Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

lundi 22 juillet 2019

« L’histoire oubliée des colonies allemandes » en Eretz Israël


Arte diffusera le 23 juillet 2019, dans le cadre d’« Invitation au voyage » (Stadt Land Kunst), « Jules Vallès en Auvergne/ Israël : L’histoire oubliée des colonies allemandes / Nashville » (Die Auvergne / Israel / Nashville) réalisé par Fabrice Michelin. Fondée au XIXedans le royaume de Wurtemberg, la Société des Templiers implante en 1871 en Terre Sainte, dans un but spirituel, des "colonies" agricoles protestantes prospères.

« Juifs et Arabes de France : dépasser la question israélo-palestinienne » 

Linda Lorin « nous emmène à la découverte de notre patrimoine artistique, culturel et naturel. Dans ce numéro : Jules Vallès, un enfant en Auvergne - Israël : l’histoire oubliée des colonies allemandes - À Nashville, la guerre des roses ».

« Au pied des tours de verre ultramodernes de Tel-Aviv flotte comme un parfum d’Allemagne : d’étonnantes habitations d’inspiration germanique peuplent le quartier bohème de Sarona ».

En 1861, « au milieu du XIXe siècle, des protestants allemands, "les Templiers", s’installent sur cette terre de Judée ».

A Tel-Aviv, Sarona est un quartier, ancienne colonie agricole de cette société protestante - née d'une scission de l'Eglise luthérienne qui condamne leur rejet des sacrements et de la nature divine de Jésus - germanique créée par Christoph Hoffmann (1815-1885), professeur élu député au parlement de Francfort en 1848. En 1871, la Société des Templiers (Tempelgesellschaft) acquiert soixante hectares de terre dans la plaine de Sharon, à proximité du fleuve Yarkon, à un monastère orthodoxe de Jaffa, alors situé dans l’empire ottoman. Elle veut y fonder un « royaume spirituel de Dieu en Terre Sainte » avec le peuple Juif et en vue de la reconstruction du Temple, ce qui précèdera seon elle la deuxième venue du Christ. Sur les 125 pionniers, 28 meurent la première année de la malaria. Les survivants assèchent les marais et plantent 1 300 eucalyptus.


1889. Plusieurs centaines de familles vivent dans une quarantaine de maisons, une maison communautaire. Leur production s’est élargie au raisin pour produire du vin, à divers autres fruits - agrumes - et à des céréales. L’entreprise est prospère, exporte ses oranges de Jaffa et les hommes sont astreints au Frondienst, heures obligatoires mensuelles imposées aux hommes qui construisent des routes, drainent, etc.

En 1908, est fondée la colonie Waldheim, près de Nazareth. « En tout, les Templiers comptent 6 colonies à leur actif au début du 20e siècle : Waldheim, Sarona à Tel-Aviv, Wilhelma près de Yaffo, et les colonies allemandes de Bethléem, Haïfa et Jérusalem (1873). Celle de la capitale est la troisième à s’établir en Palestine, Haïfa étant la toute première ».

Les Templiers « sont des chrétiens qui ont fait scission avec l’Eglise protestante et ont encouragé leurs membres à s’installer en Terre sainte pour préparer l’ère messianique. Leurs bâtisses se distinguent par une architecture empruntée au style allemand, original dans la région : des maisons de campagne d’un ou deux étages, aux toits de tuile en pente et fenêtres à volets. Les murs extérieurs sont en pierre de Jérusalem, et non en briques ou en bois comme en Allemagne ».

Durant la Première Guerre mondiale, la région est conquise en novembre 1917 par les Britanniques qui réquisitionnent des bâtiments, notamment pour implanter un hôpital militaire dans la maison communautaire. En juillet 1918, les 850 résidents allemands de Sarona sont internés à Helouan, près du Caire. Grâce à la Croix-Rouge, aux quakers et aux Unitariens, 270 détenus sont libérés et expulsés à Bad Mergentheim, en Allemagne. La Chambre des Lords finit par autoriser le retour des autres internés dans leur colonie. Celle-ci ayant été ravagée par la guerre, ces Allemands sont indemnisés pour leurs préjudices.

En 1925, le nombre d’habitants s’élève à 225 personnes vivant dans une superficie élargie. L’aliyah des Juifs dans la Palestine mandataire leur offre un débouché commercial à leurs produits, notamment les oranges de Jaffa.

Le nazisme suscite l’enthousiasme dans cette colonie, surtout auprès des jeunes. Selon l’historien Yossi Ben-Artzi, 17% des colons allemands adhèrent au NSDAP dans les années 1930 et accueillent chaleureusement Adolf Eichmann.

Réaction des Juifs ? Ils boycottent les produits des colonies.

La Société fait publier un article dans la presse pour fustiger l’enthousiasme de ses jeunes pour la nazisme.

En 1939, quand éclate la Deuxième Guerre mondiale, des jeunes allemands de la Société s’engagent dans la Wehrmacht, et les Britanniques arrêtent des Templiers, mais ceux-ci au nombre d’un millier parviennent, au terme de négociation, à obtenir de demeurer dans leurs colonies agricoles : Wilhelma, Bethléem de Galilée et Waldheim. Mais en juillet 1941, 198 colons de Sarona sont transférés en Australie avec 400 autres d’autres colonies. Jusqu’en 1947, ils seront internés au camp de Taura.


Après 1945, les troupes britanniques occupent des maisons de Sarona, devenues cibles des groupes luttant pour la re-fondation d’Israël.

En 1948, le gouvernement de l’Etat Juif occupe des bâtiments allemands et britanniques pour y loger son administration, notamment le ministère de la Défense, et rebaptise le lieu HaKirya (le campus).

En 1962, l'Etat d'Israël indemnisa les propriétaires de biens qui avaient été nationalisés.


Avec l’essor de Jaffa dans les années 1970, Ha Kirya s’embourgeoise et attire les promoteurs immobiliers souhaitant détruire ces vestiges. Dix-huit immeubles sont conservés en raison de leur intérêt historique architectural.

La municipalité de Tel Aviv, sur le territoire duquel se trouvent ces bâtiments, réhabilite ce quartier dont la partie méridionale est dénommée Les Jardins de Sarona (Ganei Sarona). Un espace vert, des cafés, des galeries d’art… accueillent les visiteurs.


A Tel-Aviv, le 8 juin 2016, le café Max Brenner, près du marché couvert Sarona, a été la cible d’un attentat terrroriste palestinien qui a tué quatre personnes et blessé 17 autres personnes.

Un musée à Sarona retrace l’histoire méconue de ces Templiers.


« Jules Vallès en Auvergne/ Israël / Nashville  » réalisé par Fabrice Michelin 
France, 2019
Sur Arte le 23 juillet 2019 à 19 h 05
Visuels : © Elephant Doc

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire