jeudi 11 mai 2017

« Nowhere in Africa » par Caroline Link


Arte diffusera le 12 mai 2017 « Nowhere in Africa » (Nirgendwo in Afrika) par Caroline Link. « La vie nouvelle et rude, dans une ferme du bush kenyan, d'une famille juive qui a fui l’Allemagne nazie... Un récit autobiographique magnifiquement adapté à l'écran par Caroline Link, Oscar du meilleur film étranger » en 2003.

Âgée de cinq 5 ans, Stefanie Zweig (1932-2014) a fui l'Allemagne nazie dirigée par Adolf Hitler avec sa mère, issue d'un milieu bourgeois juif, pour rejoindre son père, ancien avocat, au Kenya, « dans une pauvre ferme du bush où celui-ci, ayant perçu la menace mortelle du nazisme, avait trouvé un emploi ». 

Devenue journaliste, Stefanie Zweig a débuté comme femme de lettres en écrivant des livres pour les enfants. Puis, elle s’est inspirée « du grand amour qu'elle a immédiatement éprouvé pour les gens et les lieux un roman autobiographique Nirgendwo in Afrika » sur sa vie en Afrique de 1938 à 1947. Publié en 1995, ce livre fut un best-seller en Allemagne. Vendu à sept millions d'exemplaires, il est traduit en quinze langues. Il est suivi par une douzaine de romans.

Dans le film Nirgendwo in Afrika réalisé par Caroline Link, Stefanie se prénomme Regina, et à la différence de « sa mère, Jettel, elle n'éprouve aucune nostalgie pour l'existence raffinée qu'elles ont laissée derrière elles. Si la fillette ressent l'angoisse de son père, Walter Redlich, vis-à-vis du sort de leur famille restée en Allemagne, et l'amère mésentente qui l'éloigne de sa femme dans les premiers mois de leur nouvelle vie, elle se laisse entièrement absorber par le monde merveilleux que lui ouvre Owuor, leur cuisinier masaï, avec qui se noue d'emblée un lien indéfectible ». Jettel éprouve de grandes difficultés à s'adapter à l'Afrique, à ce déclassement social, à ce déracinement culturel. Lorsque la Deuxième Guerre mondiale éclate, les Britanniques internent les Allemands, en séparant les hommes des femmes. Walter décide de s'engager dans l'Armée britannique. Son épouse refuse d'aller à Nairobi et dirige la ferme...

Au contact de l'Afrique, chacun des trois membres de la famille Redlich découvre les talents qu'il recèle, affronte une Nature magnifique et menaçante, et éprouve des sentiments ambivalents pour l'Allemagne, leur pays natal. Même sous domination britannique, l'antisémitisme demeure vivace. Un film sur la douleur de l'exil, et ses conséquences au sein d'une famille.

Caroline Link « a tiré du livre de Stefanie Zweig un film  ample et romanesque. C'est le Out of Africa d'une enfant dépourvue de préjugés, dont le regard direct et captivé constitue le fil conducteur du récit. Celui-ci déroule les vies parallèles de Regina et de ses parents, riches en péripéties, dans un Kenya colonial dont la réalité n'est jamais enjolivée, pendant et après la guerre, avec la distance rêveuse du souvenir. Finement interprétée et magnifiquement filmée, cette œuvre au parfum d'enfance a reçu l'Oscar du meilleur film étranger » en 2003 et par le Bester Spielfilm.


« Nowhere in Africa » par Caroline Link
Allemagne, Bavaria Film, MTM Cineteve, Constantin Film, Media Cooperation One, 2001, 133 min
Auteur : Stefanie Zweig
Image : Gernot Roll
Montage : Patricia Rommel
Musique : Niki Reiser
Production :
Producteur/-trice : Peter Herrmann
Scénario : Caroline Link
Avec Juliane Köhler, Merab Ninidze, Sidede Onyulo, Matthias Habich, Lea Kurka, Karoline Eckertz, Gerd Heinz, Hildegard Schmahl
Sur Arte les 7 mai à 22 h 30 et 12 mai 2017 à 13 h 35

Visuels :
Lea Kurka (Regina) et Sidede Onyulo (Owuor)
Juliane Köhler (Jettel) et Lea Kurka (Regina)
La famille Redlich (Merab Ninidze, Karoline Eckertz et Juliane Köhler)
© ARD/Degeto/Constantin Film

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire