vendredi 20 mars 2015

Yaacov Agam, peintre et sculpteur

   Des œuvres de Yaacov Agam, qui a créé l’art cinétique, sont présentées par la galerie Denise René Espace Marais dans l'exposition collective Editions et multiplesCet artiste israélien est célèbre pour ses orchestrations ou « polyphonies colorées », c'est-à-dire « l’art de changer, modifier et rythmer les motifs et couleurs dans l’espace-temps ». Des œuvres d'Yaacov Agam seront à Art Bruxelles (25-27 avril 2015).  

Yaacov Agam est né en 1928 à Rishon le-Zion (alors en Palestine mandataire, actuel Etat d’Israël).

Il étudie à l’Ecole d’art Bezalel de Jérusalem, puis à Zurich auprès de Johannes Itten, ancien professeur du Bauhaus. Sa formation inclut l’histoire de l’art, l’architecture et la composition musicale.

Yaacov Agam est recruté comme graphiste par des agences de publicité.

Orchestration visuelle
Il arrive à Paris en 1951 et étudie dans l’atelier d'art abstrait de Jean Dewasne. Là, il rencontre Auguste Herbin et se consacre à l’art cinétique.

Un de ses « tableaux transformables » le fait remarquer.

C’est à Paris qu’en octobre 1953 la galerie Craven présente Tableaux transformables première exposition personnelle cet artiste âgé de 25 ans et qui innove en « introduisant la quatrième dimension, celle du temps, de l’espace » et du spirituel picturaux. Yaacov Agam rencontre Brancusi, Fernand Léger, André Breton et Max Ernst.


La galerie Denise René le repère et le présente en 1955 dans l'exposition Art cinétiqueLe Mouvement, et expose régulièrement cet article "s’imposant ainsi comme une des figures centrales de l’art cinétique". En 2003, la Galerie Denise René Rive gauche, qui avait présenté en 1955 ses œuvres dans l’exposition collective d’Art cinétique, Le Mouvement, a célébré cet anniversaire, quelques 50 ans après.

Alors que dans les œuvres des artistes cinétiques, les éléments mobiles induisent le mouvement, dans celles de Yaacov Agam, c’est le déplacement du spectateur par rapport à l’œuvre qui génère ce mouvement. Les tableaux de cet artiste sont souvent construits à partir de prismes triangulaires : une face est fixée sur la surface plane de la toile, les deux autres sont peintes avec des motifs géométriques qui créent des effets visuels variés selon l’angle de vision aléatoire du visiteur de l’exposition. Ce qui place aussi celui-ci en état de contributeur à la création artistique.
En 1956, Yaacov Agam participe au Festival d’art d’avant-garde de Marseille et, en 1965, à l’exposition The Responsive Eye au MoMA de New York.
Affectionnant les œuvres monumentales, cet artiste explore l’art cinétique en peinture modulaire, sculpture et architecture, et reçoit nombre de commandes. Citons le mur de la Paix au Parlement du Conseil de l’Europe à Strasbourg, la Faculté des Sciences à Montpellier, la « Fontaine du feu et de l’eau » à Tel Aviv, une façade pour « Torre Bosques Building » à Mexico ou celles colorées pour des immeubles KOC à Prague.
En 1971, Yaacov Agam réalise le salon de l’Elysée, une commande de l’Etat sous la présidence de Georges Pompidou. Il aménage l’antichambre des appartements privés du Palais de l’Elysée. Cet espace dit le Salon Agam est exposé au Centre Pompidou, à Paris.
En 1988, ce plasticien crée la Fontaine Monumentale de la Défense, intégrant sculpture, lumière et orchestration musicale de jets d’eau.
Parmi les premiers en France à utiliser la vidéo comme medium, Yaacov Agam innove au début des années 1980 en une installation d’écrans de télévision diffusant ses œuvres en renouvellement constant en raison de l’image électronique mobile.
Yaacov Agam expose et est honoré de prix fameux aux Etats-Unis, au Japon...
Parallèlement, ce plasticien s’illustre dans d’autres disciplines artistiques : la musique, la littérature - il écrit des contes pour enfants -, le cinéma et le théâtre.
En 1996, cet amateur de jeux de mots, plutôt de lettres, a reçu le Prix Comenius de l’UNESCO pour l’invention pédagogique la plus novatrice : une méthode de langage non verbal par une « grammaire visuelle ». De nombreux jardins d’enfants de l’Education nationale et l’institut de Sciences Weizman de Rehovot recourent à son programme.
Ce fils du rabbin Yehoshua Gibstein respecte l’interdiction de toute image gravée de la réalité. « Les formes et les couleurs apparaissent, fusionnent ou disparaissent selon l’évolution de l’orchestration visuelle. Partant d’une image « minimaliste » j’aboutis à une expression « maximaliste », ce qui ne peut être fait avec une œuvre statique en deux dimensions », explique Yaacov Agam.
La réalité est au-delà du visible. Selon l’angle de vision de l’œuvre, celle-ci change complètement. Comme la vie, chaque composition riche de potentialités est en constant devenir (« Sensibilité »), parfois illustrant des thèmes graves (« Guerre et paix »).
Agam invite à s’interroger sur le présent, le passé dans une démarche où le temps semble aboli.
L’imprégnation juive ? L’arc-en-ciel symbolise l’accord entre Dieu et l’homme. On retrouve ses couleurs ou sa forme dans maints tableaux en relief.
En symétrie de cet arc-en-ciel biblique, c’est la ménorah que l’on devine (« Amitié »). « Orchestration formes, structure, couleur » comprend 18 carrés blancs, le nombre de la vie (« Haï »)...

En 2011,  la galerie Meyer Zafra et le château de Lagarde, deux expositions collectives ont présenté les œuvres de cet artiste israélien qui a créé l’art cinétique.

Au printemps 2012, dans le cadre de l'exposition collective Green Spring, la galerie Meyer Zafra a présenté Espace Double (2010) et la galerie Denise René Espace Marais, l'exposition collective Réflexion Forme Lumière avec notamment les œuvres de cet artiste israélien.

En 2013, la galerie Denise René Espace Marais a présenté dans le cadre de l'exposition #passion art (cinétique - numérique) ; if (art) then {cinétique}, notamment des œuvres de cet artiste israélien, et l'Espace Meyer Zafra a montré des œuvres de Yaacov Agam à Pinta-London, salon d’art moderne et contemporain d’Amérique latine (5-7 juin 2013) et Pinta-New York, salon d’art moderne et contemporain d’Amérique latine (14-17 novembre 2013).

En octobre 2013, la fontaine Feu et eau conçue par Yaacov Agam et placée en 1986 au centre de la place Dizengoff à Tel-Aviv a été restaurée. Une "célébration de la vie" selon Ron Agam, fils de l'artiste.

Des œuvres de Yaacov Agam ont été présentées au stand D19 de l'Espace Meyer Zafra lors de Art Paris Art Fair (27-30 mars 2014) au Grand Palais, et lors de Art Silicon Valley/San Francisco (Art SV/SF), situé entre la Silicon Valley et San Francisco, du 9 au 12 octobre 2014

Des œuvres de Yaacov Agam ont été présentées au stand SV44 de l'Espace Meyer Zafra lors de Art Silicon Valley/San Francisco (Art SV/SF), situé entre la Silicon Valley et San Francisco, du 9 au 12 octobre 2014. 

Cet artiste figure sur la liste 2014 des 100 personnalités qui influent positivement sur la vie Juive établie par le média américain Juif The Algemeiner. Il "infuse un sens Juif mystique dans son art, obtenant un large respect pour le judaïsme et ses messages universels. L'une de ses oeuvres les plus connues est la ménorah gigantesque située à New York. Guinness-record, sa structure, sponsorisée par la Lubavitch Youth Organization, se tient à 32 pieds de haut. Agam, fier de son ascendance Juive mystique et leader innovant dans l'art kinétique et optique, a été pionnier dans une nouvelle forme d'art qui souligne le changement et le mouvement". Ses œuvres "se trouvent dans des espaces publics du monde entier, notamment à Paris et Tel Aviv, et dans les collections du Museum of Modern Art. 


En mai 2014, son oeuvre "Faith – Visual Pray” a été donnée au pape François par David Maimon, président de la compagnie aérienne El Al Israel. Cette pièce comprend un arc-en-ciel et des symboles significatifs du judaïsme et du christianisme". Agam y a "intégré des symboles significatifs du judaïsme - l'étoile de David et la Ménorah, qui ne symbolise pas seulement le Temple Saint de Jérusalem, mais aussi la lumière des sept églises de la chrétienté. Le message sous-jacent de cette oeuvre est que des symbolismes variés se fondent ensemble, créant l'harmonie parfaite".

Des œuvres de Yaacov Agam sont présentées par la galerie Denise René Espace Marais dans l'exposition collective Editions et multiples

Yaacov Agam figure sur la liste 2014 des 100 personnalités qui influent positivement sur la vie Juive établie par le média américain Juif The Algemeiner

Du 20 mars au 23 mai 2015
A la galerie Denise René Espace Marais
22, rue Charlot. 75003 Paris
Tél. : 01 48 87 73 94 


Du 9 au 12 octobre 2014
Art Silicon Valley/San Francisco (Art SV/SF)
Stand SV44 de l'Espace Meyer Zafra 
San Mateo County Event Center
Expo Hall
1346 Saratoga Drive
San Mateo, CA 94403
Le 10 octobre de 11 h à 21 h, le 11 octobre de 11 h à 20 h et le 12 octobre de 11 h ) 18 h. Vernissage le 9 octobre 2014 dès 18 h. 

Du 27 mars au 13 mai 2014
A la galerie Denise André Rive Gauche
196, bd Saint-Germain. 75007 Paris
Tél. : + 33 1 42 22 77 57

Du 27 au 30 mars 2014
Art Paris Art Fair
Espace Meyer Zafra. Stand D19
Au Grand Palais
Avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris
Téléphone : 01 56 26 52 00
De 11 h 30 à 20 h. Vendredi nocturne jusqu'à 22 h

Du 3 au 8 décembre 2013
Art Miami
The Art Miami Pavilion Midtown
Wynwood Arts District 3101 NE 1st Avenue Miami, FL 33137
Vernissage le 3 décembre de 17 h 30 à 22 h. Les 4, 5 et 7décembre de 11 h à 19 h, le 6 décembre de 11 h à 20 h, le 8 décembre de 11 h à 18 h

Du 14 au 17 novembre 2013
Pinta-New York
82 MERCER.  New York, NY 10012.  USA
Tel: 917.639.5850
Le 14 novembre de 18 h à 21 h sur invitation. Les 15 et 16 novembre de 12 h à 20 h,. Le 17 novembre de 12 h à 19 h

Du 24 au 28 octobre 2013
A la 4e édition de Design Elysées  
Pavillon sur l’avenue des Champs-Élysées, le long du Grand Palais 75008 Paris
De 11 h à 20 h. Vendredi 25 octobre de 20 h à 22 h

Du 5 au 7 juin 2013
A L'Espace Meyer Zafra à Pinta-London, salon d’art moderne et contemporain d’Amérique latine. Booth A-01, de 14 h à 21 h les 5 et 6 juin, de 14 h à 19 h le 7 juin
Du 15 au 18 novembre 2012. La galerie Meyer Zafra à Pinta, salon d’art moderne et contemporain d’Amérique latine. Vernissage le 15 novembre 2012 de 18 h à 21 h.
Du 25 avril au 20 juin 2013
Du 10 mai au 30 juin 2012
22, rue Charlot, 75003 Paris
Tél. : + 33 1 48 87 73 94
Vernissage le 25 avril 2013 de 19 h à 21 h

Du 15 au 18 novembre 2012
7 West 34th Street, at 5th Avenue, New York, NY 10001
Vernissage le 15 novembre 2012 de 18 h à 21 h.

Jusqu'au 15 avril 2012
Jusqu’au 11 septembre 2011
A la galerie Meyer Zafra
4, rue Mahler. 75004 Paris
Tél. : + 33 (1) 42 77 05 34
Du lundi au samedi de 11 h à 19 h
Dimanche de 15 h à 19 h
Vernissage le jeudi 8 mars 2012 à partir de 18 h 30
Jusqu’au 2 octobre 2011
Au château de Lagarde
84480 Lagarde
Tél. : 04 90 75 93 12
Du mardi au dimanche de 10 h à 13 h et de 15 h à 19 h
  
Visuels de haut en bas :
Espace Double
2010
109 x 53 x 45 cm
oeuvre originale.
Courtesy Espace Meyer Zafra, photographe Karim Borjas
Message de paix
1980
Timbre
De la 2e à la 4e dimension (3 vues)
1975
64 x 90 cm
Sérigraphie sur plastique en relief rehaussée à la main
© Atelier Agam
Ten/Carpa
1970
Acier inoxydable
174 x 174 x 153 cm
Atelier Agam

Fontaine
Courtesy Ministère des Affaires étrangères d'Israël

Articles sur ce blog concernant :
France
Cet article a été publié pour la première fois le 25 août 2012, republié les 10 mai et 12 novembre 2012, 24 avril, 4 juin, 24 octobre, 14 novembre et 2 décembre 2013, 26 mars et 7 octobre 2014, 17 février 2015. Il a été modifié le 25 novembre 2013.

2 commentaires:

  1. Bonjour, je voudrais savoir le nom de l'oeuvre se trouvant juste en dessous du titre (une roue sur un miroir si je ne me trompe...) Merci d'avance de votre réponse. Bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour.
      En fin d'article, j'ai indiqué les titres des œuvres illustrant l'article.
      J'avais nommé le visuel "Agam 4 Cercle Vision Cosmique Karim Borjas".
      Cordialement,
      Véronique Chemla

      Supprimer