La réaction de Alain Granat, directeur de Jewpop 
6e partie : La réaction de Michaël Blum, journaliste à Actualité juive hebdo et à l’AFP
7e partie : La réaction de Michel/Meir Azoulay pour Carole Azoulay, journaliste à Actualité juive hebdo
8e partie : L'affaire al-Dura ? Une  conspiration selon Jean Corcos et Rudy Reichstadt
9e partie : Laurent-David Samama, ancien rédacteur en chef de L’Arche



Philippe Meyer écrit :
« A propos du mensuel Information Juive que vous mentionnez et dont je suis le directeur de la publication, je tenais à apporter les rectifications suivantes.

1. Le journal Information Juive, le plus ancien et l’un des plus prestigieux de la presse juive française, n’est pas à proprement parlé le « mensuel du Consistoire israélite de France ». Il a certes tissé des liens historiques étroits avec le Consistoire depuis des décennies, et continue de le faire, mais il s’agit d’un organe de presse qui a conservé une ligne éditoriale indépendante. Information Juive n’est pas « le » journal du Consistoire, mais le mensuel de l’ensemble des communautés juives auxquelles il s’adresse en priorité. Le journal a pour vocation de traiter avec rigueur, objectivité et diversité, l’ensemble des sujets de débat qui traversent la communauté juive, grâce à des entretiens et des analyses de spécialistes, de plumes prestigieuses et de personnalités de premier plan.
2. Vous parlez d’une « audience limitée ». Le tirage actuel est de plusieurs milliers d’exemplaires à travers les principales communautés sur l’ensemble du territoire, vendus essentiellement par abonnement à des lecteurs fidèles depuis de nombreuses années et beaucoup de nouveaux abonnés, et présents dans de nombreux kiosques. Ce tirage est comparable à l’ensemble des supports de presse de la communauté juive qui n’ont pas subi les dommages de la crise de la presse en France et qui ont récemment disparu. Information Juive maintient et augmente son audience malgré un contexte des plus difficile. Il s’agit aujourd’hui du SEUL mensuel de la communauté juive ayant survécu à cette crise et proposant à tous ses lecteurs une version papier. Il est diffusé à l’ensemble des décideurs de la communauté juive en France, et au-delà aux principaux acteurs de la communauté nationale.
3. Concernant sa supposée« insuffisante modernisation », je tenais à vous rappeler si vous l’ignorez que le mensuel a lancé voilà quelques années une nouvelle formule entièrement modernisée et voilà quelques mois un nouveau site internet ainsi qu’une page Facebook qui fait état d’une fréquentation très élevée.
4. Quant à l’ « intégration dans la communication du Consistoire », au-delà de l’indépendance éditoriale du journal mentionnée plus haut, les synergies avec la communication du Consistoire sont importantes et tant le Président, le Grand Rabbin de France, que le Grand Rabbin de Paris s’y expriment régulièrement. Par ailleurs, le journal fait état tous les mois dans un feuillet spécial des principaux événements émaillant la vie de l’institution consistoriale et de celle des communautés juives de notre pays. Si vous trouvez que ces liens sont « insuffisants », je serais intéressé de recevoir vos propositions en la matière. Enfin, notre mensuel ouvre tous les mois ses colonnes aux différents Présidents de communautés afin qu’ils puissent y présenter leurs actions et leurs projets, et aux principaux acteurs de la communauté juive afin qu’ils y intègrent leurs réflexions et leurs analyses de fond alimentant ainsi les grands débats d’idées qui traversent la communauté.

Merci de prendre en compte ces précisions qui manquaient dans les quelques lignes assez incomplètes que vous avez consacrées au journal ».

Mes réponses à Philippe Meyer :
Je maintiens ce que j’ai écrit dans mon article.

1.    Vous comparez Information juive aux autres médias de la communauté française Juive. L'un des problèmes soulevés dans mon article est le faible écho - et c'est un euphémisme - de ces médias parmi les médias nationaux non communautaires et dans la Nation.

 On peine à discerner des articles sur le Consistoire israélite de France témoignant de cette « indépendance ». Ce Consistoire est donc parfait. Tant mieux.

En outre, L'e-mail de l'administration d'Information juive est infoj@consistoire.org, son siège  est à la même adresse que celui du Consistoire de Paris, etc.
Le compte-rendu du dîner du CRIF ne présente aucune critique sur le discours de Nicolas Sarkozy, alors Président de la République. Or, celui-ci n’a notamment pas su parler aux Français Juifs ! (n° 319, Février 2012)
Qui finance Information juive ? Quel est le montant de son budget ? Quelle est la part des abonnements et des numéros vendus dans les neufs kiosques parisiens de sa diffusion ? Combien de lecteurs ?

Un souvenir. En 2010, j’ai tenté de contacter la rédaction de ce mensuel. J’ai du m’y prendre à plusieurs reprises car mon appel téléphonique se baladait d’une personne à l’autre, ou je ne trouvais aucun interlocuteur quels que soient le jour de la semaine ou l’heure d’appel.

Un bon journal se fait avec des journalistes, secrétaire de rédaction et maquettistes compétents, et pas forcément avec des « plumes prestigieuses et des personnalités de premier plan ».

A quels débats traversant la communauté juive faites-vous allusion ? La communauté française Juive est inquiète sur son avenir, sur les déclins de la France, sur l’islamisation de la France, etc. Quand en avez-vous parlé ? Comment et avec quelles « plumes prestigieuses » ?

2.      Un tirage de « plusieurs milliers d’exemplaires » pour les « principales communautés sur l’ensemble du territoire ». Est-ce satisfaisant au regard des 500 000-600 000 âmes Juives ? Quelle est la part des numéros vendus et de ceux donnés ?

Combien lisent ce mensuel parmi tous ceux qui le reçoivent ?

Je n’ai jamais entendu des amis ou relations évoquer Information juive parmi leurs lectures de presse.

Aucun des Internautes ayant réagi à mon article n’en conteste la pertinence. Et je n’ai pas publié une réaction par crainte qu’elle soit jugée diffamatoire. Aucun des commentaires n’évoque Information juive. Cela ne vous inquiète pas ?

Information juive publie sur son site Internet les archives de ses numéros en un format aisé à consulter. Mais depuis quand ?
Le site Internet de ce média n’est pas suffisamment dissocié de la version papier du mensuel, etc.

De plus, le journal n’a pas de compte Twitter.
3.      Certes Information juive a modernisé sa maquette en 2007.

Mais ce lifting ne supplée pas de graves carences : maquette manquant de dynamisme, insuffisance de (bons) journalistes – les écrivains et rabbins ne connaissent pas les ficelles du métier journalistique -, trop longues tribunes délayant des idées déjà lues ailleurs, rubriques du sommaire parfois mal hiérarchisées, mauvais timing dans la publication d’articles – article sur le vote Juif américain dans le numéro de mai 2012, au lieu du numéro d’octobre ou de novembre 2012, juste avant l’élection présidentielle -, choix perfectible d’experts – Nicole Bacharan écrit sur L’électorat juif et la présidentielle américaine, mais elle n’est pas spécialiste des Juifs américains, à la différence de André Kaspi ou FrançoiseS. Ouzan tous deux auteurs de livres d’histoire sur nos coreligionnaires d’outre-Atlantique - etc.

Quelle est la statistique indiquant une « fréquentation très élevée » sur FaceBook ?

4.      Vous ne voulez tout de même pas avoir gratuitement mes propositions de journaliste, alors que l’imprimeur, l’administratrice, etc. d’Information juive sont payés ?

Articles sur ce blog concernant :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire