lundi 29 janvier 2018

« Auschwitz Projekt » par Emil Weiss


Arte diffusera le 30 janvier 2018 « Auschwitz Projekt » (Auschwitz. Das Projekt) par Emil Weiss. « À travers d'époustouflantes images aériennes et des témoignages poignants, Emil Weiss montre comment Auschwitz fut la quintessence d'un projet d'aménagement territorial global de l'Europe de l'Est orchestré par Hitler ». Là, étaient appliquées « les politiques mises en œuvre par l’État nazi : entreprise concentrationnaire et génocidaire, programmes d'ordre territorial, racial, industriel, agricole et scientifique ». 
    

Fondée en 1987, la société Michkan World Productions a produit des documents historiques concernant la Deuxième Guerre mondiale, notamment la série Hourban (Destruction). 

Hourban
« Auschwitz Projekt » par Emil Weiss est le quatrième volet de sa série documentaire Hourban constituée par « Auschwitz, premiers témoignages », « Criminal Doctors. Auschwitz » puis « Sonderkommando. Auschwitz-Birkenau » sur les rares déportés chargés de faire fonctionner les fours crématoires de ce camp nazi d’extermination situé en Pologne.

« Auteur pour ARTE d'une trilogie sur Auschwitz, Hourban (Destruction), Emil Weiss met en évidence les vestiges topographiques du site concentrationnaire grâce à d'impressionnantes vues aériennes ». 

« Zone d'intérêt »
« Auschwitz. Le nom évoque d'abord le plus grand camp de concentration et d'extermination nazi où périrent plus d'un million d'hommes, de femmes et d'enfants, juifs dans leur immense majorité ».

« Mais il est aussi associé à un énorme projet d'aménagement territorial de l'Europe de l'Est annexée au Grand Reich, avec, dès 1940, la mise en chantier d'une « zone d'intérêt » d'une superficie de 40 km² ». 

Sous le nom d’« Auschwitz » se dissimule « en réalité un vaste complexe qui regroupe une myriade d’installations très diverses disséminées sur un territoire de plus de 40 km² ».

« Outre les trois principaux camps, (Auschwitz I, Auschwitz II Birkenau et Auschwitz III Monowitz), on y trouve des fermes, des camps annexes, des centres de recherche ou encore un projet urbain ». 

« À l'extérieur de cette zone, le complexe se prolonge sur des dizaines de kilomètres avec une trentaine d'autres camps, des usines et des mines ». 

« Un projet global qui répond aux deux obsessions du Führer : le Lebensraum, la conquête de « l’espace vital » que constitue l’Est européen, et l’extermination des Juifs ».

« Sur ce vaste espace sont appliquées toutes les politiques mises en œuvre par l’État nazi puisqu'à l'entreprise concentrationnaire et génocidaire s'ajoutent des programmes d'ordre territorial, racial, industriel, agricole et scientifique ». 

« Des témoignages extraits des écrits de Primo Levi, Charlotte Delbo et Simone Veil, qui travailla dans le camp de Bobrek créé par Siemens, viennent aussi rappeler à quel point le complexe fut une manne lucrative pour le IIIe Reich, qui louait à bas coût ses prisonniers aux firmes allemandes, comme Krupp et IG Farben ». 

Emil Weiss « souligne ainsi comment la participation massive de l'industrie a rendu possibles la germanisation d'Auschwitz et l'extermination de millions de personnes ».

« En montrant les vestiges existants sur le terrain, Auschwitz Projekt présente la première opération de grande envergure visant l’aménagement territorial de l’Europe de l’Est annexé au Grand Reich. Ici sont réunies toutes les politiques mises en œuvre par l’État nazi : la politique territoriale, la politique démographique et raciale, la politique concentrationnaire, la politique d’extermination, la politique industrielle, la politique agricole et celle de la recherche scientifique. Auschwitz est en réalité l’ « immanence incandescente » du projet hitlérien ».

« On retrouve ici toutes les politiques mises en oeuvre par l’Etat nazi: la politique territoriale, la politique démographique et raciale, la politique concentrationnaire, la politique d’extermination, la politique industrielle, la politique agricole et celle de la recherche scientifique. Selon le même principe d’écriture que sa trilogie précédente, Emil Weiss décrit cette fois le fonctionnement économique d’Auschwitz dans sa globalité »

« Auschwitz Projekt » par Emil Weiss
France, Mishkan World Productions, Arte, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, 2017, 57 min.
Sur Arte le 30 janvier 2018 à 23 h 10 dans le cadre de la Journée de la mémoire de l'Holocauste
  
Visuels :
Sous le nom d’« Auschwitz » se cache en réalité un vaste complexe qui regroupe une myriade d’installations très diverses disséminées sur un territoire de plus de 40 km². On retrouve ici toutes les politiques mises en œuvre par l’Etat nazi: la politique territoriale, la politique démographique et raciale, la politique concentrationnaire, la politique d’extermination, la politique industrielle, la politique agricole et celle de la recherche scientifique.
La mine de charbon du camp d'Auschwitz mines de charbon (Janina)
La vieille ville d'Auschwitz
Le camp annexe d'Auschwitz, Rajsko (Pépinière)
L'ancien bâtiment de l'Union Werke
© DR, Mishkan World Productions

A lire sur ce blog :
Articles in English
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire