samedi 1 avril 2017

« La statue de la liberté. Naissance d'un symbole », par Mark Daniels


Arte a rediffusé « La statue de la liberté. Naissance d'un symbole » (« Lady Liberty » Freiheit erleuchtet die Welt), documentaire passionnant et didactique de Mark Daniels. L’histoire mouvementée de la sculpture conçue par Auguste Bartholdi (1834-1904), artiste et entrepreneur français. Une aventure débutée en 1875 et achevée en 1886. Une statue gigantesque gigantesque symbole de l’Amérique. Histoire diffusera les 2, 11 et 16 avril 2017 Bartholdi, le sculpteur qui éclaira le monde, documentaire de Dominique Eloudy (2010). "Frédéric-Auguste Bartholdi fait partie de ces artistes dont la notoriété a été éclipsée, au fil du temps, par celle de ses œuvres. Comme s'il avait été dépassé par leur importance, leur impact, à l'image de la plus monumentale de ses sculptures : la statue de la liberté. Mais qui était vraiment Bartholdi ? Que voulait-il transmettre ? Comment la Franc-Maçonnerie a eu une influence prédominante sur sa vie ? Quels étaient les liens qui unissaient Bartholdi aux francs-maçons ? Comment et pourquoi ils l'ont accompagné et aidé durant toute sa vie ? En se penchant sur son itinéraire de vie, on peut tenter d'approcher la cohérence de son œuvre et comprendre son parcours artistique, celui d'un homme engagé dévouant son art à ses valeurs. De sa première sculpture, celle du Général Rapp à Colmar, au Lion de Belfort, symbole du patriotisme français, du Mystère d'Isis à la statue de la Liberté, c'est tout un parcours que l'on retrace".

« Gustave Eiffel, le magicien du fer »
« La statue de la liberté. Naissance d'un symbole », par Mark Daniels

La « fabuleuse saga de la statue de la Liberté : retour sur le projet extravagant du sculpteur alsacien Auguste Bartholdi, héritier d'une famille de notables de province,  et sur une épopée de vingt ans (1865-1886), pleine de rebondissements ».

« Genèse mouvementée »
Sous le Second Empire, l'empereur Napoléon III décore Paris de statues.

« Avril 1865. Une poignée de Républicains ardents admirateurs de la démocratie américaine se réunissent à Glatigny pour célébrer l'abolition de l'esclavage aux États-Unis et rendre hommage au président Lincoln, assassiné six jours auparavant ». 

Au cours du dîner, Édouard de Laboulaye (1811-1883), juriste expert en droit constitutionnel, admirateur de la jeune démocratie américaine divisée par une guerre civile (1961-1865), prisant les libertés, académicien et politicien ayant organisé cette réunion discrète, « évoque avec passion l'idée d'une statue colossale, symbole de liberté, comme cadeau de la France à l'Amérique » pour le centenaire de l’indépendance américaine (1776), dont La Fayette a été un artisan, et « sceller l’amitié entre les deux peuples ». Un acte marquant l’opposition au Second Empire de Napoléon III et à sa diplomatie, et survenant juste après l'assassinat du président Abraham Lincoln. Un discours exalté qui subjugue un jeune sculpteur présent parmi les convives : Auguste Bartholdi. Le projet de la future Statue de la Liberté est né ».

Un « chantier alors insensé auquel le statuaire natif de Colmar va consacrer vingt ans de sa vie, remuant ciel et terre de part et d'autre de l'Atlantique, pour permettre à sa Liberté éclairant le monde de dominer le port de New York le 28 octobre 1886 ».

En 1867, Paris accueille l'Exposition universelle à la gloire du progrès économique et scientifique française. La statue de Champollion d'Auguste Bartholdi est repérée par Ferdinand de Lesseps qui évoque alors son projet de canal de Suez. Bartholdi souhaite se joindre à cette aventure. Il avait rapporté des clichés de son séjour en Egypte, avait été impressionné par les colosses de Memnon. Il songe à une oeuvre à la hauteur du projet ambitieux du canal. Il dessine une fedayin, paysanne égyptienne, haute comme le colosse de Rhodes, et brandissant une torche. Le Khédive peut seul autoriser le projet. En 1869. Bartholdi a rencontré les puissants pouvant autoriser la concrétisation de son projet statuaire. En vain. Bartholdi se rend sur le chantier du canal, et est étonné par les machines à la pointe de la technologie utilisées. C'est un "choc esthétique". L'artiste "est partagé entre l'ancien et le moderne, le crayon et l'appareil photo". C'est une statue de Ferdinand de Lesseps qui est placée à l'ouverture du canal de Lesseps. Bartholdi retravaille son dessin originel, en modifie la gestuelle, le vêtement.

1870. Bartholdi sert dans la garde nationale pendant la guerre contre la Prusse. Il déplore que le "bronze destiné à ses statues est utilisé pour la fabrication de canons". Sa région natale, l'Alsace, est occupée par la Prusse. Paris est assiégé. Agent de liaison du gouvernement républicain, il rencontre Garibaldi qui avait lutté pour l'indépendance de l'Italie. Bartholdi comprend progressivement ce qu'est la république. A Paris, c'est la Commune et son programme révolutionnaire. En mai 1871, elle est écrasée par les Versaillais.

Bartholdi se souvient alors d'un projet pour l'indépendance américaine, glorifiant la république. Il se rend aux Etats-Unis, en plein essor économique, alors que la France réfléchit à son passé et à son avenir. Il a "le génie de la mise en scène, repère vite les lieux où il va ériger ses œuvres". Il choisit le site de la Statue de la Liberté : dans l’île de Beldoe, sur l'Hudson river. Il est bien accueilli par les architectes de Central Park, des politiciens, le président Grant en villégiature dans le New Jersey. Pour réussir, il étudie l'esprit américain, se familiarise avec le pays. Ce touriste peint les chutes du Niagara, Chicago. "Un voyage artistique dans les villes et lieux sauvages" pendant cinq mois. Dans un club sélect américain, il présente en anglais son projet onéreux. Sans trouver de financement auprès de pragmatiques hommes d'affaires américains.

1872. Il reçoit la commande d'une statue à Belfort. Il suggère un lion. Surprise des Belfortains qui finalement acceptent. Une oeuvre colossale. Une dimension à la mode, dans des registres religieux ou laïcs.

Sa statue, Bartholdi la veut éternelle et symbolique, métaphorique, allégorique. La tablette rappelle les Tables de la Loi de Moïse.

En janvier 1875. Les députés français instaurent un régime républicain.

Pendant un an, Bartholdi va construire sa statue - 46 mètres de haut - tout en recherchant des financements. Sans soutien des pouvoirs publics français et américains. Le sculpteur martèle la feuille de cuivre, soit la technique du repoussé. Quant à la structure métallique, elle résulte du travail de l’architecte Viollet-le-Duc, qui décède sans laisser de plan pour assembler les morceaux de la statue, puis de Gustave Eiffel. Les photos du chantier permettent de suivre les étapes.

« Au fil des photos d'archives et des scènes de reconstitution, Mark Daniels retrace la genèse mouvementée de la plus célèbre statue du monde et revient sur la trajectoire hors du commun de son créateur ». Initiée en 1875, la construction de la statue se poursuit sur plus de dix ans, à Paris, dans le quartier de la plaine Monceau, dans les ateliers de la cuivrerie d’art Gaget, Gauthier et Cie (XVIIe arrondissement).

Créée par de Laboulaye, l'Union franco-américaine recueille les dons, notamment lors d'un concert de Gounod à l'Opéra de Paris. Le coût final de la statue ? Plus de deux millions de francs.

Une statue en cuivre immense dans le style antique du colosse de Rhodes, dont la main brandissant le flambeau est montrée, avec deux mois de retard, mais avec succès, pour la première fois au public lors de l’Exposition universelle de 1876 à Philadelphie, la première dans la jeune nation. Près de 100 000 visiteurs s'y rendent. Bartholdi accède à la célébrité.

Quel est le modèle du visage de cette statue ? Les historiens sont partagés. Pour certains, le sculpteur s’est inspiré de sa mère, de déesses antiques, ou aurait opéré une synthèse entre plusieurs visages de femmes. Selon Nathalie Salmon, l’Américaine Sarah Coblenzer, future épouse de l’ami et fondé de pouvoir Adolphe Salmon, a posé pour le sculpteur lors d’un séjour en Europe. La tête de la statue attire le public de l’Exposition universelle de Paris en 1878. Des centaines montent à l'intérieur de la tête. Bartholdi créent des événements publicitaires pour susciter l'adhésion populaire. Le financement est acquis, et l'inauguration prévue en 1883. Eiffel utilise une structure métallique utilisée aussi lors de la construction des gratte-ciels.

Aux ateliers Gaget, Gauthier et Cie, les visiteurs se pressent pour admirer cette statue surplombant le XVIIe arrondissement de Paris. 

Après un périple transatlantique, les morceaux constituant la statue arrivent à New York le 19 juin 1885. Manque le piédestal ! Nouvelle collecte de fonds et fabrication du socle. Architecte d'immenses résidences, Richard Morris Hunt conçoit le piédestal, innovation d’ingénierie pour stabiliser la statue malgré le vent. Une copie de la déclaration de l'Indépendance est insérée lors de la pose de la première pièce du socle.

Le 25 mai 1883, Édouard de Laboulaye meurt.

1884. Le poète Victor Hugo visite, admiratif, l'intérieur de la statue. Une "caution qui compte".

Le 16 mars 1885, le journaliste Joseph Pulitzer écrit un article dans le New York World pour inciter au financement du solde nécessaire à l'achèvement de la statue, "perçue comme symbole de la nation et du peuple" : "We must raise the money! The World is the people's paper, and now it appeals to the people to come forward and raise the money. The $250,000 that the making of the Statue cost was paid in by the masses of the French people- by the working men, the tradesmen, the shop girls, the artisans- by all, irrespective of class or condition. Let us respond in like manner. Let us not wait for the millionaires to give us this money. It is not a gift from the millionaires of France to the millionaires of America, but a gift of the whole people of France to the whole people of America". Cinq mois plus tard, ce journal a récolté 100 000 dollars.

La statue Liberty Enlightening the World (La Liberté éclairant le monde) est inaugurée le 28 octobre 1886, le Bartholdy Day. Joseph Pulitzer est absent de la cérémonie sous la pluie : il est né à l'étranger et Juif. A l’entrée du port de New York, sur l’île de Beldoe, dénommée ensuite Liberty Island, la statue signale aux immigrants embarqués qu’ils sont arrivés dans ce Nouveau Monde auquel ils rêvaient.

« Brossant le portrait d'un sculpteur de génie également fin publicitaire, auteur notamment du monumental Lion de Belfort, le documentariste montre comment Bartholdi est parvenu à force d'obstination à imposer sa Liberté éclairant le monde aux décideurs français et américains. Le risque de censure de ce projet trop républicain pour les autorités du Second Empire, les réticences des industriels américains à financer cette entreprise, des contraintes techniques inédites... autant d'obstacles qu'il a surmontés en persuadant les hommes les plus illustres de son temps – Gustave Eiffel, Joseph Pulitzer – de se joindre à l'aventure ».

En 1903, est gravé sur le socle le sonnet The New Colossus (« Le nouveau colosse », 1883) d’Emma Lazarus (1849-1887), poétesse américaine, née dans une famille juive sépharade d’origine portugaise  installée à New York depuis des générations :
« Keep, ancient lands, your storied pomp!” cries she
With silent lips. Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free,
The wretched refuse of your teeming shore.
Send these, the homeless, tempest-tost to me,
I lift my lamp beside the golden door ! »
« Garde, Vieux Monde, tes fastes d'un autre âge, crie-t-elle
Avec des lèvres silencieuses. Donne-moi tes exténués, tes pauvres,
Qui en rangs serrés languissent de vivre libres,
Le rebut de tes rivages surpeuplés.
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête m'apporte,
De ma lumière, j'éclaire la porte d'or !
» 
Haute de plus de 92 mètres, socle compris, la statue de la Liberté est déclarée monument national en 1924.

Des reproductions de cette Statue décorent Paris, la baie de Tokyo, etc.

En 1984, la statue de la Liberté est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial  de l’UNESCO.

Un modèle réduit de la statue de la Liberté trône au début d’un parcours du musée d’Orsay.

Symbole
La Statue symbolise la liberté triomphant de l’oppression. 

Elle a été représentée dans de nombreux films.

Le 7 décembre 2015, Donald J. Trump, candidat aux primaires républicaines pour l'élection présidentielle de 2016, a appelé à "arrêt total et complet de l'entée des musulmans aux Etats-Unis jusqu'à ce que les représentants de notre pays comprennent ce qui se passe. Selon Pew Research, un institut de sondage parmi d'autres, il y a une grande haine à l'égard des Américains parmi de larges segments de la population musulmane. Très récemment, un sondage du Center for Security Policy a montré que "25% des sondés étaient d'accord que la violence contre les Américains ici aux Etats-Unis est justifiée comme une partie du djihad global" et 51% des sondés "étaient d'accord que les musulmans en Amérique devraient avoir le choix d'être gouvernés selon la sharia". La sharia autorise de telles atrocités tel le meurtre contre les non-croyants qui refusent la conversion, la décapitation et des actes plus impensables qui nuisent gravement aux Américains, spécialement aux femmes". Donald J. Trump a déclaré : "Sans regarder ces différents sondages, il est évident pour tout le monde que cette haine est incompréhensible.  Nous devrons déterminer l'origine et la cause de cette haine. Jusqu'à ce que nous soyons capables de déterminer et de comprendre ce problème et la menace dangereuse qu'il pose, notre pays ne peut pas être les victimes d'attentats épouvantables par des gens qui croient seulement au djihad, et n'ont aucun sens de la raison ou du respect de la vie humaine. Si je gagne l'élection présidentielle, nous feront que l'Amérique soit de nouveau Grande".

Une déclaration qui a indigné certains de ses rivaux républicains - Jeff Bush -, le président Obama, des organisations Juives américaines, etc. Des membres de la Knesset ont exhorté le Premier ministre Benjamin Netanyahu à ne pas recevoir Donald Trump. Le 9 décembre 2015, le Premier ministre israélien a répondu qu'Israël assurait la liberté de culte, rejetait les propos de Donald Trump et accueillait tous les candidats américains à l'élection présidentielle. Donald Trump a reporté la date de sa visite en Israël.

"Ce que je fais n'est pas différent de ce qu'a fait FDR (Franklin Delanoe Roosevelt, Ndr). Nous n'avons pas d'autre choix. Il y a des gens qui veulent se faire exploser dans nos immeubles, dans nos villes" , a déclaré Donald Trump lors de l'émission "Good Morning America" sur ABC. Et d'ajouter que la politique de Roosevelt était pire. Peu après l'attaque japonaise à Pearl Harbour du 7 décembre 1941, lors de la Seconde Guerre mondiale, plus de 110 000 personnes d'origine japonaise ont été internés dans des camps gouvernements (1942-1946).

Alors que des Américains étaient otages en 1979-1980 de l'Iran des ayatollahs, le président démocrate Jimmy Carter a exercé des pressions sur le régime iranien en interdisant l'entrée aux Etats-Unis des Iraniens, sauf ceux admis pour des raisons d'urgences médicales ou leur opposition au régime shiite. Il a notamment invoqué le Nationality Act de 1952. Environ 15 000 Iraniens ont été contraints de quitter les Etats-Unis en raison de leur séjour irrégulier dans ce pays.

Le 9 décembre 2015, The new York Daily News a publié  en Une un dessin portraiturant Donald Trump en terroriste islamiste d’ISIS (Etat islamique) ayant décapité au sabre la statue de la Liberté et brandissant la tête de la statue. En titre, une déclinaison de la célèbre citation du pasteur Martin Niemöller (1892-1984), adversaire du Führer Adolf Hitler et interné dans un camp de concentration nazi pendant sept ans : 
« D’abord, ils sont venus chercher les socialistes, et je n’ai rien dit
Parce que je n’étais pas socialiste.
Puis, ils sont venus chercher les syndicalistes, et je n’ai rien dit
Parce que je n’étais pas syndicaliste.
Ensuite, ils sont venus chercher les Juifs, et je n’ai rien dit
Parce que je n’étais pas Juif.
Alors, ils sont venus me chercher – et il n’y avait personne pour parler en ma faveur ».
Le journal américain a inscrit en larges caractères gras cette adaptation de ce poème : 
« When Trump came for the Mexicans, I did not speak out -- as I was not a Mexican. When he came for the Muslims, I did not speak out -- as I was not a Muslim. Then he came for me... » (« Quand Trump est venu pour chercher les Mexicains, je n’ai rien dit parce que je n’étais pas un Mexicain. Quand il est venu pour chercher les musulmans, je n’ai rien dit parce que je n’étais pas musulman. Puis il est venu pour moi… »)
La parallèle infamant entre Donald Trump et les Nazis est soutenu dans un article signé par Max Paul Friedman, professeur d’Histoire à l’American University, auteur de et publié par ce journal. 

La reductio ad Hitlerum devrait être bannie des débats, a fortiori de ce débat crucial sur la sécurité des Américains visés par les islamistes, et révèle l’impossibilité d’analyser la réalité. En l’occurrence, elle s’avère infondée et choquante. Donald Trump n’a pas menacé de mort les musulmans, et son programme n’a aucun lien avec l’idéologie nazie. Les migrants musulmans ne sont pas les Juifs persécutés par le IIIe Reich qui a tué six millions de Juifs lors de la Shoah. L'islam n'est pas le judaïsme.
   
Le 2 juin 2016, Histoire diffusa Bartholdi, le sculpteur qui éclaira le monde, documentaire de Dominique Eloudy : "Frédéric-Auguste Bartholdi fait partie de ces artistes dont la notoriété a été éclipsée, au fil du temps, par celle de ses œuvres. Comme s'il avait été dépassé par leur importance, leur impact, à l'image de la plus monumentale de ses sculptures : la statue de la liberté. Mais qui était vraiment Bartholdi ? Que voulait-il transmettre ? Comment la Franc-Maçonnerie a eu une influence prédominante sur sa vie ? Quels étaient les liens qui unissaient Bartholdi aux francs-maçons ? Comment et pourquoi ils l'ont accompagné et aidé durant toute sa vie ? En se penchant sur son itinéraire de vie, on peut tenter d'approcher la cohérence de son œuvre et comprendre son parcours artistique, celui d'un homme engagé dévouant son art à ses valeurs. De sa première sculpture, celle du Général Rapp à Colmar, au Lion de Belfort, symbole du patriotisme français, du Mystère d'Isis à la statue de la Liberté, c'est tout un parcours que l'on retrace".

Arte, 2013, 89 min
Sur Arte le 15 décembre 2015 à 20 h 55, les 12 juillet et 9 août 2016 

Visuels : © Alle Rechte vorbehalten/www.fond-ecran-image.com

Bartholdi, le sculpteur qui éclaira le monde, documentaire de Dominique Eloudy 
Sur Histoire les 29 février, 1er et 7 mars 2016

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sur la série sont d'Arte. Cet article a été publié le 15 décembre 2015, puis les 24 février, 1er juin et 12 juillet 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire