vendredi 17 février 2017

« Comedian Harmonists » par Joseph Vilsmaier


Die Comedian Harmonists étaient un sextuor vocal allemand, dont trois membres étaient juifs. Cet ensemble berlinois célèbre en Europe fit « un tabac avant d'être brisé par le nazisme ». Arte diffusera le 19 février 2017 « Comedian Harmonists », film de Joseph Vilsmaier. Un biopic glamour, ponctué par les chansons du sextuor ».

« Nous fûmes une lumière brillante dans un temps bien sombre », avait confié Roman Cycowski, baryton polonais des Comedian Harmonists, sextuor vocal allemand, célèbre en Europe de 1928 à 1935.

Die Comedian Harmonists étaient trois ténors allemands - Ari Leschnikow (1897–1978), Erich A. Collin (1899–1961) et Harry Frommermann (1906–1975) –, d’un baryton polonais, Roman Cycowski (1901–1998), d’une basse Robert Biberti (1902–1985) et du pianiste arrangeur Erwin Bootz (1907–1982) britanniques. Parmi eux, Erich Abraham Collin, qui a succédé en 1929 à Walter Nussbaum, Harry Frommermann et Roman Josef Cycowski étaient juifs. L'épouse de Erwin Bootz était juive.

Le groupe a été fondé par Harry Frommermann et Robert Biberti. Très intéressé par l’harmonisation vocale, admirateur du quintet vocal américain The Revelers, Frommermann souhaitait introduire en Allemagne le jazz, ces rythmes et harmonies.

A cette fin, il a recruté des chanteurs par une annonce publiée en 1927 dans le Berliner Lokalanzeiger. C’est ainsi qu’il a fait la connaissance de Biberti, chargé de l’aspect commercial du projet. Cycowski et Leschnikoff, qui connait Erwin Bootz, était choristes au Grand Théâtre de Berlin.

Le sextuor a débuté sous le nom de German’s Revelers, et a interprété des comédies musicales à Berlin, Hambourg et Cologne. En 1930, a lieu son premier récital à Leipzig.

Parallèlement, il a enregistré trente titres pour le label Odéon, puis pour Electrola : Ich küsse Ihre Hand Madame (1928), Veronika, der Lenz ist da (1930), Marie, Marie (1931), Tea for two (1934)...

Son succès immédiat s’explique par sa maîtrise de la polyphonie, ses élégants costumes de scène, ses paroles et musiques décalées, l’essor de la radio et du phonographe, ainsi que la dramatique montée des tensions.

Le dernier concert allemand a eu lieu à Munich le 25 mars 1934.

A l’initiative de Harry Frommermann, le sextuor s’est produit en France et aux Etats-Unis en juin 1934. En raison de divisions internes, le groupe a décidé de retourner en Allemagne nazie.

Ses membres se sont séparés avant d’être « interdits de paraître en public » (Auftrittsverbot) par la Reichskulturkammer.

Le régime nazi a mis un terme aux Comedian Harmonists le 22 février 1935.

Pour Electrola, l’ultime enregistrement, clandestin, de l’ensemble vocal – Danses hongroises de Brahms, Barcarolle d’Offenbach - date de début 1935. 

Avec trois autres chanteurs, Biberti, Leschnikoff et Bootz créent un nouveau sextuor, le Meistersextet.

Hors d’Allemagne, Frommermann, Collin et Cycowski chantent dans l’ensemble dénommé Comedy Harmonists. Aux Etats-Unis, ils créent le Harry Frommermann and his Harmonists. Frommermann retourne en Allemagne en 1960. Cycowski devient hazzan, chanteur de liturgie juive.

L’ensemble Comedian Harmonists ne se reformera jamais. Ses membres non-juifs réclameront à leurs anciens collègues juifs des dommages et intérêts.

Ce sextuor a influé Jack Hylton en Grande-Bretagne et Ray Ventura en France, les Frères Jacques…

Biopic

En 1976, Eberhard Fechner a réalisé The Comedian Harmonists.

En 1997, Josef Vilsmaier consacre un deuxième film à ce sextuor.

« Berlin, 1927. Dans sa modeste chambre, Harry rêve de séduire la belle Erna et de faire entendre sa musique. Par petite annonce, il rencontre un chanteur baryton, Bob, et ses amis, Roman, Erich, Ari et Erwin. Grâce aux arrangements novateurs de Harry et à leurs talents conjugués, les six, rebaptisés Comedian Harmonists, se taillent un beau succès. Leurs tenues chics, contrastant avec des chansons facétieuses, l'harmonie de leurs voix et leur sens du swing font un triomphe. Mais l'euphorie ne dure pas. Rivaux en art et en amour, Harry et Bob se disputent le cœur d'Erna. Le groupe, dont la moitié des membres sont juifs, se divise aussi sur l'attitude à tenir face aux nazis… »

« Ponctué de chansons, ce biopic glamour » réalisé par Joseph Vilsmaier « reconstitue avec fidélité le parcours romanesque du sextuor qui chantait d'une seule voix, à contre-courant d'une société de plus en plus intolérante ». 

« As de la polyphonie vocale à la renommée internationale durant l'entre-deux-guerres, les Comedian Harmonists ont contribué à adoucir, par leur fantaisie, des temps sombres pour l'Europe ».

« Dosant avec brio les péripéties, ce film retrace leur carrière, de la fougue des débuts aux petites trahisons et mésententes. Les nazis finirent par avoir raison de l'harmonie du groupe, en exigeant en 1934 le départ de ses trois membres juifs ».


« Comedian Harmonists » par Joseph Vilsmaier
Bavaria Film, Beta Film, Parathon, Iduna Film, Senator Film Produktion, Televersal, Dor Film, Allemagne, Autriche, 1997, 125 min
Décors : Rolf Zehetbauer
Image : Joseph Vilsmaier
Montage : Peter R. Adam
Musique : Harald Kloser, Thomas Schobel
Producteur/-trice : Hanno Huth, Reinhard Klooss, Danny Krausz, Ute Kuntze-Just, Herbert Schmidt
Scénario : Jürgen Büscher, Jürgen Egger, Klaus Richter
Avec Ben Becker, Heino Ferch, Ulrich Noethen, Heinrich Schafmeister, Max Tidof, Kai Wiesinger,
Sur Arte le 19 février 2017 à 20 h 45

Visuels :
Ben Becker (Robert), Kai Wiesinger (Erwin), Heino Ferch (Roman), Heinrich Schafmeister (Erich), Max Tidof (Ari) et Ulrich Noethen (Harry)
Heino Ferch (Roman) et Ulrich Noethen (Harry)
Ulrich Noethen (Harry) et Meret Becker (Erna)
Rolf Hoppe (Streicher, 2ème à droite) avec Ulrich Noethen, Max Tidof, Kai Wiesinger, Heinrich Schafmeister, Heino Ferch et Ben Becker
Heino Ferch (Roman), Ben Becker (Robert), Ulrich Noethen (Harry) et Max Tidof (Ari)
Ben Becker (Robert) et Ulrich Noethen (Harry)
Les Comedian Harmonists formaient un sextuor vocal allemand, actif entre 1928 et 1935. Pendant l'entre-deux-guerres, l'ensemble était renommé dans toute l'Europe
© Perathon Medien/Petro Domenigg

Articles sur ce blog concernant :
Les  citations proviennent d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire