dimanche 29 novembre 2015

Antisémitisme récurrent à l’aéroport de Roissy


En 2011, des militants anti-israéliens ont crié "Mort aux juifs" à l'aéroport de Roissy. A l'été 2014, des agents d'Aéroport de Paris multiplient les propos et actes vexatoires et blessants à l'égard des passagers Juifs : lors de l'embarquement vers l'Etat d'Israël, notamment au comptoir d'El Al, à la détaxe, etc. Des graffitis en arabe ont été découverts sur quatre avions de la compagnie britannique Easyjet et un avion de la compagnie espagnole Vueling dans des aéroports français, dont au minimum un tag "Allah Akbar", selon des sources policières et aéroportuaires. 


C'est au comptoir d'embarquement de firme aéronautique israélienne El Al que des actes antisémites récurrents surviennent.

"Mort aux Juifs"
Le dimanche 18 septembre 2011, vers 13 h-14 h, au comptoir d’embarquement de la compagnie aérienne israélienne El Al à l'aéroport de Roissy (près de Paris), des militants pro-palestiniens ont empêché l’enregistrement des passagers et de leurs bagages en partance pour l’Etat d’Israël. Ce qui a perturbé le trafic aérien.

Des activistes ont crié : « Mort aux Juifs ! », « Mort à Israël ! »

« Selon les témoins et les victimes sur place « une horde de sauvages a terrorisé, menacé, et intimidé les passagers », précise le BNVCA (Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme) ».

Les policiers sont demeurés passifs.

Il a fallu les réactions indignées du BNVCA et de Dominique Lunel, lobbyiste et « mandataire de nombreuses associations juives », pour que le préfet de Seine-Saint-Denis, département où est situé cet important aéroport francilien, et la police (PAF, Police aux frontières) ramènent le calme. 

Le BNVCA souhaite que « les responsables soient interpellés et traduits devant la justice pour trouble à l’ordre public et incitation à la haine. Le BNVCA « souligne que le « palestinisme » est la source essentielle de l’antisémitisme dans notre pays ».

« Il faut rester vigilant à l’approche de la déclaration de la Palestine à l’Organisation des Nations unies, faire respecter le droit en France, et ne pas laisser des extrémistes mener des actions de ce genre. Les autorités doivent être particulièrement sévères à l’égard de ceux qui importent le conflit au Proche-Orient et d’idéologies qui n’ont pas leur place en France », a déclaré Dominique Lunel.

Ces activistes ont révélé l’inanité à distinguer leur antiisraélisme de l’antisémitisme. Leur haine des Juifs, quelle que soit leur nationalité, ils l’ont vociférée en toute impunité. Tout comme ont agi en toute impunité ceux qui ont prôné le boycott des produits de l’Etat Juif dans des grandes surfaces en saccageant bruyamment des rayons entiers d’articles. Des actions filmées et montrées sur Internet.

Il est surprenant et désolant que des forces de l’ordre soient restés inactives face à ces troubles à l’ordre public et n’aient pas réagi en entendant ces menaces de morts contre des Juifs. Ignorance de la distinction entre un délit et la liberté d’expression ? Manque de formation ? Tolérance ou compréhension ? Ces agents auraient-ils tardé à intervenir si ces violences s’étaient produites par exemple devant le desk d’Air France ?

Nous avons interrogé le groupe Aéroports de Paris sur l’inactivité des forces de l’ordre. Nous transmettrons leur réponse dès réception.

Le 19 septembre 2011, Mélanie Coviaux, responsable Presse Paris-Charles de Gaulle m’a conseillé de m’adresser « directement aux forces de l’ordre afin d’obtenir une réponse ».

Nous avons interrogé la préfecture de Bobigny. Celle-ci nous a déclaré que cinq individus ont été interpellés, dont quatre placés en garde à vue pour non déclaration de manifestation. Le cinquième est poursuivi pour outrage à agent.

Une « protestation » revendiquée
Le site Internet d’EuroPalestine a publié un communiqué sur la « protestation » qui a duré « plus d’une heure et demie dans tout le terminal 2 sans incident » pour « protester contre l’expédition militaire annoncée par la LDJ [Ligue de défense juive, Nda] contre les Palestiniens ». Parmi les slogans : « LDJ fascistes, Sarkozy complice ! », « Sarko, Guéant, vous participez au massacre d’enfants » ! Une violence verbale et une « protestation » injustifiables.

Ces activistes seraient donc intervenus ce 18 septembre 2011 car la LDJ avait annoncé le 3 septembre 2011 un « voyage de solidarité » du « 19 au 25 septembre » en « solidarité avec nos frères israéliens vivant sur la terre de nos ancêtres de Judée et Samarie ». Un argument convaincant ? Non, car les dates de départ ne coïncident pas. D'autant que, le 18 septembre 2011, la LDJ indique sur son site, photo à l'appui, que des « militants de la Ligue bronzaient déjà sous le soleil de Judée et Samarie ».

Un prétexte pour des activistes pro-palestiniens soucieux de faire monter la tension en France à l’approche du vote onusien sur la « Palestine » ? Vraisemblablement.

En tout cas, une tension inutile dont ont fait les frais les passagers, en particulier les enfants et les personnes âgées.

Antisémitisme en 2014
En août 2014, JSS News publie une série de trois articles sur des actes antisémites visant en juillet 2014 des passagers français Juifs à destination d'Israël : vexations et fausses informations par des employés non israéliens au comptoir d'El Al lors de l'embarquement, propos agressifs "Tu n'as qu'à rentrer chez toi dans TON pays", humiliations bureaucratiques et chronophages d'employés issus de la diversité, dont certains membres du syndicat CGT, au risque de retarder le départ de l'avion, etc.

Divers témoignages révèlent de l'antisionisme : « Un jeune homme, probablement musulman, est là, habillé avec son uniforme Aéroport de Paris. Une fois l’administratif de l’embarquement terminé, alors que je m’approche des douanes, le type me dit: « le vol pour la Palestine, c’est porte 32… »

Le troisième témoignage de JSS News serait drôle s'il ne révélait pas les tracasseries bureaucratiques inventées par un agent d'ADP dès qu'il sait que son interlocuteur a la nationalité israélienne. Par contre, dès que l'interlocuteur se présente comme originaire d'Afrique du nord ou du Liban, cet agent renseigne clairement et précisément son interlocuteur.

Graffitis djihadistes
Des graffitis en arabe ont été découverts sur quatre avions de la compagnie britannique Easyjet et un avion de la compagnie espagnole Vueling dans des aéroports français, dont au minimum un tag "Allah Akbar", selon des sources policières et aéroportuaires. Trois cas ont été observés à l'aéroport de Lyon (centre-est), et deux cas à Roissy-Charles-de-Gaulle, près de Paris". A Roissy, le 24 novembre 2014, l'inscription "Allah Akbar" "a été notamment retrouvée sur la trappe à carburant d'un appareil d'Easyjet , arrivé la veille de Budapest. Elle a été effacée avant que les passagers embarquent". La société britannique, qui dessert 17 aéroports en France, a admis qu'un "petit nombre" de graffitis en arabe avait été vus en France sur des avions de la compagnie "dans les deux dernières semaines". Elle "n'a pas précisé à l'AFP la signification de ces inscriptions qui ne sont, selon elle, pas toutes en arabe". "Notre équipe de sécurité est habituée à évaluer toute menace potentielle" et ces graffitis n'ont pas été "considérés comme un problème de sécurité tant par nous que par les autorités", ajoute-t-elle. 

Ces graffitis ne sont "pas un phénomène lié aux attentats" terroristes islamistes du 13 novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis. Ils sont apparus depuis des mois, par intermittences, sur diverses compagnies aériennes. Les enquêteurs estiment que ces inscriptions ont été "inscrites avant l'arrivée de ces avions sur les plateformes aéroportuaires françaises". Ces tags suscitent des interrogations sur la sécurité dans les aéroports. Le 27 novembre 2015, Philippe Riffaut, préfet délégué pour la sécurité et la sûreté des aéroports de Roissy et du Bourget, a indiqué que les "autorisations de travail des 86 000 personnes travaillant dans la "zone réservée" des aéroports parisiens allaient être examinées".

"A supposer que nos dirigeants n'aient pas lu, ou pas voulu lire, "Les mosquées de Roissy" une photo qui connut une large diffusion aurait pu les alerter. On y voyait des syndicalistes CGT de l'aéroport faire la quenelle. Même la CGT (nationale) trouva ça écœurant. Les mis en cause expliquèrent benoîtement qu'ils ignoraient que ce geste avait une connotation anti juive. Et quand on découvrit que le comité d'entreprise qu'ils contrôlaient distribuait à la pelle des billets pour le spectacle de Dieudonné ils répondirent, en vrais démocrates qu'ils étaient, que telle était la demande de leurs adhérents. On vient d'apprendre hier que 5 employés d'ADP [Aéroports de Paris, Ndr] ont, après le carnage de Paris, été privés pour "radicalisation" de leur habilitation à travailler sur l'aéroport. Et dans la foulée, il fut annoncé qu'il y en avait eu en tout 57 depuis les attentats de janvier. Ce qui avait été passé sous silence sans doute pour ne pas choquer. Si l'on veut connaître les raisons -purement objectives- de ce qui se passe depuis des années à Roissy, un simple constat statistique s'impose. ADP est le premier employeur de Seine Saint Denis. Recommandation lui est faite de recruter autant que possible une main d'œuvre locale. Le catholicisme n'est pas la religion dominante dans le 93"(département de Seine-Saint-Denis)", a écrit Benoït Rayski (Atlantico, 29 novembre 2015).

Articles sur ce blog concernant :
Aviation 



Cet article a été publié le 18 septembre 2011, 11 août 2014. Il a été modifié le 29 novembre 2015.

1 commentaire:

  1. Charles Trenet - Douce France
    https://www.youtube.com/watch?v=T0Ynz0Kt-vU

    RépondreSupprimer