Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

samedi 5 janvier 2019

Rembrandt, graveur


Le célèbre peintre néerlandais Rembrandt (1606-1669) était aussi un graveur remarquable, inspiré par la Bible et des scènes de la vie quotidienne. Le Museum Art of Denver présente l'exposition "Rembrandt, painter as printmaker".

Rembrandt van Rijn (1606-1669) est célèbre pour son œuvre peinte. Or, « de son vivant, c’est surtout pour ses qualités de graveur qu’il était célèbre ». 

En 2016, le BOZAR Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Belgique) a présenté l’exposition itinérante Rembrandt en noir & blanc. Près de 85 gravures originales ont révélé un aspect moins connu de cet « artiste génial de l’Âge d’or des Pays-Bas ». Environ 85 gravures originales soulignaient les talents de graveur du célèbre peintre néerlandais Rembrandt (1606-1669), inspiré par la Bible et des scènes de la vie quotidienne.

Après avoir été montrée dans divers musées nationaux des Pays-Bas - Westfries Museum (Hoorn), Het Markiezenhof (Bergen op Zoom), Stedelijk Museum (Zutphen), Gemeentemuseum Het Hannemahuis (Harlingen), Museum Gouda, Jan ten Horne Museum (Weert) et Stadsmuseum Harderwijk -, cette exposition est accueillie pour la première fois en Belgique. Elle est organisée dans le cadre de la présidence néerlandaise du Conseil de l’Union européenne.

En 2006, pour le quatrième centenaire de la naissance de Rembrandt, la Bibliothèque nationale de France avait exposé 145 estampes dans Rembrandt : la lumière de l’ombre. « Dès vingt ans, Rembrandt traite des thèmes courants au XVIIe siècle autoportraits et portraits, sujets bibliques, mythologiques, allégoriques, représentation de gueux et scènes de genre, nus, paysages... mais déjà l'originalité de la composition, du graphisme, la signification et le symbolisme qui en découlent différencient ses œuvres de la production de l'époque. Rembrandt  use des possibilités de modifications successives de l'image qu'offre l'estampe, les états, pour traduire l'évolution d'une situation, le déroulement d'un événement, le changement d'une expression, les variations atmosphériques ». 

« Rembrandt, qui ne s’était pas éloigné de son pays, devait sa célébrité à la diffusion de ses estampes. Il ne s’obligea pas à effectuer le traditionnel voyage en Italie. Il avait cependant accumulé des œuvres d’art, des objets de curiosité et surtout des estampes de nombreux maîtres (Schongauer, Dürer, Cranach, Van Dyck, Mantegna, Carrache, Reni, Ribera), des gravures d’après Titien, Raphaël, Rubens. C’est parmi celles-ci, dont on retrouve parfois une inspiration lointaine dans certaines de ses œuvres, qu’il classait un portefeuille contenant une épreuve de chacune des siennes…. Le Florentin Filippo Baldinucci (1625-1697), dans son ouvrage sur l’art de la gravure paru en 1686, inclut un seul graveur hollandais du XVIIe siècle : Rembrandt. Il évoque "la manière très singulière qu’il a élaborée dans le domaine de l’eau-forte ; il fut le seul à l’utiliser ; on ne la rencontre chez personne d’autre et nulle part ailleurs. Elle consiste à créer, à l’aide de traits, de petites incisions et de lignes irrégulières, sans tracer les contours, un clair-obscur profond et puissant, d’un effet pictural".Rembrandt mania aussi le burin et la pointe sèche. Le premier pour donner plus de vigueur à ses eaux-fortes, la seconde pour les compléter par des noirs somptueux et veloutés, pour accentuer, moduler des ombres ou un tracé trop uniforme. Exceptionnellement il employa la pointe sèche seule. Il opta soit pour un style graphique où la ligne, le contour, la luminosité sont privilégiés, soit pour un style pictural où le modelé, la forme, le clair-obscurdominent. Mais les deux manières sont souvent indissociables dans ses œuvres et réunissent alors les trois procédés, eau-forte, pointe sèche et burin, pour obtenir ces clairs-obscurs captivants, admirés par Baldinucci. Il s’y essaya pour la première fois en 1634 dans L’Annonce aux bergers, œuvre très élaborée, dans le style baroque de ses débuts. Il évolua ensuite vers un style plus synthétique, éliminant le superflu pour ne figurer que l’essentiel. Dans sa dernière période, de 1650 à 1661, la rigueur, l’ampleur et la simplicité triomphent », a analysé Gisèle Lambert.

Œuvre gravé
Rembrandt Harmenszoon van Rijn (1606-1669) était un peintre, graveur et dessinateur néerlandais. 

Il « est généralement considéré comme l’un des plus grands peintres européen et comme le maître hollandais le plus important du XVIIe siècle ». 

Il a acquis la notoriété pour La Ronde de nuit (De Nachtwacht,1642), vers laquelle converge chaque jour des milliers de visiteurs au Rijksmuseum d’Amsterdam. 

« Alors qu’aujourd’hui, ce sont surtout ses peintures qui récoltent les louanges, c’est en réalité grâce à ses gravures que son œuvre est devenue si populaire. Rembrandt y traite les mêmes thèmes que dans son œuvre peint, mais elles ne servent pas d’études préparatoires : l’art de la gravure était pour lui une discipline à part entière. La gravure pouvait être facilement et largement diffusée à prix démocratique, ce qui contribué à établir la réputation de l’artiste ». De 1628 à 1665, Rembrandt a gravé près de 300 estampes.

Le graveur recourt à des techniques artistiques – incision, creusement – et des procédés divers - gravure en taille d'épargne ou en relief, en taille douce ou en creux, et à plat - pour créer une image ou un texte. Muni d’un outil ou d'un mordant, il incise ou creuse une matrice. Après la phase de l’encrage, la matrice est imprimée en particulier sur une feuille de papier afin de produire une estampe. L’aquafortiste recourt à l’eau-forte, procédé de gravure en taille-douce sur une plaque métallique en utilisant un produit chimique, un acide.

L’exposition Rembrandt en noir & blanc montre un « large aperçu de l’œuvre gravé de Rembrandt. Près de 85 gravures témoignent de la diversité des thèmes abordés : des scènes bibliques, mythologiques et allégoriques, mais aussi des scènes de la vie quotidienne, comme cette conversation entre deux agriculteurs convenant qu’il fait « un froid rigoureux » (« tis vinnich kout »). Outre des paysages, des nus et des portraits, ce sont surtout les autoportraits qui sont très connus. Parmi les chefs-d’œuvre de l’exposition, citons La Pièce aux cent florins (ca 1648), l’autoportrait de Rembrandt appuyé sur un rebord de pierre (1639), Adam et Eve (1638) ou Vue d’Amsterdam (ca 1640-1641) ».

La particularité de ces gravures ? Rembrandt « maîtrise le medium de façon magistrale et joue souvent avec la lumière et l’ombre. Il semble posséder par-dessus tout un talent photographique avant la lettre. Son sens aigu de l’observation et son sentiment du timing font souvent de ses gravures une sorte d’« instantané », saisissant le moment, juste avant ou juste après l’action ». Dans Tobie l’aveugle (De Blinde Tobit, 1651), Rembrandt illustre une scène biblique : « il ne s’agit pas du moment précis où le père et le fils tombent dans les bras l’un de l’autre après avoir été longtemps séparés, mais celui juste avant, quand le père se précipite vers la porte, dans un mélange d’enthousiasme et d’anxiété. Tout semble par ailleurs très réaliste : pas de corps idéalisés chez Rembrandt, mais un Adam et Ève (1638) de chair et de sang ». 

L’intérêt de cette exposition réside aussi dans la réunion de gravures originales du XVIIe siècle : « la plupart des épreuves ont été réalisées par Rembrandt lui-même ou dans son atelier. Dans ses peintures, de larges parties étaient souvent réalisées par des élèves. Dans ses gravures par contre, ce qui est de sa main ou non laisse peu de doute : une plaque de gravure est si petite que seul le maître a pu y travailler ». 

Ces gravures sont issues de la collection privée du Néerlandais Jaap Mulders. Entrepreneur et ancien directeur du Ballet national des Pays-Bas, Jaap Mulders « collectionne depuis plus de 15 ans des gravures originales de Rembrandt ». Il en détient environ 150, la moitié des 290 gravures créées par l’artiste. 

Une application permet au visiteur muni d’une tablette « d’apprécier la complexité des techniques utilisées ».

"Rembrandt, painter as printmaker"
Le Museum Art of Denver présente l'exposition "Rembrandt, painter as printmaker". Une exposition proposant cent gravures effectuées par Rembrandt van Rijn de 1625 à 1665.

« L'exposition « Rembrandt : Painter as Printmaker » présente une rétrospective américaine sur l’œuvre gravée de Rembrandt, au Denver Art Museum. À cette occasion, le département des Estampes et de la photographie prête plusieurs pièces célèbres issues de ses collections, dont La pièce de cent florins, Les Trois Croix, des autoportraits et épreuves uniques retouchées par Rembrandt ».

« The Denver Art Museum is the sole venue for Rembrandt: Painter as Printmaker, showcasing about 100 prints from Rembrandt van Rijn’s career spanning from 1625 to 1665. »

« Unforgettable images of biblical, portrait, allegory, still life, landscape, and genre artworks of the time demonstrate the mastery that cemented Rembrandt as one of the greatest artists in history. The exhibition shows how Rembrandt used his view of the world around him to fuel his artistic journey, and gives a deeper understanding of his working habits as an artist, and moreover, as a printmaker ».

« Rembrandt: Painter as Printmaker takes a close look at Rembrandt’s innovative approach to printmaking that combined the three principle methods of intaglio, including etching, drypoint and engraving. New scholarship about the artist is presented, revealing how Rembrandt intentionally varied the states of his prints, ink, and exotic papers to create rarities that he knew his clients desired, demonstrating how he deliberately manipulated his prints for marketing and storytelling purposes ».

« While the exhibition focuses on Rembrandt's exploration of printmaking, several paintings and 17 drawings also are on view to provide additional context about his creative process in all media ».

« A compelling reconsideration of Rembrandt’s printed oeuvre based on new research into the artist’s life and work. As a pioneering printmaker, Rembrandt van Rijn (1606–1669) stood apart from his contemporaries thanks to his innovative approach to composition and his skillful rendering of space and light. He worked with the medium as a vehicle for artistic expression and experimentation, causing many to proclaim him the greatest etcher of all time. Moreover, the dissemination of the artist’s prints outside of the Dutch Republic during his lifetime contributed greatly to establishing Rembrandt’s reputation throughout Europe  ».

« Sumptuously illustrated with comparative paintings and drawings as well as prints, this important volume draws on exciting new scholarship on Rembrandt's etchings. Authors Jaco Rutgers and Timothy J. Standring examine the artist’s prints from many angles. They reveal how Rembrandt intentionally varied the states of his etchings, printed them on exotic papers, and retouched prints by hand to create rarities for a clientele that valued unique impressions  ».

Du 16 septembre 2018 au 6 janvier 2019
Au Denver Art Museum
Hamilton Building - Level 1
100 W 14th Avenue Pkwy. Denver, CO 80204
Tel.: 720-865-5000
Tous les jours de 10 h à 17 h. Fermeture à 20 h le vendredi
Visuels :
Rembrandt van Rijn, Self-Portrait in a Cap, Wide-Eyed and Open-Mouthed, about 1630. Etching and drypoint; 2.09 x 1.81 in. Bibliothèque nationale de France, Department of Prints and Photography.

Rembrandt van Rijn, Head of an Old Man in a Cap, around 1630. Oil paint on panel; 9.56 x 8 in. Agnes Etherington Art Centre, Queen’s University, Kingston, Canada: Gift of Alfred and Isabel Bader, 2003. Image courtesy of Agnes Etherington Art Centre.

Rembrandt van Rijn, Self-Portrait Leaning on a Stone Sill, 1639. Etching, with touches of drypoint; 8.07 x 6.45 in. Bibliothèque nationale de France, Department of Prints and Photography.


Jusqu’au 29 mai 2016 
Rue Ravenstein 23, 1000 Bruxelles 
Tél. : 0032 2 507 82 00
De mardi à dimanche de 10 h à 18 h, le jeudi de 10 h à 21 h

Visuels :
Rembrandt, Autoportrait appuyé sur un rebord de pierre, 1639 © Stichting Rembrandt op Reis 
Rembrandt, Tobie aveugle, 1651 © Stichting Rembrandt op Reis 

Articles sur ce blog concernant :
Les citations proviennent des communiqués de presse. Cet article a été publié le 29 mai 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire