Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mercredi 17 octobre 2018

« 1648 - La paix de Westphalie » par Holger Preuße


Arte diffusera le 21 octobre 2018 « 1648 - La paix de Westphalie » (1648 - Der lange Weg zum Frieden. Wie der Dreißigjährige Krieg beendet wurde) par Holger Preuße. « Entre 1618 et 1648, une grande partie de l'Europe est dévastée par une guerre opposant catholiques et protestants, mais qui implique également les grandes puissances du continent, qui toutes cherchent à protéger leurs territoires. Voici les derniers jours des négociations qui ont mis fin à la guerre de Trente Ans, racontés à la manière d'un film d'action. »

« Luther, la Réforme et le Pape », par Thomas Furch 
La fabrique des saintes images. Rome-Paris, 1580-1660 


La guerre de Trente Ans sur le continent européen marque la lutte entre protestantisme et catholicisme : les États allemands protestants du Saint-Empire, les puissances européennes voisines à majorité protestante, Provinces-Unies et pays scandinaves, ainsi que la France qui, bien que "fille aînée de l'Eglise" et combattant les protestants sur son territoire, voulait réduire la puissance de la maison de Habsbourg, étaient opposés au  camp des Habsbourg d’Espagne et du Saint-Empire, bénéficiant du soutien de la papauté. Ce conflit a opposé la féodalité à l'absolutisme.

24 octobre 1648. La paix de Westphalie met un terme à la Guerre de Trente ans par la victoire de l'absolutisme. Une conférence diplomatique met fin à l’état de belligérance en fixant les conditions d’une coexistence pacifique entre Etats souverains. Est affirmé alors politiquement l’État-nation moderne, entité juridique détenant le monopole de la violence légitime et personne morale dans le cadre du droit international. Sur le plan religieux, s'applique le principe exprimé par la maxime latine "Cujus regio, ejus religio" (« A qui appartient la région, de celui-là la religion ») : la religion du souverain détermine celle de l'Etat et des habitants. Un nouvel ordre qui passe par l'équilibre des puissances, sans supprimer la guerre. Une longue ère, coupée de parenthèses guerrières, qui disparaît avec la Première Guerre mondiale.
  
« Pour la première fois dans l'histoire, l'issue de ce long conflit va se jouer à la table des diplomates ». 

« Concentrée sur les derniers jours des négociations qui se sont déroulées à Münster et Osnabrück, ce documentaire-fiction met en scène les tractations d'une paix qui, en scellant la fin de la guerre de Trente Ans, a posé les bases d'un nouvel équilibre entre les puissances européennes ».

« Nous vivons aujourd’hui une crise profonde de l’ordre international libéral westphalien que nous avons connu. D’abord, car il a échoué pour partie à se réguler lui-même. Ses dérives économiques, financières, environnementales et climatiques n’ont pas trouvé de réponse encore à la hauteur à ce jour. Ensuite, parce que notre capacité collective à apporter une réponse aux crises est encore trop souvent entravée par les divisions du Conseil de sécurité », a déclaré le Président de la République Emmanuel Macron le 25 septembre 2018 à la 73e Assemblée générale des Nations unies.



« 1648 - La paix de Westphalie » par Holger Preuße
Allemagne, 2018
Sur Arte les 21 octobre 2018 à 16 h et 7 novembre 2018 à 9 h 25
Visuel : © Heidefilm

Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire