Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

dimanche 19 janvier 2020

Extinction Rebellion


Extinction Rebellion est un mouvement écologique extrémiste,  anti-capitaliste, situé à l'extrême-gauche et anti-israélien. Arte diffusera le 20 janvier 2020, dans le cadre d’ARTE Regards, « Extinction Rebellion. Désobéissance civile ou écoterrorisme ? » (Re: Extinction Rebellion. Notwendiger Klimaprotest oder Ökoterrorismus?)
           
Extinction Rebellion (XR) est une organisation fondée en mai 2018 en Grande-Bretagne. En octobre, il est officiellement lancé en bénéficiant du soutien d'une centaine d'universitaires. En avril 2019, il s'internationalise durant la « semaine internationale de la rébellion » et par des branches en particulier aux États-Unis, en Australie, en France, en Allemagne, en Afrique du Sud, en Israël et au Brésil. Le groupe français se définit sur Twitter ainsi : "Mouvement international de désobéissance civile non-violente pour opérer un changement radical afin de minimiser le risque d'effondrement écologique".

Politiquement, Extinction Rebellion est situé à l'extrême-gauche. "Début octobre 2019, il avait lancé une vague d'actions dans le monde : ses militants avaient grimpé sur des avions, s'étaient collés avec de la glu aux bâtiments, tandis que d'autres bloquaient des ponts et la chaussée." Peu leur importait d'entraver la liberté de circulation, "d'empêcher des personnes de partir en vacances ou de se rendre auprès de leurs proches" ou de défier les règles de la sécurité.

Ce mouvement écologiste prône la désobéissance civile non violente forcer les gouvernements à agir en matière climatique, à préserver la biodiversité et à éviter l'effondrement social et écologique. Rien que çà ! Son logo ? Un sablier renversé pour souligner l'écoulement du temps et l'urgence de l'action. De quoi stresser et apeurer de nombreuses personnes.

France
A l'automne 2019, Extinction Rebellion a occupé pendant environ 18 h un centre commercial "symbole du capitalisme" à Paris - le parquet a ouvert une enquête sur les dégradations commises et pour « apologie du terrorisme » "après la découverte de tags évoquant l'attaque de la préfecture de Paris" (« Harpon, revient (sic) il en manque plein », « RIP Harpon », « couteau en céramique ») - et au Mans, et a bloqué l'entrée d'autres centres à Annecy et à Nantes. Ces activistes ont manifesté leur indifférence envers de modestes commerçants dont ils ont saccagé les stands qu'ils ont privé de clients.

Début octobre 2019, des militants d'Extinction Rebellion ont occupé la place du Châtelet, situé au centre de Paris, ce qui a provoqué des embouteillages dans une ville où la majorité socialiste-communiste-écologique a imposé depuis plus de dix ans une politique anti-voitures. Le 9 octobre 2019, Anne Hidalgo, maire socialiste de Paris, a déclaré sur BFM TV : « Je soutiens toutes les actions pacifiques. Sur la place du Châtelet, l’action est totalement pacifique. Par ailleurs, le théâtre du Châtelet poursuit son activité sans aucun problème. Je soutiens ces actions dès lors qu’elles sont non-violentes. Évidemment lorsqu’on bascule dans la violence, c’est autre chose. Ça ne s’appelle plus du tout un engagement pour le climat ».

"Avec elle, seuls les écologistes d’Europe Écologie-Les Verts et quelques figures de la gauche radicale ont soutenu publiquement Extinction Rebellion. Le gouvernement, par la voix de sa ministre de la Transition écologique, n’est pas opposé sur le principe. «Je ne peux pas être contre quand les gens se préoccupent du climat», a assuré mercredi Élisabeth Borne sur BFM TV, tout en mettant en garde contre des «actions violentes et de blocage».

De rares voix se sont élevées contre Extinction Rebellion. "Sur France Inter, Ségolène Royal, ancienne ministre socialiste de l’Environnement sous la Présidence de François Hollande, a affirmé qu’Extinction Rebellion représentait des «groupes violents» qui pratiquent une «instrumentalisation de l’écologie». «Il faut les réprimer très rapidement, parce que c’est une dégradation de l’image de l’écologie», a-t-elle souligné".

"Plus inattendu, la figure des «gilets jaunes» Maxime Nicolle s’en est lui aussi pris au mouvement, s’interrogeant sur la souplesse des autorités. «Ils débarquent après 10 mois de mouvement social où nous on se fait démonter la gueule tous les week-end?», a-t-il lancé dans une vidéo postée sur son compte Youtube. Le «gilet jaune» a notamment soutenu - sans aucune preuve - qu’Extinction Rebellion était «financé par des philanthropes et riches américains proches du milieu des affaires et pétrolier».

Négationnisme
Co-fondateur d'Extinction Rebellion, le Britannique âgé de 53 ans, Roger Hallam a déclaré à l'hebdomadaire Die Zeit (21 novembre 2019) que la Shoah n'était « qu'une simple connerie de plus dans l'histoire humaine ».  Il a allégué "que des génocides s'étaient déroulés de manière répétée au cours des cinq derniers siècles. « En fait, on pourrait dire que c'est comme un événement régulier... Le fait est que des millions de gens ont régulièrement été tués dans des circonstances cruelles au cours de l'Histoire ».

Roger Hallam "a également assuré que la culture de la repentance, socle de l'identité allemande depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, paralysait les Allemands. « Un traumatisme poussé à l'extrême peut créer une paralysie (qui empêche) d'en tirer les leçons », a souligné l'activiste. 

"L'antenne allemande d'Extinction Rebellion a promptement dénoncé ces propos de Roger Hallam, qu'elle a déclaré persona non grata en Allemagne. « Nous nous distançons nettement des déclarations de Roger Hallam qui minimisent et banalisent l'Holocauste », écrit-elle dans un message sur Twitter. « Roger bafoue les principes des XR qui ne tolèrent pas l'antisémitisme et n'est plus le bienvenu chez XR Allemagne. »

"Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a également condamné ces propos, rappelant que l'extermination des juifs était « inhumaine dans sa singularité ». « Nous devons toujours être conscients de cela pour pouvoir assurer : plus jamais ! » a tweeté le chef de la diplomatie. L'éditeur allemand Ullstein, de son côté, a annoncé qu'il renonçait à publier le livre de Hallam, assurant prendre « ses distances avec toutes les formes de déclarations actuelles de Roger Hallam ». « Pour cette raison, son livre ne sera pas publié », a-t-il ajouté dans communiqué."

Le "codirigeant des Verts allemands, Robert Habeck, a de son côté appelé l'organisation XR « à prendre nettement ses distances » avec Roger Hallam. « Il ne doit y avoir aucune place pour la minimisation de l'Holocauste ou l'antisémitisme. Nulle part et dans aucun mouvement », a-t-il insisté dans Bild.

Juifs, judaïsme et Israël
Sur Facebook, le groupe "Extinction Rebellion Jews", qui réunit 963 followers, organise un événement pour la fête Tou Bichvat (Nouvel an des arbres) et s'interrogera le 13 février sur ce que le judaïsme a à dire sur la désobéissance civile : "Join Rabbi Daniel Lichman to look at what the Torah and classical Jewish texts have to teach us about civil disobedience. Under what circumstances is it justified to disobey the law of the land? Come to discuss and debate. Source sheets will be provided, and Hebrew skills are welcome but not required". 

Quant au groupe Facebook "Extinction Israel", il a attiré 9863 followers. Il relaie le message "Zéro déchet". Il organise des événements (conférences, défilés ou rassemblements avec des manifestants vêtus de noir), en particulier lors de la fête de Souccot (fête des Cabanes). Il diffuse vidéos empreintes d'humour et photographies de ses manifestations.

Le 19 octobre 2019, une douzaine d'enfants bédouins du village d'Umm al-Khair, au sud de Hebron, ont participé à la première manifestation d'Extinction Rebellion associée à Good Shepherd Collective. Ils ont protesté en tenant des banderoles "Vivez avec la terre, vivez comme les Bédouins".

Un communiqué de l'International Solidarity Movement (ISM) allègue que, certes Israël et la Palestine souffrent de la montée des températures et de la raréfaction des pluies en raison du changement climatique, mais le Palestiniens souffriront vraisemblablement davantage de ses effets" Pourquoi ? Parce que l'Autorité palestinienne multiplie les gabegies et se désintéresse de la pollution des nappes phréatiques ? Vous n'y êtes pas. "Israël restreint l'accès à l'eau des Palestiniens" au profit des habitants des agglomérations, dont Carmel, de Judée et de Samarie. Comme ce n'était pas suffisant, l'ISM allègue ainsi que l'Armée israélienne détruirait des oliviers.

« Extinction Rebellion. Désobéissance civile ou écoterrorisme ? »
« Dans la lutte contre le réchauffement climatique, Extinction Rebellion (XR) est le dernier mouvement de désobéissance civile à avoir vu le jour. Aux manifestations classiques, ses militants préfèrent les actions coups de poing pour pousser les politiques à agir contre la hausse des températures. Qui sont les cerveaux de XR et jusqu’où sont-ils prêts à aller ? »

« Les militants n’hésitent pas à se faire arrêter. XR est considéré comme un mouvement radical et suscite beaucoup plus de critiques que, par exemple, Fridays for Future. Certains vont jusqu'à parler de "secte apocalyptique".

Metropolis
« Gros plan sur les nouveaux modes d'action des militants d'Extinction Rebellion ». « Depuis que ces militants radicaux ont bloqué la circulation dans les villes européennes, ils sont considérés comme les alliés substantiels du mouvement Fridays for Future. Leurs actions n’en restent pas moins controversées. "Metropolis" s’entretient avec Carola Rackete, Michael Timmermann et Harald Welzer. »

« Extinction Rebellion déchire la famille Johnson »
Arte diffuse sur son site Internet, dans le cadre de « 28 minutes », « Extinction Rebellion déchire la famille Johnson ». « Chez la famille Johnson, s’il y a un sujet à ne pas aborder lors des repas de famille, c’est le mouvement “Extinction Rebellion”. Alors que le père défend l’action de ces jeunes militants écologistes, son fils, le Premier ministre britannique Boris Johson, les considère comme des “bivouaqueurs qui sentent le chanvre”. »


Allemagne, 2019, 33 min
Sur Arte le 20 janvier 2020 à 13 h
Disponible du 19/01/2020 au 18/04/2020

« Brest Extinction Rebellion  / Ersan Mondtag / Tim Walker / Karin Sander »
Allemagne, 2019, 44 min
Disponible sur Arte du 10/11/2019 au 07/02/2020

France, 2019, 4 min
Disponible du 12/10/2019 au 12/10/2020

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sur les films sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire