Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

vendredi 9 juin 2017

Camille Pissarro - Impressions gravées


Le Musée Tavet-Delacour présente l’exposition Camille Pissarro - Impressions gravées. Deux hommages de la ville de Pontoise à un artiste danois juif qui l’a souvent peinte, à l’un des co-inventeurs de l’estampe impressionniste.

Expositions inédites, ateliers, visites guidées... la Ville de Pontoise rend hommage à un des plus talentueux et célèbres pontoisiens, Camille Pissarro (1830-1903). 

Artiste danois juif, Camille Pissarro « découvre Pontoise en 1866 et, pendant près de dix-huit ans, la peint comme aucun autre ». Une ville jusque-là négligée par les peintres. « Pour un paysagiste qui cherche à se démarquer de ses contemporains, c’est un atout majeur. Pontoise présente d’autres avantages, dont sa proximité avec Paris, et une grande diversité de paysages : urbains, industriels, ruraux, fluviaux… »

En 1872, Pissarro « s’installe avec sa famille dans le quartier de l’Hermitage et invite ses amis peintres à le rejoindre : Belliard, Guillaumin, Cézanne... Avec ce dernier, c’est le début d’une longue collaboration. Les deux artistes impressionnistes partagent les mêmes motifs : Pontoise, ses chemins, ses jardins, ses ponts... La ville sera croquée sous toutes les coutures ». 
« Avec le départ de Pissarro dans l’Oise débute une période d’oubli ». 

Une ville pour muse
« Camille Pissarro fut aux côtés de Degas, le grand rénovateur de la gravure originale. Par ses recherches associant librement eau-forte, aquatinte et pointe sèche, il a inventé l’estampe impressionniste. Pissarro nommera d’ailleurs ses gravures : des impressions gravées. L’exposition bénéficie des collections du musée Camille Pissarro, mais aussi du partenariat exceptionnel de la Bibliothèque Nationale de France avec le prêt d’une quarantaine d’estampes. Cet important ensemble, complété par des prêts de collections privées et de précieux monotypes du musée d’art moderne André Malraux au Havre et du musée Faure d’Aix-les-Bains, constitue la plus importante exposition de son œuvre gravé. C’est dire la richesse de l’exposition ! Le public pourra y admirer différentes techniques et motifs : paysages, scènes de marchés, baigneuses, vues urbaines et portuaires… et bien sûr toute une série consacrée à Pontoise. L’occasion de redécouvrir la ville sous un autre jour. C’est d’ailleurs pour s’en protéger que l’exposition aura lieu au musée Tavet-Delacour. Les gravures nécessitent en effet des conditions d’exposition très rigoureuses : une lumière douce sans ultra violet. Une pénombre dans laquelle les œuvres s’illuminent », a écrit Christophe Duvivier, directeur des musées Tavet-Delacour et Camille Pissarro de Pontoise.

« C’est à l’aube des années 1860 que Camille Pissarro  grave ses premières eaux fortes. En 1873, à l’initiative de Dr. Gachet, il renoue avec la gravure en compagnie de Guillaumin et de Cézanne. Puis à partir de 1879, Degas l’initie aux encrages en couleurs. Dès lors, par la multiplication des états d’un même motif, Pissarro va faire de la gravure un outil d’expérimentation. Cette possibilité de comparer les déclinaisons d’un motif constitue une découverte précieuse qui le prépare alors à ses célèbres séries urbaines et portuaires. Il nomme ses gravures des "Impressions gravées". Par la gravure, Pissarro poursuit ou devance parfois ses études dans d’autres techniques. Avec son oeuvre gravé, Pissarro prend place dans le cercle très fermé des plus grands peintres graveurs de tous les temps aux côtés de Rembrandt, Goya, Degas et Picasso ».

« Par ses recherches combinant librement eau-forte, aquatinte et pointe sèche, Camille Pissarro introduisit cette expression  artistique dans l’univers de l’Impressionnisme. A côté de son œuvre gravé qui compte près de 200 estampes, Pissarro a réalisé une trentaine de monotypes. Ces œuvres, uniques par définition, sont rarement exposées en raison de leur rareté et de leur fragilité ». 

Cette exposition « bénéficie du prêt d’une quarantaine de gravures de la Bibliothèque Nationale et de précieux monotypes du Musée d’Art Moderne André Malraux du Havre et du Musée Faure d’Aix-les-Bains. Elle constitue la plus importante exposition dédiée à ce domaine de son œuvre, réalisée en France depuis des décennies ».

Musée Pissarro
« Pendant près d’un siècle, Pontoise néglige la mémoire » de Pissarro. 

« En 1975, l’association Les amis de Camille Pissarro réveille la belle endormie et encourage la ville à créer un musée consacré au peintre, à ses fils - Lucien, Georges, Ludovic-Rodo -, mais aussi à d’autres grands paysagistes. Des archives et des œuvres sont alors acquises par donation ou par achat. Le musée Camille Pissarro est inauguré en 1980, à l’occasion des 150 ans de la naissance du peintre. Installé au premier étage d’une maison bourgeoise, située sur le site de l’ancien château, le musée domine la vallée de l’Oise. Celui-ci présente, par rotation, des œuvres de Camille Pissarro, Georges Manzana-Pissarro, Signac, Guillaumin, Hayet, Piette, Daubigny… »

Au Musée Pissarro réaménagé, agrandi, dédié à l’Impressionnisme, l’exposition Camille Pissaro et ses amis - Impressions de l'Oise, consacrée à Camille Pissarro et aux paysagistes impressionnistes et postimpressionnistes du département, accompagne celle sur l’œuvre gravé de Pissarro. Quelques 130 œuvres - peintures, gouaches ou œuvres graphiques - de Camille Pissarro, de ses fils et de ses amis. Les tableaux et dessins de Lucien Pissarro, Georges Manzana-Pissarro, Ludovic-Rodo Pissarro, Félix Pissarro et Paulémile Pissarro, ainsi que ceux de Paul Signac, Ludovic Piette, Louis Hayet, Gustave Caillebotte, Edouard Béliard, Henri Matisse, William Thornley, Octave Linet, Luis Jimenez, Emilio Sanchez-Perrier, Emilio Boggio raviront les amateurs de paysages du XIXème Siècle. 
  

Jusqu'au 11 juin 2017
Au Musée Tavet-Delacour
4, rue Lemercier. 95300 Pontoise
Tél. : 01 30 38 02 40
Du mercredi au dimanche de 10 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 18 h

Au Musée Camille-Pissarro
17, Rue du Château
95300 Pontoise

Visuels
Paysannes à l'herbe, 1895
98 x 140 mm
Eau-forte en couleurs
Etat unique
Épreuve en couleurs (4 planches)
Paris, Bibliothèque nationale de France

A lire sur ce blog :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire