Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

dimanche 9 décembre 2018

« Le flic casher »


Arte diffusera le 10 décembre 2018, dans le cadre de Regards, « Le flic casher » (Re: Der koschere Cop. Ein Polizist kämpft gegen Judenhass). Un reportage sur Sammy Ghozlan, Français juif né en Algérie, commissaire de police à la retraite, fondateur du BNVCA (Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme) qui a fait son aliyah.

En 2001, un panorama des nouveaux visages des antisémitismes
Demain les Juifs de France
Antisémitismes de France
Rassemblement crépusculaire à l’appel d’organisations Juives françaises
« La condition juive en France. La tentation de l’entre soi » par Dominique Schnapper, Chantal Bordes-Benayoun et Freddy Raphaël
Un sondage français biaisé sur l’évolution de la relation à l’autre
Interview de Maitre Axel Metzker, avocat de la famille Selam
Le procès du gang des Barbares devant la Cour d'assises des mineurs de Paris (1/5) 
Attentats islamistes, dont l’un antisémite, à Toulouse et Montauban par Mohamed Merah, djihadiste salafiste franco-algérien
Spoliations de Français juifs : l’affaire Krief (version longue) 

« Leurs histoires ne font pas la une mais elles émeuvent, surprennent et donnent à réfléchir. En prise avec un thème d’actualité, les reportages choisis par ARTE Regards vont à la rencontre de citoyens européens et proposent une plongée inédite dans leurs réalités quotidiennes ».

« De nombreux Juifs ne se sentent plus en sécurité en France, ils sont des milliers à quitter le pays ».

Né à Constantine (Algérie), Sammy Ghozlan garde vivace le souvenir du pogrom de Constantine en 1934. Le "pogrom au nom du djihad" (Shmuel Trigano) du 5 août 1934, à Constantine (Algérie), sans intervention de l'Armée ou de la police françaises, a causé 27 victimes Juives, enfants et adultes généralement égorgés et 26 Juifs blessés, des incendies, saccages et pillages de magasins et logements de Français Juifs. Plus de 3 000 Juifs - un tiers des Juifs constantinois - ayant besoin d'assistance sociale après ce pogrom, etc. Cpogrom avait été précédé le 3 août 1934 de violents incidents dans le Constantinois. Au  coût financier de 150 millions de francs Poincaré de l'époque, il a été suivi pendant des mois par le boycott de magasins Juifs, du non paiement par des musulmans de leurs dettes auprès de leurs prêteurs Juifs, etc.

Quand l'Intifada II éclate à l'initiative de Yasser Arafat, le nombre d'actes antisémites croît considérablement en France. Agressions physiques et verbales se multiplient. Déni, minoration, quasi-justification... Les autorités politiques françaises au plus haut niveau évoluent progressivement, lentement, de la négation de la réalité, aux explications erronées : "tensions inter-communautaires", etc.

Sammy Ghozlan crée le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA). afin de recenser les actes antisémites, accompagner les victimes en justice, lutter contre les boycotts d'Israël en poursuivant lors de procès coûteux ceux qui enfreignent la loi... 

Il souligne la dangereuse alliance entre gauchistes et islamistes - il avait étudié le développement de réseaux islamistes dans le nord de la France -, le rôle du "palestinisme" comme carburant de la haine des Juifs.

« Il y a quatre ans, Sammy Ghozlan, commissaire de police à la retraite, et Monique, son épouse, se sont installés en Israël : ils avaient été plusieurs fois menacés de mort. Mais ils reviennent régulièrement à Paris, leur ancien chez eux... »

Il retourne dans les quartiers qu'il fréquentait, et où ont disparu des commerces cacher.

L'imam Hassen Chalghoumi lui a confié qu'un jeune musulman lui a demandé s'il était "vrai qu'un musulman va au Paradis quand il tue un Juif". Il amène des adolescents musulmans visiter une magnifique synagogue.

Lors d'un repas familial, la question de l'aliyah est évoquée : le nombre de classes dans les écoles juives diminuent, tout comme l'effectif scolaire. Mais les parents quasi-quinquagénaires sont attachés à la France, ont conscience des difficultés de l'aliyah. Et Sammy Ghozlan insiste : "Il ne faut pas fuir la France, comme j'ai du fuir l'Algérie..."


Allemagne, 2018
Sur Arte le 10 décembre 2018 à 13 h

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont d'Arte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire