Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 24 avril 2018

« Mossad : des agents israéliens parlent » par Duki Dror


Arte diffusera le 24 avril à 22 h 55 « Mossad : des agents israéliens parlent » (Inside Mossad - Israels Agenten erzählen ; Mossad: Imperfect Spies) par Duki Dror. « Fondée sur les témoignages inédits d’anciens agents et dirigeants du Mossad, une plongée vertigineuse dans les coulisses des puissants services secrets israéliens. »

« Mossad : des agents israéliens parlent » par Duki Dror

 Duki Dror illustre la vitalité du cinéma documentaire israélien, sa formation qui associe parfois des études aux Etats-Unis, sa qualité mondialement reconnue, l’audace et la diversité des sujets abordés ainsi que la variété et la sensibilité des regards.

Duki Dror
Duki Dror est né en 1963 à Tel Aviv dans une famille qui a fui dans les années 1950 l’Iraq pour faire son aliyah. Adolescent, son père y avait été arrêté pour « activisme politique » et été détenu pendant cinq ans en tant que prisonnier politique. Libéré, il a été contraint de quitter son pays natal. 

Arrivée en Israël, la famille de Duki Dror a changé son nom de Darwish (errant, en arabe) en Dror (liberté, en hébreu). 

Duki Dror a étudié à UCLA et au Columbia College à Chicago.

Ce documentariste israélien a réalisé son premier film en 1993. Thèmes de son œuvre prolifique ? L’identité, les déplacements, l’échange interculturel. L’histoire de sa famille lui a inspiré My Fantasia (2000), Shadow in Baghdad (2013) sur la disparition des Juifs bagdadis. Duki Dror a aussi réalisé des biographies : celles du champion de boxe arabe israélien Johar Abu Lashin (Raging Dove, 2002) et de l’architecte allemand juif Erich Mendelsohn (Mendelsohn's Incessant Visions, 2011). Dans The Journey of Vaan Nguyen (2005), Duki Dror suit des Boat people vietnamiens ayant immigré en Israël. Ce film a été distingué par le Remi Award au Houston Worldfest.

Car les documentaires de ce réalisateur-producteur sont sélectionnés dans de nombreux festivals où ils sont souvent primés.

Sur le Mossad, Duki Dror a réalisé une série documentaire télévisée en quatre volets (4 x 50’) réduite en un documentaire de 90 minutes pour une diffusion dans les festivals et par des chaines télévisées.

La série documentaire Mossad: Imperfect Spies a été diffusée par Hot’s Channel 8.

Mossad
Israël dispose de trois agences de renseignements  : l'Aman, chargé de la sécurité militaire, le Mossad responsable du renseignement et d’opérations hors d’Israël, et le Shabak  ou « Shin Bet  », service de la sécurité intérieure.


« Créé fin 1949, moins de deux ans après la proclamation de l’indépendance d’Israël, le Mossad s’est imposé comme l’une des agences de renseignement extérieur les plus influentes au monde ».

« Il a été impliqué dans quasiment tous les événements des cinquante dernières années. Dans presque toutes les guerres, tout ce qui aurait pu arriver et ne s’est jamais produit », confesse Ram Ben-Barak, qui en fut directeur adjoint de 2009 à 2011 ». 

The Gatekeepers” (2012), documentaire controversé et primé de Dror Moreh, est composé d'interviews de six anciens dirigeants partiaux du Shin Bet.


« Créé fin 1949, moins de deux ans après la proclamation de l’indépendance d’Israël, le Mossad s’est imposé comme l’une des agences de renseignement extérieur les plus influentes au monde ».


« Il a été impliqué dans quasiment tous les événements des cinquante dernières années. Dans presque toutes les guerres, tout ce qui aurait pu arriver et ne s’est jamais produit », confesse Ram Ben-Barak, qui en fut directeur adjoint de 2009 à 2011 ». 

Pour la première fois, des dizaines d’anciens agents du Mossad ont accepté d’être interviewés. Duki Dror a recueilli leurs témoignages dans The Mossad: Imperfect Spies. Il « présente les expériences personnelles des agents, leurs préparations mentales, leurs anxiétés et leurs dilemmes moraux. Il interroge : le Mossad est-il à la hauteur du mythe qui l’entoure et jusqu’à quel point la géopolitique est-elle façonnée par un espion dont le nom restera inconnu ? » Le film « mêle les histoires personnelles de ces agents, le contexte géopolitique de leurs opérations en associant des séquences illustrées, des archives filmées et des témoignages à la première personne. Ce qui donne l’unique impression « d’être là » au moment de vérité ». 

Face à la caméra et aux questions – dont certaines balayées d’un revers de main – de Duki Dvor, d’anciens espions et responsables de haut rang évoquent, pour la première fois, leurs états de service : la capture d’Adolf Eichmann en 1960 à Buenos Aires ; la traque des commanditaires, palestiniens, de la sanglante prise d’otages des JO de Munich, en 1972 , qui s’est soldée par la mort de onze athlètes israéliens ; le refus, opposé au shah d’Iran, de liquider l’ayatollah Khomeyni à l'aube de la révolution islamique ; la tentative d’empoisonnement ratée de Khaled Mechaal, l’un des leaders du Hamas, à Amman, en 1997… »

« Avec, en toile de fond, l’histoire tumultueuse du pays, ce documentaire captivant, où la réalité surpasse la fiction, lève un coin de voile sur les méthodes du Mossad, du recrutement aux dessous des opérations commandos en passant par la relation parfois perfide aux informateurs, ou conflictuelle avec le pouvoir politique ». 

« En explorant leurs trajectoires personnelles, il nous fait également pénétrer dans la psyché double et les dilemmes moraux des agents de renseignement : « Il est difficile d’être à la fois une personne intègre et une crapule », explique l’un d’eux ». 

« Un document passionnant, charriant un flot intarissable de questionnements éthiques et politiques ».

Parmi les 24 personnes interviewées : Rafi Eitan, ancien ministre des retraités, et Ram Ben-Barak, ancien directeur-général aux ministères des Affaires stratégiques et du Renseignement.

En mars 2018, Yossi Melman, co-auteur de « Mossad : des agents israéliens parlent » et journaliste pour Maariv et The Jerusalem Report, a annoncé que Netflix a acquis les droits de diffusion mondiaux, sauf en Israël, en Allemagne et en France, des quatre volets du documentaire qui seront diffusés en janvier 2019.


« Mossad : des agents israéliens parlent » par Duki Dror
Zygote Films, Gebrueder Beetz Filmproduktion, New Israeli Foundation for Cinema and Television, WDR/Arte, Allemagne, 2017, 90 min
Auteurs : Duki Dror, Yossi Melman, Chen Shelach
Musique : Tom Darom, Assa Raviv
Montage : Chen Shelach, Dror Yaakobovitz, Christoph Senn
Sur Arte le 24 avril à 22 h 55 et le 4 mai 2018 à 9 h 25
Visuels :
© Gebrueder Beetz Filmproduktion

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Les citations sur le documentaire sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire