lundi 25 janvier 2016

« Le monde des olives », d’Albert Knechtel

Arte a  rediffusé « Le monde des olives  », série documentaire en cinq volets d’Albert Knechtel (2012). Une « exploration des contrées du bassin méditerranéen où l'olivier, cet "or vert", marque les cultures depuis des millénaires », mais qui oublie la France. Un documentaire biaisé, politisé sur l’olivier en « Terre Sainte  », arbre biblique et à la symbolique liée à la paix. Après avoir détruit des oliveraies en Italie (Pouilles, etc.), la bactérie Xylella fastidiosa est particulièrement redoutée en Corse, et en Provence. Ce 25 janvier 2016 est la fête de Tou Bichevat ou Nouvel an des arbres.

Gastronomie, industrie savonnière, nutrition, cosmétologie, décoration, agriculture… L’olivier et ses produits dérivés – huile par pressage à froid et au faible taux d'acidité (huile vierge extra), olives de tables, ustensiles de cuisine en bois, laque pour cheveux ou savon à l'huile d'olive - suscitent des intérêts divers, et qui ne cessent de croître avec les vertus gustatives ou ses bénéfices pour la santé - faveur accordée au régime crétois – (re)découvertes et la vogue des oliviers. Un regain induit en partie par l'arrivé des immigrés de la péninsule ibérique et de tous ceux, notamment Juifs, ayant du quitter l'Afrique du Nord.

Élément de base d'une cuisine familiale, l'huile d'olive a été adoptée par les grands chefs étoilés, et érigée en produit de luxe, avec en France ses terroirs, cépages - "bouteillan, cayon, salonenque, aglandau, ghjermana di casinca, zinzala" -, appellations d'origine - "AOP Nice, Nyons, Provence, vallée des Baux-de-Provence et Oliu di Corsica" -, ses millésimes, ses arômes (basilic, etc.), son marketing ?

Arbre biblique, vivace sur le pourtour méditerranéen, l’olivier « marque les cultures depuis des millénaires ».

« L’or liquide » (Homère)
De l’Andalousie à la Grèce, en passant par la Sicile où des coopératives s’efforcent de protéger l’huile d’olive de la convoitise de la Mafia et le Proche-Orient, ce documentaire offre un kaléidoscope des enjeux de l’olivier.

Le périple débute en Andalousie - sept AOC - qui a su tirer bénéfice de l’entrée de l’Espagne dans l’Union européenne pour développer son oléiculture autour d’exploitations à la grande superficie. Avec plus de 300 millions d’oliviers, cette région méridionale est devenue championne mondiale de production d'huile d'olive. Au 5e rang : la Grèce.

Si la production intensive est répandue, des oléiculteurs tel Nunez de Prado, maintiennent une fabrication quasi-artisanale - cueillette à la main, pressage à la meule - ou empruntent la voie du bio, réduisent le taux d'acidité et offrent des crus appréciés des gastronomes.

Huile d’olive omniprésente dans la cuisine populaire andalouse ou dans celle de Periko Ortega, ce jeune chef étoilé et passionné à Cordoue, compétition du lancer de noyau d’olives… L’olivier structure la vie, l’économie et la culture de l’Andalousie. L’homme a su en tirer un profit maximum : les fruits pour l’huile, de consommation humaine ou pour les savons, le tronc et des branches pour fabriquer des meubles, le reste, et notamment les noyaux, comme combustibles. Selon son degré de maturité décelable à la couleur - olives vertes, violettes puis noires -, l'olive offre une qualité variable.

Cependant la monoculture et l’agriculture intensive induisent des risques : l’érosion accélérée des sols perdant leur couverture végétale naturelle, la désertification par destruction des sols. Ce qui accroit la gravité des inondations.

Escale en mer Égée. Selon la mythologie grecque,  la déesse Athéna aurait fait surgir l'olivier du sol à Athènes. L'huile d'olive a servi à  « enduire le corps des athlètes, alimenter la flamme olympique, embaumer les défunts ». C’est à l’ombre d’un olivier que Platon enseignait la philosophie à ses élèves. « En 1923, le Traité de Lausanne impose le déplacement croisé de 400 000 musulmans d’origine turque installés en Grèce et d’un million et demi de Grecs chrétiens implantés en Asie mineure ». Cet évènement tragique, les Grecs l'ont dénommé « Catastrophe ». Les paysans turcs originaires de Grèce trouvent dans cette Asie mineure des moulins en parfait état de fonctionnement. Ainsi, va apparaitre «  une nouvelle classe d'entrepreneurs turcs ».

« Héritiers de ce double exode, la famille Kilinikis vit sur l’île grecque de Lesbos, à quelques encablures des côtes turques, tandis que les Kursat, sont établis à Ayvalik, sur l’autre rive de la mer Égée. Ces deux familles vivent de l’oléiculture ».

La consommation d'huile d'olive s'élève à 25 litres par personne et par an, contre un à deux litres en Turquie, 12 litres en Espagne et en Italie et moins d'un litre en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne. Un cinquième des olives de table sont fabriquées en Turquie.

Après des décennies de stigmatisation, l’huile d’olive est louée pour ses bienfaits - faiblesse de certaines acides gras, protection des vaisseaux sanguins -, notamment par l'art culinaire crétois ou « diète crétoise  ». Un gage de bonne santé et de longévité avec ses vertus antioxydantes. Verte ou aux reflets mordorés, elle assaisonne poissons, légumes frais, tapenades ou terrines, et se déguste avec rusticité sur une simple tranche de pain. 

En Sicile, « les habitants se mobilisent pour échapper à l’emprise du crime organisé ». Les années 1990 et l’assassinat des juges anti-Mafia Falcone et Borsellino marquent une date charnière. « De Palerme à Corleone, des coopératives, comme celle de l’ONG Libera Terra créée en 1995 par un abbé, se montent pour soustraire la production d’huile d’olive aux parrains de "l’honorable société". Des oliveraies étaient utilisées par le crime organisé pour blanchir l'argent acquis dans des entreprises illégales, et produisaient une huile d'olivre de piètre qualité. L'une d'elles a été retirée à la Mafia et été affectée à la coopérative de Libera Terra. Le projet de certains responsables d'oliveraies, tel Giuseppe Vicenzo ? Une huile d'olive de la qualité et à la renommée similaires à celle d'un Château Petrus. En fonction du sol, volcanique ou non, de l'altitude, du goût espéré, les olives sont récoltées de la mi-septembre à la fin novembre. Pour avoir plus de polyphénol, la date de la récolte est avancée. Un filet est étendu sur le sol, les branches de l'olivier sont "peignées" avec un instrument ressemblant à un rateau ou agitées, et leurs fruits tombent sur le filet.

L’Italie et l’Espagne produisent 70 % de l’huile d’olive mondiale. La concurrence remonte à plusieurs siècles. « À Montesarchio, près de Naples, et à Cordoue, deux géants du secteur nous ouvrent leurs portes : recruter des égéries - leur icône deuis 1866 est une Gitane -, corriger son image internationale, conquérir de nouveaux marchés… Les départements marketing sont à l’ouvrage ». Le Japon est un marché convoité  : depuis environ vingt ans, la consommation augmente sous le double effet de "préoccupations diététiqeus et du retour à des médecines naturelles". Le Japon est le premier importateur d'huile en Asie, et le troisième au monde après le Brésil. « Chez les artisans européens, la concurrence n’est pas moins rude : un banquier espagnol et un photographe italien, tous deux oléiculteurs par passion et professionnels de la communication, défendent chacun leur paroisse ». En Toscane, oliviers et cyprès dessinent un paysage accueillant, favorisé par le climat ensoleillé et sec. L'olivier était utilisé par les Etrusques.

« L'olivier en Terre Sainte »
« L’olivier marque les cultures du bassin méditerranéen depuis des millénaires. Dernière halte en Terre Sainte, où les trois grands monothéismes se rencontrent. Pour le judaïsme, le christianisme et l’islam, le rameau d’olivier est un symbole de paix. Du Mur des Lamentations au Dôme du Rocher en passant par le Mont des Oliviers, des représentants des trois grandes religions nous font partager leur passion. Dans le village d’Al-Walaje, un Palestinien musulman veille sur un olivier vieux de 5 000 ans menacé par le mur de séparation". À Bethléem, Johny Handel, "chrétien arabe sculpte dans du bois d’olivier de petits souvenirs pour les touristes. Nous arpentons ensuite l’oliveraie d’un colon israélien, puis celle d’un chrétien palestinien, qui nous fait découvrir son projet de "Tente des nations" interconfessionnelle ».

Ce résumé d’Arte est pour la moins partial, notamment dans la terminologie : « mur de séparation » au lieu de « barrière de sécurité anti-terroriste » - quid des barrières de séparation dans le monde ?, « colon » au lieu d’« habitant des localités » -, etc. Les Israéliens ne construisent pas sur des "terres réservées aux Palestiniens par la Ligne Verte des hameaux sécurisés" : le droit international, notamment les accords issus de la conférence de San Remo, les y autorise. Ce qu'a reconnu un arrêt de la Cour d'appel de Versailles du 22 mars 2013.

De plus, il reprend des éléments de la propagande palestinienne dénigrant Israël ou les « colons » pour l’arrachage d’oliviers, ou assimilant l'Arabe Palestinien enraciné dans "sa terre".

Quelques vérités sont dites, même approximativement en voix off : après la guerre israélo-arabe de 1948, la Jordanie occupe une partie de Jérusalem, la vieille ville, que les Juifs doivent quitter. Encouragés par des agronomes israéliens, la famille de Chezky Betzalel, oléiculteur Juif israélien, a replanté "l'olive barnea, une variété ancienne redécouverte dans le désert du Néguev. Les permiers pieds ont été plantés en 1989".

De plus, l’olivier est un arbre biblique, cité dans l’épisode du Déluge quand la colombe ramène à Noé, patriarche biblique, un rameau d’olivier, symbole de décrue.

Hanoucca  (fête des lumières), fête des Lumières, commémore la victoire en l'an -165 avant l’ère commune des Hasmonéens, dirigés par Juda Macchabée – fils du grand prêtre Matatiahou -, sur la dynastie hellénistique séleucide qui dominait la Judée. Le roi Antiochos IV veut helléniser la Judée. Surnommé « épimane » (insensé), il persécute les Juifs : il place l’auteur du dieu Baal Shamen dans le Temple de Jérusalem, veut offrir des porcs en holocauste (sacrifice religieux), prohibe la brith mila (circoncision) et le chabbat, tue des Juifs, etc. Moins nombreux, les courageux Juifs révoltés parviennent miraculeusement à vaincre les soldats Grecs aguerris d’Antiochos IV et à libérer Eretz Israël du joug grec. Ils prient et allument alors une ménora (chandelier à sept branches) avec une fiole d’huile consacrée dans le Temple de Jérusalem. Au lieu de durer un jour, l’huile brûle miraculeusement pendant huit jours. La fête de Hanouca « rappelle cette victoire spirituelle et militaire ainsi que le renouvellement de l'huile consacrée qui, selon la tradition, a accompagné la restauration du culte juif dans le Temple de Jérusalem ». Lors de la fête rabbinique de Hanoucca, l’huile est préconisée pour l’allumage des bougies et utilisée dans la préparation des beignets frits.

Quid de l'exil forcé des chrétiens de Bethléem en raison des persécutions de l'Autorité palestinienne ? Pourquoi l'ébéniste Johny Handel ne s'en plaint-il pas ?

Quid des prix exorbitants de l’huile d’olive, en particulier en Israël, et qui transforment un aliment de base de l'alimentation populaire en article de luxe ? 

Quid des déracinements d’oliviers  par des Arabes palestiniens  ? Quid des Arabes palestiniens se cachant derrière des oliviers lors d’attaques terroristes  contre des automobilistes, et fuyant rapidement du lieu de l’attentat ?

Quid de la coopération entre Israël et l'Inde en matière d'agribusiness liée à la production d'olives ?

Quant au projet de "Tente des nations" interconfessionnelle, il suffit d'écouter son promoteur pour découvrir l'implantation récente de sa famille "palestinienne", la politisation anti-israélienne du projet, etc.

« Le monde des olives », série documentaire d’Albert Knechtel
Allemagne (ZDF)/France. Sous le patronage de l'UNESCO
 2012, 5 x 43 minutes
Diffusions :
- 1er volet : Au royaume des oliviers, 13 mai à 18 h 15 et 22 mai 2013 à 9 h 50 ;
- 2e volet : Oliveraies en mer Egée, 14 mai 2013 à 18 h 15
- 3e volet : L’huile, la Mafia et la nouvelle Sicile, 15 mai à 18 h 15
- 4e volet : Le duel des géants, 16 mai à 18 h 15 et 22 mai 2013 à 10 h 35.
- 5e volet : L’olivier en Terre Sainte, 17 mai à 18 h 15 et et 22 mai 2013 à 11 h 20.
dans la semaine du 26 octobre 2014

Visuels : © Quartier Latin/Tiemo Fenner

A lire sur ce blog :
Articles in English

Cet article a été publié le 14 mai 2013 et modifié pour la dernière fois le 30 juillet 2015. Il a été republié le :
- 9 septembre 2013. France 5 a diffusé le 9 et 22 septembre 2013 Huile d'olive, du luxe au trafic ;
- 27 octobre 2014 et 30 juillet 2015.   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire