Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

vendredi 20 avril 2018

L’activisme "palestiniste" de Pierrefitte-sur-Seine


En février et avril 2018, le conseil municipal de Pierrefitte-sur-Seine, ville située dans la banlieue au nord de Paris, en Seine-Saint-Denis (Ile-de-France), a adopté un vœu et deux résolutions politisées en faveur de « la Palestine ». Un exemple parmi d’autres du militantisme partial de collectivités locales françaises depuis le déclenchement par les Palestiniens de l’Intifida II en 2000.


Dans les années 1920, des villes de la banlieue parisienne, longtemps habitées par des ouvriers, ont constitué une ceinture rouge ou communiste. Les années 1980 ont marqué une atténuation chromatique notable avec l’apparition d’une ceinture ou couronne rose (majorités socialistes aux conseils municipaux). Au fil des décennies, cette couronne s’est nuancée de vert avec les victoires d’élus écologistes. 

Ainsi, située en Seine-Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine a été dirigée par des maires communistes de 1929 à 1935 et de 1945 à 2008 – dont Catherine Hanriot (1998-2008) -, puis par le socialiste Michel Fourcade.

L’urbanisme associe, selon les quartiers, des charmantes demeures entourées de verdure et des immeubles modernes.

En 2015, Pierrefitte comptait environ 30 000 Pierrefittois. Selon Wikipedia, « en 1999, 64,5 % des jeunes de moins de 18 ans étaient d'origine étrangère (au moins un parent immigré) et en 2005, les jeunes d’origine maghrébine, subsaharienne ou turque » y étaient majoritaires.

Mais, cette ville, où ont vécu le comédien Frédérick Lemaître et les peintres Suzanne Valadon et Maurice Utrillo, et où a été inauguré en 2013 un des sites franciliens des Archives nationales apparaît aussi dans la rubrique « Faits divers » de la presse : en 2014, un jeune Rom, accusé d’avoir cambriolé appartement d’un quartier pierrefittois, y a été battu, le produit du vol de l’ambassadrice de Géorgie en France a été retrouvé en 2017 à Pierrefitte, des jeunes de 18 et 20 ans ont été condamnés pour proxénétisme aggravé car ils avaient séquestré et contraint deux adolescentes à se prostituer…
      
Engagement sincère ? Suivisme politique ? Cynisme électoral pour acquérir et garder le « vote halal » ? Nombre de maires de cette ancienne « couronne rouge » ont marqué leurs mandats par un activisme pro-palestinien. Comment ? Par des déclarations, par le vote de textes biaisés lors de réunions de conseils municipaux, par l’accueil de tournées de terroristes et de leurs proches, par des jumelages avec des localités « palestiniennes », etc.

Antisémitisme
En mars 2002, Eddy Fettaya, Pierrefittois juif âgé de 46 ans, représentant de sa communauté juive au sein du Conseil des communautés juives (CCJ) de Seine-Saint-Denis, son fils et deux de ses proches, ont été agressés, « en plein milieu d'après-midi, dans le quartier si fréquenté de la rue de Paris. Pris à partie et poursuivis par quatre, six, puis une douzaine de jeunes, ils ont été frappés et copieusement insultés. Leur tort : la kippa, dont chacun s'était coiffé pour se rendre à la petite synagogue du boulevard Pasteur ». 

Une agression grave survenue lors de la recrudescence dramatique d’actes antisémites du début des années 2000.

Eddy Fettaya a confié au Parisien (18 mars 2002) : « Heureusement que la pharmacienne de la rue de Paris, témoin de la scène, a rapidement prévenu la police. Au moins, les jeunes se sont enfuis. Mais penser que, dans un Etat de droit, l'on ne peut plus marcher tranquillement dans la rue sans risquer de telles agressions, seulement à cause de la kippa, c'est inimaginable. » 

Et Le Parisien de poursuivre : « Samedi, la scène a mis les quatre-vingts fidèles de la synagogue en émoi. Et plus encore lorsqu'en début de soirée, à l'heure de la prière de fin de shabbat, de nouveaux cris d'insultes ont résonné sur le boulevard Pasteur. Pierres ou grenailles, des projectiles ont même brisé une vitre, puis les « assaillants » ont disparu. Le soir même, Eddy Fettaya, son fils de 15 ans et ses deux proches également agressés ont déposé plainte pour « violences et insultes antisémites » au commissariat de Stains. L'association communautaire de Pierrefitte aussi, pour « dégradations et insultes ». Un pis-aller qui n'enlève rien à la colère des quelque cent vingt familles juives de la ville. Leurs représentants n'hésitent pas, aujourd'hui, à montrer du doigt une municipalité « qui ne fait qu'attiser ce genre de comportement ». « Dans une commune où chaque dimanche matin, au marché, on fait signer des pétitions de soutien aux victimes palestiniennes, où sont très souvent organisées des manifestations antiracistes, mais toujours en faveur des mêmes victimes, c'est normal que, dans la tête de certains jeunes, la vision d'une kippa finisse par provoquer la violence. Mais nous aussi sommes des victimes ! » Victimes d'un amalgame qui, selon les juifs du département, devient un mal chronique ».

Activisme partial
Depuis au moins une douzaine d’années, durant les mandats de ses maires successifs - la communiste Catherine Hanriot puis le socialiste Michel Fourcade -, Pierrefitte-sur-Seine illustre cet activisme asymétrique « palestiniste ».

Outre son jumelage en 1966 avec Rüdersdorf bei Berlin, alors en République démocratique allemande (RDA) sous orbite soviétique,  et en 1967 avec Braintree, au Royaume-Uni, Pierrefitte-sur-Seine a signé deux conventions de coopération décentralisée : en 2003 avec la commune de Koussané (Mali) et en 2004 avec le camp de réfugiés de Kalandia, agglomération située entre Jérusalem et Ramallah. Pourquoi avoir choisi un « camp palestinien » ? L'expression "camp" induit en erreur : Kalandia est une agglomération constituée essentiellement d'immeubles de béton. En 2015, le quotidien israélien Ynet a publié l'article "Qalandiya refugee camp: A 'chaotic base for terror'". Le chapeau en était explicite : "The refugee camp on the outskirts of Jerusalem is a 'no man's land' in which terror and crime thrive and neither Israeli nor Palestinian security forces have control".

En 2012, a été créée "Pierrefitte Palestine - association pour la paix". L’association "soutient tout particulièrement le centre de femmes de Kalandia, notamment en aidant à la formation et à la création d’un atelier de broderie et de confection de bijoux. Les produits confectionnés dans cet ateliers sont ensuite commercialisés par Jerusalem Bazar. L’association parraine un prisonnier du camp de Kalandia". Elle vise à "faire connaître et comprendre les problèmes rencontrés dans cette région, organiser des échanges et des projets entre les Pierrefittois et les Palestiniens (notamment avec le camp de réfugiés de Kalandia)". Sa présidente est Catherine Hanriot, ancienne maire communiste de la ville.

En 2007, Sammy Ghozlan, président de l’Union des Conseils des communautés juives (UCCJ), a exprimé son indignation concernant la décision du Conseil municipal votée le 24 mai 2007 « d’élever au titre de citoyen d’honneur le palestinien Marwan Barghouti ». Il a rappelé « aux élus locaux, à la Maire communiste de Pierrefitte, Mme Catherine  Hanriot, et à son adjoint socialiste Michel Fourcade, que ce chef des terroristes du Tanzim est emprisonné en Israël pour meurtres et tentatives de meurtres de civils juifs israéliens, par une entreprise terroriste (les Brigades des martyrs d’Al Aqsa) placée sous son commandement. Il est inculpé et condamné notamment pour cinq meurtres, dont celui d’un moine orthodoxe grec, par l’intermédiaire d’un groupe armé, ainsi que pour des attentats suicides, au nord de Jérusalem, à Tel Aviv, etc. Par cette décision, les élus de Pierrefitte cautionnent les actions antijuives des islamo-terroristes palestiniens. Ces mêmes élus restent sourds, aveugles et muets aux souffrances de la population civile israélienne victimes des attentats, et notamment lorsque les hommes, les femmes, les enfants, les vieillards de la région de Sdérot, subissent chaque jour les tirs de missiles palestiniens, qui tuent, blessent et détruisent. Ils n’ont émis aucune condamnation de l’enlèvement de notre compatriote, le soldat franco-israélien Guilad Shalit, prisonnier depuis un an de terroristes palestiniens, dont on est sans nouvelle, et qu’aucune organisation humanitaire n’a pu visiter ». Sammy Ghozlan avait demandé à la « Maire de Pierrefitte de revenir sur ce vote partisan, au Préfet de la Seine-Saint-Denis de faire annuler cette décision du conseil municipal, à la Fédération du Parti communiste de Seine-Saint-Denis et à Madame Marie George Buffet [alors Secrétaire nationale du Parti communiste français] d’inviter Catherine Hanriot à cesser de conduire sa politique dangereuse pour la paix civile, sur l’axe du soutien sans limite à la seule cause palestinienne. Le deux poids deux mesures de ces élus doit cesser, surtout lorsque [cette maire] prend sans discernement, la défense des islamo terroristes et de leurs chefs. »

En 2012, des conseillers municipaux - Farid Aid, Aurélien Berthou, Guy Jouvenelle, Annie Mathey, Benoit Menard – et des maires adjoints - Dominique Carré et Stéphane Robert – de Pierrefitte ont signé la « Lettre ouverte de 700 élus locaux pour la reconnaissance de la Palestine ». Adressée à François Hollande, Président de la République française, cette lettre expose « pourquoi, en accord avec le peuple français majoritairement pour, la République française doit reconnaître l'Etat palestinien et tout faire pour sa reconnaissance officielle au sein de l'Europe et de l'ONU. D'autant que l'Assemblée générale des Nations unies qui se tient le 29 novembre prochain serait l'occasion parfaite ».
    
Lors de la réunion du conseil municipal pierrefittois du 15 février 2018, un vœu a été lu. Il émanait du groupe des élus socialistes et républicains, du groupe des élus EELV et associatifs, du groupe Gauche citoyenne et société civile et du groupe des élus communistes, Front de gauche et citoyens sur la situation au Proche-Orient et le statut de Jérusalem. Sur une page et demie, ces édiles s’indignaient du choix souverain du Président Donald Trump de « rompre avec la ligne de la diplomatie américaine » en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël.

Attention ! Ne pas s'esclaffer : « La Ville de Pierrefitte souhaite contribuer à son échelle à promouvoir la paix en développant des actions de coopération décentralisée... afin de donner [à un groupe de jeunes Palestiniens] d’autres perspectives telles que la coexistence possible de multiples religions sur le même territoire ». Quand on sait que l’Autorité palestinienne persécute les chrétiens et veut une Palestine « Judenrein », et que les Français Juifs, quand ils en ont les moyens financiers, fuient la Seine-Saint-Denis… Et quel dommage que cette ville, si modeste, ne contribue pas "à son échelle" à promouvoir la paix au Soudan du Sud, en faveur des Kurdes ou l'édification d'un Etat Kurde !

Ce vœu imposait déjà sa « solution » au conflit : « Jérusalem, capitale de deux Etats établis dans les frontières reconnues, assurant une paix juste et durable et la sécurité pour leurs populations ». Quelle vision misérabiliste et déconnectée de la réalité du Proche-Orient ! Le Moyen-Orient est en état de chaos. Seul îlot stable, tolérant et prospère : l’Etat d’Israël. Et ces édiles voulaient édifier un Etat terroriste dénommé « Palestine » !? Ils appelaient le gouvernement français « à amplifier ses efforts diplomatiques pour stopper la colonisation des territoires palestiniens », dont « Jérusalem-Est ». Les victimes civiles de la guerre en Syrie et au Yémen ou l’écrivain Raif Badawi emprisonné en Arabie saoudite n’ont suscité apparemment aucun vœu municipal…

Élu municipal de Les Républicains, Jean-Pierre Renard a quitté la salle de réunion du Conseil avant la fin de la lecture de ce vœu afin de protester contre la teneur de ce voeu.

Le 12 avril 2018, le conseil municipal, qui compte 35 élus, de Pierrefitte-sur-Seine a adopté deux résolutions politisées en faveur de « la Palestine ». La première était intitulée « Versement d’une subvention pour l’année 2018 au profit du Réseau de coopération décentralisée pour la Palestine (Rcdp) de l’association Cites Unies France ». La seconde portait sur la « convention d’occupation précaire d’un appartement sis 4 rue Maurice David 93380 Pierrefitte-sur-Seine au profit d’une délégation palestinienne issue du camp de Kalandia ». 

L’Association Cités Unies France et le Réseau de Coopération Décentralisée pour la Palestine (RCDP), dont est membre Pierrefitte-sur-Seine, collaborent depuis des années. En 2018, la ville de Pierrefitte-sur-Seine avec le soutien du RCDP souhaite accueillir « une délégation de six jeunes palestiniens dont un accompagnateur issus du camp de Kalendia du 7 au 15 juillet 2018. A cette fin, le RCDP sollicite auprès de la Commune une subvention de 7540 euros qui lui permettra de couvrir notamment les frais de transports, de visas, d’assurances, d’hôtel et de restauration engagés par elle dans le cadre de l’accueil de cette délégation. En 2017, le RCDP a été subventionnée par la ville à hauteur de 7525 euros ». 

« Compte tenu de l’intérêt local que représentent les actions du RCDP », le conseil municipal a majoritairement approuvé le versement de cette subvention.

Où loger cette délégation ? La seconde résolution répond à cette question. « La Ville de Pierrefitte-sur-Seine s’est engagée de permettre à la délégation palestinienne, d’occuper à titre gratuit, pendant 9 jours, l’appartement, sis 4, rue Maurice David 93380 Pierrefitte-Sur-Seine. La délégation Palestinienne a donné son accord pour signer avec la Ville une convention d’occupation précaire de ce logement. Aussi, le Conseil municipal a approuvé « la convention d’occupation précaire » de cet appartement, établie dans le cadre de la convention de coopération décentralisée liant Pierrefitte-sur-Seine et le Camp de Kalandia au profit de la délégation palestinienne ». « Compte tenu de l’intérêt local », une majorité dudit Conseil a approuvé cette résolution. Quel intérêt local ?

Au nom du groupe Les Républicains (LR), Jean-Pierre Renard, conseiller municipal LR, a voté Contre ces deux résolutions en expliquant son opposition :
« Même si le sort des Palestiniens est un sujet douloureux et difficile, le premier devoir d’une Municipalité n’est en aucun cas de prendre parti dans un conflit international afin de tenter de récupérer un certain électorat (comme cela nous donne l’impression ! J’espère du fond de mon cœur et de mon âme, me tromper !) surtout avec l’état calamiteux des finances de notre commune !
Je désire comme vous, Monsieur le Maire et Conseiller départemental, la paix...
Mais tant que les terroristes du Hamas seront aux commandes, cela sera fondamentalement impossible car dans la charte de ces derniers, il y a notamment : la destruction de l’Etat d’Israël ! Quelle est votre opinion à ce sujet, Monsieur le Maire ?
Chers collègues, vous savez à quel point je suis concerné par ce « problème » depuis 28 ans ! Cela a été jusqu’à des menaces de mort contre ma propre personne, quelques mois après mon élection comme Conseiller municipal de notre commune !!! Pendant des mois, mon amie a eu peur à cause de cela, de remettre les pieds sur notre commune de Pierrefitte !!!
Donc, au nom des Républicains de Pierrefitte et de mes sœurs et de mes frères juifs et de l’ensemble de l’Etat d’Israël, en ce jour de Yom HomHaShoah, je voterai NON ».
"Une élue de la majorité de Gauche m a dit à la fin de la séance du Conseil municipal de Pierrefitte :  "Israël n'est pas un pays. Ils ont juste volé toute la terre au peuple palestinien !", m'a confié Jean-Pierre Renard le 13 avril 2018.

Ce montant de 7 540 € peut paraître modeste au regard du budget primitif total pierrefittois qui avoisine 58 millions d’euros en 2018.

A titre de comparaison, et « compte tenu de l’intérêt local », ce même Conseil municipal a aussi voté une résolution approuvant le versement d’une subvention de 550 € en 2018 au profit de l’association Théâtre du Charrado. Et ce « afin de répondre aux besoins de cette association et de lui permettre le fonctionnement et le développement de ses activités durant l’année 2018 ». Ce Conseil a également voté en faveur du versement d’une subvention de 2 000 € pour 2018 au profit de l’union locale de la CFDT qui « a pour objet l’étude et la défense des intérêts communs aux organisations affiliées et leurs adhérents ». En 2015, l'encours de la dette de la ville s'élevait à 1 545 € par habitant. No comment.

Alors que politiciens et médias se désintéressent des "Palestiniens", alors que palaces et centres commerciaux se multiplient dans les territoires disputés, alors que certains pays renforcent leur contrôle sur leurs dons à l'Autorité palestinienne (AP) - la Norvège s'est indignée que son argent donné à l'Autorité palestinienne soit associé à un centre portant le nom de la terroriste Dalal Mughrabi -, le conseil municipal de Pierrefitte-sur-Seine conserve la même vision stéréotypée, dépassée, infondée du conflit !?

Laissons le mot de la fin provisoire à Catherine Hanriot, ancienne maire qui a déclaré en 2004 : « Avec ses 26 000 habitants, [Pierrefitte] n'a sur son territoire que trois entreprises de plus de 50 salariés et elle compte 2 600 chômeurs. La vie est difficile pour les habitants ».
  
Au début des années 2000, à Arcueil, ville du Val-de-Marne, l’activisme partial pro-palestinien de la municipalité, anciennement communiste, a terni l’image de cette ville de la proche banlieue sud de Paris. Des médias juifs, notamment l’agence de presse Guysen International News, ont couvert les expositions et conférences politisées, biaisées organisées sous les auspices de la Mairie. Le Président du CRIF, alors Richard Prasquier, avait écrit  en 2012 au maire afin de protester contre l’expression « Jérusalem en Palestine » inscrite sur des affiches municipales. Et l’Amicale des Juifs d’Arcueil (AJA) a organisé des événements - expositions sur le judaïsme et l’histoire d’Israël, conférence avec l’essayiste Alain Finkielkraut, etc. -, et y a invité les édiles arcueillais. Ceux-ci ont alors fortement modéré leur activisme. Preuve que le nombre même faible de Juifs n’est pas un facteur inhibant ou rédhibitoire face au « Palestinisme ».

Agression
Le 27 avril 2018, à 16 h 30, Jean-Pierre Renard a été violemment agressé à Pierrefitte-sur-Seine par trois individus, dont l'un armé d'un révolver, et ses agresseurs ont volé sa voiture malgré sa résistance.

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 

Contrairement à ce que Jean-Pierre Renard a allégué sur son blog, mon article n'a pas été fait en collaboration avec lui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire